Bertholène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bertholène
Château de Bertholène
Château de Bertholène
Blason de Bertholène
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Laissac
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Laissac
Maire
Mandat
Jacques Maisonabe
2014-2020
Code postal 12310
Code commune 12026
Démographie
Gentilé Bertholénois
Population
municipale
1 006 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 23′ 44″ N 2° 46′ 46″ E / 44.3955555556, 2.77944444444 ()44° 23′ 44″ Nord 2° 46′ 46″ Est / 44.3955555556, 2.77944444444 ()  
Altitude Min. 533 m – Max. 926 m
Superficie 46,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative d'Aveyron
City locator 14.svg
Bertholène

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique d'Aveyron
City locator 14.svg
Bertholène

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bertholène

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bertholène

Bertholène est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Midi-Pyrénées, au cœur de la Forêt des Palanges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bozouls Gabriac Cruéjouls Rose des vents
Montrozier N Palmas
O    Bertholène    E
S
Le Vibal Arques Laissac

Site[modifier | modifier le code]

Bertholène est située en bordure de la Forêt des Palanges. Le village était autrefois desservie par la Ligne de Bertholène à Espalion.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bertholène

De sable au lévrier rampant d'argent colleté du même, à la bordure denticulée de huit pièces aussi d'argent.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le site a été très anciennement habité comme en témoigne la présence du dolmen des Bourines.

Moyen Âge - Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le prieuré qui comprenait l'église d'Ayrinhac faisait partie des possessions de la Domerie d'Aubrac. Le château de Bertholène qui surplombe le bas bourg date du XIIe siècle[1]. Point de résistance huguenote, il a été assiégé et mis à sac en 1556 par les troupes catholiques, et en partie incendié.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Gilbert Passaga    
mars 2008 en cours Jacques Maisonnabe[2]   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 006 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
233 1 439 1 493 1 492 1 452 1 231 1 173 1 219 1 255
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 202 1 077 1 141 1 149 1 189 1 124 1 109 1 093 1 222
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 116 1 132 1 055 944 917 920 868 944 926
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
883 785 705 782 918 924 994 1 003 1 006
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Exploitations minières[modifier | modifier le code]

Par sa position au bord de l'ancien détroit de Rodez, la commune de Bertholène dispose de plusieurs sites riches en minerai: charbon, uranium et baryte.

Charbon[modifier | modifier le code]

Le charbon est exploité à Bertholène depuis 1820[5]. La dernière mine a été fermée en 1956 suite au dépôt de bilan de son dernier exploitant. Il est aujourd'hui question de recommencer l'exploitation de la houille par mines à ciel ouvert[6].

Uranium et barite[modifier | modifier le code]

Une mine d'uranium se situe sur la commune. À l'arrêt depuis 1995 et servant de site de stockage pour 476'000 tonnes de stériles miniers, elle a entre 1977 et 1995 produit et pré-traité 745 tonnes d'uranium[7]. C'était de fait la plus grande mine d'uranium de l'Aveyron avec 95 % de la production[8] (les autres étant très marginales).

Une mine d'extraction du baryte a été exploité de 1977 à 1988.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église d'Ayrinhac  Inscrit MH (2007)[9] dominée par un clocher-mur est formée d'une nef un chœur et quatre chapelles dont une du XIe siècle hexagonale.
  • L'église d'Anglars  Inscrit MH (1944)[10] du XIIIe siècle, modifiée au XVe siècle possède un clocher arcade avec deux retours en maçonnerie et un toit formant abri pour le sonneur. La porte en bois est d'origine ainsi que son cloutage et son verrou, datés de la fin du XVe siècle.
  • L’église de Bertholène ornée de fresques modernes, a été reconstruite en 1839.[réf. nécessaire]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Le château des Bourines  Inscrit MH (1963)[11] est une ancienne demeure féodale. Le château médiéval et son enceinte, haute de plusieurs mètres, remontent au XIIIe siècle. Il est l'objet d’un programme de restauration par la commune qui le reçut en don en 1992. Le dégagement opéré par les archéologues en 1999 a permis de mettre au jour un des ensembles mobiliers les plus riches jamais découvert dans le Rouergue. Les objets retrouvés au château sont visibles au musée archéologique de Montrozier.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Le château de Bertholène en ruines remonte au XIIe siècle[1]. Il fut pris et détruit plusieurs fois au cours de sa longue existence et les dernières occupations des lieux remontent au début du XIXe siècle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Yves Boyer), Laissac : Bertolena, Cossèrgas, Cruèjols, Galhac, Palmàs, Severac, Vimenet / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Laissac, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton »,‎ 2000, ill., couv. ill. ; 28 cm, 312 p. (ISBN 2-907279-45-9, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF37108950)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]