Serra-di-Ferro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Serra.

Serra-di-Ferro
Serra-di-Ferro
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Corse-du-Sud
Arrondissement Ajaccio
Canton Taravo-Ornano
Intercommunalité Pieve de l'Ornano
Maire
Mandat
Antoine Giorgi
2014-2020
Code postal 20140
Code commune 2A276
Démographie
Population
municipale
476 hab. (2016 en diminution de 2,26 % par rapport à 2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 43′ 50″ nord, 8° 47′ 58″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 655 m
Superficie 32,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Serra-di-Ferro

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Serra-di-Ferro

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Serra-di-Ferro

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Serra-di-Ferro

Serra-di-Ferro est une commune française située dans la circonscription départementale de la Corse-du-Sud et le territoire de la collectivité de Corse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Serra-di-Ferro appartient à la microrégion du Valinco. Son territoire se situe sur la rive nord du golfe de Propriano, entre Coti-Chiavari à l'ouest et Sollacaro/Olmeto à l'est.

Communes limitrophes
Rose des vents Coti-Chiavari Cognocoli-Monticchi Sollacaro Rose des vents
Coti-Chiavari N Sollacaro,
Olmeto
O    Serra-di-Ferro    E
S
Golfe de Propriano Golfe de Propriano Golfe de Propriano

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Serra-di-Ferro est dans la Corse Hercynienne ancienne (ou occidentale) couvrant les 2/3 sud-ouest de l’île. Son territoire repose sur un socle de granites monzonitiques porphyroïdes.

Il occupe la terminaison en mer d'un chaînon montagneux secondaire s'épaulant au Monte Renoso (2 352 m) sur la chaîne centrale de la Corse et déclinant via la Punta Scaldasole (2 101 m), la Punta Vacajo (1 759 m), la Punta Petra Mala (1 674 m), la Punta Corbajola (1 335 m), la Punta Mantellucciu (1 679 m), la Punta di Forca d'Olmu (1 646 m), la Punta d'Urghjavari (1 275 m), la Punta di Sarracinaggio (1 162 m), le col Saint-Georges (757 m), la Punta di Ballatoju (759 m) et la Punta di Santa Degna (563 m), sommet « à cheval » sur Serra-di-Ferro et Cognocoli-Monticchi.

Sur cette terminaison, à une altitude de 571 m, s'articule un petit chaînon collinaire orienté dans un axe NE - SW. À l'ouest de celui-ci coule le Butturacci[1] tributaire de la mer Méditerranée, dans la baie de Cupabia. Son lit délimite la commune jusqu'à son extrémité septentrionale avec celle de Coti-Chiavari. À l'est de la terminaison, c'est le Taravo jusqu'à sa confluence avec le ruisseau de Favale, qui sépare la commune avec celles de Sollacaro et d'Olmeto. Quant au ruisseau de Favale, le bas de son cours est partagé entre Serra-di-Ferro et Cognocoli-Monticchi.

Le sud-est communal est sa partie plaine qui comporte une zone humide : l'étang de Tanchiccia.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le fleuve Taravo.

Le Taravo est le principal cours d'eau de Serra-di-Ferro. Son cours se situe à l'est communal, en partie sur les communes voisines de Sollacaro et d'Olmeto. Le fleuve se jette dans le golfe de Valinco, au sud de la plage du Taravo. Sur cette fin de parcours, il reçoit les eaux de quelques cours d'eau dont celles du ruisseau d'Ortiesa[2] long de 5,581 m.

À l'ouest coule le ruisseau de Butturacci[1] long de 11,866 m. Il est alimenté peu avant son embouchure sur la plage de Cupabia (Coti-Chiavari) par le ruisseau de Vesco Vecchio[1] long de 6,399 m.

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Pont Caitucoli

Plusieurs routes donnent accès aux village et hameaux de Serra-di-Ferro :

  • venant du nord, la route D55 fait jonction à la bocca di Gradello (altitude 529 m) avec la D355 qui dessert Tassinca, Petra Rossa et s'arrête à Favalella où a lieu sa jonction avec la route D757 ;
  • venant du nord-est, de Cognocoli-Monticchi, Pila-Canale et plus loin, la D757 emprunte le territoire communal pour se terminer à Porto Pollo ;
  • venant du sud-est, d'Olmeto, et plus loin Propriano par la route territoriale 40, la route D157 rejoint la D757 à Favalella, après le franchissement du pont de Caitucoli.
  • La D155 qui démarre de la D757, mène au village de Serra-d-Ferro et se prolonge sur celui de Coti-Chiavari.

Transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

L'habitat est composé de maisons individuelles entourées d'un terrain regroupées en hameaux, ou dispersées sur le territoire selon les caractéristiques habituelles de l'habitat pastoral.

Serra-di-Ferro village[modifier | modifier le code]

Porto Pollo[modifier | modifier le code]

Le port de Porto-Pollo

Porto-Pollo (Portipoddu en langue corse) est le hameau de la commune de Serra di Ferro, situé à 18 km de Propriano, sur le golfe de Valinco. L'hiver passé, ce petit port devient une station balnéaire avec de nombreux campings, hôtels et commerces. On y pratique notamment la plongée. Les petites mais nombreuses plages sont abritées du large.

Tassinca[modifier | modifier le code]

Tassinca a été créé par les habitants de Tasso.

Stiliccione[modifier | modifier le code]

Stiliccione a été créé par les habitants de Palneca.

Petra Rossa[modifier | modifier le code]

Petra Rossa a été créé par les habitants de Ciamannacce.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le site préhistorique de « Basi », près du hameau de Stiliccione, constitue l'un des sites majeurs de la Préhistoire récente corse. Découvert dans les années 1960 lors de sa destruction partielle par des carrières de granite, il a été d'abord sondé entre 1968 et 1971 par Gérard Bailloud, grand néolithicien français, à la demande de Roger Grosjean. Les sondages de Bailloud montrent que le site a été occupé depuis le tout début du Néolithique jusqu'à l'âge du Bronze, soit une séquence proche de celles de Filitosa ou du Monti Barbatu. Le matériel archéologique issu de ces sondages est aujourd'hui présenté au Musée de Sartène. G. Bailloud a notamment pu montrer l'existence d'un faciès culturel encore inconnu en Corse, daté autour de 4000 ans avant notre ère (Néolithique récent), et qu'il proposa d'appeler « Basien ». Depuis 2015, l'archéologue Thomas Perrin conduit de nouvelles recherches archéologiques programmées soutenues par le Ministère de la Culture et la Communauté territoriale de Corse, afin de mieux documenter ces diverses occupations qui n'avaient été qu'effleurées par les sondages précédents.

Il existe par ailleurs une ou des statues menhirs dont la plus connue s'appelle « Le paladin ».

Antiquité[modifier | modifier le code]

À la période romaine a existé un port, situé non pas à l'emplacement du port de plaisance actuel, mais près de l'embouchure du Taravo, laquelle était vraisemblablement un à deux kilomètres à l'intérieur. La tradition orale affirme que les fondations de ces constructions romaines existeraient.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

De la période des raids maures ou sarrasins demeure peut-être toujours selon la tradition orale, le nom même de la commune Serra di Ferro : en corse A Sarra di Farru où disaient certains anciens, A Sarra di u Farru, ce qui pourrait signifier symboliquement la présence d'un camp fortifié, la crête de fer. La présence de lieux d'habitat sinon permanents du moins relativement durables semble attestée par la toponymie de divers villages de la vallée. La lutte contre ces raids a laissé une tour dite génoise en bon état, et une autre entièrement ruinée dont seuls demeurent les fondements.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

La commune de Serra di Ferro a été constituée seulement le 1er février 1878, sur le hameau central du Taravo dépendant de Zicavo. Cette création visait à donner une administration propre à une population occupant ce territoire dans le cadre d'une économie essentiellement pastorale et secondairement de culture. De ce fait sa population est composée à l'origine et aujourd'hui encore de familles ou de leurs enfants provenant de divers villages de la vallée du Taravo, regroupés selon l'origine dans les différents hameaux qui cloutent le territoire communal.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

1954 - Le canton de Sainte-Marie-Sicché est composé avec les communes de Albitreccia, Azilone-Ampaza, Campo, Cognocoli-Montichi, Coti-Chiavari, Forciolo, Frasseto, Grosseto-Prugna, Guargualè, Pietrosella, Pila-Canale, Quasquara, Santa-Maria-Sicché, Serra-di-Ferro, Urbalacone et Zigliara.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? 1942 Joseph Mondoloni   Révoqué par le Gouvernement de Vichy en 1942[3]
1947 1989 Jean-Baptiste Tomi    
1989 En cours Antoine Giorgi UMP-LR Retraité
Conseiller exécutif chargé du tourisme.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1881. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 476 habitants[Note 1], en diminution de 2,26 % par rapport à 2011 (France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
547536635657672692760685647
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
535628513448277284334342327
1999 2006 2011 2016 - - - - -
352420487476-----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête de Porto Pollo le weekend pascal..

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts
  • Monument aux morts

Maisons de Serra-di-Ferro[modifier | modifier le code]

La commune possède un bâti remarquable. 10 maisons datant des XIXe et XXe siècles ont été repérées et étudiées. Elles sont reprises à l'Inventaire général du patrimoine culturel[8],[9],[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17].

Tours génoises[modifier | modifier le code]

Serra-di-Ferro possède sur ses côtes occidentales, à l'ouest de Porto Pollo, trois tours de guet datant toutes trois de la même époque, XVIe siècle (?) comme les autres tours de guet génoises du golfe de Propriano. Proches l'une de l'autre, elles communiquaient à vue entre elles par feux, pour signaler l'approche d'envahisseurs par la mer.

Torre Vecchia[modifier | modifier le code]

C'est une ancienne tour génoise d'observation dont il ne reste que des ruines. Elle avait été bâtie à vue des Punta de Capannella et Punta di Pratarella à l'ouest de Porto Pollo, à une altitude de 142 m proche du lieu-dit Castellu[18]. Cette tour est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[19].

Tour de Capriona[modifier | modifier le code]

La tour de Capriona, à l'état de vestiges, se situe au nord de ce qu'on peut appeler la presqu'île de Porto Pollo, à l'ouest immédiat de l'actuel port. Elle a été bâtie au XVIe siècle (?), à une altitude de 48 m. Son accès est rendu difficile par l'urbanisation récente.

Tour de Capannella[modifier | modifier le code]

La tour génoise de Capannella, la plus septentrionale des trois, se trouvait en surveillance de la baie de Cupabia au sud de laquelle elle se trouve. En bon état, la tour est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[20].

Pont de Stiliccione[modifier | modifier le code]

L'ouvrage à une arche appareillée en claveaux enjambe un affluent du Taravo. Il date du milieu du XIXe siècle. Son tablier est constitué en terre battue. Avec son parapet partiellement effondré, son état est menaçant.Il est à l'Inventaire général du patrimoine culturel[21].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Plusieurs petites églises ou chapelles ont été construites au milieu du XIXe siècle (?). Elles sont émouvantes, témoignent de la foi, mais aussi par leur rusticité, de la dureté de la vie des habitants. La municipalité et les dons de ses habitants ont permis la restauration depuis une vingtaine d'années.

Église paroissiale Sant’Antonu[modifier | modifier le code]
Église paroissiale Sant'Antonu

L'édifice religieux dédié à saint Antoine abbé, date du XIXe siècle, probablement de 1856 peu avant la création de la commune en 1877, à partir de territoires cédés par Santa-Maria-Siché et diverses communes des cantons de Santa-Maria-Siché et de Zicavo. L'église est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[22].

Église San Marcu[modifier | modifier le code]

L'église San Marcu a été construite sous le Second Empire par les habitants de Tasso comme en témoigne la date de 1858 gravée sur le linteau de la porte d'entrée. Son architecture est identique à celle de l'église Saint-Antoine abbé. L'église est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[23].

Chapelle Sainte-Jeanne d'Arc[modifier | modifier le code]

La chapelle se trouve à Porto Pollo. C'est un édifice de plan allongé avec une nef centrale terminée par une abside en cul-de-four. Elle possède un petit clocher accolé à sa façade latérale occidentale. Construite à la même époque que les deux précédentes, ses façades présentent des pierres de granite apparentes. Sa couverture, également identiques aux précitées, est fait de tuiles rouges. Elle est à l'Inventaire général du patrimoine culturel[24].

Chapelle Saint-Joseph[modifier | modifier le code]

Cette chapelle se situe au hameau de Petra Rossa. Édifice de plan allongé couvert d'une charpente en bois apparente, elle est dotée d'un clocher-mur à trois cloches. La chapelle est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[25].

Le mobilier et les livres qu'elle renferme sont repris à l'Inventaire général du patrimoine culturel[26],[27],[28],[29].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune possède plusieurs témoignages de l'occupation de son territoire à partir du Néolithique et du début de l'Âge du bronze :

Basi[modifier | modifier le code]

Le site préhistorique de Basi est situé à l'est de la commune, à une altitude de 100 m, à environ 1,7 km (distance orthodromique) du site préhistorique e Calanche (Sollacaro), et à moins de 2 km de celui de Filitosa, également sur (Sollacaro). Il est repris à l'Inventaire du patrimoine naturel[30] ;

Menhir et dolmen[modifier | modifier le code]

  • un menhir u Paladinu à Suara ;
  • un dolmen Tola di u turmentu à Marta.

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

La commun est concernée par quatre ZNIEFF de 2e génération:

Plage et zone humide du bas Taravo et de Tenutella

La zone, d'une superficie de 960 ha de six communes concernées, porte l'appellation ZNIEFF 940004127 - Plage et zone humide du bas Taravo et de Tenutella[31].

Juniperaie de Porto Pollo

La zone couvre une superficie de 73 ha communaux. Elle porte l'appellation ZNIEFF 940004128 - Juniperaie de Porto Pollo[32].

Dunes et zone humide de Cupabia

La zone couvre une superficie de 35 ha des communes de Serra-di-Ferro et de Coti-Chiavari. Elle porte l'appellation ZNIEFF 940013114 - Dunes et zone humide de Cupabia[33].

Punta di Porto Pollo - Punta di Pratarella - Punta di Capannella

La zone couvre 286 ha communaux à l'ouest de Porto Pollo. Elle a pour nom ZNIEFF 940014135 - Punta di Porto Pollo - Punta di Pratarella - Punta di Capannella[34].

Natura 2000[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par deux sites d'Intérêt Communautaire (Dir. Habitat) :

Embouchure du Taravo, plage de Tenutella et étang de Tanchiccia

Constituée d'alluvions fluviatiles, la plaine du Taravo comprend des zones marécageuses d'intérêt floristique et faunistique européen (étang de Tanchiccia et marais de Pistigliolo), un cordon sablonneux avec des groupements végétaux dunaires et l'embouchure du fleuve Taravo où séjourne un poissons rare : la Blennie fluviatile. D'une superficie de 126 ha, le site est inscrit à l'Inventaire national du patrimoine naturel sous la fiche FR9400610 - Embouchure du Taravo, plage de Tenutella et étang de Tanchiccia[35].

Junipéraie de Porto Pollo et plage de Cupabia

« La plus belle forêt de Genévriers de Phénicie (Juniperus phoenicea) de Corse - INPN » ! D'une superficie de 323 ha, le site est inscrit à l'Inventaire national du patrimoine naturel sous la fiche FR9400616 - Junipéraie de Porto Pollo et plage de Cupabia[36].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau Butturacci (Y8500500) » (consulté le 27 avril 2017)
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau d'Ortiesa (Y8631400) » (consulté le 27 avril 2017)
  3. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96134760/f2.image.r=maire?rk=21459;2
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. Notice no IA2A001208, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Notice no IA2A001209, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Notice no IA2A001210, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Notice no IA2A001211, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Notice no IA2A001240, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Notice no IA2A001241, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Notice no IA2A001242, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Notice no IA2A001243, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Notice no IA2A001244, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Notice no IA2A001245, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Castella ou oppida étaient des réduits fortifiés dans l'Antiquité et au Moyen Âge - Xavier Poli
  19. Notice no IA2A001230, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Notice no IA2A001229, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. Notice no IA2A000939, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Notice no IA2A000936, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. Notice no IA2A000942, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. Notice no IA2A000937, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. Notice no IA2A000938, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. Notice no IM2A000884, base Palissy, ministère français de la Culture
  27. Notice no IM2A000885, base Palissy, ministère français de la Culture
  28. Notice no IM2A000886, base Palissy, ministère français de la Culture
  29. Notice no IM2A000887, base Palissy, ministère français de la Culture
  30. [1] Basi sur le site de l'INPN
  31. ZNIEFF 940004127 - Plage et zone humide du bas Taravo et de Tenutella sur le site de l’INPN.
  32. ZNIEFF 940004128 - Juniperaie de Porto Pollo sur le site de l’INPN.
  33. ZNIEFF 940013114 - Dunes et zone humide de Cupabia sur le site de l’INPN.
  34. ZNIEFF 940014135 - Punta di Porto Pollo - Punta di Pratarella - Punta di Capannella sur le site de l’INPN.
  35. FR9400610 .html Fiche FR9400610  - Embouchure du Taravo, plage de Tenutella et étang de Tanchiccia sur le réseau Natura 2000 (consulté le )
  36. FR9400616 .html Fiche FR9400616  - Junipéraie de Porto Pollo et plage de Cupabia sur le réseau Natura 2000 (consulté le )