Julius No

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Docteur Julius No est l'un des personnages de la série littéraire et cinématographique James Bond. Il est affronté par Bond dans le roman de 1958 Dr. No et son adaptation cinématographique de 1962, James Bond 007 contre Dr. No, le premier film issu de la série de Ian Fleming.

Biographie dans Dr. No[modifier | modifier le code]

Malgré leur similitude, le roman et le film comportent quelques différences notables, et le personnage du docteur Julius No en fait partie.

Julius No est né à Pékin d'une mère chinoise et d'un père qui était missionnaire allemand. Il a été cependant élevé par sa tante. Plus tard, résidant à Shanghai, il est membre du Tong, un syndicat du crime chinois. Suite à quoi, il s'installe à New York et devient contrebandier d'un Tong local appelé Hip-Sings en tant que trésorier.

À la fin des années 1920, une guerre des gangs éclate à New York, mobilisant la police. No vole 1 million de dollars en or à son gang puis disparaît. Mais le Tong le retrouve et le torture pour récupérer l'or. Face à son silence, le gang lui coupe les mains et tire dans le côté gauche de la poitrine puis laissé pour mort. Mais No a survécu aux balles, du fait qu'il ait une dextrocardie.

Après un long séjour à l'hôpital, No suit des études de médecine à Milwaukee dans le Wisconsin. On ne sait s'il est allé au bout de ses études, mais No obtint le titre de docteur et depuis se fait donc appeler Docteur Julius No (son prénom était celui de son père allemand, qui le rejetait).

Suite à l'amputation de ses mains, il porte désormais des prothèses en métal. Mais ce sont de simples pinces, un peu comme Tee-Hee Johnson du précédent livre Requins et services secrets. Elles n'ont donc pas les articulations d'une vraie main. Pour le reste de la description physique, il est décrit comme très grand (198 centimètres) et très maigre.

Avec le million de dollars qu'il a toujours, il achète des timbres rares afin de sauver son argent de l'inflation. Après quoi il achète l'île de Crab Key, au large de la Jamaïque, et réhabilite un commerce de guano défunt pour couvrir ses activités criminelles.

Il emploie des travailleurs jamaïcains et cubains et les paye correctement pour son commerce de guano. Ils sont brutalement supervisés par l'organisation jamaïcaine Chigroes (un mélange des mots "Chinois" et "Nègre" en référence à leur ascendance mixte). Personne n'arrivant sur l'île n'est autorisé à la quitter.

Avec l'aide de l'Union soviétique, il sabote les tests nucléaires américains qui se déroulent près de son île. Pour se faire, il envoie des signaux qui brouillent la transmission entre le missile et les militaires qui le lancent pour qu'il atterrisse à un autre endroit que celui prévu. Cela ruine le gouvernement américain qui dépense temps et argent pour tout arranger, en vain chaque fois. De plus, No récupère les anciens missiles tombés à l'eau pour les refiler aux Russes.

Bond n'avait aucune idée des manigances de No jusqu'à ce que lui et son ami Quarrel ainsi qu'Honeychile Rider, rencontrée peu avant, et qui débarque sur l'île pour trouver des coquillages, soient découverts et capturés par les sbires de No. Bond était au départ allé sur l'île pour retrouver le commandant Strangeways, disparu dans le secteur, mais finalement assassiné avec sa secrétaire par les sbires de No.

Bond prendra les commandes d'une machine destinée à manipuler le guano, et ensevelira No, qui en mourra étouffé.

Biographie dans James Bond 007 contre Dr. No[modifier | modifier le code]

Julius No est un brillant scientifique, présentant un implicite complexe de Napoléon, qui se présente comme l'enfant non désiré d'un père allemand et d'une mère chinoise. Plus tard, il est devenu trésorier d'un grand gang chinois. Il s'est ensuite enfui pour les États-Unis avec 10 millions de dollars en lingots d'or.

Il se spécialise dans la radioactivité, ce qui lui coûte les mains, remplacées par des prothèses métalliques. Ces mains en métal le dotent d'une grande force, suffisante pour écraser de petits objets plutôt durs, mais il manque de dextérité. Cela causera sa perte.

Il se propose alors aux américains et aux soviétiques, mais échoue. Pour se venger, il rejoindra le SPECTRE, une organisation criminelle mondiale qui veut dominer le monde et assurer sa puissance partout. Il emménage alors sur l'île jamaïcaine de Crab Key.

Bond est initialement envoyé sur le terrain pour enquêter sur le meurtre de deux agents britanniques et la disparition de deux fusées. L'apprenant, No commandite plusieurs attentats sur Bond, mais tous échoueront. Il reste particulièrement mécontent de l'échec d'un de ses sbires, le Professeur Dent. Aussi lui donne-t-il, pour se racheter, une araignée venimeuse que Dent place dans le lit de Bond, mais Bond la tue puis tue Dent.

No lui-même ne parvient pas à se débarrasser de Bond. Enfermement dans un puits de ventilation, coups assénés par ses mains de métal, rien ne parvient à tuer l'agent du MI6.

Quand Bond et Honey Ryder, une jeune et séduisante vendeuse de coquillages, arrivent sur Crab Key, No les fait capturer et doucher pour les débarrasser de leur radioactivité. Durant le dîner, No propose un poste à Bond dans son organisation, mais Bond refuse. S'échappant par un conduit d'aération, Bond tombe sur Chen, un sbire de No vu pendant la douche, et Bond l'étrangle à mort.

Déguisé, Bond se rend au laboratoire secret de No. Il y sabote le bassin nucléaire de Julius No mais lui et ses sbires ne sont pas remarqués par l'agent. Bond et No se battent tandis que les sbires fuient l'explosion imminente. Ils finissent par se retrouver sur une plate-forme descendant dans le liquide de refroidissement du réacteur bouillant. Bond parvient à s'échapper, mais No ne peut avoir de prise et est ébouillanté à mort. Bond libère Honey, et tous deux s'enfuient de justesse avant que le réacteur n'explose.

Julius No est incarné à l'écran par Joseph Wiseman.

A voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]