Estelle Mossely

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Estelle Mossely
Fiche d’identité
Nom de naissance Estelle Mossely
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (31 ans)
Créteil (France)
Taille 1,68 m (5 6)
Catégorie poids légers
Palmarès
  Professionnel
Combats 10
Victoires 9
Victoires par KO 1
Défaites 0
Matchs nuls 1
Titres professionnels Championne du monde Poids légers IBO (2019-)
Titres amateurs Médaille d'or aux Championnats du monde de boxe amateur 2016 (poids légers, -60 kg)

Médaillée d'or aux Jeux olympiques d'été de 2016 (Légers (-60 kg))
Dernière mise à jour : 6 mars 2021

Estelle Mossely, née le à Créteil[1], est une boxeuse française qui combat en poids légers (moins de 60 kg). Elle est la première boxeuse française à remporter le titre aux Jeux olympiques et également la première Française sacrée championne du monde après un titre olympique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et débuts sportifs[modifier | modifier le code]

Née d'un père d'origine congolaise[2], Pascal Mossely, et d'une mère d'origine ukrainienne[3], Estelle Mossely est membre du club Red Star de Champigny-sur-Marne en région parisienne[1]. Étant plus jeune, elle a essayé la danse classique, la natation et le patinage artistique.

Carrière dans la boxe[modifier | modifier le code]

Estelle Mossely commence la boxe à 12 ans après l’avoir découverte par hasard à la télévision. Elle est passée par l’INSEP pour s’entrainer et est maintenant licenciée au Boxing Lyon United où elle est accompagnée de Kamel Hasni qu’elle a côtoyé en équipe de France auparavant.

En 2016, le jour de son anniversaire, elle est sacrée championne olympique aux Jeux de Rio en s'imposant face à la Chinoise Yin Junhua[4].

En 2018, avec Antoine Griezmann et Marie-Amélie Le Fur, elle est nommée ambassadrice de la campagne contre les discriminations lancée par la ministre des Sports Laura Flessel[5].

En 2020, elle réalise un stage d'un mois et demi aux États-Unis peu avant le confinement pour rejoindre sa famille en France.

En 2022, elle signe un contrat avec Probellum pour trois ans avec l’ambition de conquérir un titre professionnel et l’or olympique aux Jeux de Paris 2024.

Elle est médaillée de bronze dans la catégorie des poids légers aux Jeux européens de 2023 à Nowy Targ, battue en demi-finales par l'Irlandaise Kellie Harrington[6].

Activités extra-sportives[modifier | modifier le code]

Diplômée de l'École supérieure d'ingénieurs Léonard-de-Vinci, Estelle Mossely travaille en tant qu’ingénieure en conception et développement chez Allianz[réf. nécessaire].

En 2018, elle publie Maman t’écrit, un livre de 200 pages dans lequel elle raconte son parcours à son fils et partage avec le lecteur tous les obstacles auxquels elle a dû faire face dans sa carrière[réf. nécessaire].

En 2022, elle participe à la saison 4 de Mask Singer sur TF1 sous le costume de la Mariée. Elle est démasquée lors du 8e et dernier prime soit la finale, terminant alors troisième dans la compétition

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Titres professionnels[modifier | modifier le code]

Titres mondiaux mineurs[modifier | modifier le code]

  • Championne du monde poids légers IBO (depuis 2019)

Liste des combats[modifier | modifier le code]

Tableau récapitulatif
9 combats 9 victoires 0 défaites
Avant la limite 1 0
Sur décision 8 0

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 2015, très touchée par la disparition tragique d'Alexis Vastine avec qui elle s’entraînait, elle décide avec son compagnon Tony Yoka de lancer une cagnotte pour la famille du boxeur. Elle partageait la vie du boxeur Tony Yoka[20], comme elle médaillé d'or aux Jeux olympiques d'été de 2016 (Boxe aux Jeux olympiques d'été de 2016 - Poids super-lourds hommes). En 2017, elle met un frein à sa carrière lors de sa première grossesse. En mars 2017, ils annoncent attendre leur premier enfant en postant un cliché sur les réseaux sociaux[21]. Leur premier enfant, un garçon prénommé Ali, naît le 2 août 2017[22]. Le 7 janvier 2018, elle épouse son compagnon Tony Yoka[23]. Le 22 octobre 2019, elle annonce sur les réseaux sociaux être enceinte d'un second enfant et, dans le même temps, sa séparation avec Tony Yoka, futur père de l'enfant[24]. Le couple de boxeurs décide finalement de se remettre ensemble en fin d’année 2019. Leur deuxième enfant, un garçon prénommé Magomed, naît le 7 mai 2020[25],[26],[27]. Estelle et Tony Yoka annoncent finalement leur divorce le 1er novembre 2021[28].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Estelle Mossely », sur espritbleu.franceolympique.com (consulté le ).
  2. Sandrine Blanchard, « Estelle Mossely : « J’ai cherché le bonheur, et je l’ai trouvé » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  3. Estelle Mossely, la tête et les poings
  4. Anthony Hernandez, « Estelle Mossely, première française championne olympique » sur Le Monde, 19 août 2016
  5. « Discriminations, Laura Flessel passe à l'action », Paris Match, semaine du 29 mars au 4 avril 2018, p. 35.
  6. « Estelle Mossely battue en demi-finales des Jeux Européens », sur lequipe.fr, (consulté le )
  7. (en) Estelle Mossely v Verena Kaiser, sur Box Rec (consulté le 6 mars 2021).
  8. Meilleure technicienne, Estelle Yoka-Mossely bat l'Allemande Verena Kaiser aux points, sur L'Équipe, 5 mars 2021 (consulté le 6 mars 2021).
  9. Mossely devait initialement affronter la Bosnienne Pasa Malagic (26 ans, 15V–6D), mais étant malade, elle déclare forfait. Elle est remplacée par la marseillaise Emma Gongora (27 ans, 0V–1D).
  10. (en) Estelle Mossely v Emma Gongora, sur Box Rec (consulté le 28 novembre 2020).
  11. Estelle Mossely-Yoka bat Emma Gongora aux points, sur L'Équipe, 27 novembre 2020 (consulté le 28 novembre 2020).
  12. (en) Estelle Mossely v Aurélie Froment, sur Box Rec (consulté le 28 novembre 2020).
  13. Estelle Mossely-Yoka réussit sa rentrée, en battant Aurélie Froment, sur L'Équipe, 25 septembre 2020 (consulté le 28 novembre 2020).
  14. (en) Estelle Mossely v Ana Romina Guichapani, sur Box Rec (consulté le 28 novembre 2020).
  15. (en) Estelle Mossely v Lucy Wildheart, sur Box Rec (consulté le 28 novembre 2020).
  16. (en) Estelle Mossely v Olena Medvedenko, sur Box Rec (consulté le 28 novembre 2020).
  17. (en) Estelle Mossely v Sylwia Maksym, sur Box Rec (consulté le 28 novembre 2020).
  18. (en) Estelle Mossely v Karina Kopinska, sur Box Rec (consulté le 28 novembre 2020).
  19. (en) Estelle Mossely v Aleksandra Vujovic, sur Box Rec (consulté le 28 novembre 2020).
  20. « Tony Yoka et Estelle Mossely : Après les JO, le mariage pour les deux boxeurs », sur www.purepeople.com (consulté le ).
  21. « Tony Yoka : Estelle Mossely est enceinte de leur premier enfant ! », Non Stop People,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. Coline Vazquez, « Les boxeurs Tony Yoka et Estelle Mossely sont parents » sur Le HuffPost, 3 août 2017
  23. Clémentine Rebillat, « Tony Yoka et Estelle Mossely se sont dit "oui" », sur parismatch.com,
  24. Par C. L.-ELe 22 octobre 2019 à 22h57, « Boxe : enceinte de son deuxième enfant, Estelle Mossely se sépare de Tony Yoka », sur leparisien.fr, (consulté le )
  25. « Tony Yoka et Estelle Mossely sont devenus parents pour la deuxième fois », sur Le HuffPost, (consulté le )
  26. Championne sa mère ! Sport et maternité, Sport Reporter, 2019, reportage par Laurie Delhostal, rapportant notamment les expériences de maternité de Sarah Ourahmoune, d'Estelle Mossely et de la handballeuse Siraba Dembélé
  27. « Championne, sa mère », un documentaire fort sur la maternité des sportives, lessportives.fr, 10 septembre 2020, par Assia Hamdi
  28. Tony Yoka et Estelle Mossely ont divorcé(lequipe.fr)
  29. Décret du 30 novembre 2016 portant promotion et nomination
  30. « Yoka, Mossely, Deschamps, Le Fur, Mayer… : le palmarès complet des RMC Sport Awards », sur rmcsport.bfmtv.com, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :