Prison d'Abou Ghraib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Prison d'Abou Ghraib
Localisation
Pays Drapeau de l'Irak Irak
Région Al-Anbar
Ville Abou Ghraib
Coordonnées 33° 17′ 33″ nord, 44° 03′ 54″ est
Géolocalisation sur la carte : Irak
(Voir situation sur carte : Irak)
Prison d'Abou Ghraib
Localisation approximative d'Abou Ghraib.

La prison d'Abou Ghraib (arabe : سجن أبو غريب Sijn Abū Ghurayb), aujourd'hui connue sous le nom de prison centrale de Bagdad[1],[2], est un complexe pénitentiaire irakien, situé dans la ville d'Abou Ghraib, à 32 km à l'ouest du centre de Bagdad. Ouverte dans les années 1960, la prison devient dans les années 1980, un lieu de détention, de torture et d'exécution de prisonniers politiques entre les mains de la police politique de Saddam Hussein, jusqu'à sa fermeture à l'automne 2002. Le , l'armée américaine rouvre le complexe pénitentiaire qui devient le « Baghdad Central Detention Center ». En 2004, la diffusion de photographies montrant des détenus irakiens torturés et humiliés par des militaires américains déclenche le scandale d'Abou Ghraib. En 2006, après le transfert des détenus, la prison est remise aux autorités irakiennes. Une évasion de masse de prisonniers a lieu en 2013, pendant la deuxième guerre civile irakienne, et la prison est fermée par le gouvernement irakien en 2014.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plan de la prison d'Abou Ghraib fin 2003.

Construite dans les années 1960, par des entreprises britanniques pour le compte de la junte militaire dirigeant la République d'Irak. La prison a une superficie de 115 ha, délimitée par un périmètre de sécurité de 4 km ponctuée par 24 miradors. Sous le régime de Saddam Hussein, la prison d'Abou Ghraib était placée sous l'autorité de la « Direction de la sécurité générale » (en anglais : Directorate of General Security, connue en arabe sous le nom de al-Amn al-‘Amm), c'est-à-dire la police secrète. Elle fut un lieu de torture et d'exécutions, dont des milliers de prisonniers politiques furent les victimes. On estime à 4 000 le nombre des exécutions pour la seule année 1984[3]. L'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International a réuni des informations sur plusieurs exécutions de masse dans les années 1990, au cours desquelles des centaines de prisonniers furent tués. Pendant la deuxième guerre du Golfe (1990-1991), des prisonniers de guerre des troupes de la coalition, notamment des membres du SAS britannique, furent détenus et torturés à Abou-Ghraib.

En 2001, le nombre de prisonniers à Abou-Ghraib était estimé à 15 000, dont un grand nombre de Kurdes irakiens, de chiites, ainsi que d'Irakiens d'origine iranienne. Certains d'entre eux étaient détenus depuis 1980, année marquant le début de la première guerre du Golfe, opposant l'Irak à l'Iran. La plupart des détenus n'avaient jamais été inculpés ou condamnés et étaient maintenus en isolement. Des indications non confirmées évoquent des essais d'armes chimiques et bactériologiques réalisés sur ces derniers dans le cadre du programme d'armement irakien. Au printemps 2002, un agrandissement du complexe pénitentiaire fut entrepris, visant à porter de quatre à six le nombre de blocs de cellules. Mais la prison fut abandonnée avant le début de la troisième guerre du Golfe, en 2003. Après une amnistie générale en et la libération de la plupart des détenus[4], les forces de sécurité irakiennes détruisirent la quasi-totalité des documents de la prison, qui fut par la suite entièrement pillée et en partie incendiée.

