Vol 1611 Air France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vol 1611 Air France
Caravelle semblable à celle qui s'est écrasée
Caravelle semblable à celle qui s'est écrasée
Caractéristiques de l'accident
Date
Type Incendie
Site Mer Méditerranée, au large de Nice
Coordonnées 43° 17′ 07″ nord, 7° 13′ 25″ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareil Sud-Aviation SE-210 Caravelle III
Compagnie Air France
No  d'identification F-BOHB
Phase Approche
Passagers 89
Équipage 6
Morts 95
Blessés 0
Survivants 0

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Vol 1611 Air France

Le vol 1611 Air France était un vol opéré par Air France effectué par une Caravelle SE-210, en provenance d'Ajaccio et à destination de Nice.

L'avion s'est abimé en mer le au large de Nice, tuant les 95 personnes présentes à bord. Parmi les victimes se trouvait le général René Cogny.

L'accident[modifier | modifier le code]

Lorsque l'équipage de l'aéronef déclare avoir des ennuis à bord, le contrôle aérien autorise la caravelle à quitter sa route initiale pour une route directe et prioritaire à destination de Nice mais un dernier écho radar à 10 h 33 confirme que l'avion s'est abîmé en mer.

Selon la commission d'enquête technique (CET) du BEA dirigée par l'ingénieur général de l'Air Gaston Fournier, la cause de l'accident est officiellement attribuée à un incendie survenu à l'arrière de la cabine dont l'origine reste inexpliquée, le CET évoquant le dysfonctionnement d'un chauffe-eau dans les toilettes de la cabine[1].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Certains témoins affirmant avoir vu un des réacteurs en feu, estiment que l'accident aurait été causé par un tir de missile d'entraînement, et que les vraies raisons ont été occultées par le gouvernement français.[Qui ?] Selon des journalistes de France 3, les familles des victimes citent ces témoins, mais les experts croient davantage à l'hypothèse de l'incendie.

Ce débat a été l'objet d'une émission diffusée sur la radio anglaise BBC Radio 4 le 26 novembre 2007. Les émissions radiophoniques Rendez-vous avec X[2] (24 février 2009) et Affaires sensibles[3] (8 décembre 2016) sur France Inter a également traité de cet accident.

Confortant la thèse du missile, plusieurs témoins le démontrent[non neutre] dans Spécial Investigation sur Canal+ le 16 mai 2011, puis dans le film de France 3 Méditerranée Enquête de région le 5 octobre 2011 et dans le débat et film de France 3 Corse Via stella Inchiesta le 5 octobre 2011.

Après une plainte de l'association des familles de victimes pour « soustraction et recel de preuves » déposée fin septembre 2011, la justice française est saisie et décide de rouvrir l'enquête le 20 mars 2012 pour « dissimulation de preuves »[4]. Elle a été classée sans suite le 7 juillet 2014 [5].

Le Doyen des juges d'instruction de Nice a reçu les frères Paoli, membres de l'Association des familles des victimes, accompagnés d'un de leurs avocats, maître Sollacaro, le 2 septembre 2015 afin de les entendre et, à ce jour, la plainte pour « dissimulation et recel de preuves » n'est toujours pas classée et les familles sont toujours en attente de la décision définitive de la justice.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Lalut, Dieu était mon copilote, (ISBN 2913197191)
  • Robert Girod, Nice, vol. 2, (ISBN 2849102814)
  • François Nenin et Henri Marnet-Cornus, Crash aériens, (ISBN 9782350760735)
  • Jacques Pradel, Côté crimes, (ISBN 9782753300835)
  • Crash de la caravelle du vol Air France, vol. Quid 2005 (ISBN 9782221102503), « Avions civils abattus », p. 1852
  • Jean-Michel Verne et Max Clanet, Secret d'État, (ISBN 9782841149667)
  • François Nénin, Ces avions qui nous font peur, avril 2013 (ISBN 9782081303799)

Liens externes[modifier | modifier le code]