Publication scientifique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'expression « publication scientifique » regroupe plusieurs types de communications scientifiques et/ou techniques avancées que les chercheurs scientifiques font de leurs travaux en direction de leur pairs et d'un public de spécialistes. Ces publications ayant subi une forme d'examen de la rigueur de la méthode scientifique employée pour ces travaux, comme l'examen par un comité de lecture indépendant constitué de pairs.

La notion de littérature scientifique désigne plus largement l'ensemble des publications scientifiques. Les publications scientifiques permettent de diffuser des informations scientifiques et techniques, produites et utilisées notamment par les chercheurs. Une partie de cette littérature est réutilisée par les revues de vulgarisation scientifique.

Catégories[modifier | modifier le code]

On peut distinguer les publications scientifiques selon leur origine (académique, recherche privée...) ou selon support ou type de parution :

  • les revues scientifiques à comité de lecture ;
  • les comptes-rendus de congrès scientifique à comité de lecture ;
  • des ouvrages collectifs rassemblant des articles de revue ou de recherche autour d'un thème donné, coordonnés par un ou plusieurs chercheurs appelés éditeurs ;
  • des monographies sur un thème de recherche.

Les publications qui entrent dans l'un des cadres ci-dessus sont généralement les seules considérées pour l'évaluation de la recherche scientifique et des chercheurs (et de leurs laboratoires parfois) et les études bibliométriques et scientométriques.

Éléments de définition[modifier | modifier le code]

Sont habituellement exclues de la catégorie « publication scientifique » :

  • les revues sans comité de lecture, par exemple les revues d'actualité des sociétés savantes ;
  • les comptes-rendus de conférences sans comité de lecture ;
  • les monographies d'enseignement.
  • les comptes-rendus de congrès (au moins dans certaines disciplines qui ne les comptabilisent pas comme « articles scientifiques », tout en reconnaissant qu'ils participent aux missions de communication de résultats par le chercheur ou son équipe)

Le cas des pré-publications : il est plus complexe : il s'agit d'articles destinés en général à être formellement publiés, dans une revue par exemple, mais que leurs auteurs choisissent de mettre immédiatement à la disposition de la communauté scientifique, sur un site internet par exemple. Elles ne sont donc pas comptabilisées en tant que publications dans le cadre de la bibliométrie, mais ont le contenu d'une publication scientifique, et la rigueur qu'on peut attendre d'un article n'ayant pas encore été révisé selon les commentaires d'un comité de lecture.

Évolutions[modifier | modifier le code]

La production mondiale d'articles scientifiques croît depuis plusieurs générations, passant de 466 419 publications en 1988 selon la National Science Foundation à 986 099 en 2008 selon le rapport sur la science-2010 de l'Institut de statistique de l'UNESCO.

L'internet semble en train de bouleverser la mise à disposition des travaux scientifiques, de même que les approches open science/open data ;

La question de l'accès (payant ou non) à la donnée brute (souvent nécessaire à la vérification complète) ou même au contenu des articles est source de débats récurrents, avec des enjeux économiques complexes, mais aussi de protection de la donnée médicale et personnelle (par exemple dans le cas de la donnée biomédicale ouverte qui nécessite une anonymisation parfaite. Dans la société de l'information et pour les approches collaboratives, et face aux crises financières, écologiques, climatiques et sanitaires un accès rapide aux données nouvelles (y compris relatives aux échecs expérimentaux) devient crucial. En mai 2016, après deux jours de réunion à Bruxelles du Conseil sur la compétitivité (Competitiveness Council ou COMPET mis en place par la Commission européenne et qui rassemble les ministres européens chargés des sciences, de la recherche, de l'innovation, du commerce et de l'industrie), Carlos Moedas, Commissaire européen à la recherche, à l'innovation et à la science et les dirigeants européens ont unanimement appelé à un accès ouvert (open data ) « immédiat » à tous les articles scientifiques dès 2020[1].

« Quantitatif » versus « qualitatif » ?[modifier | modifier le code]

Ce sujet fait l'objet de débats récurrents alors que le nombre d'articles scientifiques et le nombre d'articles « cités » sont en forte augmentation depuis deux siècles, et plus encore depuis deux décennies en raison notamment de l'apparition de l'Internet et de ses moteurs de recherche. C'est un enjeu qui pourrait être exacerbé par le développement du big data et de l'open data.

En dépit de la mise en place de processus de scientométrie, de bibliométrie[2] et de management de la publication scientifique, des auteurs[3],[4],[5],[6],[7],[8] alertent sur l'existence d'études trompeuses, biaisées[9] ou de piètre qualité qui polluent le processus de recherche[10] et décrédibilisent la science[11]. Certains alertent aussi sur le fait qu'une nouvelle idéologie de l'évaluation (qualifiée de « servitude volontaire » par Gori & a. en 2009[12]) et une « pression de publication » croissante peut encourager un « espionnage académique »[13] et en réaction une fermeture des laboratoires, au détriment d'un large partage des connaissances.

En 1963, le physicien et historien des sciences Derek de Solla Price en étudiant les tendances à la croissance exponentielle qui se dessinaient depuis 250 ans dans le secteur de la Recherche et des sciences voyait pointer une menace de « doomsday scientifique » (une « fin du monde » pour les sciences). Il observait que le nombre de scientifiques et d'articles augmentaient de manière exponentielle et en concluait que cela deviendrait insoutenable. À ce rythme, dans quelques générations, disait-il, « il faudra dans le monde avoir deux scientifiques pour chaque homme, femme, enfant et chien dans la population ». Selon Daniel Sarewitz, Price était aussi un « élitiste » qui estimait que la qualité ne pouvait pas être maintenue au sein d'une telle croissance. Il se basait notamment sur le fait que dans le passé, l'éminence scientifique a toujours été concentrée chez un très petit pourcentage de chercheurs. Selon lui, le nombre d'excellents scientifiques devrait donc croître beaucoup plus lentement que le nombre de chercheurs simplement bons, mais avec une prépondérance croissante d'une « main-d'œuvre capable d'écrire des articles scientifiques, mais pas en mesure d'écrire des articles de haute qualité ». Il prédisait que pour survivre la science aurait bientôt à passer d'une croissance exponentielle (où le quantitatif l'emporte sur le qualitatif) à « quelque chose de radicalement différent », pour qu'elle ne finisse pas victime de « sénilité » et noyée dans le bruit de sa propre productivité en hausse[10]. J Maddox en 1988 invite cependant à bien différentier les pressions exercées par les Institutions de la science, qui sont légitimes et bénéfiques tant qu'elles ne sont pas excessives, et les pressions parfois « extravagantes » qui pèsent sur les chercheurs « qui peuvent être un mauvais service rendu aux jeunes collègues impressionnables et aux notions de paternité responsable »[3]. Selon Alan N. Miller & al. (1996), la pression sur le chercheur provient souvent à la fois de l'employeur, du fait que le nombre de publications tend à devenir une condition de réputation professionnelle, de titularisation, de promotion et d'accès aux prix scientifiques, de salaire, de mobilité voire simplement de maintien dans l'emploi[14]. Elle est source d'un stress conduisant des enseignants-chercheurs à délaisser leur excellence pédagogique et leur devoir de vulgarisation[13], leurs temps d'enseignement et même de recherche et/ou à s'engager dans des voies pouvant manquer de pertinence, au détriment de la créativité et de l'innovation scientifiques[14].

Un demi-siècle plus tard, selon D. Sarewitz la question de la qualité réémerge d'une manière non prévue par Price : pour diverses raisons les leaders scientifiques « du Mainstream » acceptent de plus en plus qu'une part croissante de la recherche publiée ne soit pas fiable. Or, la manière dont est organisée la publication et l'évaluation scientifique, induit une rétroaction destructive : la production d'une science de médiocre qualité tend à s'entretenir elle-même voire à empirer, en raison de l'obligation (justifiée) de citer des travaux antérieurs, et d'une pression d'évaluation professionnelle et académique (dont dépendent la carrière des scientifiques mais aussi le financement des laboratoires) contraignant ces derniers à compulsivement publier[10] (souvent traduite par l'aphorisme Publish or perish, ce qui encourage la fraude[15], la « réalisation d'études triviales mais produisant des résultats rapides », la répétition inutile de résultats[4], des publications saucissonnées[4], et « l'inscription en tant que co-auteur de personnes marginalement impliquées dans l'étude »[4],[16],[17]. Larkin (1999) estime en outre que ce processus « étouffe les jeunes talents »[18]. Ceci encourage aussi à publier dans des revues moins exigeantes des articles rejetés par les comités de lecture[19],[20].

Ceci a des effets sociétaux négatifs, par exemple en matière de sécurité sanitaire et de santé publique : ainsi en cancérologie de nombreuses lignées cellulaires utilisées pour la recherche se sont récemment révélées être contaminées (ainsi, une lignée cellulaire dite « de cancer du sein » utilisée dans plus de 1 000 études publiées était en fait une lignée de cellules de mélanome. Or un article moyen de recherche biomédicale est cité de 10 à 20 fois en 5 ans, et on pense maintenant qu'un tiers de toutes les lignées cellulaires utilisées dans la recherche étaient en fait contaminées. 10 000 articles publiés citeraient donc chaque année un travail biaisé, basé sur des lignées cellulaires de cancer contaminées. « Des métastases se propagent dans la littérature sur le cancer » en conclut métaphoriquement Sarewitz[10], qui ajoute qu'un phénomène similaire touche d'autres domaines de recherche : des problèmes « pervasifs » de mauvaise qualité ont été démontrés dans des groupes d'études (ex : études de maladies neurologiques sur les rongeurs, études sur les biomarqueurs du cancer et d'autres maladies, études de psychologie expérimentale, avec des biais initiaux qui ont là ensuite « contaminé » une arborescence de milliers d'articles scientifiques citant les précédents).
Concernant les médicaments, le taux de réussite d'essais en phase II a chuté dans les années 2010 de 28 à 18 %[21], souvent en raison d'un manque de qualité des études de phase 1 ou des données sur lesquelles ces études se sont basées.

Le principe « publier ou périr » s'est aussi développé dans les écoles de commerce et chez les économistes notait Byrne en 1990[22] et Sowel (1995)[23], avec selon lui des effets à la fois positifs et négatifs, mais en influant sur les choix méthodologiques des auteurs, peut-être au détriment d'innovations qui seraient permises par une recherche non orthodoxe, ce qui devrait selon De Rond & al (2005)[5] faire l'objet de recherches plus approfondies.

La quasi-obligation de publier en anglais a aussi des conséquences sur la qualité de certains contenus ou leur compréhension par des relecteurs ou lecteurs non anglophones[24]. En 2012, H Maisonneuve plaide pour une prise en compte de l'« éthique des publications » dans le processus d'évaluation [25] qui sans cela « nuit à l’intégrité de la science ».

Une bonne utilisation du web et des moteurs de recherche rendent certes potentiellement plus efficace l'identification d'études pertinentes, mais ils rendent également plus facile le travail de trolls et lobbies qui promeuvent des papiers (qu'ils soient de bonne ou de mauvaise qualité). Dans ce contexte « il n'est pas étonnant que le nombre de citations soit en hausse » commente D. Sarewitz[10]. Le problème pourrait être aggravé dans certains domaines à enjeux politiques sanitaires sociopolitiques ou économiques (le brevetage du vivant, les startups issues de la recherche) élevés tels que la nutrition, l'éducation, l'épidémiologie et l'économie, où la science est souvent plus incertaine et les enjeux sociétaux ou économiques élevés, ce qui induit « des débats sans fin sur les effets sur la santé du sel alimentaire, ou la façon de structurer l'aide étrangère, ou de mesurer les services écosystémiques », typiques selon D. Sarewitz des domaines où des points de vue opposés peuvent être copieusement appuyés par des articles relus par des pairs, entretenant un contexte appelant encore plus de recherche. De plus le secret industriel, la propriété intellectuelle ou la protection de la vie privée rendent de nombreux travaux invérifiables et sources de biais si un processus scientifique rigoureux n'a pas été mis en place. En 2016, D. Sarewitz invite les chercheurs à publier moins, moins souvent et sélectivement, en veillant en recherchant une qualité scientifique irréprochable[10].

Notions d'auteur scientifique et de paternité scientifique[modifier | modifier le code]

Depuis le siècle des lumières, la paternité scientifique d'une découverte ou d'un article scientifique a un rôle croissant dans l'organisation de la connaissance. Au XXème siècle le nombre ou l'importance des publication est peu à peu devenu un critère majeur de mesure de la valeur d'un laboratoire. Après quelques fraudes scientifiques les critères de paternité, de responsabilité et de reconnaissance de la qualité d'auteur, d'auteur principal ou de co-auteur[26] ont été progressivement formalisés, mais en variant selon les pays, les disciplines et les époques[27]. La notion d' "auteur" (ou de co-auteur) scientifique n'est pas juridiquement définie mais un consensus est que seuls ceux ayant contribué substantiellement à une publication peuvent y prétendre[28] ;

un exemple connu de formalisation est celui des critères ou recommandations du groupe de Vancouver[29], édictés en 1988 par un Comité international de rédacteurs de revues médicales (ICMJE) pour lequel un auteur doit conjointement :

  1. jouer un rôle dans la conception ou la réalisation du travail (acquisitions, analyses, interprétations) présenté dans l'article et ;
  2. aider à écrire ou à réviser le manuscrit, et ;
  3. approuver la version publiée, et ;
  4. assumer la responsabilité du contenu de l'article (sur tous les aspects du travail, en veillant à ce que les questions liées à l'exactitude ou à l'intégrité de toute partie du travail aient été correctement traitées et résolues).

Ici les rôles de simple supervision, d'encadrement ou l'obtention de fonds suffisants ne suffisent pas à justifier de la paternité scientifique. Un auteur ne devrait pas figurer comme tel s'il n'est cité par pour des raisons honorifiques.

Cependant quelques grandes revues permettent la présentation de "contributeurs" secondaires et/ou décrivent les contributions respectives de chaque auteur (une taxonomie CRediT a été publiée en avril 2014 dans Nature pour cela[30]).

Avec l'importance de l'informatique (bioinformatique, modélisation, traitement de signal...) et du big data, de la recherche collaborative, de l'intelligence artificielle etc., les notions d'éthique et d'intégrité des auteur et de contributeur sont amenées à encore être précisée. En 2017, un collectif de rédacteurs de revues prestigieuses a publié dans PNAS un article "Transparency in authors’ contributions and responsibilities to promote integrity in scientific publication"[31],[32].

En termes de déontologie de l'édition scientifique, la tendance est qu'un auteur doit pouvoir prouver qu'il a eu des contributions substantielles et/ou originales à la conception ou à la mise en oeuvre de l'oeuvre de Recherche, qu'il y a joué un rôle important par exemple pour acquérir, analyser ou interpréter les données, ou pour créer ou adapter un logiciels nécessaire, et qu'il a significativement participé à rédiger et/ou réviser le travail, et qu'il a validé la version proposée à la publication (puis toute version ensuite significativement corrigée ou modifiée, tout en assumant la responsabilité de ses contributions, après avoir vérifié et documenté l'exactitude et/ou l'intégrité de toute partie de l'œuvre, dont celles produites par ses co-auteurs. Ces exigences pourraient dans le futur s'appliquer à des intelligences artificielles (qui pourraient alors devenir auteurs scientifiques à part entière ?).

Respecter ces principes implique pour un scientifique de passer un temps considérable sur chaque article, or des cas de publications dans des revues sans vrais comités de lecture ont été dénoncés, et en 2018 John P.A. Ioannidis, Richard Klavans et Kevin W. Boyack dans la revue Nature [28] décrivent un autre phénomène émergent : la hausse du nombre de « chercheurs hyperprolifiques » en termes de nombre de publication éditées par des revues scientifique reconnues[28] ; De 2000 à 2016 dans le monde plus de 9000 auteurs ont en effet publié en moyenne annuelle d'un article tous les 5 jours, presque toujours dans des revues jugées de qualité (ce score ne compte que les « articles complets » - articles originaux, documents de conférence, commentaires de fond et critiques - et non les éditoriaux, lettres à l’éditeur et autres)[28]. En moyenne un auteur hyperprolifique a publié 677 articles complets par an pour la période 2000-2016 ; avec un impact de citation très variable (de 380 à 200 439 fois, pour une médiane de 19 805 fois).
86% d'entre eux (soit 7 888 auteurs) ont publié dans le domaine de la physique (où les grandes équipes internationales comptent souvent plus de 1 000 chercheurs), ce qui est facilité par les progrès de l'informatique, mais qui suggère aussi « que certains domaines ou équipes de recherche ont opérationnalisé leurs propres définitions de ce que signifie la paternité » (dans le domaine de la physique, au moins). Si l'on exclut les physiciens, la plupart des "hyperprolifiques" ont des noms chinois ou coréens [33] ; entre une douzaine et une vingtaine d'entre eux sont basés en Chine, ce qui pourrait traduire un effet pervers de la promotion par la bibliométrie [34] et/ou des politiques chinoises récompensant la publication en espèces, ou encore suggérer d'éventuels cas de corruption[35],[36] et/ou de manque d'intégrité scientifique, par exemple avec des auteurs fantômes (articles publiés sous un nom de scientifique, mais en réalité écrit par un nègre, un autre auteur ou un lobby industriel ; Selon Wislar & al (2011), un paternité honorifique et/ou fantôme existait encore dans 21% des articles publiés par les principales revues médicales en 2008[37] comme on l'a vu avec les Monsanto papers[38]).
Sur les 265 auteurs restant, le nombre d'auteurs hyperprolifiques a été multiplié par 20 de 2001 à 2014 avant de se stabiliser, sachant que dans ce laps de temps le nombre total d’auteurs n'a été multiplié « que » par 2,5 [28]. Ces 265 scientifiques ont été interrogés par courriel : À la question Comment arrivez-vous à être aussi productifs ? 81 ont répondu en citant un travail acharné et un grand amour de la recherche ; le mentorat de jeunes chercheurs, la direction d'une équipe de recherche voire de plusieurs équipes ; un travail collaboratif étendu (sur différents domaines de recherche parfois) ; un accès à de larges ressources et données utiles ; le sommet d'un grand projet ; un amour du partage ; les acquis de expériences ...et une capacité à peu dormir.
50% œuvrent dans le domaines des sciences du vivant : médecine (101 auteurs, dont en cardiologie et épidémiologie) ; santé (11), cerveau (17), biologie (6), maladies infectieuses (3) [28]. Hors des publications de documents de conférence, près des 2/3 des sujets relevaient de la médecine et des sciences de la vie (86/131). Parmi les 265 auteurs, 154 auteurs ont atteint ou dépassé la moyenne d'un article tous les cinq jours durant 2 ans (69 l'ont fait durant 4 ans ou plus)[28]. La plupart des auteurs ayant répondu aux questions de l'enquête ont reconnu ne pas satisfaire à tous les critères de Vancouvert (voire dans quelques cas à aucun de ces critères)[28].

Parfois l'auteur publie dans une même revue (ainsi 3 auteurs ont publié plus de 600 articles chacun dans Acta Crystallographica)[28].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Martin Enserink (2016), « In dramatic statement, European leaders call for ‘immediate’ open access to all scientific papers by 2020 » ; Science News, DOI: 10.1126 / science.aag0577
  2. Weingart P (2005) Impact of bibliometrics upon the science system: Inadvertent consequences ?. Scientometrics, 62(1), 117-131.
  3. a et b Maddox J (1988) Why the pressure to publish ?. Nature, 333, 493 (résumé).
  4. a b c et d Angell, M. (1986). Publish or perish : a proposal. Annals of Internal Medicine, 104(2), 261-262 ([résumé http://annals.org/article.aspx?articleid=700246]).
  5. a et b De Rond M & Miller A.N (2005) Publish or perish bane or boon of academic life ? ; Journal of Management Inquiry, 14(4), 321-329.
  6. Darnill A (1996) Publish or perish. Accountancy , 118 (1,237), 97.
  7. Colquhoun D (2011) Publish-or-perish: Peer review and the corruption of science. The Guardian, 5(09).
  8. Lehrer J. (2010) The truth wears off: is there something wrong with the scientific method ? The New Yorker (article en ligne).
  9. Fanelli D (2010) Do pressures to publish increase scientists' bias ? An empirical support from US States Data. PloS one, 5(4), e10271.
  10. a b c d e et f The pressure to publish pushes down quality Scientists must publish less, says Daniel Sarewitz, or good research will be swamped by the ever-increasing volume of poor work, 11 mai 2016 ; Nature 533,147 (en ligne 12 mai 2016) doi:10.1038/533147a.
  11. Wheeler A.G (1989). The pressure to publish promotes disreputable science..
  12. Gori, R., & Del Volgo, M. J. (2009). L'idéologie de l'évaluation: un nouveau dispositif de servitude volontaire? . Nouvelle revue de psychosociologie, (2), 11-26.
  13. a et b Mensah L.L (1982) Academic espionage : Dysfunctional aspects of the publish or perish ethic. Journal of advanced nursing, 7(6), 577-580.
  14. a et b Miller AN, Taylor SG & Bedeian AG (2011) Publish or perish: Academic life as management faculty live it. Career development international, 16(5), 422-445.résumé.
  15. Woolf, P. K. (1986). Pressure to publish and fraud in science. Annals of Internal Medicine, 104(2), 254-256.
  16. De Villiers FP (1984) Publish or perish--the growing trend towards multiple authorship. South African medical journal= Suid-Afrikaanse tydskrif vir geneeskunde, 66(23), 882-883 (résumé).
  17. Petry G.H & Kerr H.S (1982) Pressure to publish increases incidence of co-authorship. The Phi Delta Kappan, 63(7), 495-495.
  18. Larkin M.J (1999) Pressure to publish stifles young talent. Nature, 397(6719), 467-467. (résumé).
  19. Nemery B. (2001) What happens to the manuscripts that have not been accepted for publication in Occupational and Environmental Medicine? Occup. Environ. Med. 58, 604–607.
  20. McDonald, R. J., Cloft, H. J. & Kallmes, D. F. (2007) Fate of submitted manuscripts rejected from the American Journal of Neuroradiology: outcomes and commentary. Am. J. Neuroradiol. 28, 1430–1434.
  21. Arrowsmith J.(2011) Phase II failures: 2008–2010. Nature Rev. Drug Discov. 10, 328–329.
  22. Byrne J.A (1990). Is research in the ivory tower “fuzzy, irrelevant, pretentious”? Business Week, 29 oct 1990 , pp. 62–63, 66.
  23. Sowell T (1995) Good teachers need not apply. Forbes, 19 juin 1995, 155 (13), 67
  24. Curry M.J & Lillis T (2004) Multilingual scholars and the imperative to publish in English : Negotiating interests, demands, and rewards. TESOL quarterly, 663-688.
  25. Maisonneuve, H. (2012). L’éthique des publications est ignorée: cela nuit à l’intégrité de la science. Archives de pédiatrie, 19(8), 879-881.
  26. Newman M.E (2004) Coauthorship networks and patterns of scientific collaboration. Proceedings of the national academy of sciences, 101(suppl 1), 5200-5205.
  27. Claxton L.D (2005) Scientific authorship: Part 2. History, recurring issues, practices, and guidelines. Mutation Research/Reviews in Mutation Research, 589(1), 31-45.
  28. a b c d e f g h et i Ioannidis J.P.A, Klavans R & Boyack K.W (2018) Thousands of scientists publish a paper every five days To highlight uncertain norms in authorship |Nature Comment ; 12 septembre 2018 | Nature 561, 167-169 (2018)|doi: 10.1038/d41586-018-06185-8
  29. ICMJE Defining the Role of Authors and Contributors
  30. La taxonomie CRediT devrait être utilisée par les revues françaises pour décrire la contribution des auteurs, 06 mars 2018
  31. McNutt, M.K, Bradford M. Drazen J.M, Hanson B, Howard B, Jamieson K.H, ... & Swaminathan S (2018) Transparency in authors’ contributions and responsibilities to promote integrity in scientific publication. Proceedings of the National Academy of Sciences, 115(11), 2557-2560.
  32. Clement G (2017) Transparency In Authors’ Contributions And Responsibilities To Promote Integrity In Scientific Publication. The Idealis |résumé.
  33. 990 auteurs, voire plus car les moteurs de recherche ne sont pas encore performant pour désambiguïser les noms chinois et coréens
  34. Haustein, S., & Larivière, V. (2015). The use of bibliometrics for assessing research: Possibilities, limitations and adverse effects. In Incentives and performance (p. 121-139). Springer, Cham.
  35. Quan, W., Chen, B. & Shu, F. Preprint at https://arxiv.org/abs/1707.01162 (2017).
  36. Hvistendahl, M. (2013) China's Publication Bazaar | résumé | Science 342, 1035–1039
  37. Wislar, J. S., Flanagin, A., Fontanarosa, P. B., & DeAngelis, C. D. (2011). Honorary and ghost authorship in high impact biomedical journals: a cross sectional survey. Bmj, 343, d6128
  38. « Monsanto papers » : la guerre du géant des pesticides contre la science Pour sauver le glyphosate, la firme a entrepris de nuire par tous les moyens à l’agence des Nations unies contre le cancer. | LE MONDE | publié le 01.06.2017

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Boure R & Sureau M.G (1995) Revues scientifiques, lectorat et notoriété. Approche méthodologique. Recherches en communication, 4(4), 37-59.
  • Dayer C (2009) Modes d'existence dans la recherche et recherche de modes d'existence. Pensée plurielle, (1), 63-78.
  • Sinaï A (1997) Publier ou périr. Le Monde de l'éducation, de la culture et de la formation.