Johann Peter Emilius Hartmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Johann Peter Emilius Hartmann
Description de l'image JPE Hartmann.jpg.

Naissance
Copenhague, Drapeau du Danemark Danemark
Décès (à 94 ans)
Copenhague, Drapeau du Danemark Danemark
Activité principale Compositeur
Descendants Emil Hartmann, Niels Viggo Bentzon

Johann Peter Emilius Hartmann (né à Copenhague le - mort dans la même ville le ) est un compositeur danois, fils du compositeur August Wilhelm Hartmann, et troisième génération de compositeurs dans la famille Hartmann. Avec son gendre Niels W. Gade, il a été la figure centrale de la vie musicale danoise au XIXe siècle. Il était le père du compositeur Emil Hartmann.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hartmann est né et mort à Copenhague et sa vie a couvert tout le XIXe siècle, de sa naissance en 1805 à sa mort en 1900. Son grand-père, le compositeur Johann Hartmann (1726-1793), originaire de Glogau en Silésie, avait émigré au Danemark. Il y dirigea non seulement la Chapelle Royale, mais devint un compositeur important et contribua à créer un style national dans ses opéras inspirés de la mythologie nordique (Balders død) ou de la vie populaire (Fiskerne). Celui-ci avait eu trois fils musiciens et compositeurs [1], J.P.E. Hartmann étant enfant unique du plus jeune d'entre eux.

En dehors des enseignements de son père, J.P.E. Hartmann a été largement autodidacte en ce qui concerne la musique, mis à part quelques cours notamment auprès du compositeur danois Niels Peter Jensen. Pour sa scolarité générale, il ira à la respectable "Borgerdydskole", ou il côtoie et se lie avec les frères Kierkegaard, et sera sinon grandement guidé dans sa formation par son oncle, le philosophe et écrivain Frederik Christian Sibbern. Conformément à la volonté de son père, soucieux de le préserver de la précarité de la vie de musicien, il a étudié le droit et devint fonctionnaire de 1829 à 1870. Parallèlement, il a poursuivi une riche carrière musicale. En 1824, il fut nommé organiste à la Garnisons Kirke (da) à Copenhague, poste auquel il succédait à son père[1].

Il se mariera alors avec Emma Zinn, elle-même musicienne et compositrice, et partageant toutes ses passions. Il s'installèrent dans un appartement spacieux occupant le second étage de la maison Zinn à Copenhague, que le père d'Emma fit ajouter pour le jeune couple, et il y restera plus de 70 ans, jusqu'à son décès en 1900.

En 1832, il fait sa première percée en tant que compositeur avec l'opéra Ravnen (le Corbeau)  sur le livret de son ami Hans Christian Andersen. Cet opéra recevra une critique élogieuse de Robert Schumann. De nombreuses autres coopérations avec Andersen suivront, comme notamment l’opéra Liden Kirsten (que Franz Liszt montera à Weimar), l’opéra inachevé Saul, des cantates les plus diverses, musiques de scènes et mélodies. Singulièrement, Andersen écrira aussi très régulièrement des poésies pour illustrer les pièces de piano de Hartmann. Ce dernier coopérera par ailleurs simultanément avec les principaux autres écrivains danois de son temps, tels que Henrik Hertz, avec son opéra Korsarerne ("les Corsaires"), Johan Ludvig Heiberg (Syvsoverdag), Frederik Paludan-Müller (Dryadens Bryllup), où encore Adam Oehlenschlaeger avec lequel il aura une collaboration suivie culminant dans une série d’ouvertures et musiques de scène pour les pièces et tragédies de ce dernier.

En 1836, il réalise son premier voyage d'études en Allemagne et en France, où il fait la connaissance notamment de Frédéric Chopin, Gioachino Rossini, Luigi Cherubini, Giacomo Meyerbeer, Gaspare Spontini, et Louis Spohr. Dans sa jeunesse, Spohr et le compositeur danois Christoph Ernst Friedrich Weyse ont sans doute été ses mentors les plus importants, de même que Heinrich Marschner. Dans les années qui ont suivi, d'autres voyages en Allemagne suivront au cours desquels il se liera notamment avec Félix Mendelssohn, Robert Schumann, Johannes Brahms et Franz Liszt.

En 1836, il a fondé l'Association danoise musicale (Musikforeningen (en)) qui avec son chœur et son orchestre était la principale institution de concerts danoise de l’époque. Il en est resté Président jusqu'à la fin de sa vie. En 1843, il a quitté son poste d’organiste à la Garnisons Kirke pour assumer celui d'organiste à la Cathédrale Notre-Dame de Copenhague.

Il est également devenu le Directeur de l'Association Chorale des étudiants (Studentersangforening), deux postes qu’il a occupés jusqu'à sa mort.

En 1867, après avoir enseigné le piano, l'harmonie et le chant au Conservatoire de Giuseppe Siboni depuis 1827, Hartmann a fondé et dirigé le Conservatoire de Copenhague avec son gendre Niels Gade et le chef d’orchestre Holger Simon Paulli (en).

Selon le musicologue Alfred Einstein (dans son ouvrage consacré à la Musique romantique), Hartmann a été "le véritable fondateur du romantisme danois, et même du romantisme scandinave tout entier". Considéré comme une autorité absolue sur les questions musicales, il a occupé sa vie durant une place centrale dans la vie musicale de son pays tandis que son amabilité proverbiale l’a rendu très populaire auprès de ses contemporains. Innombrables sont les impressionnantes «fêtes Hartmann» organisées en son honneur, notamment chaque année pour son anniversaire. Hans von Bülow, dans ses «Esquisses de voyage scandinaves», évoquera en Hartmann le «Nestor de la musique danoise» qui «mieux que quiconque est la preuve que la musique est un art aristocratique»- Hartmann, dit-il «n’a jamais composé une trivialité».

Hartmann a exercé une influence durable sur la génération suivante de compositeurs scandinaves, et notamment sur Edvard Grieg et Carl Nielsen. Mais on trouve des échos de son œuvre plus loin, par exemple chez Jean Sibelius, voire dans certaines œuvres de César Franck (divers passages dans Les Béatitudes). Edvard Grieg écrira en 1871 dans le magasine "Musikbladet": "Quel musicien dans le Nord, avec un sentiment vrai de l’âme nordique, ne se rappelle aujourd’hui ce qu’il doit à Hartmann! Les meilleures, les plus profondes pensées, dont a vécu toute une génération ultérieure de plus ou moins grands esprits, c’est lui qui le premier les a fait résonner chez nous... Il est le poète, le prophète de l’avenir. Les rêves de nos jeunes musiciens nordiques lui sont apparus une génération avant".

Sa vie a couvert tout son siècle, et si son œuvre, commencée du vivant de Beethoven, part naturellement du classicisme viennois (sonate pour flûte op. 1, quatuor à clavier op. 2), elle évoluera beaucoup, contemporaine de Schumann d’abord (sonates 1 à 3 pour piano), puis de Brahms, notamment dans sa quatrième sonate en la mineur pour piano ou dans diverses ouvertures (Yrsa), pour annoncer dans les œuvres tardives le style de Carl Nielsen (Pièces de caractère pour orchestre à cordes). Son œuvre abondante et en évolution permanente lui vaudra à l’époque le surnom affectueux de "vieillard prodige" ("Vidunderolding"). Elle allie un éventail large d’humeurs, de l’humour au drame, du solennel à l’intime, de la grâce au tragique. Cependant le style qui a sans doute été le plus associé à son nom a été appelé "Vieux Nord", un style tentant de recréer l’univers de légende de la mythologie nordique, et caractérisé par des couleurs sombres, une harmonie riche et souvent modale, et des rythmes brusques et carrés.

On citera en particulier ses grands ballets sur chorégraphies de Auguste Bournonville, comme le ballet "Et Folkesagn"("Une légende populaire"), composé en collaboration avec Niels W. Gade, ou de manière plus prononcée encore les ballets plus tardifs comme Valkyrien, Thrymskviden, ou Arcona. Ces ballets comportent à l’instar de ceux de Tchaikovsky ou Delibes (qu’ils prédatent) une musique symphonique qui peut s’écouter indépendamment du ballet lui-même. On peut citer en outre ses pièces de concert avec orchestre, choeur et solistes, comme "Le mariage de la dryade", "Zigeunersang", ou encore "La prophétie de la Volva" d'après l' Edda poétique ("Vœlvens Spådom"), œuvre reprise récemment au "Canon culturel danois", de même que des cantates sur tous les grands événements qui ont marqué le Danemark de son vivant et auxquelles il attachait - malgré leur caractère de circonstance - un soin non moindre qu’à ses autres œuvres (enterrements et mariages de plusieurs rois et autres personnalités, jubilés de l’université ou d’autres institutions). Plusieurs mélodies, et notamment son cycle "Sulamith et Salomon", restent des œuvres de répertoire et ont fait date par leur originalité, de même que son abondante production pour piano.

Sa mort en 1900 est ressentie comme un deuil national, la fin d’une époque au Danemark. Le cercueil est porté sous le son de la Marche funèbre pour Thorvaldsen écrite par lui cinquante ans plus tôt, suivi d’une foule impressionnante. Il est enterré au cimetière de l’Eglise de la Garnison, à côté de la maison où il est né, de l’église où il a commencé sa carrière d’organiste, et de la maison où il est entré comme jeune marié et a vécu toute sa vie. En face, une statue sera érigée par le sculpteur August Saabye. Grieg, en sortant d’une répétition de "Mort et Transfiguration" de Richard Strauss, dirigée par Johan Svendsen, apprendra la nouvelle et sera un des premiers à venir saluer le défunt. Il écrit: "Maintenant Gade et Hartmann appartiennent à la légende, mais ce fut une belle légende, et si intimement liée à ma propre vie".

Famille[modifier | modifier le code]

J.P.E. Hartmann était non seulement fils, petit-fils et neveu de compositeurs, mais sa femme, Emma Hartmann, était également compositrice, sous le pseudonyme Frederik Palmer. Leur fils, Emil Hartmann, est devenu lui-même un compositeur renommé et un autre fils Carl Hartmann était sculpteur mais a aussi marginalement composé. Les compositeurs Niels Gade et August Winding ont épousé deux filles de JPE Hartmann. Avec tant de musiciens, la famille a inévitablement eu un grand impact sur la vie musicale du Royaume pendant un siècle et demi.

Dans les générations plus récentes, divers descendants de Hartmann ont également laissé un nom. Le compositeur Niels Viggo Bentzon plus particulièrement - lequel a marqué la musique danoise de la seconde moitié du 20ème siècle - était son arrière-petit-fils.

Lars von Trier, réalisateur de films, est l'arrière-petit-fils d'Emil Hartmann.

J. P. E. Hartmann par August Saabye 1905, Sankt Annæ Plads (en), Copenhague.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • Symphonie nº 1 en sol mineur, Op. 17 (1835)
  • Symphonie nº 2 en mi majeur, Op. 48 (1847–48)
  • Douze ouvertures
    • Ouverture de Concert, Op. 3 (1825)
    • Ouverture sacrée, Op. 9 (1827)
    • Le Corbeau (Ravnen), Op. 12 (1830-32)
    • Les Corsaires (Korsarerne), Op. 16 (1832-35)
    • Hakon Jarl, Op.40 (1844)
    • La Petite Christine (Liden Kirsten), Op. 44 (1844-46)
    • Ouverture de Concert, Op. 51 (1852)
    • Axel og Valborg, Op. 57 (1856)
    • Correggio, Op. 59 (1858)
    • Une chasse d’automne, Op. 63 (En Eferaarsjagt, 1864, dédiée à Niels W. Gade)
    • Yrsa, Op. 78 (1883)
    • Dante, Op. 85 (1888)
  • Autres
    • Trois pièces de caractère pour orchestre à cordes, Op. 81
    • Multiples pièces de circonstance, marches et autres

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • Opéras
  • Cantates de concert
    • Den musikelskende landsbypige (1833, d’après Adam Oehlenschläger)
    • De tvende Dugdraaber (1844, sur texte de Schack von Staffeldt (en))
    • Den sørgende Jødinde (1844-1875, sur texte de H.C. Andersen)
    • Hilsen til Frænderne (1848, sur texte de B.S. Ingemann)
    • Fragment af Oehlenschlägers «Jesu Bjergprædiken», Op. 49 (1848)
    • En Sommerdag (Un jour d’été, 1854, sur texte de Henrik Hertz)
    • Le mariage de la dryade, Op. 60 (1858, sur texte de Fr Paludan-Müller)
    • Zigeunersang (1859, sur texte de Goethe traduit par H.C. Andersen)
    • Hinsides Bjergene (1865, sur texte d’Andreas Munch (en))
    • En Provence, Op. 68 (1868-69, sur texte de Carl Andersen)
    • Hilsen til Norge (1869)
    • Foraarssang, Op. 70 (Chant de Printemps, 1870-71, sur texte de H.C. Andersen)
    • Foran Sydens Kloster (1871, sur texte de Bjørnstjerne Bjørnson)
    • Le 115ème Psaume de David (1871)
    • Vølvens Spaadom, Op. 71 (La prophétie de la Volva, 1870-72, sur texte de l’Edda poétique)
    • Le silence du Sabbat, Op. 76 (1878-79, sur texte d’Andreas Munch)
    • Bruden, Op. 77(4) (1880, sur texte de Emil Aarestrup)
    • Luther à Wartburg, Op. 79 (1884, sur texte de Johan Ludvig Heiberg)
    • Tonernes Verden, Op. 82 (1885, sur texte de Christian Richardt)
    • Le chant des trois rois mages (1893)
    • De très nombreux autre chants choraux individuels avec accompagnement instrumental
  • Cantates de circonstance ou religieuses
    • Som livet svinder (1820)
    • Cantate de nouvel an dans l’église de la Garnison (1824-26)
    • Cantate de célébration de l’orgue, Op. 5 (1825, sur texte de Adam Oehlenschläger)
    • Motet pour la fête de Jubilé de 1826
    • Motet pour la fête de Noël de 1827
    • Himmelske Lyd (1828, sur texte de Adam Oehlenschläger)
    • Cantate pour la fête de Pâques 1828
    • Christian, som elsker de yndige Muser (1831)
    • Chant pour l’anniversaire du prince Christian (1832)
    • Paa Grændsen mellem Land og Stad (1834)
    • Chant pour l’anniversaire du prince Christian (1835)
    • Cantate du Jubilé de la société pour la postérité, Op. 19 (1836, sur texte de Adam Oehlenschläger)
    • Chant pour l’anniversaire de la princesse Amalia (1839)
    • Cantate à la mémoire de A. W. Hauch (1838, sur texte de Adam Oehlenschläger)
    • Cantate funèbre pour sa Majesté le Roi Frédéric VI, Op. 27 (1839-40, sur texte de H.C. Andersen)
    • Choeur funèbre pour Giuseppe Siboni (1839 sur texte de H.C. Andersen)
    • Cantate pour les noces d’argent de Christian VIII et Caroline Amalie (1840)
    • Cantate pour l’anniversaire de Christian VIII (1841)
    • Cantate pour l’anniversaire de la Reine Caroline-Amélie de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg (1842 sur texte de H.C. Andersen)
