Église Saint-Romain de Miribel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Église Saint-Romain de Miribel
Vue de l'église Saint-Romain, depuis le sommet de la Vierge du Mas Rillier.
Vue de l'église Saint-Romain, depuis le sommet de la Vierge du Mas Rillier.
Présentation
Nom local Saint Romain
Culte Catholique romain
Type Église
Rattachement Diocèse de Belley-Ars
Début de la construction 1845
Fin des travaux 1874
Architecte Louis Dupasquier
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Ville Miribel
Coordonnées 45° 49′ 28″ nord, 4° 57′ 04″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Romain de Miribel
Géolocalisation sur la carte : Ain
(Voir situation sur carte : Ain)
Église Saint-Romain de Miribel
Géolocalisation sur la carte : Miribel
(Voir situation sur carte : Miribel)
Église Saint-Romain de Miribel

L'église Saint-Romain de Miribel est une église du XIXe siècle située à Miribel, dans l’Ain. Elle fut construite à l'emplacement de l'ancienne chapelle Saint-Romain[a 1] pour suppléer l'église Saint-Martin jugée trop petite[a 1].

Elle constitue l'unique lieu de culte catholique de Miribel-Centre, (l'église Saint-Martin ayant été fermée au culte en 1919[a 2]), et est l'une des six églises utilisées par la paroisse. Elle dépend du groupement paroissial de Miribel[1], (l'un des trois groupements du doyenné de la côtière, dans l'archidiaconé Saint-Jean-Marie-Vianney)[2], au sein du diocèse de Belley-Ars dans l'archidiocèse de Lyon[3].

Elle est dédiée à Saint Romain.

Historique[modifier | modifier le code]

L'ancienne chapelle Saint-Romain[modifier | modifier le code]

Sur l'emplacement de l'église se trouvait la chapelle Saint-Romain, dont l'ancienneté est indéterminée; à proximité, de celle-ci, se trouve le calvaire-fontaine de Miribel dont l'érection était à l'origine, un hommage à Claude Joseph Martin, curé de la chapelle, guillotiné à Lyon, le 16 pluviose de l'an II[a 3],[Note 1]. Cette chapelle dépendait du monastère de l'île Barbe[a 4] et était de dimensions assez modestes : une (seule) nef de 16 mètres sur 9 mètres de large et incluait un chœur de 6 mètres sur 6 mètres[a 4].

Construction de l'église[modifier | modifier le code]

Le 26 avril 1838, Monseigneur Devie, évêque de Belley, évoque, pour répondre à l'augmentation de la population locale, la possibilité d'un nouvel édifice religieux, qui ne pourrait être suppléé par un éventuel agrandissement de l'église Saint-Martin, à cause de son emplacement excentré par rapport au centre de la ville[a 1].

Quelques années après, en 1845, est donc décidé l'agrandissement de la chapelle Saint-Romain, sur la base de l'ajout d'un nouveau chœur muni de deux nouvelles chapelles[a 1]. En octobre, l'architecte Louis Dupasquier est choisi, pour conduire cette réalisation[a 1].

Nous remarquons que certains éléments n'ont pas été sculptés mais seulement dégrossis, ce qui laisse penser que le chantier n'a pas été mené jusqu'à son terme complet.

Les travaux ont duré presque vingt ans. En effet, l'église est consacrée, par l'évêque de Belley, Monseigneur Richard, le 17 mai 1874[a 1].

Description[modifier | modifier le code]

Vue de la façade Est et du clocher.

De nombreux éléments (extérieurs et intérieurs) sont construits en pierres dorées, notamment les arcades, les piliers, les colonnes, et les contreforts extérieurs[a 1]. Les embrasures de vitraux sont en revanche en pierres de Villebois[a 1] (tout comme certains piliers intérieurs).

Extérieur[modifier | modifier le code]

La façade Est inclut le porche d'entrée, lui-même constitué d'un arc en plein cintre et d'un tympan reposant sur deux colonnes. Elle est surmontée de son clocher quadrangulaire[a 1] à toiture de section hexagonal en ardoises[a 1]. Celle-ci a été refaite à neuf en 1992[a 1].

Intérieur[modifier | modifier le code]

Autour de la nef centrale (de hauteur à la clef de voûte de 13,50 mètres), se trouvent les deux bas-côtés[a 5]. Ces trois parties sont séparées par deux groupes de six piliers chacun, respectivement implantés de part et d'autre de la nef centrale[a 5].

En termes de mobilier, certaines pièces sont à signaler : en particulier, un retable[a 5] en marbre (représentant la Cène) et un tableau du XVIIIe siècle (restauré en 1982[a 5]) représentant « Le Christ remettant son portrait aux ambassadeurs du roi Abgar d'Edesse ».

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Vitraux[modifier | modifier le code]

L'église comporte un ensemble complet de vitraux néogothiques du XIXe Siècle. Certains vitraux sont constitués d'ornements néogothiques et d'autres représentent des saints, que voici:

Vitrail Sainte Cécile et Sainte Élisabeth
Vitrail Sainte Philomène et Sainte Marguerite (chapelle de la cène - du baptistère)
Vitrail Sainte Anne et Sainte Marie (chapelle de la Vierge)

Par ailleurs, les vitraux du chœur représentent trois des quatre séries de mystères, les mystères joyeux, les mystères douloureux et les mystères glorieux, (les mystères lumineux n'ayant été ajoutés qu'en 2002 par le pape Saint Jean-Paul II).

Vitraux du Chœur

Vues diverses et mobilier[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sur la face nord du calvaire-fontaine, est inscrit le nom du supplicié.

Références[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Miribel : Miribel, Beynost, Neyron, Saint-Maurice-de-Beynost, Thil, , 207 p. (ISBN 2-907656-27-9)
  1. a b c d e f g h i j et k p. 36.
  2. p. 43.
  3. p. 49.
  4. a et b p. 35.
  5. a b c et d p. 37.

Autres références :

  1. « Paroisse de Miribel », sur Le site internet du groupement paroissial de Miribel, (consulté le 22 juin 2020).
  2. gduval, « Décret de regroupement des doyennés », sur Diocèse de Belley-Ars, (consulté le 29 avril 2021)
  3. « Zone Ain-Rhône », sur le site du diocèse de Belley-Ars (consulté le 9 octobre 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Miribel : Miribel, Beynost, Neyron, Saint-Maurice-de-Beynost, Thil, , 207 p. (ISBN 2-907656-27-9). p. 35-40. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]