Ligne de Bertholène à Espalion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le chemin de fer image illustrant l’Aveyron
Cet article est une ébauche concernant le chemin de fer et l’Aveyron.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ligne de
Bertholène à Espalion
Pays Drapeau de la France France
Historique
Mise en service 1908
Fermeture 1989
Concessionnaires Compagnie du Midi (1908 – 1937)
SNCF (1938 – 1992)
Ligne déclassée (à partir de 1992)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 726 000
Longueur 22,972 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Pente maximale 27 ‰
Nombre de voies Anciennement à voie unique
Trafic
Propriétaire Ligne déclassée

La ligne de Bertholène à Espalion est une ancienne ligne ferroviaire française à écartement standard et à voie unique du département de l'Aveyron, qui reliait les gares de Bertholène et d'Espalion. Il a été envisagé de prolonger la ligne vers Aurillac, mais ce projet ne connut pas de suite.

Elle était destinée à relier Espalion à Rodez, le chef-lieu du département.

Elle constitue la ligne 726 000[1] du réseau ferré national.

Historique[modifier | modifier le code]

La loi du 17 juillet 1879 (dite plan Freycinet) portant classement de 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d’intérêt général retient en n° 155, une ligne « d'Espalion à la ligne de Rodez à Séverac-le-Château[2] ». Cette ligne a été concédée à titre éventuel par l'État à la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne par une loi le 17 juillet 1886[3]. Elle a été déclarée d'utilité publique et sa concession a été confirmée par une autre loi le 24 juin 1897[4]. La Compagnie du Midi l'a mise en service le 25 juin 1908.

Un prolongement de la ligne entre Espalion et Aurillac est concédée à titre éventuel à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 20 février 1913. Cette convention est approuvée par une loi le 7 juillet 1913[5]. Cette ligne ne sera jamais construite.

Le 1er janvier 1934, les Compagnies des chemins de fer de Paris à Orléans et du Midi et du Canal latéral à la Garonne créent une communauté d'intérêt financière, commerciale et technique pour l'exploitation de leurs réseaux. Toutefois, chacune des deux compagnies conserve la concession des lignes qu'elle a obtenu de l'État. La ligne est ensuite intégrée au réseau de la SNCF lors de la nationalisation des grandes compagnies le 1er janvier 1938.

Elle a été fermée au service des voyageurs le 5 décembre 1938 et au trafic fret le 27 septembre 1989[1].

Elle a été déclassée par le décret du 9 décembre 1992[1].

Le transport  marchandises perdura jusqu'en 1983

Dans les années 1990, la SNCF procède à l'enlèvement de la voie ferrée et à la vente du foncier. Les communes de Bertholène, Gabriac, Bozouls, Espalion forment un  SIVU afin d'acheter la totalité de l'ancienne ligne et de la transformer en sentier d'écotourisme et  de découverte.

Ce sentier de randonnée praticable à pied ou à vélo connait un succès grandissant depuis son ouverture. C'est le lien entre la vallée de l'Aveyron et celle du Lot, On y découvre des paysages de vallée et de causses en passant par une succession de viaducs et de tunnels et notamment le tunnel de Biounac, long de 574 m récemment éclairé

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le tracé était très sinueux avec des courbes dont le rayon de courbure s'abaissait à 150 m. Le profil était mauvais avec des déclivités qui atteignaient 27‰.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Journal Officiel de la République Française du 11 décembre 1992, page 16 900.
  2. « N° 8168 - Loi qui classe 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général : 17 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 456,‎ , p. 6 - 12 (lire en ligne).
  3. « N°16829 - Loi qui concède diverses lignes de chemins de fer à la Compagnie des chemins de fer du Midi : 17 juillet 1886 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 33, no 1023,‎ , p. 206 - 207 (lire en ligne).
  4. « N°33006 - Loi qui déclare d'utilité publique, à titre d'intérêt général, l'établissement du chemin de fer d'Espalion à la ligne de Rodez à Millau : 24 juin 1897 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 55, no 1880,‎ , p. 108 (lire en ligne).
  5. « Loi portant, 1° Déclaration d'utilité publique de diverse lignes de chemin de fer d'intérêt général ; 2° approbation d'une convention provisoire, passée avec la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, pour la concession d'un certain nombre de lignes d'intérêt général », Journal officiel de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, no 184,‎ , p. 6022 - 6023 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]