Calcatoggio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Calcatoggio
Calcatoggio
Vue de Tiuccia
Blason de Calcatoggio
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Corse-du-Sud
Arrondissement Ajaccio
Intercommunalité Communauté de communes Spelunca-Liamone
Maire
Mandat
Charles Chiappini
2020-2026
Code postal 20111
Code commune 2A048
Démographie
Population
municipale
499 hab. (2019 en diminution de 6,2 % par rapport à 2013)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 01′ 45″ nord, 8° 46′ 05″ est
Altitude 300 m
Min. 0 m
Max. 876 m
Superficie 22,65 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Ajaccio
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Sevi-Sorru-Cinarca
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Calcatoggio
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Calcatoggio
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Calcatoggio
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Calcatoggio

Calcatoggio est une commune française située dans la circonscription départementale de la Corse-du-Sud et le territoire de la collectivité de Corse. Elle appartient à l'ancienne piève de Cinarca.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans la vallée de la Cinarca à une vingtaine de kilomètres au nord d'Ajaccio, Calcatoggio est un petit village perché à environ 300 m d'altitude. Le territoire de la commune s'étend jusqu'à la mer dans le golfe de Sagone et Calcatoggio possède environ 10 km de côtes ainsi qu'une très grande plage de sable, la plage de la Liscia[1].

Il n'y a pas d'hôtel dans le village, mais on en trouve plusieurs à la plage de la Liscia. Calcatoggio possède également plusieurs campings.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Calcatoggio est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Ajaccio, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

La commune, bordée par la mer Méditerranée, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[7]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (86,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (87,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (45 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (41,1 %), zones agricoles hétérogènes (6,3 %), zones urbanisées (2,8 %), prairies (2,2 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,7 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (0,8 %), eaux maritimes (0,2 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1977 Sebastien Avogari de Gentili    
1977 2008 Vincent Avogari de Gentili UMP  
2008 2014 Charles Chiappini UMP  
2014 En cours Charles Chiappini UMP-LR  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2019, la commune comptait 499 habitants[Note 3], en diminution de 6,2 % par rapport à 2013 (Corse-du-Sud : +6,21 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
380437415440427318533573620
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
650702665680719744796822803
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
768580567568581541504432429
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014
422396332357356440428522531
2019 - - - - - - - -
499--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La tour d'Ancone (Palmentoghju), patrimoine local de Calcatoggio.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Leca est né le 29 mars 1908 à Montélimar où son père, d'une vieille famille corse, était en service dans l'administration pénitentiaire. Il est reçu en 1929 au concours de l'École nationale de la France d'Outre-Mer. Il en sort en 1933, breveté, ayant obtenu le diplôme de l'École des Langues Orientales. De 1946 à 1948 il devient professeur d'Histoire indigène de l'Afrique Noire avec les énormes promotions de l'après-guerre qui assurèrent sa popularité parmi les anciens élèves. En plus de ses activités d'enseignement il est délégué à Paris du Haut-Commissaire de l'AOF en 1947 et 1948. Il est nommé au Niger en 1959 au cabinet du président du gouvernement puis président de la République Hamani Diori, il y restera jusqu'à sa retraite en 1974.
Officier de la Légion d'honneur, chevalier de l'Ordre de Malte.
A lire de Nicolas LECA "Les pécheurs de Guet N'Dar" Paris, Librairie Larose, 1935. 4, 111 p. illus., maps. [1]
Le golfe de la Liscia et ses pâturages en bord de mer.

À

  • Théodore Poli, célèbre bandit du Liamone est né à Guagno en 1799. Devenu berger, il s’installe à Calcatoggio où ses chèvres trouvaient de nombreux pâturages dans les vallées de la Liscia et du Liamone. À l’âge de vingt ans, il tira au sort sa conscription et fut appelé à se rendre à Ajaccio, mais s’y refusa. Emprisonné pour désertion en 1820, il s'évade en tuant ses gardiens. Pour survivre, il crée une petite communauté de bandits « La République des Bandits du Liamone», sur laquelle il règne sans partage. Il frappa le clergé de la région d'un impôt proportionnel à leur richesse supposée. Théodore obtient la complicité de la population en jouant les indépendantistes. C'est contre lui que fut organisé le "bataillon des voltigeurs corses", auquel il échappa. On ne put en avoir raison que par la trahison, le 5 février 1831.
  • Nonce Romanetti est sans doute le plus connu des bandits corses. Natif de Calcatoggio, il a pris le maquis en 1913, mais contrairement à ses collègues, c'est un mondain et il a organisé de grands raouts dans le maquis, y invitant de nombreuses personnalités de l'époque. À sa mort, 5 000 personnes assistèrent à ses funérailles.
  • César Campinchi
    • Ministre de la Marine du 22 juin 1937 au 18 janvier 1938 dans le gouvernement Camille Chautemps (3)
    • Ministre de la Justice du 18 janvier 1938 au 13 mars 1938 dans le gouvernement Camille Chautemps (4)
    • Ministre de la Marine militaire du 13 mars 1938 au 16 juin 1940 dans le gouvernement Léon Blum (2), le gouvernement Édouard Daladier (3) et le gouvernement Paul Reynaud

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. SANDRE, « Fiche cours d'eau - Fleuve a Liscia (Y8210540) » (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pleyben - Châteaulin », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  8. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2017, 2018 et 2019.