Err (Pyrénées-Orientales)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Err.

Err
Err (Pyrénées-Orientales)
Église Saint-Génis et chapelle de la Vierge
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades
Canton Les Pyrénées catalanes
Intercommunalité Communauté de communes de Pyrénées Cerdagne
Maire
Mandat
Raymond Pouget
2014-2020
Code postal 66800
Code commune 66067
Démographie
Gentilé Errois(es)
Population
municipale
656 hab. (2015 en augmentation de 3,8 % par rapport à 2010)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 26′ 28″ nord, 2° 02′ 03″ est
Altitude Min. 1 309 m
Max. 2 911 m
Superficie 25,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Err

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Err

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Err

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Err

Err Écouter est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Errois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Err est située en Cerdagne dans l'arrondissement de Prades, au sud de Saillagouse. Elle est frontalière de l'Espagne au sud-est de son territoire, avec la commune de Queralbs.

Situation de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Err[1],[2]
Sainte-Léocadie Saillagouse
Osséja Err Llo
Valcebollère Queralbs
(Espagne)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le point culminant de la commune est le Puigmal situé à 2 910 mètres d'altitude[1].

La commune est classée en zone de sismicité 4, correspondant à une sismicité moyenne[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Ribera d'Err, au pied du bourg.

Le ruisseau d'Err (Ribera d'Err[1] en catalan) prend sa source sur le massif du Puigmal d'Err au lieu-dit "Aigua Neix". Il traverse la commune en direction de l'enclave de Llívia et le Sègre (affluent de l'Èbre) dans lequel il se jette.

Un canal d'arrosage aujourd'hui géré par l'ASA Canal d'Err a été créé à la fin du 19ème siècle. Les premiers statuts datent de 1888.

Le canal permet l'irrigation des terrains agricoles constitués essentiellement des prairies situées sur le plateau entre Err et Saillagouse.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Routes

La Commune est traversée par la route départementale RD33 et est bordée par la RN 116 qui relie les villes de Perpignan et Bourg-Madame.

Train

Le Train jaune qui circule sur la ligne de Cerdagne dessert le village depuis 1910.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Er selon l'Institut d’Estudis Catalans[4], mais Lluís Basseda propose de garder Err, qui a été fixé par l'usage, pour des raisons de prononciation (Er se prononçant comme « é » en catalan) et d'étymologie : ce double r final est unique dans l'aire catalane et montre les racines très anciennes de ce mot[5].

Le nom du village apparaît pour la première fois dans un texte de 839 sous la forme Ezerre. Il est, au cours des siècles, peu à peu transformé, ainsi le XIe siècle voit les formes Ezer, Edzer, Ederr, Herr et même Aher. À partir du XIIIe siècle, Err et Er prennent le dessus. Son origine est mal connue, mais les spécialistes s'accordent pour les faire remonter à avant l'arrivée du latin et des langues celtes dans la région[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

À compter des élections départementales de 2015, la commune est incluse dans le nouveau canton des Pyrénées catalanes.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1794 Jean Altéza    
1794 1794 François Vilar    
1794 1796 François Colomer    
1796 1802 Sauveur Girbès Torb    
1802 1816 François Colomer Giralt    
1816 1824 Laurent Vigo    
1824 1830 Bonaventure Vigo    
1830 1830 Sauveur Colomer    
1830 1833 Joseph Auté    
1833 1835 François Aymard    
1835 1838 Abdon Girbès    
1838 1848 Antoine Vigo Moreno    
1848 1852 Sauveur Girbès    
1852 1860 Antoine Vigo Moreno    
1860 1867 François de Girvès    
1867 1870 Joseph Coll    
1870 1874 Pierre Arro    
1874 1876 Étienne Auté    
1876 1877 François Garrete    
1877 1878 Joseph fils Durand    
1878 1888 François Garrete    
1888 1889 Georges Llédos    
1889 1920 Pierre Autet    
1920 1929 Joseph Autet    
1929 1943 Barthélémy Llédos    
1943 1945 Jacques Bonnet    
1945 1951 Barthélémy Llédos    
1951 1953 Bonaventure Auté    
1953 1971 Sauveur Farré    
1971 1974 Gaudérique Malet    
1974 1977 André Llédos    
1977 1983 Jacques Noëll    
1983 en cours Raymond Pouget[7],[8] Sans étiquette Boucher-charcutier

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1365 1378 1515 1709 1720 1767 1774 1788 1789
35 f27 f17 f58 f84 f524 H130 f636 H150 f
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2015, la commune comptait 656 habitants[Note 1], en augmentation de 3,8 % par rapport à 2010 (Pyrénées-Orientales : +5,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
600592672665734736714737801
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
728767738685689672640610547
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
514501441392362323310318302
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
267352370408398551613625656
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[13] 1975[13] 1982[13] 1990[13] 1999[13] 2006[14] 2009[15] 2013[16]
Rang de la commune dans le département 116 100 105 107 101 99 101 105
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un regroupement pédagogique intercommunal entre Err et Estavar. Err accueille l'école primaire de la maternelle au CP, et Estavar l'école élémentaire du CE1 au CM2[17]. L'école est située en haut du bourg près de la mairie.

Le secteur du collège est Bourg-Madame[18].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

  • Le GCS Pôle Sanitaire Cerdan est un établissement de santé composé de 97 lits et qui dispose de deux services moyen séjour de soins de suite et réadaptation ainsi que d'une unité de soins de longue durée.
  • L'EHPAD Rose de Montella est une maison de retraite qui dispose de 75 lits. Cet établissement est situé au 9 Cami de la Ribereta et jouxte le Pôle Sanitaire Cerdan.
  • Le SSIAD Cerdagne Capcir (Service de soins infirmiers à domicile) assure, sur prescription médicale, des soins infirmiers. Il est installé dans les locaux de la maison de retraite Rose de montella.

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 29 622 €[20].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Carte IGN sous Géoportail
  2. Institut cartographique de Catalogne, « Visualisateur cartographique Vissir » (consulté le 23 mars 2013)
  3. « Plan séisme »
  4. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  5. a et b Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra, , 796 p.
  6. Liste des maires d'Err sur MairesGenWeb
  7. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  8. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  17. [xls] Académie de Montpellier, « Effectifs détaillés par école en 2012 », (consulté le 26 juillet 2013)
  18. Inspection académique des Pyrénées-Orientales, « Circonscription de Prades », (consulté le 26 juillet 2013)
  19. a, b et c Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  20. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).