Le Journal de Bridget Jones (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Journal de Bridget Jones.

Le Journal de Bridget Jones (Bridget Jones’s Diary) est un film britanno-américain de 2001 réalisé par Sharon Maguire, d'après un roman d'Helen Fielding, publié en 1996.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Bridget (Renée Zellweger) est une trentenaire célibataire un peu enrobée, gaffeuse, qui fume comme un pompier, boit comme un trou et passe chaque année le nouvel an avec ses parents chez des amis. Elle travaille dans une maison d'édition (Pemberley Publishing) dirigée par Daniel Cleaver (Hugh Grant), dont elle pense être amoureuse.

Sa mère (Gemma Jones), une femme superficielle et égoïste, cherche à tout prix à marier Bridget et la critique sur son look, peu avenant selon elle. Le père de Bridget (Jim Broadbent) est affectueux mais dominé par son épouse. C'est le Jour de l'an qu'elle rencontre Mark Darcy (Colin Firth), un avocat brillant et un peu guindé. Après une conversation qui se passe très mal (Mark la traite de vieille fille alcoolique alors qu'il se croit hors de portée des oreilles de Bridget), cette dernière se rend compte qu'elle doit changer, sinon elle restera seule toute sa vie.

Elle achète donc son journal dans lequel elle écrit ses bonnes résolutions : perdre du poids, arrêter de fumer, arrêter de boire et trouver un homme qui lui corresponde. Elle parvient à ensuite séduire Daniel et entame avec lui une relation mais ignore les avertissements de Mark Darcy qui la met indirectement en garde contre Daniel : les deux hommes ont en effet un contentieux, et Daniel raconte à Bridget que Mark lui a chipé sa fiancée.

Bridget découvre un jour que Daniel la trompe et s'effondre. Alors qu'elle reprend pied, elle est invitée chez des amis, y rencontre à nouveau Mark (et sa petite amie, une avocate prétentieuse) et se retrouve la seule célibataire : elle est l'objet de réflexions moqueuses sur les trentenaires célibataires. Malgré tout, Mark avoue à Bridget qu'il l'aime bien, en dépit de ses défauts : Bridget est plus remuée qu'elle ne veut l'admettre.

Lorsqu'elle organise son repas d'anniversaire, Mark débarque à l'improviste et tous deux passent un bon moment en compagnie des amis de Bridget. Mais Daniel arrive à son tour et tente de reconquérir Bridget. Dépité, Mark provoque Daniel et ils se battent dans la rue au cours d'une scène mémorable. Bridget, déçue, repousse ses deux prétendants. Déprimée, elle refuse d'aller à une fête chez les parents de Mark mais une réflexion de sa mère l'informe que c'est Daniel qui a volé la femme de Mark et non le contraire. Voyant là l'occasion inespérée de tomber dans les bras de Mark, elle se précipite… pour entendre le père de Mark annoncer sa mutation professionnelle à New York et son mariage (Mark n'étant manifestement pas au courant). Bridget s'humilie publiquement en tentant de retenir maladroitement Mark et lui fait comprendre qu'elle aussi a des sentiments pour lui.

Rentrée chez elle, elle s'abandonne à l'alcool mais Mark débarque et lui annonce qu'il renonce à New-York : Bridget, folle de joie, se précipite dans sa chambre pour enfiler des sous-vêtements sexy. Pendant ce temps, Mark tombe sur le journal de Bridget et lit des passages peu flatteurs sur lui : il s'en va. Désespérée, elle lui court après, prenant juste le temps de passer un gilet sur ses sous-vêtements bien qu'il neige très fort, et le retrouve sortant d'une librairie où il vient de lui acheter un nouveau journal : ils tombent dans les bras l'un de l'autre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Une première suite est donnée au film en 2004 : Bridget Jones : L'Âge de raison (Bridget Jones: The Edge of Reason) de Beeban Kidron, toujours avec Renée Zellweger. Un troisième volet, toujours avec Renée Zellweger et Colin Firth est prévu.
  • Le film est assez librement adapté du roman éponyme car il emprunte aussi certaines situations au deuxième volume, L'Âge de Raison. Malgré tout, on parvient toujours à reconnaître l'œuvre littéraire qui a inspiré le roman à l'origine, à savoir Orgueil et Préjugés de Jane Austen, dont Bridget Jones est une adaptation moderne. C'est pourquoi le prince charmant s'appelle Mr. Darcy dans les deux œuvres. À noter que la scène du lac, durant laquelle Daniel Cleaver tombe à l'eau et en ressort chemise blanche mouillée, est un clin d'œil à la scène de la plongée dans le lac présente dans l'adaptation de Orgueil et Préjugés dans laquelle Colin Firth jouait.
  • Les noms de Colin Firth, le mémorable Darcy de Orgueil et Préjugés, la série britannique de 1995 et d'Hugh Grant, qui joue Edwars Ferrars dans le film d'Ang Lee, Raison et Sentiments, sorti la même année, sont tous deux évoqués dans le livre.

Liens externes[modifier | modifier le code]