Saint-Hilaire (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Hilaire.
Saint-Hilaire
Image illustrative de l'article Saint-Hilaire (Puy-de-Dôme)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Arrondissement de Riom
Canton Canton de Pionsat
Intercommunalité Communauté de communes de Pionsat
Maire
Mandat
Viviane Ravet
2014-2020
Code postal 63330
Code commune 63360
Démographie
Population
municipale
193 hab. (2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 23″ N 2° 37′ 56″ E / 46.1064, 2.6322 ()46° 06′ 23″ Nord 2° 37′ 56″ Est / 46.1064, 2.6322 ()  
Altitude Min. 406 m – Max. 596 m
Superficie 17,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire

Saint-Hilaire est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Hilaire tient son patronyme d’un évêque de Poitiers du IVe siècle. Cet évêque considéré comme le « père de l’église des Gaules » était enterré dans la crypte de la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers. En 889 suite à la dévastation de Poitiers ses reliques furent transférées en l’église de Saint-Georges du Puy, en Velay. Le Chemin suivi par les moines pour transférer les ossements porte le nom « d’itinéraire de la translation » et l’on relève sur ce parcours les noms de Saint-Hilaire la Treille - Saint-Hilaire La Plaine -Saint-Hilaire de Pionsat - Saint-Hilaire La Croix et Saint-Hilaire d’Auzon.

Au XIe siècle Saint-Hilaire est rattaché à la châtellenie de Rochedagoux qui fait don de l’église de Saint-Hilaire à l’abbaye d’Ebreuil. Cette église est construite sur une butte (probablement une motte médiévale) d’où partent des souterrains… encore visibles aujourd’hui.

En 1789 la puissance de la seigneurie de Rochedagoux est en déclin et seule la terre de Banéze reste en sa possession. Le reste de la commune est réparti entre le seigneur de Saint-Hilaire, les seigneurs de Pionsat et quelques fiefs indépendants. Le dernier représentant du clergé s’appelle Pierre Maurie et décèdera en 1791 à l’âge de quatre vingt un an. Juste après la Révolution en 1790, Saint-Hilaire dénombre 743 habitants, le premier maire de la commune, Marien Guilhen, est élu.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 réélue 2014 Mme Viviane Ravet[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 193 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
900 896 846 836 822 960 944 1 040 1 058
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 054 990 1 006 936 975 990 970 958 928
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
918 937 891 663 655 636 583 505 424
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
403 374 313 272 211 185 196 198 194
2011 - - - - - - - -
193 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 13 juillet 2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :