Élixir (pharmacie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme pharmaceutique d’élixir est tombé en désuétude. Il pouvait désigner, dans son acception la plus générale, toute liqueur médicamenteuse, dans une acception plus spécifique une préparation à base de sirop de sucre dissous dans l'alcool ou chez les Romantiques une drogue censée posséder des vertus magiques comme l'élixir de longue vie ou d'amour.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Élixir végétal de la Grande-Chartreuse à base de plantes extraites (préparation non chimique).

Le substantif masculin[1],[2],[3] « élixir » est un emprunt[1],[2], par l'intermédiaire du latin médiéval elixir[1],[2], à l'arabe al-'iksīr[1],[2],[3], désignant la « pierre philosophale »[1],[2] mais aussi une « sorte de médicament »[1],[3], lui-même emprunté au grec[1],[2] ξηρίον[2] / xêrion[1], désignant une « poudre siccative »[1],[2] qui était mise sur les blessures[2], dérivé de ξηρός (« sec »)[2]. Le latin médiéval elixir est attesté en [2] ; la graphie ‹ exir ›, à la fin XIIe siècle chez Gérard de Crémone[2] ; et les graphies ‹ elexis › et ‹ elexir ›, vers [2] chez Vincent de Beauvais[2]. En français, « élixir » est attesté au XIIIe siècle[1] : d'après le Trésor de la langue française informatisé, sa plus ancienne occurrence connue se trouve dans le Roman de la Rose de Jean de Meung, daté de vers -[2]. La latin médiéval elixir a également donné l'italien elisir[4], l'espagnol elixir[5], l'anglais elixir[6] et l'allemand Elixier[7].

Selon Lemery, le mot élixir serait venu du grec eleo, « je porte secours », et alexo, « j'extrais ». Mais Bloch et Wartburg[8] le disent emprunté, par les alchimistes, de l'arabe al-iksir, nom de la pierre philosophale, lui-même emprunté du grec ksêron, « médicament de poudre sèche ». Depuis Paracelse selon certains, les pharmaciens lui ont donné le tout autre sens de « liquide distillé » ou de « solution dans l’alcool ».

Ainsi a-t-on donné ce nom à des médicaments composés de substances dissoutes dans l'alcool ou, parfois, dans d'autres solvants.

Quelques élixirs[modifier | modifier le code]

En 1937, peu après la découverte du sulfanilamide, l'élixir du même nom a tué une centaine de personnes aux États-Unis. Il contenait un solvant toxique, le méthylène glycol.

Arts et littérature[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Entrée « Élixir » dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (sens 2) [consulté le 17 janvier 2017].
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Définitions lexicographiques et étymologiques de « élixir » (sens B) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 17 janvier 2017].
  3. a, b et c Entrée « élixir » (sens 4) des Dictionnaires de français [en ligne], sur le site des Éditions Larousse [consulté le 17 janvier 2017].
  4. (it) Entrée « élixir » du Dictionnaire bilingue français-italien [en ligne], sur le site des Éditions Larousse [consulté le 17 janvier 2017].
  5. (en) Entrée « élixir » du Dictionnaire bilingue français-espagnol [en ligne], sur le site des Éditions Larousse [consulté le 17 janvier 2017].
  6. (en) Entrée « élixir » du Dictionnaire bilingue français-anglais [en ligne], sur le site des Éditions Larousse [consulté le 17 janvier 2017].
  7. (en) Entrée « élixir » du Dictionnaire bilingue français-allemand [en ligne], sur le site des Éditions Larousse [consulté le 17 janvier 2017].
  8. Oscar Bloch et Walther von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, 7e éd., Presses universitaires de France, 1986.
  9. L'Avant-coureur, n° 36, 7 septembre 1772, p. 564. (Lire en ligne)
  10. John Quincy, « Troisième partie : Des compositions que l'on garde dans les boutiques », dans Pharmacopée universelle raisonnée, Clausier (trad.), d'Houry, 1749, p. 113 (Lire en ligne.)
  11. A. Dechambre (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, vol. 3, Asselin et Masson, 1865, p. 372. (Lire en ligne.)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]