Centre de détention

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dans le langage courant, un centre de détention désigne un lieu privatif de liberté tel qu'une prison, un camp d'internement ou de concentration ou encore un centre de rétention d'étrangers en situation irrégulière. En France, le terme désigne une catégorie d'établissements pénitentiaires dédiés aux condamnés à de moyennes et longues peines présentant des perspectives de réinsertion.

Centre de détention en droit français[modifier | modifier le code]

Centre de détention en France[modifier | modifier le code]

En droit français, un centre de détention est une catégorie d'établissement pénitentiaire géré par l'administration pénitentiaire destiné à accueillir les condamnés à deux ans d'emprisonnement et plus considérés comme présentant les perspectives de réinsertion les meilleures. À ce titre, leur régime de détention est principalement orienté vers la socialisation des détenus. Sur le territoire français, il y a aujourd'hui 25 centres de détention[1].

Centre de rétention administrative en France[modifier | modifier le code]

Les centres de rétention administrative (CRA), au nom proche, ne sont pas des centres de détention ni même des prisons, du fait qu'ils n'ont pas un caractère pénal. Ils accueillent les « étrangers retenus dans des locaux ne relevant pas de l'administration pénitentiaire » (décret du ).

Historiquement, la détention administrative a été utilisée en France dans d'autres cadres — voir Camp d'internement français.

« Centre de détention » comme expression générique[modifier | modifier le code]

On peut trouver dans la presse l'expression « centre de détention » pour désigner n'importe quel lieu privatif de liberté, usage qui contredit la définition légale beaucoup plus restreinte du centre de détention comme type de prison.

Centres de détention dans le monde[modifier | modifier le code]

Scandales des centres secrets de détention en Irak[modifier | modifier le code]

Sous les dictatures d'Amérique latine[modifier | modifier le code]

De nombreux centres de détention ont été utilisés par les dictatures d'Amérique du Sud, dans des contextes variés. Le stade de Santiago, au Chili, a ainsi été utilisé en tant que centre de détention après le coup d'État du 11 septembre 1973. Plus tard, le voilier Esmeralda a été utilisé comme centre de détention clandestin. En ce qui concerne l'Argentine, voir Centre clandestin de détention (Argentine).

En Australie[modifier | modifier le code]

En Chine[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]