Moulin fortifié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Au XIVe siècle, au même titre que les édifices religieux, les ponts, les maisons, les fermes, les moulins, sont également mis en défense.

Historique[modifier | modifier le code]

Le moulin de Piis à Bassanne en Gironde.
Le moulin de Piis à Bassanne en Gironde.
Le Moulin de Bagas sur le Dropt.

Comme les autres ouvrages fortifiés, les moulins, qu'ils soient animés par la force du vent ou par la force de l'eau étaient d'une telle importance qu'ils devaient être mis en état de défense.

Moulins à eau

Les moulins à eau étaient fortifiés à la manière d'un pont, avec quelques organes de défense essentiels tels que archères, machicoulis, assommoirs et souvent crénelages.
Ils ressemblaient parfois à de véritables chateaux forts avec tours d'angles, comme le moulin de Barbaste, couronnés d'échauguettes, comme le moulin de Bagas, ou comportant un chemin de ronde, comme le Moulin de Labarthe à Blasimon[1].

Certaines tours d'enceinte étaient surmontées de moulins à vent comme le moulin du Connétable d'Avar ou le moulin du Midi à Carcassonne [2] . Il en fut de même à Paris où le mur de Philippe Auguste fut longtemps dominé par de nombreux moulins à vent.

Liste de moulins fortifiés[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]