Biollet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Biollet
L'Église Saint-Pierre classée aux monuments historiques.
L'Église Saint-Pierre classée aux monuments historiques.
Blason de Biollet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Saint-Gervais-d'Auvergne
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Combrailles
Maire
Mandat
André Verge
2014-2020
Code postal 63640
Code commune 63041
Démographie
Gentilé Biolletois
Population
municipale
314 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 59′ 36″ N 2° 40′ 57″ E / 45.9933, 2.6825 ()45° 59′ 36″ Nord 2° 40′ 57″ Est / 45.9933, 2.6825 ()  
Altitude 688 m (min. : 620 m) (max. : 755 m)
Superficie 23,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Biollet

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Biollet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Biollet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Biollet

Biollet est une commune française de la région Auvergne, située dans le département du Puy-de-Dôme, au nord-ouest de l'arrondissement de Riom. Ses habitants sont appelés les Biolletois.

Petit village agricole du Pays des Combrailles, dans le canton de Saint-Gervais-d'Auvergne[Note 1], le bourg est situé à flanc de colline, à environ douze kilomètres au sud-ouest de la ville de Saint-Gervais-d'Auvergne.

Elle a accueilli jusqu'à 1 221 habitants au milieu du XIXe siècle et a connu ensuite un déclin démographique essentiellement lié à l'exode rural. Le phénomène perdure mais il semble diminuer depuis le milieu des années 1990, grâce notamment à un retour à la vie rurale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Site et situation[modifier | modifier le code]

Se situant dans les Combrailles, la commune se caractérise par un relief de type plateau-moyenne montagne avec des bosses et des creux.

Biollet est situé à 36 km au Nord-Ouest de Riom et à 40 km au Sud de Montluçon, les plus grandes villes à proximité. La commune est proche du Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne à environ 20 km et à 40 km de Vulcania.

Le bourg est localisé à douze kilomètres de distance à vol d'oiseau au sud-ouest de la commune de Saint-Gervais-d'Auvergne.

Communes limitrophes de Biollet
Charensat Espinasse Espinasse
Charensat Biollet Saint-Priest-des-Champs
Charensat
Miremont
Charensat
Miremont
Saint-Priest-des-Champs

Climatologie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Puy-de-Dôme.

Le climat est de type continental à dominance océanique, c'est-à-dire des hivers plutôt froids et secs et des étés plutôt chauds et secs, mais les deux tiers de l'année, le climat est relativement humide avec un total annuel des précipitations variant entre 700 et 1 000 mm.

Voies de communication et moyens de transport[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Depuis Saint-Gervais-d'Auvergne, on accède à la commune en prenant la route départementale 987 puis la RD 515.

Quatre autres routes desservent également la commune : RD 13, RD 80, RD 516 et RD 522. Les autres routes sont à caractère communal ou vicinal[1].

L'embranchement autoroutier le plus proche, vers l'A89, est distant de quarante-deux kilomètres. L'accès répertorié est la sortie 27, à Manzat.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Un service de ramassage scolaire dessert la commune ainsi qu'un service de transport à la demande appelé Bus des Montagnes[2].

La station SNCF la plus proche était la gare de Saint-Gervais-d'Auvergne, car celle-ci est fermée depuis fin 2007-début 2008. Depuis, une liaison TER assure le transport par bus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1258, Guillaume de Biollet était seigneur en partie de Biollet et possesseur de fiefs dans les paroisses de Gouttières, d'Espinasse et de Saint-Maurice et Saint-Hilaire, pour lesquels il rendit foi-hommage au prince Alphonse de Poitiers, c'est-à-dire sa soumission.

En août de cette même année, Alelme de Biolet, cadet de la maison de Rochedagoux, damoiseau, admit Alphonse de Poitiers au pariage de sa seigneurie de Biolet.

Voulant aller en Terre sainte, il vendit une partie de la dîme de Biolet au chapitre de Chamalières en 1261.

C'est de lui que descendent Bernard de Rochedagoux, seigneur en partie de Biolet qui rendit foi-hommage au chapitre de Chamalières en 1291.

Perot de Biolet, damoiseau qui avait des droits en la paroisse de Biolet en 1330; Bertrand de Rochedagoux, seigneur de Biolet et chevalier ; et Chatard de Rochedagoux, dit de Biolet, damoiseau « noble et puissant homme », seigneur de Biolet et du Chier, bailli des montagnes d'Auvergne, en 1397[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes Cœur de Combrailles.

Le nombre d'habitants à Biollet étant supérieur à 100 et inférieur à 499, le nombre de conseillers municipaux est de 11.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Trois maires ont été élus à Biollet depuis 1945 :

Liste des maires depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 mars 1983 Jean-Marie Fondras PCF Conseiller général du Canton de Saint-Gervais-d'Auvergne (1945-1949) et (1967-1973)
mars 1983 mars 2008 Jean Mazeron    
mars 2008 réélu mars 2014 André Verge[4]   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Biollet est dans le ressort de la cour d'appel de Riom. La commune est dans le ressort des tribunaux de grande instance et de commerce de Clermont-Ferrand et du tribunal d'instance de Riom. Le conseil de prud'hommes est lui aussi à Riom.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 1er juin 2011, Biollet n'est jumelée avec aucune commune[5].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2008, la population communale se composait de 326 habitants dont 36,5 % d'actifs et 11,3 % d'élèves ou d'étudiants.

Les retraités représentaient 36,1 % du total. Le déclin démographique a débuté dès le début des années 1950 pour ralentir vers le début des années 1990. Le nombre d'habitants a stagné pendant environ 10 ans, mais la venue de nouveaux résidents en provenance d'autres communes, d'autres départements ou d'autres pays n'a pas favorisé le retour de la croissance démographique. Cependant le déclin démographique semble s'enrayer peu à peu grâce à ce phénomène.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 314 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
987 900 1 059 1 082 1 154 1 211 1 178 1 221 1 221
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 196 1 108 1 111 1 088 1 104 1 063 1 004 953 942
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
946 871 886 782 748 724 700 583 538
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
510 478 432 404 376 389 379 379 317
2011 - - - - - - - -
314 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


État matrimonial en 2008 et composition des ménages[modifier | modifier le code]

Marié(e) Veuf(veuve) Divorcé(e) Célibataire
46,9 % 8,6 % 3,9 % 40,6 %
Source : Chiffres clés de l'INSEE 2008

Le nombre de ménages passe de 136 en 1999 à 140 en 2008. Le nombre moyen de personnes par ménage est passé sur la même période de 2,1 à 2.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école maternelle inscrite dans le cadre du Regroupement pédagogique intercommunal avec les communes de Charensat et d'Espinasse.

La scolarisation en collège public s'effectue à Saint-Gervais-d'Auvergne, tandis que les lycées publics généralement fréquentés sont ceux de Riom — lycée Claude et Pierre Virlogeux — et de Montluçon — lycée Madame de Staël et lycée Paul Constans.

Sports, tourisme et loisirs[modifier | modifier le code]

Le Football Club Biollet-Saint-Maurice est le club de football de la commune. Il a fusionné avec celui de Saint-Maurice-près-Pionsat et évolue au niveau départemental en deuxième division (poule G) pour l'équipe 1 et en quatrième division (poule B) pour l'équipe 2[8].

La chasse est une activité assez pratiquée dans la commune avec l'existence d'une société qui délivre les cartes de chasse pour la saison et organise les chasses en groupe. La chasse individuelle est également pratiquée. Le gibier est composé principalement de sangliers, de chevreuils, de lièvres, de faisans et de perdrix. La chasse au renard est également pratiquée car il est considéré comme nuisible, en décimant les poulaillers et le gibier volant, et il est présent en très grand nombre sur la commune, ce qui pourrait provoquer l'apparition de maladies au sein de l'espèce.

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien La Montagne propose une édition locale aux communes de l'arrondissement de Riom. Il traite des faits divers, de la politique, des évènements sportifs et culturels au niveau local, national et international.

Les stations de radio nationales sont disponibles ainsi que les programmes de France Bleu Pays d'Auvergne et Radio Arverne[9].

La chaîne France 3 Auvergne est disponible dans la région. La chaîne privée Clermont Première (qui n'existe plus) était également disponible et traitait des infos locales, de l'histoire régionale, des personnalités locales, de gastronomie, de musique, etc.

Cultes[modifier | modifier le code]

Pour le culte catholique, Biollet dépend de la paroisse Sainte Marie en Combrailles au sein du diocèse de Clermont[10].

Dhagpo Kundreul Ling, un des plus grands monastères bouddhistes d'Europe est situé au lieu-dit Le Bost. Son Temple des Mille Bouddhas, de style tibétain et aux décorations intérieures très élaborées, attire de nombreux pratiquants et touristes. Des enseignements et des retraites, aussi bien laïques que monastiques, y sont organisés. L'ensemble est géré, avec l'aide de laïcs, par une communauté monastique de la lignée Kagyupa, sous l'égide de sa Sainteté Karmapa Thayé Dorjé. Certains évènement attirent des centaines de personnes et une communauté laïque non négligeable est installée dans les environs.

Économie[modifier | modifier le code]

En 2008, on dénombrait 119 personnes en activité, soit 34 % d'actifs ayant un emploi et 2,5 % de chômeurs correspondant à des taux d'activité de 52,6 % et de chômage de 6,8 %.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2008, le taux de chômage à Biollet était de 6,8 % contre 7,8 % en 1999.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Un comité organise la Foire à la Pomme de Terre qui a lieu le 2e samedi d'octobre.

Le Club Biollet Amitié est le nom du club du troisième âge qui organise des concours de pétanque, des concours de belote, des lotos ainsi que des voyages.

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

  • Son église du XIe siècle avec ses chapiteaux mystérieux

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Biollet

Les armes de Biollet se blasonnent ainsi : coupé, au 1er parti au d'azur à la tête de lion arrachée d'or et de gueules à la tête de loup arrachée aussi d'or, au 2e d'argent à deux clefs de gueules passées en sautoir, le tout ici apposé sur un écu français ancien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À partir de 2015, à l'issue du redécoupage des cantons du département, la commune sera rattachée au canton de Saint-Éloy-les-Mines. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte routière de la région de Biollet sur Mappy.
  2. SIVU Bus des Montagnes de la région de Saint-Gervais-d'Auvergne
  3. Histoire illustrée de la ville et du canton de Saint-Gervais d'Auvergne, Ambroise Tardieu et Augustin Madebène, à compte d'auteurs, Puy-de-Dôme, 1892 ; réédité par l'Office d'édition du livre d'histoire,Paris,1997, contenant l'histoire de la ville et du canton, des personnages dignes de mémoire, et des familles locales (ISBN 2-84178-127-5), p. 150.
  4. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 12 juillet 2014).
  5. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur Ministère des affaires étrangères (consulté le 20 juin 2011)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  8. FC Biollet-Saint-Maurice sur le site de la FFF63.
  9. « Liste des fréquences radio », sur le site du Conseil supérieur de l'audiovisuel (consulté le 20 juin 2011)
  10. La paroisse Sainte Marie en Combrailles sur le site du diocèse de Clermont

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :