Mandrin, bandit gentilhomme (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mandrin, bandit gentilhomme)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mandrin, bandit gentilhomme
Description de cette image, également commentée ci-après
Les montagnes savoyardes, refuge de Mandrin

Titre original Mandrin, bandit gentilhomme
Réalisation Jean-Paul Le Chanois
Scénario René Havard, Claude Desailly et Louis Martin d'après le roman Mandrin d'Arthur Bernède (1923)
Acteurs principaux
Sociétés de production Titanus
Franco-London-Film
Les Films Gibé
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Film de cape et d'épée
Film historique
Durée 130 min
Sortie 1962

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mandrin, bandit gentilhomme est un film franco-italien réalisé par Jean-Paul Le Chanois et sorti en 1962.

Synopsis[modifier | modifier le code]

On est sous le règne de Louis XV et, en 1750, la France est continuellement en guerre et le peuple, étouffé par les impôts, aime de moins en moins son Louis le Bien-Aimé. Le gouverneur du Dauphiné, en arrivant à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs, doit faire face aux opposants au régime qui se sont rassemblés autour du tonnelier Louis Mandrin. Celui-ci devient le justicier qui respecte son roi mais ne tolère pas l'oppression des pauvres par les taxes. Il doit s'éloigner de sa fiancée Antoinette, la fille du bourgmestre, car l'armée est bientôt à ses trousses. Il part se réfugier dans les montagnes savoyardes et s'y fait contrebandier au profit des plus démunis. C'est là-haut qu'il rencontre la romanichelle Myrtille et son père, des montreurs d'ours. Mandrin s'éprend de Myrtille sans toutefois oublier Antoinette. Si son cœur est incapable de choisir entre les deux femmes, il n'hésite pas à se dévouer lorsque le peuple révolté le réclame à sa tête. Il quitte ses montagnes protectrices et Myrtille malgré les sombres pressentiments de celle-ci.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un film grand public où Mandrin est dépeint comme un Robin des bois chevaleresque et sympathique, refusant toute violence contre plus faible que lui... ce qui ne correspond pas vraiment au Mandrin historique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Réédition par les Éditions Fayard (ISBN 2-213-61413-X).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Isabelle Collin, Pauline Dufourcq et Mélanie Lemaire, Les plus grands films de Cape et d’Épée en DVD - Volume 1, Paris, Éditions Atlas, , 208 p. (ISBN 2-7312-3088-6, notice BnF no FRBNF40945156), « Mandrin », p. 180-192

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]