Royaume de Norvège (872-1397)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Histoire de la Norvège.
Empire de Norvège
Norgesveldet

872-1397

Drapeau
Drapeau (1318 - 1397)
Description de cette image, également commentée ci-après
L'Empire de Norvège à son apogée vers 1265[N 1]
Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Trondheim
Langue Vieux norrois
Religion Christianisme
Histoire et événements
872 Unification de la Norvège par Harald à la Belle Chevelure
1020 Réunification de la Norvège par Olaf II de Norvège
1262 Vasselage au roi de Norvège de l'État libre islandais
1397 Fondation de l'Union de Kalmar

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Royaume de Norvège (en norvégien bokmål Norgesveldet) est l'entité politique de la Norvège de l'unification des petits royaumes norvégiens à partir de 872 menée par Harald à la Belle Chevelure, jusqu'à la formation de l'Union de Kalmar avec le Danemark et la Suède en 1397. Cette période correspond à un transition entre un pouvoir exercé par des chefs de clans militarisés vers un pouvoir légitimé par le droit et institutionnalisé[1].

La Norvège atteint durant cette période l'apogée de sa puissance, contrôlant les îles Féroé, le Groenland et une partie des îles Britanniques, ainsi que l'Islande à partir de 1262.

Histoire[modifier | modifier le code]

Harald à la Belle Chevelure est considéré comme étant le premier à avoir unifié la Norvège, à la fin du IXe siècle

De la période viking à l'unification (872-1066)[modifier | modifier le code]

À partir de 995, les rois de Norvège entretiennent une intense activité missionnaire de christianisation support d'une politique continue d'unification des différents royaumes et clans du pays afin de faire émerger le principe d'une royauté chrétienne unique dans un contexte de concurrence à partir du XIe siècle avec la royauté danoise qui tente d'asseoir sa suprématie sur les échanges dans la Baltique[2]. Cette lutte amènera ainsi Harald Hardrada a saisir l'opportunité de revendiquer le trône d'Angleterre à la mort d'Édouard le Confesseur en 1066. le débarquement de la flotte norvégienne se soldera par la défaite de Stamford Bridge et la mort du roi Harald.

Consolidation de la royauté (1066-1130)[modifier | modifier le code]

Le royaume de Norvège poursuit une intense activité outre-mer en participant dès1107 au mouvement des croisades[3]. L’expédition norvégienne dure 3 ans et voit pour la première fois un roi en la personne de Sigurd Ier, participer personnellement à l'entreprise de reconquête de la terre sainte.

Rivalités autour du pouvoir royal (1130-1240)[modifier | modifier le code]

Le dernier souverain issu de la lignée d'Harald aux Beaux Cheveux fut Sigurd Ier, qui régna de 1103 jusqu'à sa mort en 1130. Parmi ses successeurs, Sverre, roi de 1184 à 1202, fut le plus remarquable. Homme d'État très habile, il établit une monarchie puissante et affaiblit le pouvoir du clergé et de la noblesse. Sous le règne de Håkon IV Håkonsson l'Ancien, de 1217 à 1263, la Norvège atteignit l'apogée de sa puissance économique, politique et culturelle au Moyen Âge.

Stabilisation du pouvoir et apogée (1240-1319)[modifier | modifier le code]

Les possessions coloniales de la Norvège

L'Islande fut alors annexée au royaume en 1262 suite à l'Âge des Sturlungar, et l'autorité royale fut renforcée par Håkon et par son fils, Magnus VI Lagaböte. L'aristocratie terrienne fut affaiblie par Håkon V (1270-1319). Les vieilles familles nobles déclinèrent ensuite graduellement et la Norvège devint surtout une nation de paysans. La ligue hanséatique détourna à son profit le commerce en mer du Nord et contrôla toute l'économie de la région.

En 1319, à la mort d'Håkon V qui n'avait pas d'héritier mâle, le royaume fut donné à Magnus IV de Suède, remplacé en 1343 par son fils Håkon VI.

Des crises à la formation de l'Union de Kalmar (1319-1397)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Union de Kalmar.

Puis ce fut le tour, en 1380, du fils de celui-ci, Oluf II de Danemark roi de Danemark, qui devint le roi Olav IV de Norvège. Mais le jeune roi n'exerça qu'un pouvoir de façade car le vrai pouvoir était détenu par sa mère, Marguerite Ire Valdemarsdotter. Il mourut d'ailleurs avant elle et celle-ci devint souveraine de la Norvège et du Danemark, puis de la Suède en 1389. Afin d'obtenir le soutien des Allemands contre les ducs de Mecklembourg prétendants au trône de Suède, Marguerite fit élire roi son petit-neveu, Éric de Poméranie.

Territoire[modifier | modifier le code]

Territoire principal[modifier | modifier le code]

Dépendances d'outre-mer[modifier | modifier le code]

Institutions[modifier | modifier le code]

Roi[modifier | modifier le code]

Alors que le principe électif de attribution de la fonction royale résiste durablement dans la plupart des royaumes scandinaves, c'est en Norvège que les règles de succession héréditaire par primogéniture se constatent de manière la plus précoce et avec le plus de régularité[4].

Noblesse[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Snorri Sturluson, Histoire des rois de Norvège, (trad. du vieil islandais, introd. et annoté par François-Xavier Dillmann), Paris, 2000 (ISBN 978-2070732111)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Norvège possédait aussi des colonies dans le sud du Groenland, non visibles ici.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sverre Bagge, Tuomas Martti Samuel Lehtonen (dir.) et Elisabeth Mornet (dir.), Les élites nordiques et l'Europe occidentale : XIIe-XVe siècle actes de la rencontre franco-nordique organisée à Paris, 9-10 juin 2005, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Histoire ancienne et médiévale », (ISBN 9782859445775, lire en ligne), « Caractères et fondements du pouvoir en Norvège au Moyen Age », pp. 23-40
  2. Stéphane Coviaux, « Norvège et Normandie au XIe siècle », Annales de Normandie, vol. 55, no 3,‎ , p. 195–211 (DOI 10.3406/annor.2005.1533, lire en ligne, consulté le 15 mai 2019)
  3. Vladimir Gultzgoff, « La Russie kiévienne entre la Scandinavie, Constantinople et le Royaume franc de Jérusalem », Revue des Études Slaves, vol. 55, no 1,‎ , p. 151–161 (DOI 10.3406/slave.1983.5312, lire en ligne, consulté le 12 juin 2019)
  4. Élisabeth Mornet et Jean-Marie Maillefer, « Sociétés nordiques en politique, xiie-xve siècles. État de la question », Médiévales. Langues, Textes, Histoire, no 50,‎ , p. 7–28 (ISSN 0751-2708, DOI 10.4000/medievales.1328, lire en ligne, consulté le 15 mai 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]