Aniane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aniane
Aniane
La mairie d'Aniane
Blason de Aniane
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Gignac
Intercommunalité Communauté de communes Vallée de l'Hérault
Maire
Mandat
Philippe Salasc
2014-2020
Code postal 34150
Code commune 34010
Démographie
Gentilé Anianais
Population
municipale
2 954 hab. (2015 en augmentation de 6,53 % par rapport à 2010)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 41′ 10″ nord, 3° 35′ 12″ est
Altitude Min. 36 m
Max. 367 m
Superficie 30,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Aniane

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Aniane

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aniane

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aniane

Aniane est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Anianais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Situé à la fin des gorges de l'Hérault et au début de la vallée de l'Hérault, Aniane a toujours été un carrefour. Situé à 35 km au nord-ouest de Montpellier, Aniane est à 36 mètres d'altitude.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Aniane
Saint-Guilhem-le-Désert Puéchabon
Saint-Jean-de-Fos Aniane La Boissière
Gignac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes loco nuncupante Aniano entre 777 et 787[1], Anianus dès 782[2], monasterii Anianensis en 794[1], claustra Aniani monasterii en 801[1], monasterio Aniana en 814[1]. C'est en 1624, la langue française étant langue du Royaume depuis l'ordonnance de Villers-Cotterêts signée en 1539, que l'Anhiana occitan est francisé en Aniane.

Anhana en occitan.

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Statue de saint Benoît d'Aniane dans l'église

Quand, en 780, le futur saint Benoît d'Aniane choisit les bords sauvages d'un ruisseau - dans un domaine appartenant à sa famille - pour implanter son monastère, il aurait appelé ce ruisseau Aniene ou petit Anio, en souvenir de la rivière italienne Anio sur les bords de laquelle saint Benoît de Nursie, fondateur de l'ordre des bénédictins, avait édifié son monastère. Telle serait l'origine du nom Aniane.

Le monument aux morts
L'église-abbatiale Saint-Sauveur (XVIIe siècle)
Intérieur de l'église

En 785, Benoît d'Aniane, fils du comte de Maguelone crée un monastère qui entendait suivre la règle de Benoît de Nursie, ainsi qu'une église qui fut dédiée au saint Sauveur et consacrée en 796[3]. L'empereur Charlemagne accorde son soutien et divers privilèges au monastère.

En 1503, une épidémie de peste décime la population.

En 1545, un déchaînement de violence s'abat sur le pays. Les édifices religieux sont pillés et ruinés.

En 1562, destruction complète de l'abbaye.

En 1721, le gel détruit toute l'agriculture de la région, seules prospèrent les tanneries très nombreuses jusqu'à la fin du XIXe siècle (qui ont cessé toute activité début XXe siècle).

L'abbaye et son église ont été reconstruites et de nouveau habitées, au XVIIe siècle, par les moines bénédictins de la congrégation de Saint-Maur. Elle est déclarée bien national lors de la Révolution française. Les citoyens de la commune créent pour se réunir une société révolutionnaire, baptisée « société des amis de la constitution » en mars 1792[4].

En 1845, l'État installe sur l'emplacement de l'ancienne abbaye une maison centrale de force et de correction (prison) destinée à recevoir 500 détenus adultes.

En 1849 et 1854, deux épidémies de choléra, parties de la prison, font respectivement 79 et 400 morts dans la population.

En 1885 s'ouvre la maison d'éducation surveillée d'Aniane en lieu et place de la maison centrale de force et de correction. On y accueille désormais des enfants et adolescents délinquants pour leur enseigner divers métiers industriels. Devenue IPES, institution publique d'éducation surveillée en février 1945, elle ferme ses portes définitivement en 1994.
Plusieurs révoltes et tentatives d'évasion massives marquent l'histoire de cette maison de correction, notamment en 1898 et 1938[5].

En 1925, la cave coopérative Les Treilles, à l'initiative des petits viticulteurs d'Aniane, voit le jour et est toujours en activité.

En 1976 est fondé l'observatoire astronomique d'Aniane, géré par l'association GEOSPACE jusqu'en 1999, puis repris par une association nommée « Arts et Astres » en 2005.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Aniane

Les armes d'Aniane se blasonnent ainsi : d'azur à la crosse d'or issante d'une rivière d'argent

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 mars 1983 Etienne Sanier PCF Conseiller général du canton d'Aniane (1970-1982)
mars 1983 mars 1989 Marcel Cournon PCF  
mars 1989 mars 2001 André Ruiz PS Conseiller général du canton d'Aniane (1982-2001)
mars 2001 mars 2008 Manuel Diaz PCF Conseiller général du canton d'Aniane (2001-2015)
mars 2008 décembre 2009 Claude Bonnafous UMP  
Janvier 2010 en cours Philippe Salasc En Marche Salarié agricole

Démographie[modifier | modifier le code]

Au dernier recensement, la commune comptait 2950 habitants.

Article détaillé : Recensement en France.
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8091 7131 8112 3502 4802 6502 5423 3483 375
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 3323 5573 3123 2863 4923 1972 5823 0952 448
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5202 2272 1392 0382 0472 1162 0741 9471 800
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 7941 7731 6841 6171 7252 0982 5852 6562 727
2013 2015 - - - - - - -
2 9232 954-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  1. Mas de Daumas Gassac
  2. Château Capion
  3. Domaine des Conquetes
  4. La Grange des Peres
  5. Le Mas de la Serrane
  6. Domaine des Barralets
  7. Croix de saint Privat
  8. Mas Laval
  9. Caveau les terroirs d'Aniane
  • Olives : Les établissements Salles ont été fondés en 1920 par Étienne Salles, avec pour objectif la collecte, la préparation et la commercialisation des olives de pays à Aniane, centre géographique d'une importante production d'olives de table. La vente était réalisée en fûts de châtaigniers d'où en parallèle une activité de tonnellerie.

Un tournant important est pris en 1956 à la suite de l'endommagement des oliveraies françaises par le gel. La production étant déficitaire, on importa alors des olives d'Algérie, puis du Maroc. Dans les années 1970, l'entreprise élargit d'une manière industrielle ses fabrications aux condiments (cornichons, câpres, oignons variantes).

L'évolution de la profession a orienté l'entreprise vers un partenaire marocain « Top Agro Export » à Marrakech avec lequel ils produisent toutes variétés d'olives en boîtes et en fûts, les autres conditionnements (sachets, bocaux) étant réalisés en France.

L'entreprise, malgré son évolution industrielle, est restée, parmi les plus importantes, une des seules à maintenir son activité d'origine : la confiserie et la commercialisation des olives de pays.

  • Tourisme : Une des principales activités estivales d'Aniane est le tourisme. Il y a deux campings dont un naturiste.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Page 618 - (ISBN 2600028838).
  2. Dans le cartulaire d'Anian.
  3. Laurent-Henri Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés : Tome I, A-L, Mâcon, Protat frères, , 1696 p., in-4° (notice BnF no FRBNF31972730), p. 115
  4. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 415.
  5. Historia no 730, octobre 2007, p. 14
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. Le terroir d'Aniane
  9. L'AOC Terrasses-du-larzac
  10. Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine
  11. L'échec de l'implantation de Mondavi à Aniane
  12. Le vignoble de Gérard Depardieu à Aniane sur le site de l'Humanité
  13. Gérard Depardieu veut acheter le Domaine de l'Arboussas sur le site de la Dépêche
  14. Flambée des prix dans le vignoble d'Aniane sur le site de Libération

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]