Décasyllabe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un décasyllabe est un vers de dix syllabes.

En poésie française, il fut d'abord utilisé dans la poésie épique, puis il devint un des principaux vers lyriques à partir du XIIIe siècle et ce jusqu'au XVIe où l'alexandrin prit peu à peu sa place.

Il est le plus souvent découpé asymétriquement en 4+6 :

Femme je suis // pauvrette et ancienne,
Qui rien ne sais ; // oncques lettre ne lus.
Au moutier vois // dont suis paroissienne
Paradis peint, // où sont harpes et luths,
Et un enfer // où damnés sont boullus
L’un me fait peur, // l’autre joie et liesse.
La joie avoir me fais,// haute Déesse,
À qui pécheurs doivent tous recourir,
Comblés de foi, // sans feinte ni paresse :
En cette foi // je veux vivre et mourir.
(Villon, Ballade pour prier Notre-Dame)

On voit dans cet exemple que ce découpage hésite avec la forme 6+4.

On trouve aussi des découpages 5+5 :

La faim fait rêver // les grands loups moroses ;
La rivière court, // le nuage fuit ;
Derrière la vitre // où la lampe luit,
Les petits enfants // ont des têtes roses.
(Hugo, Choses du soir)

Un tel rythme fait facilement populaire, enfantin, plaisant : voyez par exemple Le Mondain de Voltaire (1736). Mais il a pu être utilisé dans des pièces très lyriques :

Nous aurons des lits // pleins d’odeurs légères,
Des divans profonds // comme des tombeaux,
Et d’étranges fleurs // sur des étagères,
Écloses pour nous // sous des cieux plus beaux.
(Baudelaire, La Mort des Amants)


Un autre poème célèbre écrit en décasyllabe est Le Cimetière marin de Paul Valéry.