La Bande à Bonnot (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnot.

La Bande à Bonnot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Informations générales
Date de sortie
Genre
Pays
Équipe du film
Réalisation
Distribution

La Bande à Bonnot (ou Les Anarchistes) ,est un film français réalisé par Philippe Fourastié, sorti en 1968. Dans son livre Un an après (2015), Anne Wiazemsky raconte son expérience du tournage, en partie perturbé par les événements de mai 68.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film raconte les activités de Jules Bonnot dans les années 1910. Entourés d'asociaux et d'idéalistes, il se livre à des faits criminels qui mettent la France dans la tourmente[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Différence avec la réalité[modifier | modifier le code]

Dans le film Jules Bonnot tue des policiers et fait semblant d'être mort après l'assaut de la police au garage de Choisy-le-Roi. Puis il rejoint ses complices Octave Garnier et Marie la Belge à Nogent. En réalité Jules Bonnot fut assiégé dans ce garage le , et y trouva la mort. Le déploiement considérable des forces à Choisy et Nogent étaient analogues en 1912, mais le film n'en fait état qu'à Nogent. Dans les faits, au siège de Nogent-sur-Marne du 14 mai 1912 à la villa Bonhoure, Octave Garnier est retrouvé mort après l'assaut et René Valet encore vivant[2].

L'attaque de la Société Générale par la bande à Bonnot, premier "casse automobile" de l'histoire, s'est historiquement déroulée à l'agence de la rue Ordener, à Paris... Puis les malfrats fuient la capitale pour échouer sur les galets de Dieppe (Seine-Maritime). Par une étonnante pirouette scénaristique, l'attaque de la banque fut pourtant tournée à... Dieppe ! (devant une Société Générale sans conteste plus "parlante" cinématographiquement)

On peut aussi remarquer que Victor Kilbatchiche est représenté comme étant âgé, alors qu'il n'avait que 22 ans en 1912.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une sérigraphie du groupe "Pour une critique révolutionnaire" s'en prit à l'époque à "l'anarchie spectaculaire-marchande" on ne peut plus complaisamment véhiculée, il est vrai, par Marcel Jullian (dialoguiste) et Philippe Fourastié (réalisateur)
  2. assaut final à Nogent-sur-Marne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]