Église Saint-Florent de Thil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Saint-Florent
Vue générale de l'édifice.
Vue générale de l'édifice.
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Diocèse de Belley-Ars
Début de la construction 1881
Fin des travaux 1884
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Ville Thil
Coordonnées 45° 48′ 53″ nord, 5° 01′ 18″ est

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Église Saint-Florent

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Église Saint-Florent

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Florent

L'église Saint-Florent est une église située à Thil, dans la région naturelle de la Côtière dans le département de l'Ain. Elle est rattachée au groupement paroissial de Miribel[1].

Histoire et description[modifier | modifier le code]

En 1152, une bulle du pape Eugène III confirme la dépendance de l'église de Thil à la basilique Saint-Martin d'Ainay de Lyon[a 1].

Les crues de 1711 et de 1716 ayant détruit l'église, les villageois utilisèrent un bâtiment en ruine pour le culte, jusqu'à la construction d'une nouvelle église de 1881 à 1884[a 2]. L'architecte de l'édifice était le montlueliste Dominique Girard, architecte à Lyon[a 2],[d 1]. Un manque de moyens de la commune ne permit pas d'élaborer tout ce que Girard avait envisagé[a 2] : côté sud, un bras de transept était prévu[a 2] (des pierres en attente témoignent d'ailleurs de ce projet[a 2]). L'archéologue Jean Giraud a émis l'hypothèse que des vestiges du XIIIe siècle auraient été utilisés dans la construction de la fin du XIXe siècle[d 1], notamment dans celle du chœur.

Comme le précédent édifice, l'église est vouée à saint Florent Ce lien renvoie vers une page d'homonymie[a 2].

En 1955, est construite derrière le chœur, une salle de catéchisme, servant parfois pour les offices hivernaux[a 3].

Les deux cloches de l'église datent de 1890[a 4] ; elles furent fondues à Annecy-le-Vieux par Georges et Francisque Paccard[a 4]. Le parrain de la première cloche était Deporte Claude Louis, curé de Saint-Maurice-de-Beynost et le parrain de la seconde, Louis Boquet, le curé de Thil.

À l'intérieur, on peut en particulier voir des plaques commémoratives des victimes des deux guerres mondiales[d 2], une statue de la Vierge foulant aux pied le serpent démoniaque et une Pietà très colorée[d 2].

L'église dépend du diocèse de Belley-Ars[2], et du groupement paroissial de Miribel[3] qui couvre les communes du canton de Miribel.

Si l'église est consacrée à saint Florent, une incertitude demeure sur l'identité de ce saint : il s'agit très probablement de Florent de Vienne, évêque de Vienne dans le Dauphiné et fêté en principe, le 3 janvier[4]. Or, la fête thiloise de la vogue se tenait autrefois fin octobre[a 5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Groupement paroissial de Miribel
  2. « Zone Ain-Rhône », sur catholique-belley-ars.cef.fr, Diocèse de Belley-Ars (consulté le 4 mars 2012).
  3. « Les 7 clochers », sur le site de la paroisse de Miribel – Beynost (consulté le 5 juillet 2013).
  4. « Saint Florent », sur nominis.cef.fr (consulté le 26 mars 2012).
  • Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Miribel : Miribel, Beynost, Neyron, Saint-Maurice-de-Beynost, Thil, , 207 p. (ISBN 2-907656-27-9)
  1. p. 184.
  2. a b c d e et f p. 188.
  3. p. 189.
  4. a et b p. 192.
  5. p. 199.
  • Guy Brunet, Paul Percevaux et Louis Trenard, Histoire des communes de l'Ain : La Dombes, Horvath, , p. 267-271
  1. a et b p. 270.
  2. a et b p. 271.

Sur les autres projets Wikimedia :