Alexis Vuillermoz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vuillermoz.
Vuillermoz
Le Tour de France 2015 Stage 21 (19993349480).jpg

Alexis Vuillermoz lors du Tour de France 2015

Informations
Surnom
Pikachu
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
Équipes amateurs
2006 Scott-Les 2 Alpes (VTT)
2007-2008 Scott-Valloire-Galibier (VTT)
2010-2012 Lapierre International (VTT)
2010-2012 CC Étupes
Équipes professionnelles
08.2012-12.2012 Saur-Sojasun (stagiaire)
2013 Sojasun
2014- AG2R La Mondiale
Principales victoires

Championnats
Jersey rainbow.svg Champion du monde du relais mixte 2008
UEC Champion Jersey.svg Champion d'Europe du relais mixte 2008
1 étape de grand tour

Tour de France (1 étape)

Alexis Vuillermoz (né le à Saint-Claude, Jura) est un cycliste français, d'abord spécialiste du VTT, avant, en 2013, de devenir cycliste professionnel sur route dans l'équipe française AG2R La Mondiale. En 2008, il a été champion du monde et champion d'Europe de cross-country par équipes avec Arnaud Jouffroy, Laurence Leboucher et Jean-Christophe Péraud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse, carrière amateur et en VTT[modifier | modifier le code]

Alexis Vuillermoz en 2011.

Alexis Vuillermoz pratique divers sports dans sa jeunesse avant de s'engager vers le VTT en 1999[2]. Il est en 2006 champion de France de cross-country juniors et deuxième du championnat d'Europe de cross-country juniors. Il est en 2007 deuxième du championnat d'Europe de cross-country par équipes (avec Fabien Canal, Cécile Ravanel et Cédric Ravanel) avant de remporter son premier titre mondial en 2008, le championnat du monde de cross-country par équipes (avec Arnaud Jouffroy, Laurence Leboucher et Jean-Christophe Péraud). Avec eux, il est aussi champion d'Europe de cross-country par équipes.

En 2009, Vuillermoz est champion de France de cross-country espoirs et battu par Burry Stander au championnat du monde de cross-country espoirs. En 2010, il est une nouvelle fois champion de France de cross-country espoirs. Aux championnat du monde de cross-country espoirs, il se classe quatrième.

En 2010, il est engagé avec Lapierre International pour le VTT et avec le CC Étupes pour le cyclisme sur route[2]. En 2011, il subit une mononucléose. Sur route, il participe au Tour des Pays de Savoie puis au Tour Alsace. Sur cette épreuve, il chute lors de la troisième étape et est atteint d'un traumatisme crânien ainsi que d'une fracture de la pommette[3].

En 2012, son année est marquée par la mort de son père, qui l'a initié au sport cycliste, et de deux de ses grands-parents[4],[5]. En manque de résultats, de motivation, en fin de contrat avec Lapierre International et sous l'impulsion de son entraîneur Yvan Clolus, il décide de s'orienter vers le cyclisme sur route[4],[2], discipline qu'il pratiquait déjà majoritairement à l'entraînement[2].

Durant sa carrière de VTT, Vuillermoz mène en parallèle des études supérieures et obtient un master en banque et assurance. Il suit ensuite brièvement des cours par correspondance avec Sciences Po Paris[2]. Il envisage alors de devenir gestionnaire de patrimoine en cas d'échec d'une carrière professionnelle dans le cyclisme[2].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

2013 : première saison avec Sojasun[modifier | modifier le code]

Le 2 octobre 2012, alors qu'il était stagiaire au sein de la formation Saur-Sojasun, celle-ci annonce qu'il est engagé pour un contrat de un an[6]. Durant cette première saison sur route, il débute au Grand Prix d'ouverture La Marseillaise qu'il termine à la vingt-cinquième place. Il prend part au Tour du Haut-Var, sa première course par étapes, et à sa première course UCI World Tour, Paris-Nice, qu'il abandonne lors de la 6e étape. Il est onzième de la Klasika Primavera. Il prend la deuxième place de la première étape du Rhône-Alpes Isère Tour et la cinquième place du classement général. Il participe à la 100e édition du Tour de France. Il termine la saison au Tour de Vendée.

Depuis 2014 : contrat dans le World Tour avec AG2R La Mondiale[modifier | modifier le code]

En 2014, après l'arrêt de l'équipe Sojasun, Alexis Vuillermoz signe un contrat de deux ans avec AG2R La Mondiale. Lors de sa première saison avec cette équipe, son salaire n'est pas payé par elle mais par un homme d'affaires jurassien, Daniel Germond[4]. Germond a plusieurs années auparavant été sponsor de l'équipe Chazal, équipe qui a précédé la structure AG2R La Mondiale et qui a été crée par Vincent Lavenu dans les années 1990[5]. Vuillermoz reprend comme en 2013 la compétition au Grand Prix d'ouverture La Marseillaise. Il participe ensuite à l'Étoile de Bessèges. Il prend également part au week-end ardéchois avant le Paris-Nice où il occupe les premiers rôles. Il aide le Colombien Carlos Betancur, son coéquipier à remporter le classement général. Il aide ensuite Jean-Christophe Péraud à gagner le Critérium international où il termine à la 8e place. Il est ensuite aligné sur le Tour d'Italie en support de son leader italien Domenico Pozzovivo qui finit 5e du classement général, tandis qu'il finit à la 11e place. En fin de saison il remporte sa première victoire sur route chez les professionnels en s'imposant lors de la dernière étape du Tour du Gévaudan Languedoc-Roussillon[7]. Il termine par ailleurs troisième du classement général de l'épreuve derrière le coureur espagnol Amets Txurruka et le Belge Thomas Degand.

En début d'année 2015, Alexis Vuillermoz est notamment onzième du Tour de San Luis, neuvième du Tour du Haut-Var et du Critérium international. En avril, il prend la sixième place de la Flèche wallonne. Lors du Tour de Romandie, souffrant d'une sinusite il est contraint d'abandonner[8]. Après un stage dans les Alpes, il reprend la compétition fin mai, au Grand Prix de Plumelec-Morbihan, qu'il remporte[9]. Après avoir disputé le Critérium du Dauphiné (29e) et le championnat de France sur route (10e), il prend le départ du Tour de France, à Utrecht aux Pays-Bas. Sur ce Tour, il est équipier de Romain Bardet et Jean-Christophe Péraud, leaders d'AG2R La Mondiale[2]. Vuillermoz prend la troisième place de la troisième étape, au mur de Huy, derrière Joaquim Rodríguez et Christopher Froome, et gagne à Mûr-de-Bretagne lors de la huitième étape[2] devant Daniel Martin à 5 secondes puis Alejandro Valverde et le peloton à 10 secondes.

Style, caractéristiques[modifier | modifier le code]

Alexis Vuillermoz est surnommé « Pikachu » en raison de sa caractéristique à passer brutalement à l'offensive par une « attaque-éclair ». Ce surnom lui est donné lors de sa carrière en VTT et s'explique également par son port à cette époque d'un casque jaune[4]. Il a des capacités de grimpeur[2],[5] et de puncheur[4].

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Par années[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Photographie d'un coureur cycliste, habillé en en vert en blanc, vu de profil.
Alexis Vuillermoz au Mont Ventoux, lors de la 15e étape du Tour de France 2013.

Tour de France[modifier | modifier le code]

2 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

1 participation

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2010 2011 2012 2013 2014
UCI World Tour 98e[10]
UCI Europe Tour 1186e[11] nc 804e[12] 521e[13]
Légende : nc = non classé

Palmarès en VTT[modifier | modifier le code]

Alexis vuillermoz lors de la 4e manche de la coupe du monde de VTT 2012 à La Bresse.

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Championnats d'Europe[modifier | modifier le code]

Championnats de France[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Alexis Vuillermoz », sur cyclisme.ag2rlamondiale.fr (consulté le 28 mai 2014)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Sylvain Mouillard, « Vuillermoz, du VTT au Tour, en passant par Piketty », sur liberation.fr, Libération,‎
  3. Nicolas Gachet, « Traumatisme crânien pour Alexis Vuillermoz », sur directvelo.com,‎
  4. a, b, c, d et e Anthony Thomas-Commin, « Tour de France: De Pikachu à Piketty, ce qu'il faut savoir sur Alexis Vuillermoz », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  5. a, b et c Jean-Luc Gatellier, « « Pas question de chercher du travail dans une banque » », L'Équipe,‎ , p. 8
  6. « Alexis Vuillermoz néo-pro chez Sojasun », sur directvelo.com,‎
  7. « Tour du Gévaudan: L'étape pour Vuillermoz, le général pour Txurruka »,‎ (consulté le 28 septembre 2014)
  8. « Tour de Romandie: Vuillermoz non-partant », sur francetvsport.fr,‎ (consulté le 10 juillet 2015)
  9. « Alexis Vuillermoz: «Depuis trois ans, je m'épanouis» », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 10 juillet 2015)
  10. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2014)
  11. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2010 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 12 janvier 2015)
  12. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2012 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 31 décembre 2014)
  13. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2013 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 7 novembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :