Vincent Niclo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ou section présente des problèmes de fond et nécessite d'être vérifié.

Améliorez-le ou discutez des points à vérifier. Si vous venez d’apposer le bandeau, merci d’indiquer ici les points à vérifier.

Vincent Niclo
Description de cette image, également commentée ci-après

Vincent Niclo en 2011.

Informations générales
Naissance (41 ans)
Paris, (France)
Activité principale Chanteur
Activités annexes Acteur
Genre musical Variété française, opéra
Années actives depuis 1997
Labels Universal
Site officiel vincentniclo.com

Vincent Niclo, né le à Paris, est un chanteur ténor et acteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation, sortie de l'anonymat et premier album[modifier | modifier le code]

Vincent Niclo est né le à Paris, en France. Il est issu d'une famille d'artistes.

D'abord intéressé par le théâtre, il s'inscrit au cours Florent où il bénéficie des enseignements de Raymond Acquaviva. Il suit également le cours Simon et participe à un stage à l'Actors Studio. De plus, Vincent Niclo fait deux ans de danse moderne[1].

Il décroche son premier rôle au théâtre dans la pièce de Marthe Vandenberg Renaître à Bogota. Il participe à plusieurs téléfilms ou séries, comme Sous le soleil, Extrême Limite ou Nestor Burma, et au cinéma dans Place Vendôme de Nicole Garcia[2].

À la suite d'une publicité télévisée pour une compilation disco, Jean-Pierre Pasqualini et Jeff Barnel lui proposent en 1996 d'intégrer le mixband Thats' French. Avec Rod Janois et Joanna Boumendil, il enregistre Discollector qui sort sur le label Avrep de Pierre-Alain Simon chez BMG[3],[4].

À la suite de sa rencontre avec Thierry Dran de l'Opéra de Paris, il perfectionne sa technique de chant et obtient le rôle de Jim Farrel dans la comédie musicale Titanic (comédie musicale) (en) en 2001[1],[4].

Il enchaîne alors les rôles dans des comédies musicales : Tony pour West Side Story, le Vicomte de Valmont pour Les Liaisons dangereuses, Tristan pour Tristan et Iseut, Roméo Montaigu et la doublure de Roméo dans Roméo et Juliette, de la haine à l'amour. En 2003, le jeune chanteur incarne le rôle qui le révèle au grand public, Rhett Butler dans Autant en emporte le vent[1].

Après l'échec d'un premier album solo en 2005[4], Vincent Niclo effectue en 2006 une série de concerts avec un orchestre symphonique et cent cinquante musiciens et choristes dans le cadre de la tournée Night of the Proms ainsi que la première partie sur la tournée des Zéniths de Chimène Badi en décembre de la même année. Fin 2007, TF1 soutient son titre dance Toute la place[4].

Collaborations avec les Chœurs de l'Armée Rouge MVD et renommée[modifier | modifier le code]

Après plusieurs expériences scéniques et discographiques, Vincent Niclo veut retourner vers le chant classique.

Il a envie de reprendre des grands airs d'opéra avec des chœurs et se tourne vers les Chœurs de l'Armée rouge MVD. Quelques semaines plus tard, il rencontre l'Ensemble Officiel à Moscou. Le Général Victor Eliseev qui dirige les Chœurs de l'Armée rouge MVD est séduit par le projet d'album et il invite Vincent Niclo sur scène lors de leur tournée française de mars 2012 pour interpréter deux titres, Ameno et La Marseillaise.

Après cette tournée, les Chœurs de l'Armée rouge MVD et Vincent Niclo enregistrent l'album Opéra Rouge qui rassemble des airs d'Opéra : Nessun dorma de Giacomo Puccini, Carmina Burana de Carl Orff, Adagio d'Albinoni de Remo Giazotto, Caruso de Lucio Dalla, Funiculi Funicula de Luigi Denza.

L'album sort le 24 septembre 2012 et obtient son premier disque de platine le 5 novembre. Le 10 novembre 2012, Vincent Niclo est invité au Kremlin à Moscou pour chanter au côté des Chœurs de l'Armée rouge MVD pour la Fête des Armées[5].

Le 24 novembre 2012, Vincent Niclo reprend la chanson All by Myself avec Les Chœurs devant Céline Dion lors d'une émission sur France 2. À la suite de cette rencontre, Céline Dion propose à Vincent Niclo et aux Chœurs de l'Armée rouge MVD d'assurer la première partie de sa tournée intitulée Tournée Sans Attendre fin 2013[6].

En mars 2013, Vincent Niclo repart sur les routes françaises avec les Chœurs de l'Armée rouge MVD, pour une tournée de 37 représentations. Ils reçoivent un triple disque de platine sur la scène du Zénith de Lille pour l'album Opéra Rouge[7].

Le label allemand Deutsche Grammophon propose à Vincent Niclo et aux Chœurs de l'Armée rouge MVD de réaliser un album pour le public allemand[8], O Fortuna, qui sort le 18 octobre 2013 en Allemagne.

En parallèle, Vincent Niclo travaille sur un album solo en hommage au ténor Luis Mariano. Nommé Luis, le disque sort en France le 23 septembre 2013. Sur l'album Forever Gentlemen sorti le , il interprète deux titres : I've Got You Under My Skin (en) avec Paul Anka et Dany Brillant ainsi que Fly Me to the Moon avec Corneille et Roch Voisine[9],[10].

En février 2014 sort Nos fiançailles, France/Portugal, album de duos de Tony Carreira accompagné par des chanteurs francophones dont Vincent Niclo. Ils chantent Qui Saura (Quem Será)[9],[11]. Il entame le 13 mai 2014 une tournée intitulée Premier rendez-vous en France, Belgique et Suisse avec trois passages par l'Olympia les 28 mai et 9 novembre 2013 ainsi que le 8 février 2015[12]. Les 14, 15, 16 et 17 décembre 2014, elle passe par les villes allemandes d'Oberhausen, Hambourg, Berlin et Stuttgart[13].

En septembre 2014, il participe au single inédit Kiss & Love au profit du Sidaction[14],[15]. En novembre 2014, la galette A Musical Affair d'Il Divo est éditée. Plusieurs artistes se joignent au quatuor, dont Hélène Ségara, Florent Pagny, Natasha St-Pier, Anggun, Vincent Niclo et Sonia Lacen[16].

Le 8 décembre 2014, Vincent Niclo sort son troisième album, Ce que je suis, dont le premier extrait Jusqu'à l'ivresse écrit par Serge Lama et composé par Davide Esposito est présenté quelques mois plus tôt. Contrairement aux précédents, cet album se compose de chansons inédites et oscille entre la variété française et l'opéra.

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Thierry Quinson, « Vincent Niclot – Le nouveau Rhett Butler », sur regardencoulisse.com,‎ (consulté le 14 août 2014)
  2. (en) « Vincent Niclot Actor », sur Internet Movie Database (consulté le 14 août 2014)
  3. « That's French – Discollector », sur discogs.com (consulté le 14 août 2014)
  4. a, b, c et d Thierry Cadet, « Vincent Niclo prochainement soutenu par TF1 », sur Charts in France,‎ (consulté le 14 août 2014)
  5. Anas Tazi, « Vincent Niclo, le jeune ténor à suivre ! », sur lci.tf1.fr,‎ (consulté le 14 août 2014)
  6. « ‘Céline Dion, le grand show’ : les effets sur la carrière de Vincent Niclo », sur celinedion.com,‎ (consulté le 14 août 2014)
  7. « Opéra Rouge », sur France Bleu (consulté le 14 août 2014)
  8. http://www.deutschegrammophon.com/en/cat/4792092, O Fortuna album sorti chez Deutsche Grammophon en Allemagne le 18octobre 2013.
  9. a et b « Vincent Niclo », sur discogs.com (consulté le 14 août 2014)
  10. Patrice Demailly, « La célébration rayonnante de la nostalgie Forever Gentlemen et Vincent Niclo », sur RFI Musique,‎ (consulté le 14 août 2014)
  11. « Sous le vent » : Tony Carreira en duo avec Natasha St-Pier, sur justmusic.fr,‎ (consulté le 14 août 2014)
  12. « Vincent Niclo prolonge sa tournée ! », sur justmusic.fr,‎ (consulté le 14 août 2014)
  13. http://www.vincentniclo.com/#Concerts
  14. « Kiss & Love : 120 artistes chantent pour sidaction », sur RFM,‎ (consulté le 3 septembre 2014)
  15. « Alizée, Maitre Gims, Tal, M Pokora... : le single #KissAndLove du Sidaction réuni 70 artistes ! », sur Public,‎ (consulté le 3 septembre 2014)
  16. « Il Divo : Voici le mini-clip de « Aimer » en duo avec Natasha St-Pier », sur stephanelarue.com,‎ (consulté le 22 novembre 2014)
  17. a et b « Les certifications », sur le site du SNEP (consulté le 10 avril 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Palita N. : « Vincent Niclo : chœurs en émoi », air le mag, n° 36, février 2013, p.  26

Liens externes[modifier | modifier le code]