    • Cantate à la mémoire de C.E.F. Weyse, Op. 36 (1842, sur texte de Henrik Hertz)
    • Cantate pour le Jubilé du Professeur Hans Adolph Brorson (en) (1843, sur texte de H.C. Andersen)
    • Cantate à la mémoire de Thorvaldsen, Op. 41 (1844, sur texte de Henrik Hertz)
    • Cantate funèbre pour sa Majesté le Roi Christian VIII, Op. 47 (1848, sur texte de Johan Ludvig Heiberg)
    • Quando corpus morietur, Op. 15 (1850, pour trois soli, choeur et orchestre)
    • Mindesang over de faldne: Slumrer sødt i Slesvigs jord, pour chœur et grand orchestre (1850)
    • Cantate pour le mariage du Baron Bille-Brahe (1852, sur texte de H.C. Andersen)
    • Cantate pour la consécration du bâtiment de la société des étudiants, Op.64 (1863, sur texte de Christian Richardt)
    • Cantate funèbre pour sa Majesté le Roi Frederik VII, Op. 64b (1863, sur texte de Hans-Peter Holst
    • Cantate pour la consécration du nouveau bâtiment de l’université de Copenhague (1866, sur texte de Christian Richardt)
    • Cantate pour le mariage du prince héritier Frederik avec la princesse Louisa (1869, sur texte de Hans-Peter Holst)
    • Cantate à la mémoire de Orla Lehmann (1870, sur texte de Carl Ploug (it))
    • Cantate pour la consécration du nouveau Théâtre Royal (1874, sur texte de Carl Ploug)
    • Cantate pour le Jubilé de l’Université, Op. 75 (1878-79, sur texte de Carl Ploug)
    • Cantate pour l’inauguration de l’école Henrik Smith (1882, sur texte de Carl Andersen)
    • Cantate pour la fête à la mémoire de Ludvig Holberg (1884, sur texte de Christian Richardt)
    • Cantate pour le Jubilé de l’école des vertus civiques (1887, sur texte de Christian Richardt)
    • Cantate pour l’anniversaire de sa Majesté le Roi Christian IX (1888)
    • Cantate pour la consécration du Palais des Concerts (1889)
    • Cantate pour les noces d’or du Roi Christian IX (1891-92, sur texte de Christian Richardt)
    • Cantate pour la consécration de l’évêque de la Cathédrale de Copenhague (1899)
  • Mélodies et cantates pour choeur a capella
  • Lieder et romances pour voix et piano
    • Sechs Gesänge, pour voix et piano, Op. 13 (1832)
    • Fire Danske Sange, pour voix et piano (dont les populaires Flyv Fugl, flyv over Furesøens vove et Lille Cathrine) (1838)
    • Sechs Lieder, pour voix et piano, Op. 35
    • Seks Sange af B.S. Ingemann, pour voix et piano, Op. 45
    • Sulamith og Salomon, cycle de neuf mélodies pour voix alternées et piano, Op. 52 (1847-48)
    • Sechs Gesänge, pour voix et piano, Op. 55a (dédiés à Sophie Gade)
    • Folmer Spillemands Viser af Hjortens Flugt, cycle de mélodies pour voix et piano, Op. 56
    • Fem sange, pour voix et piano, Op. 63
    • Sange og viser, pour voix et piano, Op. 77
    • Solen i Siljedalen, cycle de mélodies pour voix et piano
    • Des centaines de mélodies individuelles

