Calcatoggio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Calcatoggio
Calcatoggio
Vue de Tiuccia
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Corse-du-Sud
Arrondissement Ajaccio
Canton Sevi-Sorru-Cinarca
Intercommunalité Communauté de communes Spelunca-Liamone
Maire
Mandat
Charles Chiappini
2014-2020
Code postal 20111
Code commune 2A048
Démographie
Population
municipale
533 hab. (2015 en augmentation de 0,76 % par rapport à 2010)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 01′ 45″ nord, 8° 46′ 05″ est
Altitude 300 m
Min. 0 m
Max. 876 m
Superficie 22,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Calcatoggio

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Calcatoggio

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Calcatoggio

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Calcatoggio

Calcatoggio est une commune française située dans la circonscription départementale de la Corse-du-Sud et le territoire de la collectivité de Corse. Elle appartient à l'ancienne piève de Cinarca.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans la vallée de la Cinarca à une vingtaine de kilomètres au nord d'Ajaccio, Calcatoggio est un petit village perché à environ 300 m d'altitude. Le territoire de la commune s'étend jusqu'à la mer dans le golfe de Sagone et Calcatoggio possède environ 10 km de côtes ainsi qu'une très grande plage de sable, la plage de la Liscia[1].

Il n'y a pas d'hôtel dans le village, mais on en trouve plusieurs à la plage de la Liscia. Calcatoggio possède également plusieurs campings.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1977 Sebastien Avogari de Gentili    
1977 2008 Vincent Avogari de Gentili UMP  
2008 2014 Charles Chiappini UMP  
2014 En cours Charles Chiappini UMP-LR  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2015, la commune comptait 533 habitants[Note 1], en augmentation de 0,76 % par rapport à 2010 (France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
380437415440427318533573620
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
650702665680719744796822803
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
768580567568581541504432429
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2015
422396332357356440522531533
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La tour d'Ancone (Palmentoghju), patrimoine local de Calcatoggio.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Leca est né le 29 mars 1908 à Montélimar où son père, d'une vieille famille corse, était en service dans l'administration pénitentiaire. Il est reçu en 1929 au concours de l'École nationale de la France d'Outre-Mer. Il en sort en 1933, breveté, ayant obtenu le diplôme de l'École des Langues Orientales. De 1946 à 1948 il devient professeur d'Histoire indigène de l'Afrique Noire avec les énormes promotions de l'après-guerre qui assurèrent sa popularité parmi les anciens élèves. En plus de ses activités d'enseignement il est délégué à Paris du Haut-Commissaire de l'AOF en 1947 et 1948. Il est nommé au Niger en 1959 au cabinet du président du gouvernement puis président de la République Hamani Diori, il y restera jusqu'à sa retraite en 1974.
Officier de la Légion d'honneur, chevalier de l'Ordre de Malte.
A lire de Nicolas LECA "Les pécheurs de Guet N'Dar" Paris, Librairie Larose, 1935. 4, 111 p. illus., maps. [1]
Le golfe de la Liscia et ses pâturages en bord de mer.

À

  • Théodore Poli, célèbre bandit du Liamone est né à Guagno en 1799. Devenu berger, il s’installe à Calcatoggio où ses chèvres trouvaient de nombreux pâturages dans les vallées de la Liscia et du Liamone. À l’âge de vingt ans, il tira au sort sa conscription et fut appelé à se rendre à Ajaccio, mais s’y refusa. Emprisonné pour désertion en 1820, il s'évade en tuant ses gardiens. Pour survivre, il crée une petite communauté de bandits « La République des Bandits du Liamone», sur laquelle il règne sans partage. Il frappa le clergé de la région d'un impôt proportionnel à leur richesse supposée. Théodore obtient la complicité de la population en jouant les indépendantistes. C'est contre lui que fut organisé le "bataillon des voltigeurs corses", auquel il échappa. On ne put en avoir raison que par la trahison, le 5 février 1831.
  • Nonce Romanetti est sans doute le plus connu des bandits corses. Natif de Calcatoggio, il a pris le maquis en 1913, mais contrairement à ses collègues, c'est un mondain et il a organisé de grands raouts dans le maquis, y invitant de nombreuses personnalités de l'époque. À sa mort, 5000 personnes assistèrent à ses funérailles.
  • César Campinchi
    • Ministre de la Marine du 22 juin 1937 au 18 janvier 1938 dans le gouvernement Camille Chautemps (3)
    • Ministre de la Justice du 18 janvier 1938 au 13 mars 1938 dans le gouvernement Camille Chautemps (4)
    • Ministre de la Marine militaire du 13 mars 1938 au 16 juin 1940 dans le gouvernement Léon Blum (2), le gouvernement Édouard Daladier (3) et le gouvernement Paul Reynaud

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]