Eyne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Eyne
Eyne
Le village et la vallée d'Eyne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades
Intercommunalité Communauté de communes Pyrénées catalanes
Maire
Mandat
Alain Bousquet
2020-2026
Code postal 66800
Code commune 66075
Démographie
Gentilé Eynois(es)
Population
municipale
135 hab. (2018 en augmentation de 5,47 % par rapport à 2013)
Densité 6,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 28′ 29″ nord, 2° 04′ 59″ est
Altitude Min. 1 470 m
Max. 2 827 m
Superficie 20,36 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton des Pyrénées catalanes
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Eyne
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Eyne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Eyne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Eyne

Eyne Écouter (catalan : Eina) est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Eynois, Einencs et Einenques.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Eyne se trouve dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie et est frontalière avec l'Espagne (Catalogne)[1].

Elle se situe à 71 km à vol d'oiseau de Perpignan[2], préfecture du département, et à 32 km de Prades[3], sous-préfecture.

Les communes les plus proches[Note 1] sont[4] : Llo (2,6 km), Bolquère (3,3 km), Saint-Pierre-dels-Forcats (3,8 km), Saillagouse (3,8 km), La Cabanasse (4,1 km), Font-Romeu-Odeillo-Via (4,8 km), Mont-Louis (4,9 km), Planès (5,1 km).

Sur le plan historique et culturel, Eyne fait partie de la région de la Cerdagne, une haute plaine à une altitude moyenne de 1 200 m d'altitude, qui s'étend d'est en ouest sur une quarantaine de kilomètres entre Mont-Louis et Bourg-Madame[5].

Situation de la commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle est traversée par le Riu d'Eina qui prend sa source dans la vallée. Deux fontaines sont accessibles sur la route principale.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 4, correspondant à une sismicité moyenne[8].

La commune est située à la base de la Vallée d'Eyne, hors de la réserve du même nom.

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 7,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 10,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 712 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 6,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,7 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat de montagne », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[9]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, la température décroît rapidement en fonction de l'altitude. On observe une nébulosité minimale en hiver et maximale en été. Les vents et les précipitations varient notablement selon le lieu[10].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[11]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[9].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[12] complétée par des études régionales[13] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Ste Léocadie », sur la commune de Sainte-Léocadie, mise en service en 1981[14]et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[15],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 9,7 °C et la hauteur de précipitations de 567,3 mm pour la période 1981-2010[16]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Perpignan », sur la commune de Perpignan, mise en service en 1924 et à 71 km[17], la température moyenne annuelle évolue de 15,4 °C pour la période 1971-2000[18], à 15,7 °C pour 1981-2010[19], puis à 16,1 °C pour 1991-2020[20].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[21],[22]. Dans ce cadre, la commune fait partie [23].

Deux espaces protégés sont présents sur la commune :

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 4]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats[29].

  • le « massif du Puigmal », d'une superficie de 8 784 ha, présence une richesse patrimoniale avec onze habitats naturels et deux espèces végétales au niveau régional. Ainsi la station de Botryche simple est très importante compte tenu du faible nombre de stations en France[30] et au titre de la directive oiseaux[29]
  • « puigmal-Carança », d'une superficie de 10 260 ha, un site qui a une responsabilité forte ou très forte pour cinq espèces d'oiseaux au niveau régional, dont le gypaète barbu[31].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 5] est recensée sur la commune[32] : la « vallée d'Eyne » (1 211 ha)[33] et deux ZNIEFF de type 2[Note 6],[32] :

  • les « chaine du Puigmal et vallées Adjacentes » (28 390 ha), couvrant 15 communes du département[34] ;
  • la « Haute Cerdagne » (5 477 ha), couvrant 12 communes du département[35].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Eyne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[36],[37],[38]. La commune est en outre hors attraction des villes[39],[40].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (74,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (74,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (34,6 %), forêts (23,4 %), prairies (19,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (16,6 %), zones agricoles hétérogènes (4,5 %), zones urbanisées (1,4 %)[41].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accessibilité aux randonneurs

Le village d'Eyne est accessible :

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Eina[47] ou Eyna[48].

Eyne est mentionnée en 913 sous le nom de villa Esna[48].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du village d'Eyne remonte au Néolithique. Des traces d'un premier foyer aménagé au Pla Del Bach vers 3300 avant J-C ont été trouvées à proximité du village[49].

Les dolmens et menhirs encore présents sur le territoires sont vieux d'environ 4000 ans.

Depuis cette époque, les cultures de blé, de seigle, d'avoine se développent autour du village, ainsi que l'élevage bovin et ovin jusque dans la vallée, avec la pratique de l'estivage[49].

Le XVIIe siècle marque le début de l'intérêt des botanistes pour la vallée, avec notamment la visite de Joseph Pitton de Tournefort[49].

Malgré son aspect sauvage et intact, la vallée d'Eyne est fortement marquée par la présence de l'Homme, qui au travers des différentes époques a façonné le paysage par son activité, notamment le défrichage, le charbonnage, et l'estive des troupeaux. Ainsi, le paysage naturel actuel, et en particulier la Biodiversité végétale importante de la Réserve sont indissociables de l'activité humaine passée et présente[49].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Communauté de communes[modifier | modifier le code]

Corps de ferme rénové abritant Mairie et Maison de la vallée d'Eyne.

La commune adhère à la Communauté de communes Capcir Haut-Conflent par arrêté préfectoral du [50]. Celle-ci change de nom et devient la Communauté de communes Pyrénées catalanes en 2016.

Canton[modifier | modifier le code]

À compter des élections départementales de 2015, la commune est incluse dans le nouveau canton des Pyrénées catalanes.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 En cours Alain Bousquet[51],[52]    

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2008[53].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1358 1365 1378 1470 1515 1553 1709 1720 1767
18 f16 f15 f9 f11 f11 f28 f23 f167 H
1774 1788 1789 - - - - - -
40 f213 H42 f------
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[54]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[55].

En 2018, la commune comptait 135 habitants[Note 8], en augmentation de 5,47 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Orientales : +2,95 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
225216238281250269264310330
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
306334303270253269277256243
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
22422120518615515112811176
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
6938495084127161124128
2018 - - - - - - - -
135--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[56] puis Insee à partir de 2006[57].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[58] 1975[58] 1982[58] 1990[58] 1999[58] 2006[59] 2009[60] 2013[61]
Rang de la commune dans le département 201 198 203 173 155 154 169 170
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'école à Eyne. L'ancienne école située Carrer de l'Escola abrite actuellement les bureaux de la Réserve Naturelle de la Vallée d'Eyne.[réf. nécessaire]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 29 septembre[62] ;
  • Fête communale : 8 mai[62].
  • F'estive d'Eyne : En mai/juin, chaque année depuis 2000 cette manifestation célèbre la montée en estive des troupeaux dans la Vallée d'Eyne, qu'il est possible d'accompagner. Elle est également l'occasion pour tous les producteurs et artisans locaux de mettre en valeur leur production.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La station de ski Espace Cambre d'Aze de 23 pistes est en partie située sur le territoire d'Eyne.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 22 178 €[63].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Le village compte plusieurs producteurs :

  • La grange d'Eyne : Elevage de vaches de race Gasconne, de canards. Vente de produits de la ferme.
  • La fromagerie Cal Gilet : Elevage de vaches, production de fromages, notamment Tomme des pyrénées au lait cru, et Mató.
  • La miellerie du Cambre : Apiculteur proposant miels et produits de la ruche, notamment le Miel de Rhododendron, et la propolis.

En 2018 une boulangerie a ouvert ses portes. Les pains au levain naturel sont composés de farines locales et cuits au four à bois, à l'ancienne.

La Maison de la Vallée propose à la vente un assortiments de produits locaux.

L'Indret, partageant le même corps de ferme que la Maison de la Vallée est le seul restaurant du village.

La Station d'Eyne compte quant à elle un hôtel, plusieurs restaurants, une épicerie.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

La commune est particulièrement riche archéologiquement ; elle possède quelques dolmens et menhirs, faits de granit, pierres creusées de cupules, et un « sentier archéologique » relie la plupart d'entre eux :

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

  • La vallée d'Eyne, réserve naturelle depuis 1993 abrite en particulier une forte diversité d'espèces végétales[64].
  • La Maison de la Vallée est un lieu d'information et d'interprétation de la Vallée d'Eyne. C'est également un espace d'exposition sur le patrimoine culturel et naturel d'Eyne et de ses alentours. Elle a notamment accueilli de 2016 à 2017 l'exposition "Ours, mythes et réalité", conçue par le Muséum de Toulouse[65]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eina - Eyne, 1988. Revue de la Société d'Histoire Naturelle de Perpignan et des Pyrénées-Orientales. Série monographies "L'Homme et son milieu". ISSN 0987-6049
  • Sonja Souvenir et Michel Baracetti, Les 7 vies de la vallée d'Eyne. 2002. - Réserve naturelle de la vallée d'Eyne. (ISBN 2-906396-03-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[28].
  5. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  6. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Métadonnées de la commune d'Eyne », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Eyne et Perpignan », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Eyne et Prades », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches d'Eyne », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 186-187.
  6. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées ign
  7. Institut cartographique de Catalogne, « Visualisateur cartographique Vissir » (consulté le ).
  8. « Plan séisme » (consulté le ).
  9. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  10. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  11. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  12. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  13. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  14. « Station Météo-France Ste Léocadie - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  15. « Orthodromie entre Eyne et Sainte-Léocadie », sur fr.distance.to (consulté le ).
  16. « Station Météo-France Ste Léocadie - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  17. « Orthodromie entre Eyne et Perpignan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  19. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  20. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  21. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le )
  22. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  23. « Parc national des Pyrénées - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  24. « Le Parc naturel régional des Pyrénées catalanes - le territoire. », sur https://www.parc-pyrenees-catalanes.fr (consulté le )
  25. « - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « Réserve naturelle de la vallée d'Eyne. », sur www.reserves-naturelles.org (consulté le )
  27. « - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  29. a et b « Liste des zones Natura 2000 de la commune d'Eyne », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. « site Natura 2000 FR9101472 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  31. « site Natura 2000 FR9112029 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  32. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune d'Eyne », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  33. « ZNIEFF la « vallée d'Eyne » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  34. « ZNIEFF les « chaine du Puigmal et vallées Adjacentes » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  35. « ZNIEFF la « Haute Cerdagne » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  36. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  37. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  38. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  39. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  40. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  41. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  42. a b et c « Géoportail », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  43. « GRP : Tour de Cerdagne, entre deux gares du train jaune », sur www.ffrandonnee.fr (consulté le ).
  44. « HRP : 42 étapes de la Haute Route Pyrénéenne et les refuges », sur Randozone (consulté le ).
  45. « Haute Randonnée Pyrénéenne (HRP) », sur camptocamp.org (consulté le ).
  46. « Haute Route des Pyrénées - Les étapes de la HRP », sur www.pyrenees-pireneus.com (consulté le ).
  47. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne).
  48. a et b Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014).
  49. a b c et d Sonja Souvenir et Michel Baracetti, Les 7 vies de la Vallée d'Eyne, Association gestionnaire de la Réserve Naturelle d'Eyne, , 10 p. (ISBN 2-906396-03-6).
  50. Site officiel, section Statuts
  51. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  52. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  53. Fiche | Agenda 21 de Territoires - Eyne, consultée le 26 octobre 2017
  54. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  55. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  56. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  57. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  58. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  59. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  60. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  61. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  62. a et b Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7).
  63. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  64. « Vallée d'Eyne | Réserves naturelles de France », sur www.reserves-naturelles.org (consulté le ).
  65. « OURS - Museum », sur www.museum.toulouse.fr (consulté le ).