Catastrophe de Furiani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Catastrophe de Furiani

Type match de football
Pays Drapeau de la France France
Localisation Drapeau de la France Furiani
Coordonnées 42° 39′ 05″ nord, 9° 26′ 34″ est
Organisateur FFF
Date
Victimes
Blessés 2 357
Morts 18

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Catastrophe de Furiani

Géolocalisation sur la carte : Haute-Corse

(Voir situation sur carte : Haute-Corse)
Catastrophe de Furiani

La catastrophe de Furiani est l'effondrement d'une tribune du stade Armand-Cesari qui s'est déroulée le à Furiani lors de la demi-finale de la coupe de France de football 1991-1992 opposant le SC Bastia à l'Olympique de Marseille, en causant la mort de 18 personnes et blessant 2 357 spectateurs.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le parcours de Bastia en coupe de France[modifier | modifier le code]

Parcours du Sporting Étoile Club de Bastia
7e tour[1] Bastia - FC Annecy (D2) 3-0
8e tour Thonon-les-Bains (D4) - Bastia 0-2
32e US Fesches le Châtel (DH) - Bastia 0-1
16e Bastia - Toulouse FC (D1) 2-0
8e OGC Nice (D2) - Bastia 0-1
Quarts Bastia - AS Nancy-Lorraine 0-0 (3-0tab)

Le match opposant Bastia à Thonon-les-Bains, lors du 8e tour, a lieu le . Le SECB est alors quatrième de D2, avec un total de 26 points[2]. Bastia avait déjà affronté Thonon à deux reprises en Division 2 1986-1987, et les deux rencontres étaient des victoires corses, 0-1 à Thonon et 2-1 à Furiani[3].

Le parcours de Marseille en coupe de France[modifier | modifier le code]

Parcours de l'Olympique de Marseille
32e Marseille - FC Girondins de Bordeaux (D2) 1-0
16e FC Istres (D2) - Marseille 1-2
8e US Valenciennes-Anzin (D2) - Marseille 0-2
Quarts SM Caen (D1) - Marseille 1-3

La préparation de la demi-finale[modifier | modifier le code]

Après la qualification contre Nancy, les dirigeants du club décident de raser la tribune Claude Papi (qui contenait 750 places) et de la remplacer par une structure métallique[4]. Le but est de porter la capacité du stade à 18 000 places. Les opérations de destruction se déroulent dans la nuit du 24 au 25 avril 1992, et ce, sans permis de démolition[4]. Une fois l'espace libéré, les dirigeants bastiais font appel à une entreprise niçoise, Sud-Tribunes. Celle-ci est chargée de réaliser une tribune de 9 300 places pour un coût d'un million de francs[4]. Les travaux de cette nouvelle tribune débutent le par le terrassement. Parallèlement, Sud-Tribunes tente de faire venir les pièces nécessaires à la construction alors qu'une grève des dockers bloque le port de Marseille. Finalement, elle assure pouvoir disposer de pièces suffisantes en Corse[4]. Le , la commission de sécurité se rend sur le chantier afin de l'inspecter. À la suite de cette visite, la ligue corse de football envoie à la fédération un avis favorable pour la tenue du match. Il s'agit alors d'un faux car lors des 3 réunions intermédiaires s'étant tenues, les membres de la commission de sécurité (Gendarmerie, Pompiers, Direction de départementale de l'Equipement et Préfecture) ont, sous l'impulsion des pompiers, fait part de leurs réserves. Les tickets sont alors mis en vente[4]. Ceux-ci, qui ne comportent, contrairement à la Loi, nulle mention tarifaire, sont 75 % plus chers que pour le match de quart de finale. Seul 1,3 million de francs est déclaré alors que la recette est estimée au triple.

La veille du match, le lundi , les travaux ne sont toujours pas terminés. Une nouvelle commission de sécurité inspecte le chantier et note que « le niveau de sécurité reste très insuffisant »[4]. Le jour du match, les travaux se poursuivent. Une ultime commission de sécurité se tient alors que les portes du stade sont ouvertes. Henri Hurand, Préfet de Haute-Corse et Raymond le Deun, son directeur de cabinet demeurent injoignables. En effet, ils se trouvaient à l'aéroport de Bastia Poretta pour la réception protocolaire de Bernard Tapie, ministre de la Ville, et d'Émile Zuccarelli, Ministre des Postes et télécommunications, par ailleurs, respectivement, député de Marseille et Président de l'Olympique de Marseille et maire de Bastia. Nul autre fonctionnaire de la Préfecture n'a été désigné pour assurer la présidence de la commission, cela alors que le paraphe préfectoral est obligatoire. Le match commencera hors de toute légalité car sans avis valide de la commission de sécurité.

Le drame[modifier | modifier le code]

Le match entre le Sporting Club de Bastia et l'Olympique de Marseille est prévu à 20h30. Dès 19h, plusieurs responsables de la sécurité sont inquiets du comportement de la tribune reposant sur des cales en bois et des parpaings non scellés et qui commence à bouger[4]. Des employés de Sud-Tribunes s'affairent à revisser les boulons et écrous, en vain : la partie arrière de la tribune est construite à partir de tubulures métalliques de qualité inférieure formant une série de rectangles non reliés entre eux par des diagonales de renfort[5].

Jean-Pierre Paoli, le speaker du stade, est sommé par des représentants de la sécurité de calmer les supporters au micro. À 20h15, il invite les supporters de la tribune nord à « ne pas taper des pieds surtout sur les parties métalliques » mais il n'est pas écouté[6].

À 20h20, alors que les journalistes de TF1 prennent l'antenne pour la retransmission télévisée, la partie haute de la tribune nord s'effondre. Les spectateurs qui étaient assis en haut font une chute de 15 mètres. Très vite, les spectateurs envahissent la pelouse afin de fuir la tribune. Certains en profitent pour passer devant les caméras de télévision afin de signifier à leur famille leur présence. Les secours se mettent en place, les deux unités du SAMU prévues pour le match prennent en charge les premiers blessés[7]. Mais ils sont vite débordés[vidéo 1].

À 21h, l'ordre d'évacuation des spectateurs du stade est donné afin de faciliter le travail des secours[7]. Un détachement de la C.R.S. 14 de Bordeaux participe à l'évacuation des blessés et des autres spectateurs.

À 21h30, des hélicoptères de la sécurité civile se posent sur la pelouse du stade pour évacuer les blessés. Le plan rouge est déclenché à 22h par le ministre de l'Intérieur Paul Quilès.

À 22h, le premier bilan fait état d'un mort et de 50 blessés. Les secours rencontrent des difficultés à évacuer les blessés du fait de la faible accessibilité du stade : une seule route coincée entre une voie ferrée et la lagune[7]. L'aéroport de Bastia Poretta est utilisé pour transporter des blessés sur le continent - notamment vers Nice et Marseille - car ceux de Corse sont saturés[vidéo 2].

Le bilan total des victimes est de dix-huit morts et 2 357 blessés. Parmi les 36 journalistes présents en haut de la tribune, Michel Vivarelli et Jean-Pierre Giudicelli, tous deux de France Bleu RCFM, Jean-Baptiste Dumas de RTL, et Michel Mottier de France Inter sont décédés. Ceux de France Inter, La Corse, Corse-Matin, RCFM et RCFI, Jacques Vendroux, Jean-Paul Capuri, Richard Graziani, Jean-Marc Raffaelli, Charles Monti, Toussaint Colombani, Paul Giorgi, Jo Cervoni, Lucien Marfisi, Francis Massiani, Arnaud Tzanck, Didier Grazzi, Philippe Jame sont blessés à des titres divers[8].

Réactions[modifier | modifier le code]

Les réactions sportives[modifier | modifier le code]

Les joueurs marseillais et bastiais refusent que le match puisse être joué ou rejoué[vidéo 3]. C'est aussi l'avis de Michel Platini alors sélectionneur de l'équipe de France de football.

Le président de l'AS Monaco adresse sa « solidarité et ses condoléances » aux victimes et à leurs familles alors que son équipe est sur le point de disputer la finale de la coupe des coupes[9]. Une minute de silence est d'ailleurs respectée avant la finale[10].

Le week-end suivant la catastrophe, une minute de silence est respectée avant les matchs de championnat de France de rugby[9].

Les réactions politiques[modifier | modifier le code]

Le lendemain de la catastrophe, le président de la République François Mitterrand déclare que « la France est solidaire » lors de sa visite à l'hôpital de Bastia[11].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Sur le plan sportif[modifier | modifier le code]

Étant donné que le match n'a pu se dérouler, la finale n'a pas eu lieu. C'est l'AS Monaco qui avait battu aux tirs aux buts l'AS Cannes dans l'autre demi-finale qui hérita de la place en Coupe des Coupes.

En 2012, pour le 20e anniversaire de la catastrophe et à la suite d'une pétition lancée par des familles de victimes[12], la LFP et la FFF décident qu'aucune rencontre ne se jouerait le [13]. Les matchs de la 36e journée de Ligue 1 sont déplacés au lundi 7 mai.

Sur le plan judiciaire[modifier | modifier le code]

L'instruction du procès est close le . Le 23 avril 1993, la chambre d'accusation de la cour d'appel de Bastia renvoie 13 des 18 personnes inculpées devant la chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Bastia et confirme le non-lieu des cinq autres prévenus. Le procès s'ouvre le [14]. Le procès en appel se déroule à partir du [15].

Le tribunal correctionnel de Bastia rend, le 31 octobre, son jugement dans l'affaire de la catastrophe du stade de Furiani[16] :

  • Jean-Marie Boismond (ex-directeur technique de Sud-Tribunes et ingénieur en génie civil qui a supervisé la construction de la tribune nord), condamné pour homicide et blessures involontaires. Vingt-quatre mois de prison ferme, 30 000 francs d'amende (6 084 €).
  • Michel Lorenzi (ex-vice président de Sporting Club Bastia), instigateur d'un faux procès-verbal Vingt-quatre mois de prison ferme, 30 000 francs d'amende (6 084 €) en première instance. Dix mois avec sursis, 15 000 francs d'amende en appel (3 042 €)
  • Bernard Rossi (ex-dirigeant de la Socotec, la société qui a effectué le contrôle technique) Dix-huit mois ferme et 30 000 francs d'amende en première instance. Vingt mois avec sursis en appel.
  • Étienne Galeazzi (ex-secrétaire général de la Ligue de football Corse) Dix-huit mois ferme et 30 000 francs d'amende en première instance. Vingt mois avec sursis en appel.
  • Ange Paolacci (ex-secrétaire administratif de la Ligue de football Corse) Dix-huit mois ferme et 30 000 francs d'amende en première instance. Vingt mois avec sursis en appel.
  • Yves Bartolini (ex-membre du comité directeur de la Ligue de football Corse) Douze mois ferme et 30 000 francs d'amende en première instance. Dix mois et 15 000 francs d'amende en appel.
  • Luc Pilard (ex-président de la commission d'organisation de la coupe de France) Dix-huit mois avec sursis en première instance. Vingt mois avec sursis en appel.
  • Michel Cagnion (ex-directeur général de la FFF) Dix-huit mois avec sursis en première instance. Vingt mois avec sursis en appel.
  • Raymond Le Deun (ex-directeur du cabinet du préfet) Relaxé
  • Didier Cauville (ex-directeur départemental de l'équipement) Relaxé
  • Christian Fill (ex-officier des sapeur-pompiers) Relaxé
  • Michel Andrei (ex-officier des sapeur-pompiers) Relaxé

L'action publique s'est éteinte contre Jean-François Filippi (ex président de Sporting Club Bastia et maire de Luciana), assassiné le 26 décembre 1994[17].

Sur l'organisation des manifestations sportives[modifier | modifier le code]

À la suite de la catastrophe, le ministère de la jeunesse et des sports modifie les règles pour l'homologation des enceintes destinées à recevoir des manifestations ouvertes au public. Une loi régit désormais les équipements en plein air de plus de 3 000 spectateurs ainsi que les équipements couverts de plus de 500 spectateurs[18].

Une éventuelle journée de commémoration[modifier | modifier le code]

Une pétition a été mise en ligne en novembre 2011, afin que le 5 mai devienne une journée sans football[19].

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. « Coupe de France 1991/1992 Thonon-Bastia », sur footballdatabase.eu (consulté le 7 mai 2012)
  3. « Bilan des clubs en Ligue 2 SC Bastia 1986-1987 », sur lfp.fr (consulté le 7 mai 2012)
  4. a, b, c, d, e, f et g « La tribune », sur http://drame-de-furiani.forzabastia.com
  5. Jacques Cordy, « Catastrophe de furiani le constructeur de la tribune reconnait la malfacon », Le Soir, no 784,‎ , p. 26
  6. Janine Mossuz-Lavau, Les Français et la Politique, Odile Jacob, , p. 127.
  7. a, b et c Jean-Emmanuel Ducoin, « Le foot français endeuillé », L'Humanité,‎
  8. Jean Ferrara, 15 ans après Furiani. L’ombre furtive des souvenirs, Société des Écrivains, , p. 121.
  9. a et b « André Lajoinie », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  10. Laurent Chasteaux, « Ce n'est pas un drame », L'Humanité,‎
  11. « Le 5 mai 1992, le cauchemar de Furiani », sur =http://aworldoffootball.com,
  12. « Pétition Furiani », sur http://www.petitionfuriani.com (consulté le 8 mai 2012)
  13. « Commémoration du drame de Furiani », sur http://www.lfp.fr, LFP,
  14. « Le procès : justice », sur http://www.forzabastia.com
  15. « Fin du procès en appel du drame de Furiani », l'Humanité,‎ (lire en ligne)
  16. L'Année politique, économique et sociale, Éditions événements et tendances, , p. 51.
  17. Jean-Louis Andreani, Comprendre la Corse, Gallimard, , p. 325.
  18. « Loi n° 92-652 du 13 juillet 1992 modifiant la loi n° 84-610 du 16 juillet 1984 relative à l'organisation et à la promotion des activités physiques et sportives et portant diverses dispositions relatives à ces activités », sur http://www.legifrance.gouv.fr/, Legifrance
  19. Le 5 mai, une journée de commémoration

Vidéos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Jacquin, Gérard Poncié, 5 mai 1992. Furiani 20 ans, Union des Journalistes de Sport en France, , 224 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]