Christian Jürgensen Thomsen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant danois
image illustrant la Préhistoire image illustrant l’archéologie
Cet article est une ébauche concernant une personnalité danoise, la Préhistoire et l’archéologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thomsen et Jurgensen.
 Ne doit pas être confondu avec Christian Thomsen.
Christian Jürgensen Thomsen
Christian Jürgensen Thomsen.jpg

Portrait de Christian Jürgensen Thomsen (1849).

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
CopenhagueVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Christian Jürgensen Thomsen (gravure de 1902).

Christian Jürgensen Thomsen (Copenhague Copenhague ) était un archéologue et préhistorien danois du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christian Jürgensen Thomsen séjourna jeune homme à Paris. Il revint avec la passion de la numismatique et de l'évolution historique des pièces de monnaie anciennes.

Il fut influencé par la recherche historique à travers les travaux de Lucrèce, Bernard de Montfaucon et Nicolas Mahudel.

Il devint le premier conservateur de musée (1819) du Oldnordisk Museum, précurseur de ce qui allait devenir le musée national du Danemark (Nationalmuseet) à Copenhague, Christian Jürgensen Thomsen fut, comme en témoigne le guide du musée publié en 1836, le premier à ordonner les collections archéologiques d'après la théorie des trois âges, soit en classant les artefacts selon la succession chronologique suivante : âge de la pierre, âge du bronze et âge du fer. Cette division élémentaire demeure à la base du classement des cultures de la préhistoire.

Christian Jürgensen Thomsen, spécialiste également des monnaies anciennes, a classé les pièces de monnaie bractéates selon des caractéristiques bien précises.

La théorie des trois âges[modifier | modifier le code]

Thomsen ne pouvait se contenter des arrangements aléatoires qui avaient cours dans les musées : ceux-ci utilisaient leur propre classification dans le but d'arranger la présentation des pièces exposées. Thomsen pensait qu'un meilleur système pouvait être envisagé, qui prenait en compte la séquence chronologique de la production des artefacts. Il suggéra que les premiers hominidés d'Europe sont passés par des étapes de développement technologiques qui sont reflétées dans la productions d'outils faits de pierre, de bronze et de fer. Thomsen expliquait que nul n'aurait utilisé des outils de pierre une fois que leur équivalent en bronze avait été produits ; de même, personne n'aurait utilisé les outils en bronze alors que des outils en fer étaient disponibles. Suivant cette logique, il fit l'hypothèse que le développement technologique humain procédait par étapes, de la plus primitive à la plus avancée. Thomsen exposa son système des trois âges dans un opuscule de 1836.

L'âge de la pierre est cette période reculée durant laquelle les armes et autres outils ont été fabriqués avec de la pierre, de la laine, des os, ou de pareils matériaux, et durant laquelle très peu de chose ou même rien du tout n'était connu à propos des métaux.

L'âge du bronze est la période durant laquelle les armes et autres outils ont été élaborés en cuivre ou en bronze, et durant laquelle rien ou presque n'était connu du fer et de l'argent.

L'âge du fer, la dernière période considérée, est celle durant laquelle le fer a été utilisé, à la place du bronze et du cuivre, pour les nombreux usages qui lui conviennent [1].

Jens Jacob Asmussen Worsaae, successeur de Thomsen à la direction du National Museum of Denmark, testa la solidité de la classification de Thomsen par une étude stratigraphique. Il publia ses résultats en 1843 : les couches de terrain dans lesquels ont été trouvés les outils en pierre sont en dessous de celles contenant les outils en bronze, elle-même en-dessous de la couche enfermant des outils en fer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guide to Northern Archaeology, 1848, pp. 64–68

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (da) Gjerløff, Anne Katrine. Syn for sagn: Dansk Arkæologi og Historie i 1800-tallet. Historisk Tidsskrift (1999).
  • (en) Gräslund, Bo. The Birth of Prehistoric Chronology. Dating methods and dating systems in nineteenth-century Scandinavian archeology. Cambridge University Press. (1987)

Liens externes[modifier | modifier le code]