Puéchabon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Puéchabon
Vue de Puéchabon
Vue de Puéchabon
Blason de Puéchabon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Canton Gignac
Intercommunalité Communauté de communes Vallée de l'Hérault
Maire
Mandat
Stéphane Simon
2014-2020
Code postal 34150
Code commune 34221
Démographie
Gentilé Puéchabonais
Population
municipale
469 hab. (2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 55″ nord, 3° 37′ 06″ est
Altitude Min. 54 m
Max. 483 m
Superficie 31,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Puéchabon

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Puéchabon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puéchabon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puéchabon

Puéchabon (en occitan Puèg-Abon [pjecha'bu]) est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Occitanie, anciennement de Languedoc-Roussillon. C'est un village médiéval en circulade.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1883, suivant la volonté de Louis Ballestier, son maire de l'époque, Puéchabon est parmi les premiers villages de France à se doter d'un éclairage public à gaz de charbon. L'ancien système de réverbère à lampe à huile, décevant et fastidieux, est alors remplacé par une usine à gaz, commandée à une société suisse spécialisée. Les particuliers abonnés ont pu s'alimenter ainsi jusqu'en 1896. Petit à petit cependant, les frais d'entretien sont devenus trop importants pour la municipalité. De plus, les percements réalisés pour alimenter le village en eau, réalisés en l'absence de plans des canalisations de gaz et sans regards pour l'entretien et la vidange de ces canalisations ont achevé de détériorer l'installation. Les tuyaux se sont ainsi définitivement bouchés. De cette construction exceptionnelle, il reste quelques vestiges, en particulier une chaudière transformant le charbon en gaz et une cloche métallique (gazomètre).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Stéphane Simon SE Cadre
mars 2008 mars 2014 Catherine Josien    
2001 mars 2008 Jean-Paul Belloc    
    Régis Pourtalie    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 469 habitants, en augmentation de 3,3 % par rapport à 2009 (Hérault : 6,81 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
647 669 741 835 901 837 872 909 893
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
860 862 851 792 863 826 747 647 732
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
651 588 532 515 415 378 371 315 270
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
239 200 221 255 273 346 410 458 469
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église romane de Saint-Sylvestre-des-Brousses
  • Église Notre-Dame-Immaculée-Conception
  • Église Saint-Pierre-aux-Liens. On peut y découvrir le "banc de la mairie", place réservée aux membres du conseil municipal au chœur de l'église.
  • Ancienne école de filles
  • Portail de l'ancienne école de garçons, dans la rue des Remparts
  • Monument aux morts de la guerre 1914-1918
  • Lavoir de la place Vieille
  • Réservoir dans l'ancien fort
  • Usine à gaz. Il s'agit d'une ancienne usine, en fonctionnement de 1883 à 1896, qui servait à l'éclairage public du village. Puéchabon fut un des premiers villages à bénéficier d'éclairage des rues, avant même Montpellier.
  • Grotte de la Vierge.
  • Ruines de Montcalmes

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Puéchabon Blason De sable à Saint Pierre d'argent tenant dans sa dextre deux clefs passées en sautoir du même.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :