Max Rouquette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rouquette et Roquette.
Max Rouquette
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Max Rouquette.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
MontpellierVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Max Rouquette (en occitan Max Roqueta[1]) est un écrivain français de langue occitane né le à Argelliers (Hérault) et mort le à Montpellier.

Il est l'auteur d'une œuvre foisonnante (prose, poésie, théâtre) à la dimension universelle. Écrite en occitan, cette œuvre a dû attendre les premières traductions avant d'être reconnue en France et dans de nombreux pays. Vert Paradis, un recueil de courts récits ayant pour cadre les garrigues de l'arrière-pays montpelliérain, est considéré comme son chef-d'œuvre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joueur passionné de balle au tambourin durant sa jeunesse, il fonde en janvier 1939 la Fédération française du jeu de balle au tambourin dont il reste longtemps le président. Il signe également plusieurs ouvrages sur ce sport typique de l'est de l'Hérault. C'est lui qui initie le rapprochement entre français et italiens autour d'un même règlement en 1955. Il avait découvert l'existence du tamburello italien en 1954 à l'occasion d'un voyage dans le nord de l'Italie.

Parfois surnommé le « Gracq occitan », il a joué un rôle incontestable dans le maintien et la sauvegarde de la culture d’oc et de la littérature occitane. Il fit partie de l'Institut d'études occitanes qu'il présida de 1952 à 1957.

Décédé en 2005 à Montpellier, il repose au cimetière d'Argelliers.

Postérité[modifier | modifier le code]

Un amphithéâtre de l'Université Paul Valéry porte son nom (amphi B), ainsi que le collège de Saint-André de Sangonis (toujours dans l'Hérault), depuis l'année scolaire 2007-2008.

Le , la place des Arceaux de Montpellier, haut-lieu de la balle au tambourin, est rebaptisée Place Max-Rouquette.

France Culture a largement contribué à faire connaître son oeuvre. Le 25 juillet 1987, diffusion de "Max Rouquette : Le Voyageur du silence" (entretiens enregistrés à Argelliers, La Couvertoirade, Saint-Saturnin et Montpellier le 19 juillet 1986) : cette émission produite par Robert Briatte et réalisée par Janine Chollet inaugure cette année-là les programmes d'été de la station (chronique par Jean-Pierre Péroncel-Hugoz dans "Le Monde" daté du dimanche 19 juillet 1987). Le 27 octobre 1990, diffusion de l'émission "Le bon plaisir de Max Rouquette", produite et réalisée par Madeleine Attal. Enfin, le 9 avril 2002, diffusion de "Max Rouquette, le berger des étoiles", une émission de Surpris par la nuit produite par Catherine Soullard.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Prose en occitan traduite en français[modifier | modifier le code]

  • Vèrd paradís - Vert paradis (éditions du Rocher)
  • Lo Grand Teatre de Dieu - Le Grand Théâtre de Dieu (éditions de Paris)
  • Lo Corbatàs Roge - Le Corbeau rouge (éditions de Paris)
  • Lo Libre de Sara - Le Livre de Sara (éditions de Paris)
  • Las Canas de Midàs - Les Roseaux de Midas (éditions de Paris)
  • La Cèrca de Pendariès - La Quête de Pendariès (éditions du Trabucaire)
  • Tota la Sabla de la Mar - Tout le sable de la mer (éditions du Trabucaire)
  • Ils sont les bergers des étoiles (éditions du Rocher)

Prose en occitan[modifier | modifier le code]

  • L'uòlh del cat (IEO éditions)
  • Mièja-Gauta (éditions du Trabucaire)

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Les psaumes de la nuit (éditions Obsidiane)
  • Le tourment de la licorne (éditions Domens)
  • D'aicí mil ans de lutz / À mille années-lumière (éditions Jorn)
  • Bestiari (Atlantica)
  • Bestiari II (éditions Fédérop)
  • Poèmes en prose (éditions Fédérop)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Medelha : Drame (éditions Espaces 34)
  • Le Glossaire (éditions Espaces 34)
  • L'épopée de Pappa Popov (éditions Domens)

Avec des photographes[modifier | modifier le code]

  • Le Lac du Salagou, photos de Georges Souche (éditions Bibliothèque 42)
  • Larzac, photos de Georges Souche (éditions Cardabelle)
  • Le Bout du monde, photos de Bernard Plossu (éditions du Rocher)
  • Le Jeu de Balle au Tambourin Photographies de Charles Camberoque, préface de Max Rouquette (Editions Bibliothèque 42 1998)

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. On peut trouver "Mas" pour "Max" en graphie mistralienne.
  2. Archives des nominations et promotions dans l'ordre des Arts et des Lettres.

Liens externes[modifier | modifier le code]