Argelliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Argelliers
Argelliers
Blason de Argelliers
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Canton Gignac
Intercommunalité Communauté de communes Vallée de l'Hérault
Maire
Mandat
Georges Pierrugues
2014-2020
Code postal 34380
Code commune 34012
Démographie
Gentilé Argelliérains
Population
municipale
1 018 hab. (2015 en augmentation de 14,38 % par rapport à 2010)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 41′ 55″ nord, 3° 40′ 29″ est
Altitude 230 m
Min. 80 m
Max. 531 m
Superficie 50,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Argelliers

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Argelliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Argelliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Argelliers

Argelliers est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Argelliers
Causse-de-la-Selle Saint-Martin-de-Londres Viols-le-Fort
Puéchabon Argelliers Viols-en-Laval,
Murles
La Boissière Montarnaud Vailhauquès

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme de Argeleriis en 1154[1], dans le cartulaire d'Anians où il apparaît dans une phrase citant l'église dédiée à Saint Stéphane « Sanctus Stephanus de Argillariis ».

Argelièrs en occitan.

Ce toponyme est très proche du mot occitan 'Argiala' désignant l'argile et dérive du latin argillia (terre glaise). Le toponyme signifie « terrain argileux », « lieu où abonde l'argile »[1]. Quelques dictionnaires anciens notent Argille avec un ll mouillé.

La présence d'argile et son usage en poterie aura, sans doute, influé la naissance de ce toponyme.

Cependant, on trouve sur le site de la mairie du village une autre explication : le nom viendrait du latin "ager ilicum", signifiant "le champ aux chênes" (yeuses, quercus ilex). Cette étymologie est généralement considérée comme plus vraisemblable que la première, puisque aucune activité concernant l'argile n'est attestée sur le village ou aux alentours immédiats. [2]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Georges Pierrugues SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2015, la commune comptait 1 018 habitants[Note 1], en augmentation de 14,38 % par rapport à 2010 (Hérault : +7,24 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
390360398407404347332368389
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
414386381356395338296270294
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
292310273242239226190196137
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
153155196255534731773878998
2015 - - - - - - - -
1 018--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Plan d'une école et de la mairie en 1904 Archives départementales de l'Hérault 2 O 12/5-14

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Argelliers (Hérault).svg

Les armoiries de Argelliers se blasonnent ainsi :

De gueules à saint Étienne, vêtu en diacre d'argent, la dalmatique d'azur bordée d'or, tenant dans sa main dextre une palme du même et dans sa senestre trois cailloux d'argent ensanglantés de gueules.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Max Rouquette, écrivain occitan, est inhumé au cimetière d'Argelliers

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1282 - (ISBN 2600001336).
  2. Glad.fr, « Commune d'Argelliers », sur www.argelliers.fr (consulté le 29 mars 2018)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Scot, Quatre églises rurales romanes à Aniane et Argelliers, [s.l.], [s.n.], , 21 p.
  • Jean Lesaffre, Deux villages languedociens, Roquebrun et Argelliers, Montpellier, Impr. Mari-Lavit,
  • Jean Fournel, Avec ceux d'Argelliers : un acte de l'énergie méridionale, Montpellier, Éd. Languedociennes, [1908], 193 p.
  • Alphonse Capion, Argelliers, Nîmes, Éd. Lacour, coll. « Rediviva », , 90 p.
  • Christian Pioch, « Quatre siècles au Mas Andrieu (Argelliers, Hérault) », Cercle généalogique de Languedoc, no 145,‎ , p. 38-60
  • Paul Baque, « Le vin et la vie. Mort d'un village : Argelliers », Cévenne & Méditerranée, no 2,‎
  • Centre de recherches archéologiques des chênes verts, « La grotte sépulcrale de Rabassié (commune d'Argelliers - Hérault) : note préliminaire », Cahiers ligures de préhistoire et d'archéologie, Bordighera, Institut international d'études ligures, t. 10,‎ , p. 121-127
  • Marcel Durliat, « Une construction de l'époque de saint Benoît d'Aniane à Argelliers (Hérault) », Revue archéologique de Narbonnaise, t. 1,‎ , p. 233-247
  • H. Breicher, Lucie Chabal et Nolwenn Lecuyer, « Artisanat potier et exploitation du bois dans les chênaies du nord de Montpellier au XVIIIe siècle (Hérault, Argelliers, Mas-Viel) », Archéologie du Midi médiéval, no 20,‎ , p. 57-106

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :