Pemberley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Au premier plan, une vaste pente herbeuse encadrée à gauche de buissons, à droite d'un grand et vieux chêne ; au milieu marche un homme postant une faux suivi d'une femme avec un panier. Au second plan une large prairie traversée par une rivière. Une route bordées de bouquets d'arbres mène à un pont à deux arches et balustre de pierre qui franchit la rivière, à gauche. En fond, une colline boisée au centre de laquelle se détache un grand bâtiment de pierre, et deux autres plus petits ?
Chatsworth House, peint par William Marlow, tel qu'a pu le voir Jane Austen lorsqu'elle imaginait Pemberley.

Pemberley est une propriété fictive citée dans le roman Orgueil et Préjugés, l'œuvre la plus célèbre de la femme de lettres britannique Jane Austen, paru en 1813. C'est le domaine et la résidence ancestrale (Country House) de Mr Darcy, le principal personnage masculin du récit. Ce domaine imaginaire, qu'elle situe dans le Derbyshire, à cinq miles de la petite ville tout aussi fictive de Lambton, est considéré par ceux qui ont la chance de le fréquenter comme un endroit « délicieux » et un modèle inimitable. Elle le décrit de façon beaucoup plus précise et détaillée que tous les autres domaines présentés dans ses six romans.

On considère habituellement que Jane Austen s'est inspirée de Chatsworth, le grand domaine des Cavendish, situé près de Bakewell dans le parc national de Peak District et propriété, au moment de la publication du roman, du 6e duc de Devonshire, William Cavendish[1]. Cependant, la manière dont est présenté Pemberley et la place particulière qu'il tient dans la diégèse font de cette grande propriété au luxe discret, en totale harmonie avec son cadre naturel, un espace symbolique. Point d'aboutissement du roman et de la quête de l'héroïne, c'est un lieu de vie idéal qui reflète parfaitement la personnalité profonde de son propriétaire ainsi que ses qualités morales[2]. La visite du domaine est une révélation pour Elizabeth Bennet et l'aide à se débarrasser de ses derniers préjugés ; l'arrivée, impromptue, du propriétaire lui permet, à elle, de rencontrer le « véritable » Darcy, et au lecteur d'anticiper le dénouement romanesque.

Première approche[modifier | modifier le code]

Photo d'un château entouré de bois, avec, au premier plan le pont de pierre à deux arches permettant d'y accéder.
Le pont sur la Derwent, devant le château de Chatsworth.

Le lecteur d'Orgueil et Préjugés apprend rapidement, dès son arrivée au bal de Meryton, au troisième chapitre, que Mr Darcy a une très grande propriété dans le Derbyshire[3], mais le nom de cette propriété est cité pour la première fois devant Elizabeth Bennet un soir, lors de son bref séjour à Netherfield[4], et dans des termes tels qu'elle en interrompt sa lecture : Pemberley est présenté par Miss Bingley comme un endroit « délicieux », à la beauté inimitable, et par son frère comme l'étalon à l'aune duquel il souhaiterait pouvoir construire sa propre résidence[5]. Plus tard, c'est un sujet de conversations intarissables entre George Wickham, qui y a vécu toute son enfance, et Mrs Gardiner, qui a habité non loin, à Lambton, « dix ou douze ans plus tôt, avant son mariage »[6], et pour lui, ensuite, l'occasion d'exprimer devant Elizabeth une pointe de regret et de nostalgie, après avoir appris qu'elle l'a visité durant l'été : « Je vous envie presque ce plaisir »[7].

Le critique littéraire et spécialiste de Jane Austen, Donald Greene[8], ayant visité en 1979 Chatsworth House et son parc, affirme que la description de Pemberley lui correspond parfaitement : quand on arrive par Beeley Lodge à l'est, la route monte jusqu'au point de vue, avant de redescendre, côté sud-ouest vers le pont sur la Derwent, construit par James Paine en 1762[9] ; les pièces que visitent les Gardiner, au rez-de-chaussée, le vaste palier et la galerie de peinture (l'actuelle bibliothèque) du premier sont faciles à identifier sur un plan du château. Et, à cinq miles en direction de Chesterfield, se trouve la petite ville d'Old Brampton, parfaite pour figurer Lambton[8].

Gravure de Godmersham Park, avec des champs, arbres et cervidés alentours. Un fiacre et un cavalier sont sur le chemin qui y mène.
Godmersham Park, que Jane Austen connaissait bien, en 1779.

Jane Austen a vu Chatsworth House en 1811, lorsqu'elle révisait le manuscrit de Pride and Prejudice, mais elle brouille soigneusement les pistes : elle le cite parmi les « célèbres beautés » que les Gardiner comptent visiter[10] ; le parc de Pemberley, avec ses dix miles (16 km) de circonférence est plus vaste que celui de Chatsworth[N 1] et elle n'évoque ni « folies », ni statues ni cascades, insistant au contraire sur la mise en valeur naturelle des paysages. L'élégante décoration intérieure de Pemberley n'évoque en rien non plus l'éblouissante collection d'œuvres d'art dont le 5e duc de Devonshire a rempli son château[12]. Mavis Batey, dans Jane Austen and the English Landscape[13] suggère que, si Pemberley s'inspire de Chatsworth House, c'est seulement parce que Jane Austen a choisi d'installer son héros dans le Derbyshire : Fitzwilliam Darcy, même s'il a quasiment l'âge de William Cavendish et, comme lui, une sœur appelée Georgiana, n'est pas duc de Devonshire. Certes, sa fortune le place dans les couches supérieures de la gentry, mais il n'a pas de titre de noblesse, bien qu'il soit lié à l'aristocratie par sa mère ; et ses 10 000 £ annuelles ne suffiraient pas à entretenir un domaine comme Chatsworth[N 2]. Elle est aussi persuadée que Jane Austen avait clairement en tête le plan de Pemberley House, même si la description en reste assez succincte[14]. Le domaine pourrait aussi s'inspirer en partie de Godmersham Park, la propriété de son frère Edward qu'elle connaissait bien pour y avoir plusieurs fois séjourné, en particulier en juillet 1808, évoquant à cette occasion, dans sa correspondance avec Cassandra, un séjour de rêve, dans l'élégance, l'aisance et le luxe[15].

Les toponymes fictifs liés à Pemberley ont plusieurs origines. D. Greene, a suggéré que le nom de « Lambton » est inspiré de celui du village de Brampton[8]. Le nom de « Pemberley » vient peut-être de « Pemberton », un lieu cité dans The Sylph (1779), roman épistolaire attribué à la duchesse de Devonshire, Georgiana Cavendish, mais aussi de « Beverley », qui est le patronyme de Cecilia, l'héroïne éponyme du roman de Fanny Burney dont la phrase finale a donné son titre à Pride and Prejudice[16].

Les lieux[modifier | modifier le code]

Pemberley Woods[modifier | modifier le code]

Alors que Jane Austen en fait peu en général, le parc de Pemberley bénéficie de deux descriptions, toutes les deux dans le premier chapitre du tome III et intégrées au récit. Elles encadrent la visite de la demeure qui culmine avec la contemplation par Elizabeth du portrait de Darcy dans la galerie de peinture[17].

Mise en situation[modifier | modifier le code]

Photo de deux coupes, l'une petite, l'autre grande, en pierre fine, jaune rayée de bleu-violet.
Coupes en Derbyshire spars de la collection de Georgiana Cavendish à Chatsworth House.

Au plan narratif, la venue d'Elizabeth à Pemberley est subtilement préparée longtemps à l'avance : Mrs Gardiner « a vécu dans cette partie du Derbyshire » et a vu Pemberley[6] ; des contraintes professionnelles imprévues de son mari[N 3], les empêchent de faire à loisir le voyage prévu dans la Région des Lacs, d'où ce nouveau programme, annoncé par lettre à Elizabeth : « ne pas aller plus au nord que le Derbyshire »[10] et terminer leur circuit raccourci par quelques jours à Lambton, Mrs Gardiner ayant appris (sans doute grâce à Wickham[6]) qu'y vivaient encore d'anciennes connaissances. Bien que « terriblement déçue » (« excessively disappointed »), Elizabeth ne s'attarde pas en regrets inutiles, mais « entreprend » de se satisfaire du nouveau projet car elle est douée d'un « heureux caractère », (« it was her business to be satisfied - and certainely her temper to be happy »)[10]. Et même si le mot « Derbyshire » lui remémore immédiatement « Pemberley et son propriétaire », elle estime qu'elle peut « entrer impunément dans son comté pour y dérober quelques cristaux de spath (petrified spars)[N 4] sans qu'il s'en aperçoive »[10].

La visite de Pemberley n'est cependant proposée qu'au dernier moment, la veille de l'étape qui doit mener leur petit groupe à Lambton, dans la dernière page du tome II[19]. Elle n'était pas programmée, le domaine n'étant pas directement sur leur route, mais résulte d'une envie (inclination) de Mrs Gardiner : un léger crochet, d'un mile ou deux, lui permettra d'en revoir les « délicieux paysages ». Mrs Gardiner n'est probablement jamais entrée dans Pemberley House dans sa jeunesse, mais elle se souvient que le domaine « possède quelques-uns des plus beaux bois du pays » (« the grounds are delightful. They have some of the finest woods in the country »)[19]. Leur visite est donc présentée à une Elizabeth très réticente comme particulièrement attirante : le substantif wood utilisé ici, qui sera plusieurs fois répété dans le chapitre suivant, a des connotations de mystère qui s'ajoutent à la notion de plaisir connotée par l'adjectif delightful[20].

Elizabeth, prise à l'improviste, est très perturbée, voire angoissée (distressed), estimant « qu'elle n'avait rien à faire à Pemberley » (« she has no business at Pemberley »)[N 5]. Elle ne s'abandonne à la curiosité, à « l'envie de voir personnellement la résidence » de Darcy, qu'une fois assurée, par une discrète enquête à l'auberge, de l'absence du propriétaire. Le volume II de l'édition originale se clôt alors sur un paragraphe formé d'une seule phrase isolée, un vers blanc aux sonorités poétiques : un décasyllabe ou plutôt un pentamètre iambique[22], faisant glisser le récit vers un autre contrat de lecture, qui ne relève plus du pacte réaliste, mais le relie aux genres littéraires du conte et de la romance[23] :

« To Pemberley, therefore, they were to go ». (À Pemberley, donc, ils allaient se rendre.)

Le panorama[modifier | modifier le code]

Photo d'un cours d'eau bordé d'arbres du coté gauche. On peut y voir un cygne. Une allée le longe à droite, avec un banc où s'asseoir.
« a stream of some natural importance […] without any artificial appearance » : les abords de la rivière à Wilton House.

La première description ouvre le premier chapitre du volume III de l'édition originale. C'est la vue d'ensemble, ou plutôt la succession des points de vue qui s'offrent aux visiteurs empruntant la route conduisant au château[N 6]. Après la traversée d'une belle forêt, une montée d'un demi-mile (environ 800 m) conduit sur une hauteur d'où se révèlent brusquement les bâtiments, dans la plus pure tradition de l'esthétique pittoresque définie par Gilpin : la grande et belle demeure est bâtie sur un « terrain en élévation », dans un écrin de « hautes collines boisées », sur l'autre rive d'un « cours d'eau assez important, encore élargi » avec naturel. La route dévale ensuite la colline en serpentant, et franchit la rivière pour mener au château :

It was a large, handsome, stone building, standing well on rising ground, and backed by a ridge of high, woody hills; and in front, a stream of some natural importance was swelled into greater, but without any artificial appearance. She had never seen a place for which nature had done more, or where natural beauty had been so little counteracted by an awkward taste[24].

« C'était une vaste et belle construction en pierre, campée sur une petite éminence, adossée à une crête de hautes collines boisées ; devant, un cours d'eau naturellement assez important avait été notablement élargi, mais sans que cela ait l'air artificiel[14]. [Elizabeth] n'avait encore jamais vu un domaine pour laquelle la nature eût fait davantage, ni où les beautés naturelles eussent été si peu contrariées par un goût maladroit. »

La description commence par un rythme ternaire en crescendo (« It was a large, handsome, stone building, standing well on rising ground »), renforcé par l'allitération entre stone et standing, qui traduit la sérénité et l'harmonie qui se dégagent de Pemberley, et son ancrage aussi bien dans le sol que dans la tradition[25]. Le terme rising qualifie la pente ascendante du terrain, mais, au sens figuré, évoque un avenir prometteur : la Maison Darcy, à la différence de la lignée des de Bourg, ne sera pas stérile, parce que, tout en respectant l'ordre ancestral, elle saura s'adapter aux mutations sociales[25].

Dans les romans de Jane Austen, la présence des bois implique en général une notion de valeur. Valeur matérielle, car les bois de haute futaie ont une importance économique (pour la construction navale en particulier)[N 7] et valeur morale : les arbres suggèrent la croissance organique et symbolisent la continuité[26]. Ici, ils sont en quelque sorte l'incarnation des racines de la dynastie dont Darcy est l'héritier respectueux[27]. D'ailleurs, Lady Catherine reprochera violemment à Elizabeth de vouloir « souiller » (pollute) « les ombres de Pemberley » (the shades of Pemberley[28]), au double sens d'ombrages et d'ombres tutélaires[29], avant de condescendre, un certain temps après le mariage, à revenir à Pemberley, « en dépit de la souillure dont ses bois avaient souffert, non seulement par la présence d'une telle maitresse, mais encore par les visites de ses oncle et tante de la cité »[trad 1],[30].

Pemberley est irrigué par un cours d'eau « naturellement assez important ». Ni canal de jardin classique, ni rivière « artistique » de jardin paysager[31], il symbolise une pureté qui n'a pas été « dénaturée » par des aménagements coûteux (artificial appearance)[N 8], au contraire : la nature y est harmonieuse, fertile, mise en valeur avec intelligence[20]. L'adjectif qualificatif natural revient deux fois (natural importance et natural beauty), renforcé par le substantif nature , pour bien marquer que cet espace, et son propriétaire par conséquent, sont soumis à une loi naturelle parfaitement justifiée, comme l'a souligné Alistair Duckworth dans The Improvement of The Estate : « le bon sens esthétique qui est manifeste dans le paysage de Pemberley permet au lecteur, et à Elizabeth, d'en déduire la profonde valeur de la personnalité sociale et morale de Darcy »[trad 2],[32].

Bien que la description soit prise en charge par la voix narratrice, le panorama est vu et chaleureusement admiré par tous (« They were all of them warm in their admiration »), mais surtout par une Elizabeth troublée, confuse, à l'état d'esprit particulièrement agité (her spirits were in a high flutter), qui est émerveillée (delighted) par ce qu'elle découvre. Le choix des qualificatifs utilisés « rising (ground), hight (hills), swelled (stream) », qui impliquent une notion de croissance, et les termes laudatifs (« warm, delighted ») concernant le sentiment d'admiration éprouvé en particulier par Elizabeth, en font une description très chargée émotionnellement[N 9]. La plongée dans le « corps symbolique » qu'est Pemberley est pour Elizabeth une révélation : la beauté, l'élégance, la richesse du domaine sont l'incarnation de la puissance masculine et du pouvoir d'attraction de son propriétaire[20]. Elle est consciente de l'attrait de ce pouvoir, de l'attrait d'« être maîtresse de Pemberley »[34].

Une promenade initiatique[modifier | modifier le code]

Grand parc boisé. Pelouse au premier plan. Au centre un pont de pierre à 6 arches franchit un bras de rivière. Une allée est visible sous les arbres du côté gauche.
Le jardin paysager de Stourhead doit, comme le parc de Pemberley, se visiter selon un itinéraire précis.

La deuxième description prend place après la visite des appartements et, pour Elizabeth, en prolonge les révélations. Assez détaillée, elle concerne une promenade à pied commençant le long de la rivière, avec, au début, un jardinier comme guide[35], et selon un circuit permettant d'apprécier la beauté du parc et la variété de ses paysages[N 10]. Pemberley correspond ainsi parfaitement à la tradition esthétique préconisée par Lancelot Capability Brown, qui privilégie l'aspect naturel[37]. Le vocabulaire est laudatif : la promenade le long de la rivière est superbe (beautiful), chaque pas rapproche d'une perspective de plus en plus sublime (nobler), de bosquets de plus en plus beaux (finer).

La description est toujours prise en charge par la voix narratrice, mais maintenant Elizabeth regarde sans voir. Ayant commencé à prendre conscience de ses sentiments pour Darcy devant son portrait[17], elle s'absorbe dans les réflexions suscitées tant par les remarques de Mrs Reynolds que par les conditions de la rencontre imprévue de Darcy : elle a l'esprit ailleurs, « fixé sur l'endroit de la demeure quel qu'il pût être, où Mr Darcy se trouvait en cet instant »[trad 3],[35]. Ce sont les remarques des autres qui la « réveillent » (roused her) et l'incitent à reprendre son air habituel (appearing more like herself).

La promenade se poursuit ensuite en remontant sur les pentes boisées pour admirer les divers points de vue à travers les trouées entre les arbres[35] : « Ils entrèrent dans les bois et faisant pour un temps leurs adieux à la rivière, gravirent quelques-unes des hauteurs… » (« They entered the woods, and bidding adieu to the river for a while, ascended some of the higher grounds… »). La récurrence du terme woods (au pluriel cette fois), répété quatre fois, le rythme balancé, les expressions choisies (« entrer dans les bois », « dire adieu à la rivière »), les allitérations en [ou] qui s'accumulent (« woods, while, whence, power to wander, were, views of the valley… ») confèrent à l'atmosphère la force émotionnelle des lieux poétiques ou magiques, au point que Mr Gardiner souhaite faire le tour complet du parc et qu'Elizabeth, en redescendant jusqu'à la rivière, éprouve l'envie de s'enfoncer (« longed to explore ») dans l'étroit sentier qui la longe dans sa partie plus sauvage, à l'endroit pittoresque où son lit se resserre ; mais le parc est trop grand et Mrs Gardiner est déjà fatiguée. Ce n'est qu'après le dénouement que ces désirs se réaliseront, sous la forme d'un tour complet du parc en voiture légère tirée par « une jolie petite couple de poneys ». C'est Mrs Gardiner, elle qui est déjà à l'origine de la venue d'Elizabeth à Pemberley, qui la suggèrera (« I shall never be quite happy till I have been all round the park. A low phaeton, with a nice little pair of ponies, would be the very thing »[38]) et Elizabeth lui proposera, dans la lettre où elle lui annonce ses fiançailles, de réaliser ce désir : dans Pemberley, sphère symbolique où se stabiliseront tous les flux et se résoudront toutes les tensions, elle sera garante de la circulation harmonieuse des différents groupes[5] : « Your idea of the ponies is delightful. We will go round the Park every day »[39].

Illustration en couleurs pour le chapitre 43 de l'édition de 1895 représentant la présentation par Elizabeth (à gauche) de Darcy (de dos) aux Gardiner.
Darcy fait connaissance avec les Gardiner tandis qu'ils visitent son domaine avec Elizabeth (C. E. Brock, 1895).

Les visiteurs traversent enfin la rivière sur un pont (dont la narratrice souligne la simplicité), qui « s'harmonisait avec l'allure générale du décor ». Il permet de revenir vers le château par « un chemin plus direct sur l'autre rive »[35]. C'est là qu'ils sont rejoints, puis raccompagnés, par le propriétaire en personne, qui se conduit en hôte non simplement poli (civil) mais réellement attentionné (attentive), demandant à une Elizabeth stupéfaite « de le présenter à [ses] amis » et poursuivant avec Mr Gardiner la conversation sur la pêche que ce dernier avait commencée avec le jardinier[40]. La perfection esthétique du parc sert ainsi d'écrin au comportement sans « orgueil mal placé » (« no improper pride ») et « parfaitement aimable » (« perfectly amiable »[41]) de Darcy, et la promenade en compagnie d'Elizabeth et des Gardiner préfigure la conclusion, où la narratrice précise qu'avec les Gardiner, Darcy et Elizabeth « restèrent toujours dans les termes les plus intimes »[30].

Pemberley House[modifier | modifier le code]

Visite guidée[modifier | modifier le code]

La visite de la demeure commence, après le hall d'entrée, par le dining parlour, la salle à manger. La pièce est sommairement décrite : « grande, parfaitement proportionnée et meublée avec goût » (« a large, well-proportioned room, handsomely fitted up »). Mais Elizabeth se contente d'y jeter un coup d'œil, car seule l'intéresse la perspective (prospect) visible de la fenêtre : c'est un beau tableau bien construit, une scène parfaitement agencée, un « objet pittoresque », selon la définition de Gilpin lui-même[N 11],[14]. La disposition architecturale met en valeur toutes les perspectives. Elles s'encadrent dans chaque fenêtre des pièces visitées, subtilement différentes mais toujours belles[42]. Ces « autres pièces » ne sont pas plus détaillées que leur ameublement : hautes de plafond (lofty), très belles (handsome), elles ont un mobilier « proportionné à la fortune du propriétaire ». Elizabeth Bennet constate l'absence d'ostentation et admire la sûreté du goût de ce dernier, car « il n'y avait là rien de voyant ou d'inutilement somptueux, moins de splendeur mais plus de réelle élégance qu'à Rosings »[42].

Dans tout l'aimable bavardage de leur guide, Mrs Reynolds, elle n'arrive à s'intéresser qu'aux remarques concernant Darcy et sa sœur. Ni le sujet des tableaux, ni la dimension des pièces et la valeur du mobilier ne retiennent son attention : « Mrs Reynolds could interest her on no other point. She related the subject of the pictures, the dimensions of the rooms, and the price of the furniture, in vain »[43].

À l'étage, un vaste couloir (lobby) permet d'accéder à un joli petit boudoir, fraîchement aménagé pour Georgiana Darcy, à deux ou trois chambres d'apparat (principal bedrooms) ouvertes à la visite et à la grande galerie de peintures, contenant des tableaux de valeur et de nombreux portraits de famille[N 12] ; mais Elizabeth ne s'arrête que devant le seul portrait qu'elle peut reconnaître, étonnamment ressemblant précise la narratrice (striking resemblance), et le contemple (par deux fois) pendant plusieurs minutes[17].

Autres détails[modifier | modifier le code]

Illustration pour le chapitre 43 de l'édition de 1895 représentant à gauche, de face,  Mrs Gardiner donnant le bras à son mari, à droite, Elizabeth de dos, qui se retourne.
Mr Gardiner se demande quelle est la date de construction de Pemberley (Hugh Thomson, 1894).

Lorsqu'elle viendra, avec sa tante, deux jours après, rendre à Miss Darcy sa politesse[N 13], toutes deux seront introduites dans un salon situé au nord, aux portes-fenêtres donnant sur les collines boisées à l'arrière du château[N 14], et s'ouvrant sur une pelouse ornée de beaux chênes et de marronniers[47].

On sait, par la discussion à Netherfield entre Miss Bingley et Mr Darcy[4], que Pemberley possède aussi une fort belle bibliothèque, « œuvre de maintes générations », précise Darcy qui continue à l'enrichir, considérant que c'est un devoir, à l'époque troublée où ils vivent (in such days as these), de préserver ce patrimoine.

L'âge du bâtiment n'est pas précisé[14]. Le lecteur, comme Mr Gardiner[48], ne peut que se livrer à des conjectures : l'existence de la galerie du premier étage pourrait en faire remonter la construction à l'époque élisabétaine ou jacobéenne, mais le vaste couloir sur lequel donnent les pièces de l'étage (spacious lobby) est d'invention récente. Beaucoup de demeures ont encore des pièces en enfilade[49]. L'aménagement du joli (very pretty) boudoir de Georgiana, juste terminé dans des couleurs claires, l'attention portée aux perspectives visibles de chaque fenêtre, comme l'existence d'un salon ouvrant directement sur les pelouses[47], sont caractéristiques du goût de la fin du XVIIIe siècle pour le contact avec la nature[50] et soulignent le soin qu'a mis le propriétaire à aménager sa demeure.

Gestion du domaine[modifier | modifier le code]

Illustration en noir et blanc pour l'édition de 1895 représentant, dans un paysage boisé, plusieurs hommes en bord de rive, pêchant.
Partie de pêche, un matin d'été, à Pemberley (Hugh Thomson, 1894).

Jane Austen introduit le lecteur dans le secteur noble du château, celui qui est ouvert au public[N 15], et dans la partie des appartements accessible aux visiteurs que la femme de charge (the housekeeper) est chargée d'accueillir et de guider. Ceux qui exploitent ou entretiennent le domaine restent invisibles, sauf le jardinier anonyme chargé de faire visiter le parc. Seule la femme de charge, qui appartient à la classe supérieure des serviteurs, est décrite brièvement : « une femme âgée, d'apparence très respectable et bien plus polie que ce qu'Elizabeth s'attendait à trouver »[42] ; son nom, Mrs Reynolds, est cité pour la première fois lorsqu'elle confirme que Darcy est bien absent, ajoutant, au grand dam d'Elizabeth : « mais nous l'attendons demain avec un grand nombre d'amis »[N 16].

Cependant Darcy justifiera son arrivée inopinée par des questions à régler avec son régisseur[52] avant la venue de ses amis et de sa sœur[53], ce qui souligne son sens des responsabilités. L'intendante précise d'ailleurs aux Gardiner que le maître de Pemberley, contrairement à beaucoup de jeunes gens riches, est un propriétaire sérieux : il passe la moitié de l'année sur le domaine[54] et elle « pourrait courir le monde sans en trouver un qui le vaille », le considérant comme « le meilleur des propriétaires et le meilleur des maîtres », apprécié de tous ses serviteurs et de tous ses fermiers, ce qui fait dire à Mrs Gardiner : « J'imagine que c'est un maître généreux, et ça, aux yeux d'un domestique, implique toutes les qualités » (« He is a liberal master, I suppose, and that in the eye of a servant comprehends every virtue »)[55].

L'influence d'un grand propriétaire terrien (landlord) est alors considérable. Il est le principal employeur local, il est responsable des conditions de vie des habitants du domaine (serviteurs, fermiers et métayers), il est souvent juge de paix et nomme les pasteurs des paroisses qui dépendent de lui[56]. On en connait au moins une, Kympton[57], dont le vieux Mr Darcy souhaitait faire profiter George Wickham, en remerciement des services rendus par son père, longtemps régisseur du domaine. Et puisque Darcy fréquente Bingley, d'une famille du Nord, probablement de Leeds et liée au commerce de la laine[58], on peut supposer que ses fermiers élèvent des moutons. Il est aussi possible que, vu sa situation géographique, le domaine possède des exploitations minières dans le Peak District[59], où se trouvaient des carrières de calcaire, de marbre, d'albâtre, et des mines de plomb, de fer et de charbon.

Les fruits qu'on apporte aux dames en visite, les « belles pyramides de raisins, pêches et brugnons », viennent des vergers, et des serres[60] qui permettaient aux familles riches d'avoir sur leur table des fruits frais en toute saison[N 17]. Et il est probable que la pêche, si elle est un divertissement sportif pour les invités, est aussi une ressource du domaine[N 18].

Importance et rôle symbolique[modifier | modifier le code]

Article connexe : De Longbourn à Pemberley.

Situé loin, à la fois géographiquement et moralement, des valeurs vaines ou superficielles que représentent les autres demeures habitées (Longbourn/Meryton) ou visitées (Rosings Park) par l'héroïne du roman, Pemberley est présenté par Jane Austen comme le symbole et le domaine de valeurs « vraies »[62]. Sa description est, à tous points de vue, le centre moral du roman, le lieu où se rejoignent raison et sentiments, nature et art, le lieu où le naturel et l'artificiel, la société et l'individu trouvent un équilibre harmonieux[63]. Mrs Bennet ne verra dans le mariage de sa fille que l'aspect financier : les dix-mille livres annuelles, l'accès aux disponibilités financières[N 19] et aux biens de consommation (les bijoux, les voitures, les toilettes)[64], mais Elizabeth prend conscience, en arpentant les terres de Pemberley et en entendant les propos de Mrs Reynolds, non seulement des grandes qualités humaines du propriétaire mais du nombre de ses obligations et du poids de ses responsabilités, comme chef de famille et administrateur d'un domaine prestigieux, qu'il gère en gardien scrupuleux et non en « maître absolu »[65] : « Comme frère, comme propriétaire, comme maître, de combien de personnes ne tenait-il pas le bonheur entre ses mains ! Que de plaisir ou de douleur il était en son pouvoir d'octroyer ! Que de bien, ou que de mal il était en état de faire ! »[trad 4],[48].

Valeurs du domaine[modifier | modifier le code]

Valeurs matérielles et sociales[modifier | modifier le code]

Au plan strictement matériel, Pemberley est un domaine opulent, qui rapporte annuellement 10 000 £ net à son propriétaire[N 20]. Ce n'est pas le plus riche des nombreux domaines qui émaillent les romans de Jane Austen ; c'est Sotherton, la propriété à l'allure de prison de Mr Ruthworth, dans Mansfield Park, qui a ce privilège de rapporter annuellement 12 000 £. Il fait cependant de Mr Darcy un puissant landlord et l'un des célibataires les plus fortunés de Grande-Bretagne. Cependant, contrairement à Maria Bertram, qui accepte d'épouser Mr Rushworth, le terne et sot propriétaire de Sotherton, et qui est intéressée par l'assise sociale que lui donneront cette antique propriété et ses amples revenus, Elizabeth Bennet a fièrement refusé la demande arrogante et humiliante du riche Mr Darcy.

Mais les louanges dithyrambiques de Mrs Reynolds, qui font d'abord sourire les Gardiner, contribuent à ériger une nouvelle image de Darcy[27], ou plutôt à redonner leur juste valeur à sa générosité, son sens de l'hospitalité, son amour fraternel, que Wickham avait mis sur le compte de l'amour-propre et d'un orgueil démesuré :

[Pride] has often led him to be liberal and generous -- to give his money freely, to display hospitality, to assist his tenants, and relieve the poor. Family pride, and filial pride -- for he is very proud of what his father was -- have done this. Not to appear to disgrace his family, to degenerate from the popular qualities, or lose the influence of the Pemberley House, is a powerful motive. He has also brotherly pride, which, with some brotherly affection, makes him a very kind and careful guardian of his sister[67].

« C'est l'orgueil qui l'a souvent conduit à être libéral et généreux : à donner son argent sans compter, à afficher son sens de l'hospitalité, à assister ses fermiers et secourir les pauvres. L'orgueil familial, l'orgueil filial — car il est particulièrement fier de ce qu'était son père — en sont la cause. Ne pas avoir l’air de déshonorer sa famille, de déchoir en perdant des qualités estimées, ou de laisser se perdre l'influence de sa Maison est un puissant mobile. Et son orgueil fraternel, renforcé d’un zeste d’affection fraternelle, fait de lui un tuteur plein de bonté et de sollicitude pour sa sœur. »

Les paroles de la gouvernante soulignent en particulier une valeur de Pemberley : la qualité des relations existant entre le maître et les serviteurs, qui découle de son sens de la responsabilité sociale[27]. Les domestiques et les métayers, ce nombreux personnel nécessaire à l'entretien et l'exploitation du domaine, « parlent de lui en bien », et le jardinier aura « un sourire triomphant » en précisant à Mr Gardiner la taille du parc. Pour David Monaghan, dans Jane Austen, Structure and Social Vision, les réactions et les remarques de la respectable vieille dame, qui précise qu'elle est entrée au service des Darcy lorsque le maître actuel avait quatre ans (soit vingt-quatre ans plus tôt), montrent qu'il a avec eux des liens privilégiés : il n'attend pas de leur part une obéissance aveugle et mécanique, mais les considère comme des personnes rationnelles et dignes de respect, qui peuvent être incluses dans la communauté dont il est le responsable, parce qu'elles en reconnaissent les valeurs[68].

Valeurs morales[modifier | modifier le code]

Le domaine-miroir[modifier | modifier le code]

À l'époque, l'aspect d'un domaine est perçu comme représentant son propriétaire, selon la tradition héritée du XVIIIe siècle de créer des paysages à connotation morale, où s'équilibrent la nature et l'art, la beauté et l'utilité[69]. Pénétrer dans cet espace privé qu'est Pemberley, où elle ne s'aventure que parce qu'elle croit, à tort, le propriétaire absent[70], permet donc à Elizabeth de pénétrer en quelque sorte la personnalité même de Darcy et de prendre conscience de ses réelles qualités[71], que ses préjugés à elle, et son comportement à lui, avaient masquées. Darcy devient digne d'intérêt à cause de l'aspect de son domaine, et parce que l'accord entre le domaine et son propriétaire est ici parfait : il est admirablement « dépeint » à travers Pemberley[71], où sa présence et sa personnalité apparaissent partout « en creux »[70]. Pemberley, reflet non seulement de ses goûts, mais aussi de son caractère[2], révèle et restitue sa véritable personnalité comme un miroir courbe, selon le principe de l'anamorphose[27]. Cependant, comme le parc qui apparait de plus en plus beau au fur et à mesure de la promenade, mais qui demanderait plus de temps pour être exploré en entier[35], sa nature profonde ne se dévoile que progressivement[37].

Darcy n'est vraiment lui-même que chez lui : lorsqu'il est loin de Pemberley, il porte un masque : il est non une personne, mais le personnage prédéfini qui correspond à son rôle social[72]. La visite initiatique de Pemberley, à l'intérieur comme à l'extérieur, offre maintenant à Elizabeth un nouvel éclairage sur le personnage et lui permet, en remettant les choses en perspective, d'en reconstruire une image positive. Elle pourra affirmer à sa tante que le comportement de Mr Darcy, en particulier à l'égard de Wickham, « était passible d'une interprétation toute différente » (« his actions were capable of a very different construction »)[27] et à son père qu'il n'a pas d'orgueil mal placé, parce qu'elle a compris qu'il s'agit de la fierté légitime du propriétaire responsable d'un patrimoine aussi estimable que prestigieux[73].

Illustration en noir et blanc pour le chapitre 43 de l'édition de 1895 représentant au premier plan Elizabeth contemplant le portait (en buste) de Darcy, les Gardiner, plus loin, regardant d'autres tableaux.
Elizabeth reste de longues minutes devant le portrait de Darcy (C. E. Brock, 1895).
Le portrait[modifier | modifier le code]

Elizabeth prend définitivement conscience de son attirance pour Darcy en regardant longuement et « sérieusement » le portrait « extraordinairement ressemblant », qu'il faut aller chercher au premier étage, dans la grande galerie de peintures, au cœur de Pemberley ; c'est là qu'aboutissent, symboliquement, son voyage erratique (à la fois géographique, sentimental, social et moral[74]), et sa quête[75] : « Elizabeth se mit en quête du seul visage dont les traits lui seraient connus. À la fin, [ce visage] la fit s'arrêter » (« Elizabeth walked on in quest of the only face whose features would be known to her. At last it arrested her »[76]). De façon métaphorique, les deux protagonistes se trouvent enfin réunis là, dans un échange de regards signalé par une tournure de phrase assez mystérieuse, comme si le portrait était vivant[75] : « elle se tenait debout devant la toile, sur laquelle il était représenté, et fixait son regard sur elle » (« she stood before the canvas, on which he was represented, and fixed his eyes upon herself »[48]).

Ce portrait a été peint plusieurs années auparavant, du vivant de son père, précise l'obligeante cicerone, ce qui sous-entend qu'il traduit l'image que son père et sa famille avaient alors de lui[77]. Or il est souriant[N 21], « de ce sourire qu'[Elizabeth] se souvenait lui avoir vu quelquefois quand il la regardait »[N 22]. Katrin Burlin suggère que Jane Austen, comme les grands portraitistes du XVIIIe, a réussi, dans ce tableau, à capturer la psychologie profonde de son sujet, qui se dévoile dans ce sourire[79]. Ainsi, la contemplation de la peinture, s'ajoutant aux éloges de « l'intelligente domestique » Mrs Reynolds, pousse Elizabeth à reconsidérer ses jugements sur l'« original »[77]. Sous le regard souriant du portrait elle peut maintenant « se remémorer la chaleur [de ses sentiments], et oublier la manière déplaisante dont ils avaient été exprimés »[48].

Ces deux stations devant l'image fixée sur la toile préparent en quelque sorte les deux rencontres « en vrai » qui vont se produire juste après. La première fois, Darcy débouche soudain, comme une apparition, de l'allée qui mène aux écuries, se figeant de surprise en accrochant le regard d'Elizabeth (« so abrupt was his appearance […] Their eyes instantly met […] and for a moment [he] seemed immovable from surprise »)[48] ; un peu plus tard, lorsque le petit groupe achève sa visite, il vient à sa rencontre dans le cadre du parc, après qu'elle a emprunté le petit pont qui, franchissant la rivière, ramène les visiteurs « par un chemin plus direct » vers le château[35], symbole du pont qu'ils sont en train de construire sur le gouffre de leurs préjugés[80].

Une société idéale[modifier | modifier le code]

Dans le dernier chapitre d'Orgueil et Préjugés, Pemberley House est présenté comme le foyer (le home)[81] où Elizabeth va trouver le « confort, l'élégance et l'intimité de la vie familiale », le lieu utopique où il est possible de vivre loin des mesquineries, de la bassesse, de la vanité du monde.

Lieu de réconciliation[modifier | modifier le code]

À Pemberley, l'espace naturel, social et domestique est « en ordre »[82], contrairement à Longbourn, la maison natale d'Elizabeth, où les parents ont failli, à Meryton, où la société est superficielle et versatile, voire à Rosings Park, siège d'une aristocratie conservatrice figée, méprisante et orgueilleuse. Pemberley est donc un monde idéal et patriarcal, un de ces « petits groupes » (little platoon), selon l'expression d'Edmund Burke[83], où sont respectées les valeurs qu'il considère comme essentielles, et qui correspondent aussi à l'idéal conservateur de Jane Austen[84].

Pemberley devient ainsi, par le mariage de Darcy et Elizabeth, le siège d'une nouvelle harmonie, un microcosme organisé, lieu de réconciliation sociale[5] où se résolvent toutes les tensions entre les différents groupes. C'est le nouveau centre où ils accueillent ceux qui sont jugés dignes de faire partie de leur famille, reconstituant autour d'eux une famille de cœur[85] : Georgiana Darcy s'y épanouit aux côtés d'Elizabeth, Catherine Bennet s'y cultive, Jane et Charles Bingley, une fois installés « à moins de trente miles » de Pemberley, y sont souvent fraternellement invités[86], Mr Bennet adore s'y rendre à l'occasion, les Gardiner y sont toujours reçus comme des parents très aimés et même Lady Catherine de Bourg « condescendra » à y revenir, sans toutefois abandonner ses préjugés aristocratiques. Ainsi, les trois classes sociales du monde de Jane Austen, l'aristocratie, la landed gentry et le commerce peuvent se réconcilier et vivre en harmonie à Pemberley[87].

Triomphe d'Elizabeth[modifier | modifier le code]

Illustration pour le chapitre 60 de l'édition de 1895 représentant Elizabeth (à gauche) et Darcy (à droite), discutant, assis côte à côte sur la banquette d'une fenêtre.
À Pemberley, Elizabeth pouvait s'adresser à Darcy d'un ton gai et enjoué (her lively, sportive manner of talking) et le plaisanter ouvertement (the object of open pleasantry)[30].

Point d'aboutissement du roman, Pemberley voit l'apothéose d'Elizabeth, qui, grâce à son nouveau statut, y jouit de « la félicité conjugale », de la fortune et du pouvoir[88]. L'accession à la richesse lui permet d'aider « fréquemment » Lydia « dans la mesure où il était en son pouvoir de le faire en pratiquant ce que l'on pourrait appeler des économies sur ses dépenses personnelles »[89]. Être la « maîtresse de Pemberley » est ainsi la revanche éclatante de l'héroïne humiliée ; mais la présence en son sein du « plus brillant joyau du Hertfordshire », pour reprendre le cliché employé par Sir William, va aussi permettre au domaine d'irradier encore plus[90].

D'ailleurs Miss Bingley, qui, toujours en quête de considération, ne perd jamais de vue ses intérêts, juge bon d'équilibrer ses comptes[5] pour continuer à être invitée et s'empresse de « sold[er] tout son arriéré de politesse vis-à-vis d'Elizabeth » (« paid off every arrear of civility to Elizabeth »)[89]. Quant à Lady Catherine, qui a réagi si grossièrement à l'annonce de son mariage que Darcy a rompu toute relation avec elle, Elizabeth a suffisamment d'influence sur son époux pour le persuader de consentir à oublier l'offense et à chercher une réconciliation : « by Elizabeth's persuasion, he was prevailed on to overlook the offence, and seek a reconciliation »)[30].

Cependant, comme tout paradis, Pemberley a ses exclus et ses bannis : Mrs Bennet et Mary n'y sont pas explicitement invitées et si Lydia peut parfois y séjourner, Wickham, parce qu'il a refusé de respecter ses règles, en a été chassé, et parce qu'il ne s'est pas amendé, a définitivement perdu le droit d'y revenir[91].

Un monde en sursis[modifier | modifier le code]

Mais Jane Austen sait qu'elle vit une période de transition et que l'idéal aristocratique et conservateur défendu par Edmund Burke, cet idéal personnifié par Darcy et institutionnalisé par Pemberley, est en déclin. Si Darcy, le landlord rationnel, bienveillant et chevaleresque a encore le pouvoir de garantir l'ordre moral (en apurant les dettes de Wickham et l'obligeant, en épousant Lydia, à respecter les règles sociales pour la sauvegarde du groupe entier), il a dû s'allier à Edward Gardiner pour le faire. Il a aussi besoin d'« acquérir un peu de gaieté » (liveliness)[92] pour rester un modèle. Cette gaieté lui est apportée par Elizabeth, qui n'a pas le même statut social que lui, comme le lui fait aigrement remarquer Lady Catherine.

D'autres classes sociales sont en train d'émerger, celles issues de l'industrie textile et du grand commerce, représentées par les Bingley et les Gardiner[93]. Dans deux des romans suivants, Jane Austen montre que les domaines et leurs valeurs traditionnelles sont en danger : la famille Bertram de Mansfield Park ne doit sa survie morale qu'à Fanny Price, la petite cousine pauvre, et Sir Walter Elliot est obligé de louer Kellynch Hall sa propriété ancestrale[93] à un riche roturier plus apte que lui à l'entretenir, l'amiral Croft. Seule prospère Donwell Abbey, domaine de Mr Knightley, rigoureusement géré par un grand propriétaire, honnête homme sans inutiles prétentions aristocratiques[94].

Pemberley sur les écrans[modifier | modifier le code]

Divers lieux ont été choisis pour représenter Pemberley, mais seulement à partir du moment où on cessa de tourner les adaptations exclusivement en studios. Ainsi, Pemberley est supprimé dans le film de Robert Z. Leonard sorti en 1940, et n'a pas de représentation dans les premières versions télévisées, qui s'apparentent à du théâtre filmé[95].

C'est en 1967, dans Orgueil et Préjugés, la première version avec des scènes en couleurs, présentée par la BBC du 10 septembre au 15 octobre à l'occasion du 150e anniversaire de la mort de Jane Austen, que Pemberley apparait pour la première fois. Il s'agit de Dyrham Park, dans le Gloucestershire[96].

En 1980, dans Orgueil et Préjugés, mini-série en cinq épisodes pour la BBC, le tournage en extérieur reste encore très limité et les lieux sont assez peu déterminés spatialement[97]. Il y a cependant une métaphorisation de l'espace, les extérieurs symbolisant un espace de liberté[98]. C'est à Renishaw Hall[99] que sont tournées les scènes situées à Pemberley. On voit la voiture des Gardiner traverser le parc, puis la façade du château apparaître en légère contre-plongée. Après leur entrée, la visite à l'étage de la galerie de peinture, viennent les scènes dans les jardins[N 23] correspondant assez fidèlement à la description du roman : l'arrivée inattendue de Darcy surprend Elizabeth, puis, après la descente des visiteurs au bord du plan d'eau et la traversée d'un pont, Darcy les rejoint et les accompagne.

En 1995, dans la version d'Orgueil et Préjugés en six épisodes, les décors naturels sont privilégiés, dans la tradition en train de s'établir à partir des années 1990 du heritage film (film patrimonial). Cette mini-série, tournée en Super 16, fait la part belle aux extérieurs, décors naturels et constructions appartenant au patrimoine historique britannique. Le parc de Pemberley est celui de Lyme Park[100]. La caméra balaie lentement, presque tendrement, le paysage quand la calèche des Gardiner se dirige vers le domaine, et le château se dévoilant progressivement « dans sa beauté nue » derrière le rideau d'arbres[33] est autant une surprise que dans le roman[101]. Le lien profond de Darcy avec son domaine est dramatisé par la succession des séquences le concernant : l'arrivée à cheval, le plongeon dans l'étang, le retour vers le château et la descente à travers la prairie émaillée de fleurs le long du lac, avant, en point d'orgue, la rencontre avec Elizabeth ; mais le circuit pittoresque le long de la rivière est supprimé : c'est près de la calèche des Gardiner que Darcy rejoint Elizabeth, et c'est lui qui prolonge volontairement la promenade, dans une scène symbolique qui préfigure le dénouement de l'histoire, Elizabeth, maîtresse du domaine et les Gardiner accueillis en parents[101]. Sudbury Hall, qui figure l'intérieur de Pemberley, présente des pièces tout aussi belles et imposantes (lofty and handsome) que celles qu'évoque Jane Austen[102].

Sur une large terrasse se déploie la façade ouest d'un bâtiment en pierre à 3 niveaux, doré par le soleil couchant. Les 3 fenêtres centrales sont surmontées d'un fronton triangulaire sculpté soutenu par 4 colonnes cannelées en demi ronde-bosse : les fenêtres latérales sont séparées par des colonnes en bas relief. Le toit est surmonté d'une balustrade de pierre garnie de décorations.
Chatsworth House, décor pour Pemberley dans Orgueil et Préjugés (2005).

Pour le film de 2005, c'est Chatsworth House qui figure Pemberley, avec quelques pièces de Wilton House, certaines parties de Chatsworth, privées, ne pouvant être utilisées. Mais le film prend beaucoup de libertés par rapport au roman. Il gomme tout l'aspect symbolique de la visite de Pemberley, puisque Darcy et Elizabeth se rencontrent à l'intérieur, la chargeant, en revanche d'un érotisme latent[103]. Elizabeth, qui a laissé les Gardiner et la femme de charge en quittant la Galerie de sculptures où elle a intensément contemplé un buste de Darcy, erre dans de somptueuses pièces remplies d'objets de prix, s'enfonçant dans la profondeur du décor, jusqu'à ce qu'elle entende un piano et découvre Georgiana et Darcy, dans une scène intime et fraternelle. Elle les observe en silence et s'enfuit lorsqu'il la découvre. Chatsworth est un somptueux décor en trompe-l'œil dans lequel Keira Knightley entraîne le spectateur comme un voyeur, et dont l'opulence fait perdre de vue le sujet même : la compréhension par l'héroïne de la véritable personnalité du héros à travers l'aspect de son domaine[103].

Orgueil et Quiproquos (Lost in Austen), parodie d'Orgueil et Préjugés tournée en 2008, est rempli de clins d'œil aux œuvres visuelles précédentes - dont des séquences sont pastichées - et satirise la société britannique du début du XXIe siècle. Harewood House, une imposante demeure du milieu du XVIIIe siècle située dans le West Yorkshire, est le domaine d'un Darcy hautain et particulièrement attaché aux droits et devoirs de sa caste, qui n'a jamais rencontré Elizabeth Bennet. Tombé amoureux de la romanesque et gaffeuse Amanda Price, il l'invite à Pemberley puis l'en chasse, mais, après une plongée traumatisante dans le monde moderne, lui offre de rester dans le monde du roman, tandis qu'Elizabeth se sent à l'aise dans le Hammersmith du XXIe siècle[104]. Lorsqu'Amanda vient le rejoindre à Pemberley, il contemple le parc paysager depuis la terrasse du jardin à la française, auquel il tourne symboliquement le dos.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

En littérature[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreuses suites inspirées par Orgueil et Préjugés, un certain nombre tournent autour de Pemberley : la plus ancienne est un roman paru en 1923, Darkness at Pemberley par Terence Hanbury White, suivi en 1945 de Pemberley Shades de Dorothy Alice Bonavia-Hunt, et, en 1949, de la pièce en un acte The Wedding at Pemberley de Anne Russell.

Plus récemment : Pemberley: Or Pride and Prejudice Continued d'Emma Tennant (1993) ; Pemberley Place de Anne Hampson (1997) ; The Pemberley Chronicles (1997), Women of Pemberley (1998) et The Legacy of Pemberley (2010) de Rebecca Ann Collins ; Darcy's Pemberley de Morgan Frances (2004) ; Pemberley Manor de Kathryn L. Nelson (2006) ; la série des Letters from Pemberley de Jane Dawkins (2007) ; Searching for Pemberley (2009) de Mary L. Simonsen ; The Pemberley Variations d'Abigail Reynolds, une suite de six romans, publiés entre 2001 et 2010, racontant ce qui aurait pu se passer si, à tel ou tel moment clé de l'intrigue, un personnage avait agi autrement[N 24].

Dans le genre roman policier, un roman de la série policière Mr and Mrs Darcy Mysteries de Carrie Bebris : North By Northanger: or, The Shades of Pemberley (2009) ; The Phantom of Pemberley: A Pride and Prejudice Murder Mystery de Regina Jeffers, en 2010 ; La mort s'invite à Pemberley (Death Comes to Pemberley) de P. D. James, traduit par Odile Demange (2011).

Avatars divers[modifier | modifier le code]

Le site lancé en juillet 1996[105] par deux Américaines, admiratrices de Jane Austen et de la mini-série Pride and Prejudice parue en 1995, est rapidement devenu The Republic of Pemberley[106].

La maison d'édition où travaille Bridget Jones, dans le film de 2001 Le Journal de Bridget Jones s'appelle « Pemberley Press ».

Dans The Lizzie Bennet Diaries (2012-2013), transposition moderne d'Orgueil et Préjugés, Darcy possède un empire médiatique, Pemberley Digital[107] et la maison de production des DVD de la Web-série en prend le nom.

Les éditions Milady, créées en 2008, éditent des romances, dont des traductions de romans inspirés de l'œuvre de Jane Austen, dans une collection appelée « Pemberley ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « The park is said to be nine miles in circumference » (« Il paraît que le parc fait 14,5 km de circonférence ») écrit le révérend R. Ward, dans A Guide, to the Peak of Derbyshire en 1827[11].
  2. Le revenu annuel du duc de Devonshire était alors de 100 000 £, et le coût actuel de l'entretien de Chatsworth House tourne aux alentours de 4 millions de livres (Voir Chatsworth House).
  3. Dans la syntaxe du récit, les Gardiner ont pour fonction essentielle d'amener l'héroïne à Pemberley et de favoriser sa progression jusqu'à la résolution finale[18]. Cette « vocation » de « passeur » entre les sphères sociales est rendue vraisemblable par la profession de Mr Gardiner : grand négociant, il est assez riche pour voyager « avec loisir et confort », mais il a aussi des contraintes liées à son business[10].
  4. Il s'agit d'une pierre semi-précieuse locale, une fluorine plus ou moins veinée de jaune et d'améthyste, très prisée à l'époque, le Derbyshire Blue-John qu'on trouve près de Castleton et qu'on exploite encore pour la joaillerie.
  5. Pour Marie-Laure Massei-Chamayou, cette récurrence du mot business lié à Elizabeth souligne son pragmatisme dans sa quête du bonheur (« it was her business to be satisfied »)[21] et l'absence de toute relation économique ou financière dans son rapport à Pemberley (« she has NO business at Pemberley »)[5].
  6. Kelly McDonald compare le voyage (fictif) d'Elizabeth dans le Derbyshire avec celui (bien réel et documenté) des Austen-Leigh en 1833, et signale que, selon le révérend R. Ward, les visiteurs de Chatsworth House « laissaient leur équipage à la belle auberge d'Edinsor, construite en bordure du parc », et continuaient à pied ; Elizabeth, arrivant en voiture à Pemberley, « s'en approche donc plutôt comme en a le droit un invité, et non comme il est permis à un touriste de le faire »[11].
  7. Voir dans Sense and Sensibility, en particulier, les remarques d'Edward Ferrars sur les bois pleins de beaux arbres de Barton et celles (plus mercantiles) de John Dashwood sur les riches futaies de Delaford Hanger.
  8. Les grands propriétaires terriens faisaient remodeler à grand frais leurs parcs et jardins par des architectes-paysagistes comme Capability Brown ou Humphry Repton qui créaient des décors d'aspect naturel souvent agrémentés de constructions ornementales.
  9. Deborah Cartmell la considère même comme une des descriptions austeniennes « les plus chargées sexuellement »[33] et Jan Cohn parle des « aspects érotiques de la propriété » à propos de Pemberley[34].
  10. Lydia Martin[36] rapproche cela du tour dit picturesque de Gilpin, mais adapté à un jardin paysager. C'est le cas du domaine de Stourhead, dont les jardins doivent être visités selon un itinéraire précis.
  11. Picturesque: that kind of beauty that would look well in a picture (le genre de beauté qui ferait un bel effet dans un tableau).
  12. À Netherfield Miss Bingley a fait allusion au portrait d'un juge, grand-oncle de Darcy[44].
  13. Darcy a amené Georgiana à Lambton pour la présenter à Elizabeth le jour même de son arrivée à Pemberley[45].
  14. Ces vitrages « à la française » ouvrant jusqu'au sol, sont alors à la dernière mode[46].
  15. Une note de Vivien Jones[51] rappelle que les grandes demeures (stately homes) étaient ouvertes aux visiteurs (qui payaient d'assez confortables gratifications au personnel) au XVIIIe siècle, et qu'il existait même des guides illustrés.
  16. Dans la diégèse, elle est chargée de construire le nouveau portrait de Darcy, à l'opposé des préjugés initiaux[27], comme l'indique son nom, celui d'un portraitiste célèbre.
  17. Jane Austen critique ce luxe quand il est vaniteux et ostentatoire, comme chez John Dashwood, qui a fait abattre des chênes vénérables pour construire à grands frais une serre à Norland et chez le général Tilney qui cultive des fruits exotiques dans ses serres chauffées.
  18. Cependant la chasse, activité pourtant très pratiquée par la gentry n'est pas évoquée, il est vrai qu'on est en été. En outre, dans la symbolique du roman, c'est seulement dans le Hertfordshire que les messieurs vont chasser - avec succès, comme le souligne ironiquement Sara Wingard dans The Five Seasons of Pride and Prejudice[61].
  19. Il s'agit de la somme, stipulée dans le contrat de mariage, que son mari lui octroie pour ses dépenses personnelles (pin money).
  20. Ce qui correspond à, au moins, 15 000 £ brut, car les taxes sont considérables et, à cause des guerres, n'ont cessé d'augmenter entre 1790 et 1814 : taxes foncières, taxes sur les fenêtres, les chevaux de selle, les véhicules, la soie, les serviteurs (ces hommes dont on prive l'armée ou la marine…), les chiens, les journaux, les produits « de luxe » courants (café, sucre, sel, papier, chandelle, savon, etc.)[66].
  21. Fay Jones signale qu'en général les personnages sur les portraits sont peu souriants au XVIIIe siècle, ce qui accentue la valeur du sourire de Darcy[14].
  22. La narratrice a signalé plusieurs fois le sourire de Darcy lorsqu'il parlait avec Elizabeth, à Netherfield ou à Rosings Park, mais, avant cet instant, elle n'a jamais eu l'air d'y prêter attention ou ne l'a interprété positivement, précise John Wiltshire[78].
  23. Comme dans le roman, Mr Gardiner veut connaître la date de la construction du château. Mais ici, il apprend du jardinier qu'il s'agit de 1625, date de la construction de Renishaw Hall.
  24. Voir : List of literary adaptations of Pride and Prejudice

Citations originales[modifier | modifier le code]

  1. (en) « in spite of that pollution which its woods had received, not merely from the presence of such a mistress, but the visits of her uncle and aunt from the city. »
  2. (en) « The aesthetic good sense that is evident in the landscape of Pemberley permit the reader (and Elizabeth) to infer the fundamental worth of Darcy's social and ethical character. »
  3. (en) « Her thoughts were all fixed on that one spot of Pemberley House, whichever it might be, where Mr Darcy then was. »
  4. (en) « As a brother, a landlord, a master, she considered how many people's happiness were in his guardianship! -- how much of pleasure or pain it was in his power to bestow! -- how much of good or evil must be done by him! »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Selected Essays of Donald Greene, The Original of Pemberley », Bucknell University Press,‎ 2004
  2. a et b Martin 2007, p. 151.
  3. Austen 1853, p. 7.
  4. a et b Austen 1853, p. 32.
  5. a, b, c, d et e Massei-Chamayou 2012, p. 105.
  6. a, b et c Austen 1853, p. 126.
  7. Austen 1853, p. 285.
  8. a, b et c (en) Donald Greene, « Pemberley Revisited », sur JASNA,‎ 1979
  9. Carte en bas de page de « CHATSWORTH », sur Discover Derbyshire
  10. a, b, c, d et e Austen 1853, p. 209.
  11. a et b Elizabeth Bennet and the Austen Tour of 1833, p. 156
  12. Jones 2003, p. 431, note 3.
  13. (en) Mavis Batey, Jane Austen and the English Landscape, Londres, Barn Elms,‎ 1996, 135 p. (ISBN 1556523068 et 9781556523069, OCLC 35801634), « The Beautiful Ground of Pemberley », p. 68-74
  14. a, b, c, d et e Fay Jones, « Pemberley », sur JASA,‎ 2000
  15. Massei-Chamayou 2012, p. 65.
  16. (en) Stephen Derry, « The Two Georgianas: The Duchess of Devonshire and Jane Austen's Miss Darcy », sur JASNA,‎ 1989
  17. a, b et c Austen 1853, p. 216-217.
  18. Massei-Chamayou 2012, p. 97.
  19. a et b Austen 1853, p. 210.
  20. a, b et c Massei-Chamayou 2012, p. 355.
  21. Massei-Chamayou 2012, p. 104.
  22. Austen 1853, p. 211.
  23. Massei-Chamayou 2012, p. 250.
  24. Austen 1853, p. 211-212.
  25. a et b Massei-Chamayou 2012, p. 148.
  26. Duckworth 1971, p. 54.
  27. a, b, c, d, e et f Massei-Chamayou 2012, p. 149.
  28. Austen 1853, p. 313.
  29. Massei-Chamayou 2012, p. 346.
  30. a, b, c et d Austen 1853, p. 340.
  31. Jane Austen, Œuvres romanesques complètes, t. 1 : Orgueil et préjugé, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade » (no 469),‎ 2000, 1 154 p. (ISBN 2-07-011323-X et 978-2-07-011323-1, OCLC 45336700, notice BnF no FRBNF37208189), p. 1073, note 1
  32. Duckworth 1971, p. 38.
  33. a et b Cartmell 2010, p. 73.
  34. a et b (en) Jan Cohn, Romance and the Erotics of Property : mass-market fiction for women, Durham, Duke University Press,‎ 1988, 181 p. (ISBN 0822307995 et 9780822307990, OCLC 16830870, lire en ligne), p. 139
  35. a, b, c, d, e et f Austen 1853, p. 218-220.
  36. Martin 2007, p. 148.
  37. a et b Martin 2007, p. 148-152.
  38. Austen 1853, p. 283.
  39. Austen 1853, p. 335.
  40. Elizabeth Bennet and the Austen Tour of 1833, p. 157
  41. Austen 1853, p. 330.
  42. a, b et c Austen 1853, p. 212.
  43. Austen 1853, p. 215.
  44. Austen 1853, p. 45.
  45. Austen 1853, p. 225-226.
  46. Jane Austen (texte présenté, traduit et annoté par Pierre Goubert), Orgueil et Préjugés [« Pride and Prejudice »], Paris, Gallimard, coll. « Folio classique » (no 4 573),‎ 2007 (ISBN 2-07-033866-5 et 978-2-07-033866-5, OCLC 237946128, notice BnF no FRBNF41167876), p. 465, note de la page 308.
  47. a et b Austen 1853, p. 231.
  48. a, b, c, d et e Austen 1853, p. 217.
  49. Jane Austen, Œuvres romanesques complètes, t. 1 : Orgueil et préjugé, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade » (no 469),‎ 2000, 1 154 p. (ISBN 2-07-011323-X et 978-2-07-011323-1, OCLC 45336700, notice BnF no FRBNF37208189), p. 1074, note 8
  50. (en) Janet Todd, Jane Austen in context, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 2005, 467 p. (ISBN 0521826446 et 9780521826440, OCLC 60360380, LCCN 2005012924, lire en ligne), p. 227
  51. Jones 2003, p. 430.
  52. Massei-Chamayou 2012, p. 151.
  53. Austen 1853, p. 222.
  54. Austen 1853, p. 214-215.
  55. Austen 1853, p. 224.
  56. Jane Austen, Œuvres romanesques complètes, t. 1 : Orgueil et préjugé, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade » (no 469),‎ 2000, 1 154 p. (ISBN 2-07-011323-X et 978-2-07-011323-1, OCLC 45336700, notice BnF no FRBNF37208189), p. 1073, note 7
  57. Austen 1853, p. 286.
  58. (en) Deirdre Le Faye et al., Jane Austen : The World of Her Novels, New York, NY, Harry N. Abrams,‎ 2002, 320 p. (ISBN 0810932857 et 9780810932852, OCLC 54363543, LCCN 2002107464, lire en ligne), p. 186
  59. Ballester 2009, p. 95.
  60. Jones 2003, p. 431, t. III, chap. 3, Note 1.
  61. Sara Wingard, « The Five Seasons of Pride and Prejudice », sur JASNA,‎ 1989
  62. (en) Nicholas Marsh, Jane Austen : The Novels, Londres, Palgrave Macmillan, coll. « Analysing texts »,‎ 1998, 276 p. (ISBN 0312213719 et 9780312213718, OCLC 757239019, LCCN 97050415, lire en ligne), « The Theme of change », p. 165
  63. Cartmell 2010, p. 72.
  64. Massei-Chamayou 2012, p. 357.
  65. Duckworth 1971, p. 129.
  66. Sheryl Craig, « The Value of a Good Income », sur JASNA,‎ 2001 (§ 4)
  67. Austen 1853, p. 72.
  68. Kramp 2007, p. 174, chap. 4, Note 14.
  69. Jones 2003, p. 430 vol. III, chap. 1, Note 2.
  70. a et b Jane Austen (traduction, présentation, notes, chronologie et bibliographie par Laurent Bury), Orgueil et Préjugés [« Pride and Prejudice »], Flammarion, coll. « GF » (no 1 454),‎ 2010 (ISBN 2-08-122951-X et 978-2-08-122951-8, OCLC 708359391, notice BnF no FRBNF42303533), p. 20
  71. a et b Jones 2003, p. 381, appendice de Tony Tanner.
  72. Duckworth 1971, p. 127.
  73. Massei-Chamayou 2012, p. 153.
  74. Susan Morgan, « Adoring the Girl Next Door: Geography in Austen's Novels », sur JASNA,‎ 2000
  75. a et b Massei-Chamayou 2012, p. 356.
  76. Austen 1853, p. 216.
  77. a et b Monaghan, Hudelet et Wiltshire 2009, p. 108.
  78. Monaghan, Hudelet et Wiltshire 2009, p. 15, 106.
  79. (en) Katrin R. Burlin, « “Pictures of Perfection” at Pemberley : Art in Pride and Prejudice », dans Janet Todd, Jane Austen : New Perspectives, New York, NY, Holmes & Meier, coll. « Women & literature » (no 3),‎ 1983, 293 p. (ISBN 084190863X et 9780841908635, OCLC 9350433, LCCN 83000254) (cité dans « Pemberley », sur JASA,‎ 2000)
  80. « Pemberley, a symbol », sur Spark Notes
  81. S. M. Abdul Kaleque, « Jane Austen's Idea of a Home », sur JASNA,‎ 2005
  82. Jones 2003, p. 385, appendice de Tony Tanner.
  83. Jones 2003, p. xxx.
  84. (en) Mary Poovey, The proper lady and the woman writer : ideology as style in the works of Mary Wollstonecraft, Mary Shelley, and Jane Austen, Chicago, IL, University of Chicago Press, coll. « Women in culture and society »,‎ 1984, 287 p. (ISBN 0-226-67527-0 et 978-0-226-67527-5, OCLC 9324571, LCCN 83003664, lire en ligne), p. 202
  85. Tess O'Toole, « Reconfiguring the Family in Persuasion, note 2 », sur JASNA,‎ 1993
  86. (en) Deborah Knuth, « Sisterhood and Friendship », sur JASNA,‎ 1989
  87. Duckworth 1971, p. 335-336.
  88. Massei-Chamayou 2012, p. 358.
  89. a et b Austen 1853, p. 339.
  90. Massei-Chamayou 2012, p. 359.
  91. Laurie Kaplan, « The Two Gentlemen of Derbyshire: Nature vs Culture », sur JASNA,‎ 2005
  92. Kramp 2007, p. 73.
  93. a et b Kramp 2007, p. 12-13.
  94. Massei-Chamayou 2012, p. 150.
  95. Martin 2007, p. 124.
  96. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  97. Martin 2007, p. 111.
  98. Martin 2007, p. 159.
  99. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  100. « Lyme Park as Pemberley », sur Period Dramas.com
  101. a et b Martin 2007, p. 152-153.
  102. Austen 1853, p. 213.
  103. a et b Laurie Kaplan, « Inside Out/Outside In: Pride & Prejudice on Film 2005 », sur JASNA,‎ 2007
  104. Laurie Kaplan, « "Completely without Sense": Lost in Austen » [PDF], sur JASNA : « Persuasions, no 30 »
  105. « Historique de The Republic of Pemberley »
  106. « The Republic of Pemberley »
  107. (en) « Pemberley Digital, site officiel »

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie primaire
Bibliographie secondaire

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 27 juin 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
Thème de qualité
6 articles
           Article de qualité Orgueil et Préjugés
Elisabeth Bennet (détail).jpg
Article de qualité Elizabeth Bennet
Article de qualité Fitzwilliam Darcy
Article de qualité Famille Bennet
Bon article George Wickham
Article de qualité Pemberley