Arsinoé II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arsinoé.
Octodrachme d’or avec une corne d'abondance.

Arsinoé II Philadelphe est la fille de Ptolémée Ier Sôter et de sa maîtresse (puis épouse) Bérénice Ire. Sa date de naissance se situe au plus tard en -316. Elle est successivement l'épouse de Lysimaque, de Ptolémée Kéraunos (son demi-frère) et de Ptolémée II (son frère). Elle meurt en -270.

Éclipsée par celle de Cléopâtre, sa beauté fut pourtant célèbre bien au-delà de l'Égypte, si l'on en juge par les monnaies et les sculptures la représentant, dont une magnifique tête en marbre conservée au musée du Louvre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Statue colossale d'Arsinoé II provenant d'Héliopolis.

En -299, afin de sceller l'alliance entre son père et Lysimaque, général d'Alexandre le Grand et roi de Thrace depuis -304, elle épouse ce dernier tandis que sa demi-sœur Lysandra épouse le fils et héritier présomptif de Lysimaque, Agathoclès, né d'un premier mariage.

Arsinoé est belle et le vieux roi (beaucoup plus âgé qu'elle[1]), semble-t-il fou amoureux, ne lui refuse rien. Il lui offre les villes d'Héraclée, de Théos, d'Amastris et de Cassandréia ; et même Éphèse qui est refondée sous le nom d'Arsinoé. De cette union naissent trois fils, Ptolémée, Lysimaque et Philippe.

Arsinoé cherche à assurer la succession au trône à l'aîné de ses fils, au détriment d'Agathoclès et de Lysandra ; cette rivalité est accentuée par le fait que Lysandra est la fille légitime de Ptolémée par son épouse Eurydice, alors que la mère d'Arsinoé, Bérénice, n'était que sa maîtresse. La situation se tend encore lorsque Bérénice parvient à faire répudier Eurydice, à se faire épouser à sa place et à écarter du trône l'héritier de Ptolémée Ier, Ptolémée Kéraunos (fils d'Eurydice et frère de Lysandra), au profit du futur Ptolémée II, le frère d'Arsinoé. Ptolémée Kéraunos se réfugie alors à la cour de Lysimaque, auprès de sa sœur et de son beau-frère Agathoclès.

Arsinoé finit par faire accuser Agathoclès de complot contre son père, lequel n'hésite pas à le faire exécuter en -284. Craignant les intrigues de leur demi-sœur Arsinoé, Lysandra et son frère Ptolémée Kéraunos sont contraints de fuir auprès de Séleucos Ier.

Ce crime dynastique provoque la chute de Lysimaque en détachant de lui une partie de ses soutiens. Séleucos, roi de Syrie, envahit l'Asie Mineure et décime en -281 à Couroupédion l'armée de Lysimaque qui trouve la mort. Arsinoé s'enfuit d'Éphèse et se réfugie à Cassandréia en Macédoine ; elle y est rejointe par Ptolémée Kéraunos, qui prend alors le pouvoir en Macédoine et qu'elle doit épouser, celui-ci devant en contrepartie s'engager à adopter ses neveux. Mais à peine entré dans Cassandreia, Ptolémée fait tuer deux des fils qu'Arsinoé avait eus du roi Lysimaque, le jeune Lysimaque, âgé de seize ans[2] et Philippe, treize ans ; seul l'aîné, Ptolémée, échappe au massacre. Arsinoé s'enfuit de nouveau et se retire à Samothrace avant de rejoindre à Alexandrie, en -279, son frère Ptolémée II et Arsinoé Ire son épouse, fille du défunt Lysimaque.

Calomniant sa belle-sœur (et belle-fille), elle obtient son bannissement à Coptos en -278, et épouse son frère en -277 (ou -274), devenant ainsi reine d'Égypte. C'est ce mariage qui vaut à Ptolémée II l'épithète de Philadelphe, « celui qui aime sa sœur ». Son influence contribue à l'éclat de la vie de cour et à la grande expansion de la puissance ptolémaïque en dehors d'Égypte, et elle est déifiée de son vivant comme son époux. Elle meurt lors de la quinzième année du règne de celui-ci, en -270[3].

Le culte d'Arsinoé, associé à celui d'Aphrodite, déesse de la Beauté, atteste de la grâce de la reine. Plus prosaïquement, en imposant le culte d'Arsinoé dans les temples égyptiens, Ptolémée II parvient à prélever de nouveaux subsides versés directement dans le trésor royal, ceci sans révoltes de la part du clergé.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Voir l’article annexe : Arbre généalogique des Lagides.
Arsinoé II Philadelphe
Naissance vers -316 Décès -270
Père Ptolémée Ier Sôter Grands-parents paternels
Lagos
Grand-mère paternelle inconnue
Mère Bérénice Ire Grands-parents maternels
Grand-père maternel inconnu
Grand-mère maternelle inconnue
Fratrie Ptolémée II
Ptolémée Kéraunos
1re épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
2e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
3e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
4e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
5e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
6e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
7e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
8e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
Mari Lysimaque Enfant(s) Ptolémée de Telmessos
Lysimaque
Philippe
2e mari Ptolémée Kéraunos Enfant(s)
3e mari Ptolémée II Enfant(s)
4e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En -299, Arsinoé a seize ans et Lysimaque environ soixante ans
  2. Le sort tragique du jeune Lysimaque a inspiré les artistes : une gravure du XIXe siècle le montre dans une arène, luttant avec un lion affamé.
  3. Une stèle égyptienne a livré la date de sa mort, survenue au mois de Pachon de la quinzième année du règne de Ptolémée II qui règne depuis -285.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]