Estelle Mossely

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Estelle Mossely
Fiche d’identité
Nom complet Estelle Mossely
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (27 ans)
Créteil (France)
Taille 1,68 m (5 6)
Catégorie poids légers
Palmarès
  Professionnel
Combats 5
Victoires 5
Victoires par KO 1
Défaites 0
Matchs nuls 0
Titres professionnels Championne du monde Poids légers
IBO (2019-)
Titres amateurs
Dernière mise à jour : 14 Juin 2019

Estelle Mossely, née le à Créteil[1], est une boxeuse française qui combat en poids légers (moins de 60 kg). Elle est la première boxeuse française à remporter le titre aux Jeux olympiques et également la première française sacrée championne du monde après un titre olympique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née d'un père d'origine congolaise[2], Pascal Mossely, et d'une mère d'origine ukrainienne[3], Estelle Mossely est membre du club Red Star de Champigny[1] sur Marne (Région parisienne). Elle est diplômé de l'École supérieure d'ingénieurs Léonard-de-Vinci[4] et travaille actuellement en tant qu’ingénieure en conception et développement chez Allianz.

En 2016, le jour de son anniversaire, elle est sacrée championne olympique aux Jeux de Rio en s'imposant face à la Chinoise Yin Junhua[5].

En 2018, avec Antoine Griezmann et Marie-Amélie Le Fur, elle est nommée ambassadrice de la campagne contre les discriminations lancée par la ministre des Sports Laura Flessel[6].

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Titres professionnels[modifier | modifier le code]

Titres mondiaux mineurs[modifier | modifier le code]

  • Championne du monde poids légers IBO (depuis 2019)

Télévision[modifier | modifier le code]

En 2018, elle participe à la saison 3 du Meilleur Pâtissier, spécial célébrités sur M6.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Elle partage la vie du boxeur Tony Yoka[7], comme elle médaillé d'or aux Jeux olympiques d'été de 2016 (Boxe aux Jeux olympiques d'été de 2016 - Poids super-lourds hommes). En mars 2017, ils annoncent attendre leur premier enfant en postant un cliché sur les réseaux sociaux[8]. Leur premier enfant, un garçon prénommé Ali, naît le 2 août 2017[9]. Le 7 janvier 2018, elle épouse son compagnon Tony Yoka[10]. Le 22 octobre 2019, elle annonce sur les réseaux sociaux être enceinte d'un second enfant et, dans le même temps, sa séparation avec Tony Yoka, futur père de l'enfant[11].Le couple de boxeur décide finalement de se remettre ensemble en fin d’année 2019. Leur deuxième enfant, un garçon prénommé Magomed, naît le 7 mai 2020[12].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Estelle Mossely », sur espritbleu.franceolympique.com (consulté le 22 février 2016).
  2. Sandrine Blanchard, « Estelle Mossely : « J’ai cherché le bonheur, et je l’ai trouvé » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  3. Estelle Mossely, la tête et les poings
  4. « Deuxième titre de championne de France de boxe pour Estelle, élève ingénieur à l'ESILV », sur Ecole d'Ingénieurs Paris-La Défense ESILV (consulté le 22 février 2016).
  5. Anthony Hernandez, « Estelle Mossely, première française championne olympique » sur Le Monde, 19 août 2016
  6. « Discriminations, Laura Flessel passe à l'action », Paris Match, semaine du 29 mars au 4 avril 2018, p. 35.
  7. « Tony Yoka et Estelle Mossely : Après les JO, le mariage pour les deux boxeurs », sur www.purepeople.com (consulté le 22 février 2016).
  8. « Tony Yoka : Estelle Mossely est enceinte de leur premier enfant ! », Non Stop People,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2017)
  9. Coline Vazquez, « Les boxeurs Tony Yoka et Estelle Mossely sont parents » sur Le HuffPost, 3 août 2017
  10. Clémentine Rebillat, « Tony Yoka et Estelle Mossely se sont dit "oui" », sur parismatch.com,
  11. Par C. L.-ELe 22 octobre 2019 à 22h57, « Boxe : enceinte de son deuxième enfant, Estelle Mossely se sépare de Tony Yoka », sur leparisien.fr, (consulté le 23 octobre 2019)
  12. « Tony Yoka et Estelle Mossely sont devenus parents pour la deuxième fois », sur Le HuffPost, (consulté le 9 mai 2020)
  13. Décret du 30 novembre 2016 portant promotion et nomination
  14. « Yoka, Mossely, Deschamps, Le Fur, Mayer… : le palmarès complet des RMC Sport Awards », sur rmcsport.bfmtv.com, (consulté le 11 décembre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :