Église Saint-Romain de Miribel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Romain.

Église Saint-Romain de Miribel
Vue de l'église Saint-Romain, depuis le sommet de la Vierge du Mas Rillier.
Vue de l'église Saint-Romain, depuis le sommet de la Vierge du Mas Rillier.
Présentation
Nom local Saint Romain
Culte Catholique romain
Type Église
Rattachement Diocèse de Belley-Ars
Début de la construction 1845
Fin des travaux 1874
Architecte Louis Dupasquier
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Ville Miribel
Coordonnées 45° 49′ 28″ nord, 4° 57′ 04″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Romain de Miribel

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Église Saint-Romain de Miribel

Géolocalisation sur la carte : Miribel

(Voir situation sur carte : Miribel)
Église Saint-Romain de Miribel

L'église Saint-Romain de Miribel est une église du XIXe siècle située à Miribel, dans l’Ain. Elle fut construite à l'emplacement de l'ancienne chapelle Saint-Romain[a 1] pour suppléer l'église Saint-Martin jugée trop petite[a 1].

Elle constitue l'unique lieu de culte catholique de Miribel-Centre (l'église Saint-Martin ayant été fermée au culte en 1919[a 2]) ; elle dépend du groupement paroissial de Miribel[1], au sein du diocèse de Belley-Ars dans l'archidiocèse de Lyon[2].

Elle est dédiée à Saint Romain.

Historique[modifier | modifier le code]

L'ancienne chapelle Saint-Romain[modifier | modifier le code]

Sur l'emplacement de l'église se trouvait la chapelle Saint-Romain, dont l'ancienneté est indéterminée ; à proximité, de celle-ci, se trouve le calvaire-fontaine de Miribel dont l'érection était à l'origine, un hommage à Claude Joseph Martin, curé de la chapelle, guillotiné à Lyon, le 16 pluviose de l'an II[a 3],[Note 1]. Cette chapelle dépendait du monastère de l'île Barbe[a 4] et était de dimensions assez modestes : une (seule) nef de 16 mètres sur 9 mètres de large et incluait un chœur de 6 mètres sur 6 mètres[a 4].

Construction de l'église[modifier | modifier le code]

Le 26 avril 1838, Monseigneur Devie, évêque de Belley, évoque, pour répondre à l'augmentation de la population locale, la possibilité d'un nouvel édifice religieux, qui ne pourrait être suppléé par un éventuel agrandissement de l'église Saint-Martin, à cause de son emplacement excentré par rapport au centre de la ville[a 1].

Quelques années après, en 1845, est donc décidé l'agrandissement de la chapelle Saint-Romain, sur la base de l'ajout d'un nouveau chœur muni de deux nouvelles chapelles[a 1]. En octobre, l'architecte Louis Dupasquier est choisi, pour conduire cette réalisation[a 1].

Les travaux dureront presque vingt ans. En effet, l'église est consacrée, par l'évêque de Belley, Monseigneur Richard, le 17 mai 1874[a 1].

Description[modifier | modifier le code]

Vue de la façade Est et du clocher.

De nombreux éléments (extérieurs et intérieurs) sont construits en pierres dorées, notamment les arcades, les piliers, les colonnes, et les contreforts extérieurs[a 1]. Les embrasures de vitraux sont par contre en pierres de Villebois[a 1] (tout comme certains piliers intérieurs).

Extérieur[modifier | modifier le code]

La façade Est inclut le porche d'entrée, lui-même constitué d'un arc en plein cintre et d'un tympan reposant sur deux colonnes. Elle est surmontée de son clocher quadrangulaire[a 1] à toiture de section hexagonal en ardoises[a 1]. Celle-ci a été refaite à neuf en 1992[a 1].

Intérieur[modifier | modifier le code]

Autour de la nef centrale (de hauteur à la clef de voûte de 13,50 mètres), se trouvent les deux bas-côtés[a 5]. Ces trois parties sont séparées par deux groupes de six piliers chacun, respectivement implantés de part et d'autre de la nef centrale[a 5].

En termes de mobilier, certaines pièces sont à signaler : en particulier, un retable[a 5] en marbre (représentant la Cène) et un tableau du XVIIIe siècle (restauré en 1982[a 5]) représentant « Le Christ remettant son portrait aux ambassadeurs du roi Abgar d'Edesse ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sur la face nord du calvaire-fontaine, est inscrit le nom du supplicié.

Références[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Miribel : Miribel, Beynost, Neyron, Saint-Maurice-de-Beynost, Thil, , 207 p. (ISBN 2-907656-27-9)
  1. a b c d e f g h i j et k p. 36.
  2. p. 43.
  3. p. 49.
  4. a et b p. 35.
  5. a b c et d p. 37.

Autres références :

  1. « Paroisse de Miribel », sur le site de la paroisse de Miribel – Beynost (consulté le 9 octobre 2018).
  2. « Zone Ain-Rhône », sur le site du diocèse de Belley-Ars (consulté le 9 octobre 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Miribel : Miribel, Beynost, Neyron, Saint-Maurice-de-Beynost, Thil, , 207 p. (ISBN 2-907656-27-9). p. 35-40. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]