José Antonio de la Loma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
José Antonio de la Loma
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
BarceloneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

José Antonio de la Loma Hernández, né le à Barcelone et mort dans la même ville le , est un réalisateur et scénariste espagnol. Il est considéré comme étant le père du cinéma quinqui.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de militaire, José Antonio de la Loma commence à travailler dans l'enseignement comme maître d'école dans le quartier populaire de El Raval à Barcelone dans les années 1940. Alors qu'il est étudiant, il s'intéresse au monde de l'interprétation et fonde avec Juan Germán Shroeder la compagnie de théâtre El Corral.

Il débute au cinéma en 1953 en adaptant La hija del mar, un livre d'Àngel Guimerà. Après avoir tourné quelques westerns spaghetti dans les années 1960, il commence à faire des films porteurs d'une critique sociale qui montrent la vie et la mort des jeunes délinquants surgis au sein de la nouvelle classe urbaine installée dans des quartiers défavorisés à la périphérie des grandes villes, conséquence de l'immigration des années 1960 et 1970. C'est ainsi que de la Loma fonde un nouveau genre cinématographique : le cinéma quinqui.

Dans ces films, certains interprètes ne sont pas des acteurs professionnels, ce sont parfois des adolescents issus de classes modestes qui jouent leur propre rôle. C'est le cas de Juan José Moreno Cuenca, acteur de Yo, «el Vaquilla» (1985) ou Ángel Fernández Franco (plus connu comme El Torete), protagoniste de Perros callejeros (1977) et Los últimos golpes de «El Torete» (1980), trois de ses films les plus emblématiques. La véritable fin de l'actrice Sonia Martínez, protagoniste de Perras callejeras, n'est pas très différente de celle de son personnage Berta.

De la Loma a aussi écrit quelques romans : Sin la sonrisa de Dios (1949), Estación de servicio, El undécimo mandamiento et El grito de la libertad (1976).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur ou scénariste

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]