2e bataillon de volontaires de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis François Benjamin Deschamps)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

2e bataillon de volontaires de Paris
Création 20 juillet 1791
Dissolution 21 mars 1795
Pays Drapeau de la France République française
Branche Infanterie
Fait partie de Armée du Nord
Armée de Belgique
Armée de l'Ouest
Guerres Guerres de la première Coalition
Guerre de Vendée
Batailles Combat de Quiévrain
Bataille de Valmy
Bataille de Jemappes
Siège de Maastricht
bataille d'Aldenhoven (en)
Bataille de Neerwinden
Siège de Valenciennes
Bataille de Hondschoote
Bataille de Menin
Bataille de Wattignies
Bataille de Pont-James
Bataille de La Châtaigneraie
Commandant Honoré Alexandre Hacquin
Philippe Joseph Malbrancq
Pierre Guillaume Gratien
François Benjamin Deschamps

Le 2e bataillon de volontaires nationaux de Paris, du district de Paris, était une unité militaire de l’armée Française créé sous la Révolution française. Il fut également appelé plus simplement 2e bataillon de Paris.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Le 2e bataillon de volontaires nationaux de Paris est formé du 20 juillet au au camp de Grenelle.
Le bataillon était formé avec les volontaires de quelques communes suburbaines ceux des 3e et 5e divisions de la garde nationale parisienne.

  • La 3e division était composée des bataillons des districts des Récollets (21e district), Saint-Nicolas-des-Champs (22e district), la Trinité (23e district), Saint-Médéric (24e district), les Carmélites (25e district), les Filles-Dieu (26e district), Saint-Martin-des-Champs (27e district), les Enfants-Rouges (28e district), Saint-Laurent (29e district), les Pères-Nazareth (30e district).
  • La 5e division était composée des bataillons des districts de Sainte-Marguerite (41e district), les Minimes (42e district), Petit-Saint-Antoine (43e district), Saint-Gervais (44e district), Saint-Jean-en-Grève (45e district), Saint-Louis-la-Culture (46e district), les Blancs-Manteaux (47e district), Popincourt (48e district), les Capucins-du-Marais (49e district), les Enfants-Trouvés (50e district).

Bien que constitué avant le 1er bataillon, ce bataillon reçu le no 2 par suite du tirage au sort.

pour former la 67e demi-brigade de première formation.

Commandants[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, combats et batailles[modifier | modifier le code]

1791[modifier | modifier le code]

1792[modifier | modifier le code]

1793[modifier | modifier le code]

1794[modifier | modifier le code]

Il fait partie de la brigade laissée à l'armée de l'Ouest avec le général Bonnaire tandis que le reste de la division Duquesnoy passe à l'armée des côtes de Brest pour servir dans l'expédition contre les îles anglaises de la Manche, dont le projet fut abandonné.

Après la bataille de La Châtaigneraie, le bataillon est envoyé à l'armée des côtes de Brest.

1795[modifier | modifier le code]

pour former la 67e demi-brigade de première formation.

Personnes célèbres ayant servi au 2e bataillon de volontaires de Paris[modifier | modifier le code]

François Benjamin Deschamps[modifier | modifier le code]

De 1770 à 1778 François Benjamin Deschamps fut soldat au régiment de Normandie puis au régiment de Neustrie.
Durant la période insurrectionnelle de , il est commandant en second des citoyens du district de Saint-Nicolas-des-Champs.
En 1790, il passe sous-lieutenant dans la garde nationale, puis capitaine de chasseurs.
Le , il est nommé capitaine au 2e bataillon de Paris puis chef de ce même bataillon le .
Le , il est admis aux Invalides et y meurt des suites de fatigues de la guerre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Charles-Louis Chassin & Léon Hennet : Les volontaires nationaux pendant la Révolution Volume 1


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Accusé de trahison Charles François Dumouriez livra aux Autrichiens les commissaires envoyés par la Convention pour enquêter sur sa conduite, avant de passer lui-même à l'ennemi.