Famagouste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famagouste
grec moderne : Αμμόχωστος
turc : Gazimağusa
Famagouste
Administration
Pays Drapeau de Chypre Chypre
District De jure : Drapeau de Chypre Famagouste
De facto : Drapeau de Chypre du Nord Gazimağusa
Indicatif téléphonique (357) 22
Démographie
Population 42 526 hab. ( SPO census)
Géographie
Coordonnées 35° 06′ 54″ nord, 33° 56′ 33″ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Chypre
Voir sur la carte administrative de Chypre
City locator 14.svg
Famagouste
Géolocalisation sur la carte : Chypre
Voir sur la carte topographique de Chypre
City locator 14.svg
Famagouste

Famagouste (en grec : Αμμόχωστος / Ammóchostos /aˈmːoxostos/ ; en turc : Gazimağusa /ɡaːzimaˈusa/) est une ville portuaire située sur la côte est de Chypre. Sa population est de 42 000 habitants.

Nom[modifier | modifier le code]

Le nom grec Αμμόχωστος / Ammóchostos signifie « caché dans le sable »[réf. souhaitée].

Situation[modifier | modifier le code]

Famagouste est une ville située à l'est de Chypre, centre administratif du secteur du même nom, sous occupation militaire turque depuis 1974 et sous contrôle de la République turque du Nord de Chypre, qui n'est pas reconnue par les États membres de l'ONU, sauf par la Turquie.

Son port maritime est un lieu d'exportation d'agrumes et autres produits agricoles.

Histoire[modifier | modifier le code]

À proximité, se trouvent les ruines de l'ancienne ville de Salamine de Chypre, détruite vers 647.

Fondée vers 300 av. J.-C. sur le site antique d'Arsinoé, Famagouste reste un petit village de pêcheurs pendant une longue période, puis se développe en un petit port de commerce qui devient au fil des siècles un des plus importants de la Méditerranée[1].

Sous le règne des Lusignan (1192-1489), elle devient propriété de la République de Gênes en 1372. En 1402, le roi Janus s'en empare. Le maître de Gênes est à cette époque le français Jean II Le Meingre, dit Boucicaut. Celui-ci monte une expédition pour la récupérer, ce qui est fait suite à une intervention diplomatique des chevaliers de Rhodes.

Elle échoit en 1489 aux Vénitiens. En 1570, alors qu'elle est leur plus formidable forteresse en Méditerranée orientale, la ville est attaquée par les Turcs. Au terme d'un long siège et en dépit des assurances données par les assiégeants de lui garantir la vie sauve s'il se rend, le commandant vénitien Marco Antonio Bragadin est écorché vif. L'outrage conduit à la formation de la flotte de la Sainte-Ligue[2], qui remporte la Bataille de Lépante en 1571. En dépit de cette victoire, et pour obtenir quelques garanties de tranquillité dans leur commerce, les Vénitiens reconnaissent la souveraineté des Ottomans sur Chypre lors de la paix du 7 mars 1573.

Durant la période ottomane (1572-1878), l'île est utilisée comme lieu de bannissement pour dignitaires déchus ou personnages indésirables, et en particulier la ville de Famagouste devient « little more than a prison » ("un peu plus qu'une prison")[3]. Au nombre de ses prisonniers les plus célèbres, il faut compter Subh-i Azal, le successeur du Bab, fondateur du babisme[4].

Passée sous domination britannique de 1878 à 1960, la ville nouvelle (Varosha) devient un grand centre touristique balnéaire jusqu'à l'invasion et à l'occupation militaire turque de l'île en 1974. Les habitants chypriotes grecs sont alors chassés et la ville nouvelle de Varosha est abandonnée, devenant dès lors une ville fantôme. Famagouste (tant l'ancienne ville que la nouvelle) est depuis située en République turque de Chypre du Nord.

Sports[modifier | modifier le code]

Les deux clubs de football de la ville, l'Anorthosis Famagouste Football Club et le Nea Salamina Famagouste, se sont repliés à Larnaca tout en conservant leur nom et leurs couleurs originelles. En 2008, après avoir remporté son treizième titre de champion, l'Anorthosis devient le premier club chypriote à accéder à la phase de poules de la Ligue des champions.

Monuments[modifier | modifier le code]

Ruines du couvent des carmes de Famagouste.
Autre vue des ruines de ce couvent.
  • Les remparts, d'une hauteur de 17 mètres et d'une épaisseur de 9 mètres, furent érigés par les Lusignan puis consolidés par les Vénitiens au XVIe siècle. Ils enferment la vieille ville où se trouve la plupart des autres monuments.

Personnalités liées à Famagouste[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fabrizio Frigerio, « Un plan manuscrit inédit du XVIe siècle du port de Famagouste » [PDF] .-Πρακτικά του Β Διεθνούς Κυπρολογικού Συνεδριου [Actes du deuxième Congrès international d'Études chypriotes], Nicosie, 1986, t. II, p. 297-302 e Tables I-XI.
  2. Fabrizio Frigerio, Une relation de 1572 sur la guerre de Chypre et la Sainte Ligue [PDF].- Κυπριακαί Σπουδαί [Études chypriotes], Nicosie, 1980, t. 44, p. 91-106.XI.
  3. (en) Sir G. Hill, A History of Cyprus, Cambridge, 1952, vol. IV, p. 253, note 4.
  4. Fabrizio Frigerio, "Un prisonnier d'État à Chypre sous la domination ottomane : Soubh-i-Ezèl à Famagouste" [PDF], Πρακτικά του Γ Διεθνούς Κυπρολογικού Συνέδριου [Actes du IIIe Congrès international d'études chypriotes], Nicosie, 2001, vol. 3, p. 629-646.
  5. « Saint Pierre Thomas », sur Nominis, nominis.cef.fr (consulté le 23 janvier 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Weyl Carr, Annemarie (ed.), Famagusta, Volume 1. Art and Architecture (= Mediterranean Nexus 1100-1700. Conflict, Influence and Inspiration in the Mediterranean Area 2), Turnhout: Brepols Publishers, 2014. (ISBN 978-2-503-54130-3)
  • Michael J. K. Walsh, City of Empires: Ottoman and British Famagusta, Cambridge, 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]