Saint-Éloy-les-Mines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Éloy-les-Mines
Le puits Saint-Joseph.
Le puits Saint-Joseph.
Blason de Saint-Éloy-les-Mines
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Montaigut
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saint-Éloy-les-Mines
Maire
Mandat
Marie-Thérèse Sikora
2014-2020
Code postal 63700
Code commune 63338
Démographie
Gentilé Éloysiens
Population
municipale
3 622 hab. (2011)
Densité 164 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 41″ N 2° 50′ 05″ E / 46.1614, 2.8347 ()46° 09′ 41″ Nord 2° 50′ 05″ Est / 46.1614, 2.8347 ()  
Altitude Min. 443 m – Max. 649 m
Superficie 22,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Éloy-les-Mines

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Éloy-les-Mines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Éloy-les-Mines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Éloy-les-Mines

Saint-Éloy-les-Mines est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Éloy-les-Mines est située dans les Combrailles, dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne.

Elle fait partie du canton de Montaigut ; à partir de 2015, à l'issue du redécoupage des cantons du département, la commune sera le bureau centralisateur d'un canton de 35 communes[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Elle est bien desservie par les infrastructures autoroutières et routières :

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Située sur la ligne de Lapeyrouse à Volvic, la gare de Saint-Éloy-les-Mines était desservie par des trains régionaux et un trafic de marchandises était assuré. La ligne étant fermée depuis fin 2007, tout trafic a cessé.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mine de Saint-Éloy-les-Mines.

L'histoire de la commune se trouve étroitement liée à l'extraction du charbon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1919   Alexandre Varenne PRS Député
1965 1971 Marcel Pouzadoux SFIO Directeur d'école
1971 1977 Michel Duval FNRI Député
1977 1983 Michel Duval FNRI  
1983 1989 Michel Duval UDF-PR  
1989 1995 Michel Duval UDF-PR  
1995 2001 Michel Duval DL  
2001 avril 2007 Michel Duval UMP  
avril 2007 en cours
(au avril 2014)
Mme Marie-Thérèse Sikora UMP Conseillère régionale - Retraitée assistante de direction

Démographie[modifier | modifier le code]

Le dépouillement d'actes, issus des BMS (baptêmes, mariages, décès) jusqu'à 1792, puis de l'État civil à partir de 1793, en libre accès aux archives départementales, permet d'établir la variation du nombre de mariages en fonction des années.

Référence Cercle Généalogique et Héraldique d'Auvergne et du Velay.

Les corrélations entre les deux Fonctions: nombre de mariages ( Sourge CGHAV période 1670 à 1895) et nombre d'habitants ( Source INSEE période 1793 à 2000), ayant chacune comme paramètre l'année, permet d'établir la démographie de la commune de 1670 à 2000:


En 2011, la commune comptait 3 622 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
712 607 607 732 798 840 900 1 010 1 352
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 530 1 403 1 682 2 393 2 879 3 213 3 427 3 895 4 508
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5 570 6 395 6 621 6 415 6 709 7 008 6 853 7 267 7 056
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
6 733 6 316 5 646 5 293 4 721 4 134 3 892 3 840 3 657
2011 - - - - - - - -
3 622 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Durant la période de 1800 à 1950, la population a approximativement été multipliée par 10, en liaison avec le développement des mines. À partir de 1950 la population a diminué du fait de l'épuisement des ressources minières. Une restructuration s'est alors opérée vers d'autres secteurs d'activités.

Économie[modifier | modifier le code]

L'usine Rockwool (fabrication de laine de roche) emploie plus de 550 salariés.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

panneau d'entrée auprès du plan d'eau du vieux bourg
  • église Sainte-Jeanne-d'Arc des XIXe et XXe siècles
  • église Saint-Éloy du vieux bourg du XIIe siècle
  • anciennes mines de Saint-Éloy-Les-Mines
  • plan d'eau et base nautique du vieux bourg

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]