Après la chute du régime de Saddam Hussein, plusieurs fosses communes furent découvertes aux abords de la prison. À Al-Zahedi, à l'ouest de Bagdad, l'une d'entre elles contenait les corps d'un millier de prisonniers politiques[5]. Selon un témoin, 10 à 15 corps étaient transportés à chaque fois de la prison d'Abou Ghraib et étaient enterrés par des habitants. Le , 101 personnes furent exécutées à Abou Ghraib en un seul jour ; le , 58 prisonniers furent tués en une seule fois.

Bloc de cellules en 2006.

Le complexe est surtout connu à l'étranger à la suite du tollé suscité par la publication de photos prises par des soldats américains montrant des prisonniers torturés, attachés à des câbles électriques, obligés de poser nus ou bien menacés par des chiens de garde, voire profanés après leur mort[6]. Entre le 24 et le , l'armée américaine annonce la libération d'un millier de détenus[7]. Le , ce sont 507 prisonniers qui sont libérés à l'occasion du jeûne du Ramadan[réf. nécessaire]. Le , l'armée américaine annonce la fermeture de la prison d'Abou Ghraib. Les 4 500 détenus[réf. nécessaire] furent transférés vers d'autres centres de détention en Irak. Le , le site passa sous le contrôle du gouvernement irakien.

Pendant la deuxième guerre civile irakienne, de nombreux rebelles sunnites, y compris des membres d'Al-Qaïda sont détenus à Abou Ghraib. Dans la soirée du , quelque cinq cents détenus, dont de hauts responsables d'Al-Qaïda, parviennent à s'évader à la suite de l'attaque de la prison par un groupe de rebelles sunnites[8].

Mi-avril 2014, le ministère de la Justice irakien annonce la fermeture de la prison, pour raisons de sécurité[9].

Scandale d'Abou Ghraib[modifier | modifier le code]

Sévice subi par un prisonnier irakien à Abou Ghraib.

Le scandale d'Abou Ghraib est une affaire durant laquelle des militaires de l'armée américaine et des agents de la CIA ont été accusés de violation des droits de l'Homme à l'encontre de prisonniers, entre 2003 et 2004, lors de la guerre en Irak, dans la prison d'Abou Ghraib[10]. Ces prisonniers étaient physiquement et sexuellement abusés, torturés[11],[12],[13], violés[11],[12], sodomisés[13] et exécutés[14].

Durant l'occupation américaine, Abou Ghraib a aussi été utilisé en tant que centre de détention hébergeant des « détenus fantômes[15]. » Outre Abou Ghraib, l'Irak compte plus de 400 centres de détention, certains étant sous administration américaine ou irakienne, d'autres sous administration mixte, américaine et irakienne (centres d'Al-Dial, d’Al-Karmiya et de Sahat al-Usur)[16].

Abus d'un prisonnier, immobile sur une boîte, des fils électriques accrochés à ses mains.

En 2006, onze soldats américains ont été jugés et condamnés dans le cadre du scandale des tortures d'Abou Ghraib[17]. En , le président américain George W. Bush déclare que la prison était la « plus grosse erreur » des Américains en Irak[18]. Mais d'après le général Janis Karpinski[réf. nécessaire], jugée coupable et dégradée, les ordres de torture seraient venus de Donald Rumsfeld ; ils seraient intervenus dans le cadre général de l'utilisation de la torture en Irak et Afghanistan et auraient suivi l'arrivée à Abou Ghraib du major général Geoffrey D. Miller[réf. nécessaire]. Celui-ci avait déjà organisé les interrogatoires et la torture infligée dans le centre de détention de Guantánamo. En , la prison a été rouverte après rénovation sous le nom de Prison centrale de Bagdad[1], et doit pouvoir accueillir jusqu'à 15 000 détenus[19].

Médias[modifier | modifier le code]

La prison d'Abou Ghraib est évoquée dans Le Poing de Dieu, un roman de l'écrivain britannique Frederick Forsyth publié en 1994. Elle est également au cœur du récit intitulé Absent de Bagdad de l'écrivain belge Jean-Claude Pirotte. Ancien avocat, Pirotte avait choisi la cavale afin d'échapper à une condamnation à son encontre qu'il considérait injuste. Son roman est avant tout un texte de colère.

En 2006, l'artiste colombien Fernando Botero expose une série d'œuvres sur les tortures commis par des soldats américains dans la prison d'Abou Ghraib dans une galerie new-yorkaise, puis en à l'université de Californie à Berkeley[20],[21].

Dans le film Mi$e à prix 2, ce serait McTeague (dit « le chirurgien ») qui serait responsable de quelques actes de tortures à Abu Ghraib. Le scandale d'Abou Ghraib est évoqué dans la série américaine Homeland (saison 1, épisode 12).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) RFI, « Un nouveau nom pour la prison d'Abou Ghraïb », sur rfi.fr, (consulté le ).
  2. (en) Stephanie Gaskell, « Baghdad's Abu Ghraib, scene of torture of Iraqi captives, made over into model prison », (consulté le ).
  3. (en) « Abu Ghurayb Prison », sur GlobalSecurity (consulté le ).
  4. (fr) Amnesty International, « Document - Irak : La libération de prisonniers politiques est encourageante, mais beaucoup reste à faire » (version du 1 juin 2009 sur l'Internet Archive), .
  5. (fr) [PDF] Archaeologists for Human Rights, « Mass grave sites in Iraq », Münster, , p. 11.
  6. (en) Eric Schmitt, « Army Dog Handler Is Convicted in Detainee Abuse at Abu Ghraib », sur New York Times, (consulté le ).
  7. (en) « U.S. Announces Release of 1,000 Iraqi Detainees from Abu Ghraib », (consulté le ).
  8. « Irak: 500 détenus s'évadent des prisons d'Abou Ghraib et de Taji après une attaque », sur lexpress.fr, (consulté le )
  9. (fr) « L'Irak ferme la prison d'Abou Ghraïb », sur Libération.fr, (consulté le ).
  10. Glenn Greenwald, « Other government agencies », Salon.com (consulté le ).
  11. a et b Seymour M. Hersh, « Chain of Command », The New Yorker, (consulté le ) : « NBC News later quoted U.S. military officials as saying that the unreleased photographs showed American soldiers “severely beating an Iraqi prisoner nearly to death, having sex with a female Iraqi prisoner, and ‘acting inappropriately with a dead body.’ The officials said there also was a videotape, apparently shot by U.S. personnel, showing Iraqi guards raping young boys.” »
  12. a et b Mark Benjamin, « Taguba denies he's seen abuse photos suppressed by Obama: The general told a U.K. paper about images he saw investigating Abu Ghraib – not photos Obama wants kept secret. » (version du 11 juin 2009 sur l'Internet Archive), .
  13. a et b Seymour Myron Hersh, « The general's report: how Antonio Taguba, who investigated the Abu Ghraib scandal, became one of its casualties. », The New Yorker, (consulté le ) : « Taguba said that he saw "a video of a male American soldier in uniform sodomizing a female detainee". ».
  14. Joan Walsh, « Other government agencies » (version du 12 février 2008 sur l'Internet Archive), .
  15. (en) « Army, CIA Agreed on 'Ghost' Prisoners », sur The Washington Post, (consulté le ).
  16. (fr) « 400 prisons secrètes en Irak : un député irakien accuse », sur Rue89, (consulté le ).
  17. (fr) « Un sergent reconnu coupable évite la prison », sur Le Nouvel Obs, (consulté le ).
  18. (fr) Jean-Louis Turlin, « Bavures en Irak : le mea culpa de George Bush et de Tony Blair », sur Le Figaro, (consulté le ).
  19. (en) BBC, « New jail opens at Abu Ghraib », (consulté le ).
  20. Quelques-unes des toiles de Fernando Botero sur les abus de militaires américains à la prison d'Abou Ghraïb
  21. Article sur l'exposition de Botero sur l'International Herald Tribune

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :