Elizabeth Magie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Elizabeth Magie
Nom de naissance Elizabeth J. Magie
Alias
Lizzie
Naissance
Macomb, Illinois
États-Unis
Décès (à 82 ans)
Arlington, Virginie
États-Unis
Nationalité américaine
Profession
Autres activités

Elizabeth Magie est une conceptrice américaine de jeux de société, née en 1866 à Macomb dans l'Illinois et morte en 1948 à Arlington en Virginie.

Inspirée par l'économiste Henry George, elle invente en 1904 le jeu The Landlord's Game (Le jeu du propriétaire foncier), précurseur de Monopoly, pour dénoncer l'oppression des rentiers de l'immobilier sur les locataires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elizabeth Magie naît au lendemain de la guerre de Sécession. Son père, James Magie, est éditeur de presse. Il possède des parts dans un journal, The Canton Register. Dans les années 1880, Elizabeth Magie exerce le métier de sténographe et secrétaire. Elle invente un dispositif afin de faire passer plus facilement le papier entre les rouleaux des machines à écrire. La jeune femme se consacre également à l'écriture de poèmes et de nouvelles, et monte sur scène pour y interpréter des sketches[1].

Dessin illustrant le brevet du jeu The Landlord's Game.

Magie fait partie du mouvement quaker et apprécie les idées de l'économiste Henry George, qui veut limiter le pouvoir des propriétaires fonciers avec un impôt unique[2]. Elle a découvert son livre Progrès et pauvreté (Progress and Poverty) grâce à son père, James Magie[1]. En 1903, elle dépose un brevet pour un jeu de société, The Landlord's Game (Le jeu du propriétaire foncier), avec lequel elle souhaite illustrer la « nature antisociale du monopole »[2]. Il se diffuse sur les campus, dans le milieu des intellectuels de gauche et parmi les quakers, notamment à Atlantic City. Des amis de Charles Darrow lui font découvrir cette version. Il s'en inspire pour créer le Monopoly[1].

Magie est également connue pour avoir fait paraître une fausse annonce de mariage, dans laquelle elle se vend au plus offrant. L'affaire suscite l'intérêt de la presse, qui publie des articles à son sujet. Propriétaire de sa maison et de plusieurs acres de terre, Magie éprouve néanmoins des difficultés à subvenir à ses besoins avec son faible salaire, et présente le mariage comme la seule issue offerte aux femmes. En 1906, elle est embauchée comme reporter dans un journal. En 1910, malgré ses doutes envers le mariage, elle épouse l'homme d'affaire Albert Phillips[1].

Elizabeth Magie meurt sans enfants en 1948. Son rôle dans l'histoire du Monopoly est redécouvert au cours des années 1970 lorsque l'éditeur Parker Brothers intente un procès à Ralph Anspach, qui enseigne l'économie à l'université et commercialise un Anti-Monopoly. Pour assurer sa défense, Anspach effectue des recherches sur l'origine du jeu de société et apprend l'existence du brevet de Magie. Après plusieurs années de procédure, la plainte de la société Parker est rejetée par la Cour d'appel, puis par la Cour suprême[1],[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mary Pilon, The Monopolists : Obsession, Fury, and the Scandal Behind the World's Favorite Board Game, Bloomsbury,‎ , 313 p. (ISBN 9781608199631)

Notes et références[modifier | modifier le code]