Élection présidentielle américaine de 1884

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une élection ou un référendum image illustrant les États-Unis
Cet article est une ébauche concernant une élection ou un référendum et les États-Unis.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Précédent 1880 Drapeau des États-Unis 1888 Suivant
Élection présidentielle américaine de 1884
4 novembre 1884
Type  élection présidentielle américaine
GCleveland.png
Grover Cleveland – Parti démocrate
Colistier : Thomas Hendricks
Voix 4 874 986
Grands électeurs 219
  
48,50 %
JamesGBlaine.jpg
James G. Blaine – Parti républicain
Colistier : John Alexander Logan
Voix 4 851 981
Grands électeurs 182
  
48,25 %
Le collège électoral en 1884
Carte
Président
Sortant
Élu

L'élection présidentielle américaine de 1884 se déroule le 4 novembre 1884.

Elle est marquée par une campagne particulièrement agressive entre démocrates et républicains, et se solde par l'élection, avec une faible majorité des votes populaires et pour la première fois depuis l'élection d' Abraham Lincoln et la guerre de sécession, d'un démocrate, Grover Cleveland.

Désignation des candidats[modifier | modifier le code]

Parti républicain[modifier | modifier le code]

Le parti républicain réunit sa convention nationale du 3 au 6 juin à Baltimore.

Le président sortant, Chester Arthur, souhaitait malgré son état de santé déclinant, se présenter pour un second mandat, avec un bilan jugé tout à fait convenable, mais aucune des factions du parti ne souhaitait le soutenir. Il se lança néanmoins dans la course, espérant rallier à sa cause les petits candidats et les indépendants.

Deux candidats potentiels, le générale William Sherman et Robert Todd Lincoln, secrétaire à la guerre et fils du président Lincoln, déclinèrent rapidement les propositions qui leur furent faites de se présenter.

Au premier tour de scrutin, James Blaine, ancien sénateur et éphémère secrétaire d'Etat du président James Garfield, arriva en tête avec 344,5 mandats. Le président Arthur était second, avec 278 mandats.

Les autres candidats étaient nettement distancés : le sénateur du Vermont George Edmunds avait 93 mandats, le sénateur de l'Illinois John Logan 63,5 et le sénateur de l'Ohio John Sherman 30.

Ce fut au troisième tour de scrutin que Blaine fut investi, avec 541 voix contre 207 à Arthur et 41 à Edmunds. Logan fut pour sa part désigné comme candidat à la vice-présidence.

Cette convention fut la dernière au cours de laquelle un président sortant souhaitant se représenter ne fut pas investi par son parti.

La désignation de Blaine provoqua cependant une importante dissidence au sein du parti. Une faction, appelée les mugwump, déclarèrent ne pas apporter leur soutien au candidat désigné du fait des scandales financiers auquel son nom était mêlé[1]

Parti démocrate[modifier | modifier le code]

La convention du parti démocrate se tint un mois après celle des républicains, du 8 au 11 juillet, à Chicago. La défection des mugwump donnait pour la première fois depuis un quart de siècle, la possibilité aux démocrates de reconquérir la Maison blanche.

Le gouverneur de New York, Grover Cleveland, apparaissait d'emblée comme le favori de l'élection. Il ne réunit, cependant, au premier tour, que 392 voix. Le sénateur du Delaware Thomas Bayard obtenait 170 voix, le sénateur de l'Ohio Allen Thurman 88, le représentant de Pennsylvanie Samuel Randall 78, le sénateur de l'Indiana Joseph McDonald 56 voix, et le speaker de la chambre des représentants, John Carlisle, du Kentucky, 27 voix. Quatre autres petits candidats recueillaient chacun entre 1 et 7 voix.

Randall se rallia dès le second tour à Cleveland, dont une partie des opposants tenta de se réunir autour d'un candidat sorti du chapeau, l'ancien gouverneur de l'Indiana Thomas Hendricks. Cleveland obtint 475 voix, Bayard, qui s'était maintenu, 151,5 ; Hendricks, avec 123,5 voix, ne fit pas la percée escomptée, malgré le retrait de McDonald et Carlisle. Thurman, pour sa part, reçut encore 60 voix.

Cleveland est finalement désigné au troisième tour, avec 683 voix, après le retrait de Thurman. Bayard obtient encore 81,5 voix et Hendricks à peine 45,5.

Ce dernier est cependant désigné unanimement comme candidat à la vice-présidence.

Parti anti-monopole[modifier | modifier le code]

Le parti anti-monopole est constitué spécifiquement pour l'élection présidentielle de 1884 et met en avant la nécessité de lutter contre les pratiques des grandes entreprises qui gagnent à cette période une dimension nationale.

Présent dans 16 Etats, mais principalement dans Michigan et l'Illinois, il désigne Benjamin Butler, personnalité progressiste, attaché aux droits civiques et au droit de vote des femmes, ancien membre du congrès et gouverneur démocrate du Massachussetts.

Celui-ci espérait s'appuyer sur cette nomination pour obtenir l'investiture d'un des grands partis, ou bien réunir tous les "dissidents" et indépendant dans un nouveau parti, mais seul le petit parti greenback soutint sa candidature.

Parti Greenback[modifier | modifier le code]

La convention du Parti Greenback choisit sans hésitation de soutenir la candidature de Benjamin Butler, le désignant par 323 voix contre 98 au président du parti, Jesse Harper.

Si la proposition de fusion venant du Parti anti-monopole fut refusée, Butler accepta de prendre comme candidat à la vice présidence Absolom West, désigné par la convention greenback.

Parti américain de la prohibition[modifier | modifier le code]

Le Parti américain, qui s'était présenté en 1880 comme "parti anti-maçonnique", changea de nom en 1884 pour devenir le Parti américain de la Prohibition.

L'objectif du Parti américain était d'obtenir une investiture commune avec le Parti de la Prohibition pour John St John. Afin d'éviter de réduire les chances de ce dernier d'emporter la désignation des prohibitionnistes, il décida de désigner Samuel Pomeroy, ancien sénateur du Kansas, dans l'attente du résultat de la convention prohibitionniste. Celle-ci ayant investi St John, le parti américain se retira de la campagne le 27 août.

Parti de la Prohibition[modifier | modifier le code]

John St John, ancien gouverneur républicain du Kansas, est désigné à l'unanimité et au premier tour comme candidat. Cette investiture provoque le ralliement du parti américain de la prohibition.

William Daniel est lui désigné comme candidat à la vice-présidence.

Parti de l'égalité des droits[modifier | modifier le code]

Le Parti de l'égalité des droits est fondé en 1884 avec comme unique programme l'accès des femmes au droit de vote.

Il désigne Belva Ann Lockwood, avocate et "suffragette", comme candidate à la présidence, avec Marietta Stow comme vice-présidente.

Campagne électorale[modifier | modifier le code]

Les opposants à Blaine mènent une campagne très agressive contre lui, mettant en cause son intégrité en rappelant constamment le scandale des "lettres de Mulligan", en 1876. Ces lettres étaient censées prouver son implication dans un trafic d'influence, et lui avaient déjà coûté l'investiture présidentielle en 1876.

Alors que les démocrates mettent eux en avant la réputation d'honnêteté de Cleveland, les républicains contre-attaquent en dévoilant que ce dernier est le père d'un enfant illégitime, né en 1874. Cleveland tente d'expliquer que la mère de l'enfant avait à l'époque des relations avec plusieurs hommes et qu'étant le seul célibataire parmi ceux-là, il avait choisi de reconnaître l'enfant pour leur éviter des problèmes conjugaux, mais l'argument est réfutée par la mère.

Les deux campagnes sont essentiellement faites d'attaques personnelles, plus que d'affrontements entre programmes.

La dernière semaine de la campagne, à New York, lors d'un meeting de soutien à Blaine, un orateur républicain, de confession protestante, voulant condamner les dissidents mugwump ayant rallié Cleveland, les compare à des sudistes et des catholiques. Cette dernière référence, insultante pour nombre d'électeurs de l'Etat, où la minorité catholique est forte, est diffusée par les militants démocrates afin de discréditer Blaine.

Résultats[modifier | modifier le code]

Grover Cleveland est le premier candidat démocrate élu à la présidence depuis 1856, à l'issue d'un vote très serré. L'écart de voix extrêmement faible dans l'Etat de New York (moins de 1 000 voix sur un million et demi d'exprimés) en faveur de Cleveland est souvent donné comme la clef de voûte du résultat, les 36 grands électeurs de cet état ayant fait la différence.

candidats parti vote populaire % grands électeurs
Grover Cleveland / Thomas Hendricks Parti démocrate 4 914 482 48.85 % 219
James Blaine / John Logan Parti républicain 4 856 903 48,28 % 182
John St John / William Daniel Parti de la prohibition 147 482 1,50 %
Benjamin Butler / Absolom West Parti Anti-Monopole/

Parti Greenback

134 294 1,33 %
autres 3 576

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Mélandri, Histoire des États-Unis, Perrin 2008, T.I p. 191