Frédéric VI (roi de Danemark)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Frédéric VI de Danemark)

Frédéric VI
Frederik 6
Frederik VI
Illustration.
Titre
Roi de Danemark

(31 ans, 8 mois et 20 jours)
Prédécesseur Christian VII
Successeur Christian VIII
Roi de Norvège

(5 ans, 10 mois et 25 jours)
Prédécesseur Christian VII
Successeur Christian-Frédéric
Régent de Danemark

(24 ans)
Monarque Christian VII
Prédécesseur Frédéric de Danemark
Successeur Lui-même (roi de Danemark)
Prince héritier de Danemark

(40 ans, 1 mois et 14 jours)
Prédécesseur Christian VII
Successeur Christian
Biographie
Dynastie Maison d'Oldenbourg
Nom de naissance Frederik af Oldenborg
Date de naissance
Lieu de naissance Copenhague (Danemark-Norvège)
Date de décès (à 71 ans)
Lieu de décès Copenhague (Danemark)
Sépulture Cathédrale de Roskilde
Père Christian VII
Mère Caroline-Mathilde de Hanovre
Conjoint Marie-Sophie de Hesse-Cassel
Enfants Christian
Marie-Louise
Caroline
Louise
Christian
Louise-Juliane
Frédérique-Marie
Wilhelmine-Marie
Religion Luthéranisme danois
Résidence Palais de Christiansborg, Copenhague

Frédéric VI (roi de Danemark)
Monarques de Danemark-Norvège
Monarques de Danemark

Frédéric VI (en danois : Frederik 6, en norvégien : Frederik VI), né le à Copenhague et mort le dans la même ville, est roi de Danemark du jusqu'à sa mort et roi de Norvège de 1808 jusqu'au .

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Christian VII et de Caroline-Mathilde de Hanovre.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

En 1790, il épouse Marie-Sophie de Hesse-Cassel (1767 – 1852), fille aînée du landgrave Charles de Hesse-Cassel et de Louise de Danemark (dernière enfant de Frédéric V de Danemark et de Louise de Grande-Bretagne, elle-même cinquième fille et dernière enfant de George II, qui lui donne huit enfants, dont six meurent en bas âge. Seules deux filles parviennent à l'âge adulte, ce qui complique la question épineuse de la succession danoise :

Frédéric VI a aussi plusieurs enfants illégitimes :

  • Frédéric von Dannermand (1813 – 1888), qui épouse Franziska von Scholten, puis la comtesse Louisa Schulin ;
  • Waldemar ou Valdemar von Dannermand (1819 – 1835) ;
  • Louisa von Dannermand (1810 – 1888), qui épouse de Wilhelm von Zachariae ;
  • Karoline von Dannermand (1812 – 1844), qui épouse de Adolf Schack von Brockdorff.


  • Antoinette frederikke (1807-1895), adopter par du Pontavice de la Mangeantière. Qui Épouse de Carl Vilhem Lange.

Biographie[modifier | modifier le code]

La Régence[modifier | modifier le code]

Il est régent de Danemark de 1784 à 1808. Il assure cette régence pour suppléer à son père qui souffre d'aliénation mentale. Au cours de la régence, avec l'aide de son Premier ministre Peter Andreas Bernstorff, Frédéric VI engage des réformes libérales, dont l'abolition du servage en 1788 et du domicile forcé.

Règne de Frédéric VI de Danemark[modifier | modifier le code]

Au cours de son règne, Frédéric VI doit faire face à de nombreuses crises, notamment avec le Royaume-Uni. Par deux fois le Danemark subit les attaques des Anglais, en 1801 et 1807. Le a lieu la bataille de Copenhague qui voit la victoire d'Horatio Nelson sur les Danois.

En 1809, la déposition de Gustave IV Adolphe de Suède rend le trône suédois vacant. Frédéric VI se présente comme candidat à la succession ; effectivement, il est le premier monarque du Danemark et de Norvège à descendre de Gustave Ier Vasa, celui-ci ayant obtenu l'indépendance de la Suède en 1523 après l'époque de l'union entre les pays scandinaves. Mais en 1810, le maréchal Jean-Baptiste Bernadotte est élu prince héritier de Suède, après son adoption par le roi Charles XIII.

Lors des guerres napoléoniennes, Frédéric VI est l'allié de la France. En guise de représailles, la flotte britannique vient bombarder Copenhague durant quatre jours (du 2 au 5 septembre 1807). Après la défaite de Napoléon Ier en 1814, le Danemark est amputé d'une partie de son territoire : par le traité de Kiel, il est contraint de céder le territoire norvégien, sauf le Groenland, à la Suède. À la fin de son règne, Frédéric VI abandonne ses idées libérales et gouverne de façon autoritaire et réactionnaire. La censure et la répression de toute opposition, ainsi qu'un mauvais état de l'économie danoise assombrissent cette période de son règne. En 1830, la dépression économique s'éloigne et en 1834, le roi finit par concéder une petite innovation démocratique : la mise en place des assemblées de succession (assemblées régionales purement consultatives).

Frédéric VI est connu pour sa passion pour l'astronomie. En 1832, il offre en prix des médailles d'or à toute personne qui découvrirait une comète à l'aide d'un télescope[1]. L'Américaine Maria Mitchell est récompensée pour avoir, en 1847, découvert la « comète de mademoiselle Mitchell » (Miss Mitchell's Comet), dont le nom officiel est C/1847 T1 (Mitchell) (en)[2],[1]. Ce prix disparut au lendemain de la première guerre de Schleswig (1848 – 1851).

Sous son règne, en 1835, on découvre dans une tourbière du Jutland le corps d'une femme particulièrement bien conservé (Haraldskaer). Frédéric VI ordonne des obsèques royales. Le corps est déposé dans un sarcophage minutieusement sculpté, puis déposé dans l'église Saint-Nicolas de Vejle. Le souverain pensait qu'il s'agissait de Gunhild (la mère de Knut le Grand). Cette authentification est démentie, mais en renforçant l'identité nationale des Danois, elle convenait à la situation politique de l'époque.

Frédéric VI meurt le 3 décembre 1839 à l'âge de 71 ans sans héritier mâle, après un règne effectif de plus de 55 ans.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Frédéric VI de Danemark appartient à la première branche de la maison d'Oldenbourg. Cette lignée donna des rois à la Norvège, à la Suède et au Danemark ; elle s'éteignit en 1863 à la mort de Frédéric VII de Danemark.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nina Strochlic, Sara Manco, « Les pionnières », National Geographic France, no 246,‎ , p. 108-129
  2. (en) « Maria Mitchell Biography », Biography (consulté le 15 janvier 2017)