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Sonate pour violon et piano nº 1 en sol mineur, Op. 8 (1826)
  • Sonate pour violon et piano nº 2 en ut majeur, Op. 39 (1844)
  • Sonate pour violon et piano nº 3 en sol mineur, Op. 83 (1886)
  • Suite pour violon et piano en la mineur, Op. 66 (1864)
  • Fantaisie-Allegro pour violon et piano en re majeur (1889)
  • Sonate pour flûte et piano en si bémol majeur, Op. 1 (1825)
  • Quatuor à cordes en sol majeur (1848 - dernier mouvement inachevé)
  • Quatuor à cordes en la majeur (1852 - dernier mouvement inachevé)
  • Quatuor pour clavier, violon, alto et violoncelle, en fa majeur, Op. 2
  • Andante et variations pour trio à clavier en do majeur (1849)

Piano[modifier | modifier le code]

  • Sonate pour piano nº 1 en ré mineur, Op. 34 (1841)
  • Sonate pour piano n° 2 en sol mineur (1851)
  • Sonate pour piano nº 3 en fa majeur (1853)
  • Sonate pour piano nº 4 en la mineur, Op. 80 (1876–83)
  • Sonatine pour piano en sol majeur, Op. 63a (1863)
  • Sonatine pour piano à quatre mains, Op. 4 (1826)
  • Deux rondeaux brillants pour piano, Op. 6 (1829)
  • Fantaisie pour piano, Op. 7
  • Allegro di bravura et Andante, Op. 10 (1829)
  • Huit caprices pour piano, Op. 18 (1835, publiés en deux cahiers dédiés respectivement à Heinrich Marschner et Félix Mendelssohn)
  • Deux pièces caractéristiques pour piano, Op. 25 (1839)
  • Introduction et Andantino religioso, Op. 26
  • Trois pièces de genre pour piano, Op. 26
  • Huit esquisses pour piano, Op. 31 (1840-41, dédiés à Emma Hartmann)
  • Six pièces en forme de chanson pour piano, Op. 37 (1842)
  • Trois pièces pour piano, Op. 38 (Ballo militare, Cantilena elegiaca, Allegro grazioso)
  • Six pièces de caractère pour piano, Op. 50, avec poèmes introductifs de H. C. Andersen
  • Trois pièces pour piano (Svensk Hjemvee, Capriccio, Andantino - Hun sidder derinde og spiller klaver) (1848-51)
  • Etudes instructives pour piano, Op. 53 (1851)
  • Pièces de fantaisie pour piano, Op. 54 (1855, dédiées à Clara Schumann)
  • Novelette en six petites pièces pour piano, Op. 55 (1852-55), avec poèmes introductifs de H. C. Andersen
  • Quatre pièces pour piano (Gudfa’er fortæller, Vikingefruens drøm, Tys!, Juletrøst)
  • Neuf études et novelettes pour piano, Op. 65
  • Pièces anciennes et récentes pour piano, Op. 74 (Klaverstykker fra ældre og nyere tid, 1874, dédiées à Emil Hartmann)
  • De nombreuses pièces pour piano isolées, pièces de fantaisie, danses, valses, marches, variations, humoresques et autres

Orgue[modifier | modifier le code]

  • Fantaisie en la majeur (1826)
  • Fantaisie en fa mineur, Op. 20 (publiée en 1837)
  • Marche Funèbre pour Thorvaldsen (1844) avec ensemble de cuivres, publiée dans une version pour orgue seul (1879) par Hartmann
  • Vendredi saint et matin de Pâques, Op. 43 (1847-86)
  • Marche Funèbre pour Oehlenschläger (1850), avec ensemble de cuivres
  • Sonate pour orgue en sol mineur, Op. 58 (1855)
  • Marche Funèbre pour Nicolai Peter Nielsen (1860)
  • Andante pour orgue et ensemble de cuivres
  • Musique festive pour l’anniversaire de l’université (1879), avec ensemble de cuivres
  • Pastorale, avec clarinette.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Encyclopaedia Universalis, Dictionnaire des Compositeurs: Les Dictionnaires d'Universalis, Encyclopaedia Universalis, (ISBN 978-2-85229-559-9, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • William Behrend, J.P.E. Hartmann: En levnedskildring, Gyldendal, 1918, 93 pages
  • Viggo Bitsch, J.P.E. Hartmann, Olsens Boghandel, 1954
  • Lothar Brix, Die Klaviermusik von Johan Peter Emilius Hartmann: Ein Beitrag zur musikalischen Romantik in Skandinavien, Dissertation, Göttingen, 1971
  • Dan Fog, Hartmann-Katalog: fortegnelse over J.P.E. Hartmanns trykte kompositioner, København, Dan Fog Musikforlag 1991, 189 pages
  • Angul Hammerich, J.P.E. Hartmann, Biografiske essays, G.E.C. Gads forlag, 1916, 184 pages
  • Richard Hove, J.P.E. Hartmann, København, Dansk Musiktidskrift, 1934, 172 pages
  • Inger Sørensen, Hartmann: Et dansk komponistdynasti, Gyldendal, 1999, 656 pages
  • Inger Sørensen, J.P.E. Hartmann og hans kreds, en komponistfamilies breve 1780-1900, tomes 1-4, Museum Tusculanum Forlag, 1999-2002, 2452 pages
  • Inger Sørensen, J.P.E. Hartmann, Thematic-Bibliographic Catalogue of his works, deux volumes, Dansk Center for Musikudgivelse, 1019 pages

Liens externes[modifier | modifier le code]