Locmaria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Locmaria
Locmaria
Place Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Intercommunalité Communauté de communes de Belle-Île-en-Mer
Maire
Mandat
Dominique Rousselot
2020-2026
Code postal 56360
Code commune 56114
Démographie
Gentilé Locmariaïste
Population
municipale
931 hab. (2019 en augmentation de 9,79 % par rapport à 2013)
Densité 45 hab./km2
Population
agglomération
5 158 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 42″ nord, 3° 04′ 57″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 73 m
Superficie 20,55 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Quiberon
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Locmaria
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Locmaria
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Locmaria
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Locmaria
Liens
Site web locmaria-belle-ile.fr

Locmaria [lɔkmaʁja] est une commune française située sur l'île de Belle-Île-en-Mer dans le département du Morbihan, en région Bretagne. Il s'agit de la commune la plus méridionale de l'actuelle région Bretagne (sans le département de Loire-Atlantique).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Locmaria est une des quatre communes situées sur l'île, dont le bourg chef-lieu se trouve non loin de la côte Est.

Relief[modifier | modifier le code]

L'altitude de la commune varie de 0 mètres à 73 mètres. La commune est entourée par l'océan au nord, à l'est et au sud. L'intérieur des terres présente un relief de plateau ondulant faiblement tandis que sur la côte falaises rocheuses et petites criques se succèdent. La côte sud, très déchiquetée, présente un aspect plus sauvage que la côte nord qui abrite la plus longue plage de l'île, la plage des Grands sables.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 12,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 11,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 804 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Belle Ile-Le Talut », sur la commune de Bangor, mise en service en 1930[7] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 12,4 °C pour la période 1971-2000[9], à 12,7 °C pour 1981-2010[10], puis à 13 °C pour 1991-2020[11].

Habitat[modifier | modifier le code]

En 2019 on recensait 1 532 logements à Locmaria. 472 logements étaient des résidences principales (30,8 %), 1054 des résidences secondaires (68,8 %) et 6 des logements vacants (0,4 %). Sur ces 1 532 logements, 1436 étaient des maisons (93,7 %) contre 49 seulement des appartements (3,2 %). Sur les 456 résidences principales construites avant 2016, 83 avaient été construites avant 1919, soit un taux de 18,3 %. Le tableau ci-dessous présente la répartition en catégories et types de logements à Locmaria en 2019 en comparaison avec celles du Morbihan et de la France entière.

Le logement à Locmaria (56) en 2019.
Locmaria[12] Morbihan[13] France entière[14]
Résidences principales (en %) 30,8 74,9 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 68,8 17,9 9,8
Logements vacants (en %) 0,4 16,2 8,1

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Locmaria est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[15],[16],[17]. La commune est en outre hors attraction des villes[18],[19].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[20]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols détaillée de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 2,1 % 44
Terres arables hors périmètres d'irrigation 1,4 % 29
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 22,8 % 476
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 43,2 % 903
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 1,4 % 30
Pelouses et pâturages naturels 9,3 % 194
Landes et broussailles 18,8 % 393
Mers et océans 1,0 % 21
Source : Corine Land Cover[23]

Histoire[modifier | modifier le code]

Autrefois on abordait la paroisse de Locmaria « les pouces en dedans » pour conjurer le mauvais sort, car elle avait la réputation de cacher des sorciers.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Loumaria 1763[réf. nécessaire].

Locmaria est formé du breton lok qui signifie « lieu », pour désigner en général un lieu consacré, ici à Marie, mère de Jésus. Il existe plusieurs Locmaria en Bretagne.

Le nom Lokmaria-ar-Gerveur précise qu'elle se situe en Belle-Île (Gerveur en breton).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1794 René Thomas    
1794 1797 Toussaint Hervé    
1797 1816 Jean Poumet    
1816 1834 Pierre Marie Armand Lorec    
1834 1852 Pierre Marie Lhermite    
1852 1866 Victor Woussen    
1866 1874 Julien Joseph Lambert    
1874 1876 Pierre Marie Querel    
1876 1879 Julien Joseph Lambert    
1879 1888 Pascal Samzun    
1888 1894 Jean Nicolas Le Port    
1894 1900 Pierre Etienne Lougarre    
1900 1913 Jean Marie Léon Lhermitte    
1913 1919 François Marie Le Son    
1919 1921 Pierre Charles Victor Lorec    
1921 1925 Joseph Clément    
1925 1929 Félix Colin    
1929 1945 Désiré Conan    
1945 1945 Th. Vincent Sévéno    
1945 1945 Constant Diore    
1945 1971 Th. Vincent Sévéno    
1971 1977 Jules Gallène    
1977 1986 Robert Jonveaux    
16 mai 1986 2014 Jean-Yves Bannet   Officier de Marine nationale, 1er adjoint (1983-1986)
2014 avril 2018
(démission[24])
Véronique Bertho    
8 juillet 2018 3 juillet 2020 Hervé Michet de la Baume[25]   Chef d'entreprise
3 juillet 2020 En cours Dominique Rousselot[26]    

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Mairie.

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2008[27].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[29]. En 2019, la commune comptait 931 habitants[Note 6], en augmentation de 9,79 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,97 %, France hors Mayotte : +2,17 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1241 1591 2591 3511 5571 6011 5991 5741 712
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7171 7841 9141 8521 8661 8001 7741 8101 721
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7031 6421 5381 2911 2471 120979834734
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
634580565602618705777784806
2015 2019 - - - - - - -
870931-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique
École communale.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

  • L'école communale maternelle et primaire de Locmaria accueille une cinquantaine d'enfants.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La fontaine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marc Bory, comédien et metteur en scène né en 1934, possédait une maison à Locmaria où il est décédé le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Station météofrance Belle Ile-Le Talut - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Locmaria et Bangor », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station météorologique de Belle Ile-Le Talut - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  10. « Station météorologique de Belle Ile-Le Talut - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique de Belle Ile-Le Talut - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Chiffres clés - Logement en 2019 à Locmaria » (consulté le ).
  13. « Chiffres clés - Logement en 2019 dans le Morbihan » (consulté le ).
  14. « Chiffres clés - Logement en 2019 dans la France entière » (consulté le ).
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  21. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Données statistiques sur les communes de Métropole; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  24. « Locmaria. Démissions en chaîne au sein du conseil municipal », sur Ouest-France, (consulté le ).
  25. « Municipalité. Trois questions à Hervé Michet de la Baume », sur Le Télégramme, (consulté le ).
  26. « Locmaria. Dominique Rousselot élu maire à l’unanimité », sur Ouest-France, (consulté le ).
  27. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Locmaria, consultée le 31 octobre 2017
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]