Cléopâtre Théa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cléopâtre.
Monnaie à l'effigie de Cléopâtre Thea

Cléopâtre Théa (« la Divine »), née vers 165 av. J.-C., morte vers 121 av. J.-C., est une princesse lagide et reine de Syrie.

C'est la fille, sans doute aînée, de Ptolémée VI Philométor, roi d'Égypte et de sa sœur-épouse Cléopâtre II.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premier mariage avec Alexandre Balas[modifier | modifier le code]

Vers 150 av. J.-C., elle est mariée au nouveau roi de Syrie, Alexandre Balas (qui se dit le fils d'Antiochos IV Épiphane). Elle est alors probablement âgée d'une quinzaine d'années. Ses noces ont lieu à Ptolémaïs Akkè en présence de son père, et donnent lieu à des fêtes somptueuses. À une date inconnue, entre 149 et 145 av. J.-C., elle lui donne un fils : le futur Antiochos VI Dionysos.

Deuxième mariage avec Démétrios II[modifier | modifier le code]

Son père et son mari s'étant brouillés (on ne sait pas qui est à l'origine de la querelle : Alexandre Balas a-t-il été menacé par son envahissant beau-père, ou Ptolémée VI a-t-il été concurrencé par un gendre trop ambitieux ?), Cléopâtre Théa est « reprise en main » par son père qui la marie, cette fois, au prétendant au trône de Syrie : Démétrios II Nicator, fils du défunt Démétrios Ier. Né après 162 av. J.-C., Démétrios II est plus jeune que sa femme.

Battu, Alexandre Balas s'enfuit. Démétrios II Nicator devient roi de Syrie, mais ses sujets d'Antioche acclament Ptolémée VI comme leur nouveau souverain. Sachant que Rome ne permettra jamais la réunion des deux couronnes, Philométor s'efface devant Nicator. Il meurt peu après des suites de la bataille qui l'oppose à Balas qui y est alors lui aussi tué.

Entre 145 et 140 av. J.-C., Cléopâtre Théa donne au moins trois enfants à Démétrios II : Laodice, future reine des Parthes ; et les futurs Séleucos V et Antiochos VIII.

Chassé par les habitants d'Antioche qui le détestent, Démétrios II est concurrencé par le stratège Diodote, commandant de la place forte d'Apamée, qui proclame roi Antiochos VI Dionysos, fils de Théa et de Balas. Démétrios n'a pas le temps de les affronter car il est appelé à l'aide par les habitants de Séleucie du Tigre qui viennent de succomber face aux Parthes (141). La reconquête de Nicator tourne court : battu, capturé, il est contraint par le roi Mithridate Ier d'épouser sa fille Rhodogune (en).

Troisième mariage avec Antiochos VII[modifier | modifier le code]

Littéralement « veuve », menacée par Diodote qui a tué le petit Antiochos VI et s'est proclamé roi sous le nom de « Tryphon » (le Magnifique), Cléopâtre offre le trône et sa main à son beau-frère, le frère de Démétrios II : Antiochos VII Évergète , surnommé Sidêtês (car il a été élevé dans la ville de Sidé -Pamphylie- pendant son exil).

Antiochos VII vainc l'usurpateur Tryphon et semble avoir été apprécié de ses sujets d'Antioche. Entre 139 et 129 av. J.-C., Cléopatre Théa lui donne au moins trois enfants : deux filles - deux Laodice dont on sait peu de chose, - et le futur Antiochos IX.

Antiochos VII entame à son tour une campagne pour refouler les Parthes et récupérer son frère (pour mieux s'en débarrasser ?). Il emmène avec lui ses neveux : Laodice et Séleucos. La campagne, d'abord brillamment commencée,s'achève en désastre. Antiochos VII est tué (ou se suicide), les princes Laodice et Séleucos sont capturés alors que Démétrios II regagne la Syrie.

Reine-mère abusive[modifier | modifier le code]

Il y est mal accueilli par ses anciens sujets. On ne sait si Cléopâtre Théa reprend la vie commune, mais ce qui est certain c'est qu'elle l'envoie à la mort en 125 en lui refusant l'accès à Ptolémaïs Akkè où elle est retranchée. Il meurt à Tyr et son fils Séleucos V le remplace.

Cléopâtre Théa s'en débarrasse en le faisant poignarder (ou selon Appien en le faisant tuer par un archer) et en mettant sur le trône son second fils, Antiochos VIII Gryphos. Celui-ci manifestant des désirs d'indépendance, elle tente de l'empoisonner, probablement vers 121 mais, méfiant, il oblige sa mère à boire le poison qu'elle lui destinait.

De son union avec Antiochos VII, elle a un autre fils, Antiochos IX Philopator qui tente à partir de 114 de ravir le trône à son demi-frère, ainsi probablement que deux filles Laodice VIII et Laodice IX.

Le personnage et l'histoire de Cléopâtre Théa ont fourni à Corneille le sujet de sa pièce Rodogune.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Monnaie représentant Cléopâtre Thea et Alexandre Balas
Voir l’article annexe : Arbre généalogique des Lagides.
Cléopâtre Théa
Naissance Décès vers 121
Père Ptolémée VI Philométor Grands-parents paternels
Ptolémée V Épiphane
Cléopâtre Ire Syra
Mère Cléopâtre II Philométôr Soteira Grands-parents maternels
Ptolémée V Épiphane
Cléopâtre Ire Syra
Fratrie Ptolémée Eupator
Ptolémée VII Eupator
Cléopâtre III Évergète
Ptolémée Memphitis (de)
1re épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
2e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
3e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
4e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
5e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
6e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
7e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
8e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
Mari Alexandre Ier Balas Enfant(s) Antiochos VI Dionysos
2e mari Démétrios II Nicator Enfant(s) Séleucos V Nicator
Antiochos VIII Gryphos
3e mari Antiochos VII Sidêtês Enfant(s) Antiochos IX de Cyzique Philopator
Laodice VIII
Laodice IX
4e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]