Lady Susan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lady Susan
Auteur Jane Austen
Genre Roman épistolaire
Version originale
Titre original Lady Susan
Langue originale Anglais britannique
Pays d'origine Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale 1871
Version française
Traducteur Pierre Goubert
Lieu de parution Paris
Éditeur Éditions Gallimard
Collection Bibliothèque de la Pléiade no 469
Date de parution 2000
ISBN 2-07-011323-X

Lady Susan est un court roman épistolaire écrit par la femme de lettres anglaise Jane Austen vers 1794, mais qui n'a pas été publié avant 1871.

C'est l'un de ses premières œuvres importantes, une sorte de conte moral, probablement écrit en 1793 ou 1794[1], lorsqu'elle a 18 ou 19 ans, dans un style « châtié et précis »[2] qui annonce déjà ses grands romans. La forme épistolaire retenue par Jane Austen est un genre littéraire apprécié au XVIIIe siècle, également utilisée par l'auteur pour la première version de Sense and Sensibility, ébauché en 1795 et appelé alors Elinor and Marianne.

Elle l'écrit lorsqu'elle se trouve à Steventon, sa maison d'enfance dans le Hampshire.

Le manuscrit[modifier | modifier le code]

Il existe une copie « au propre » (fair copy), avec très peu de corrections, de ce texte (sans titre) datant probablement de 1805. On peut supposer que Lady Susan plut assez à Jane Austen pour qu'elle le recopie au net, mais pas assez pour songer à le publier, ayant peut-être alors reconnu les limites du roman épistolaire[3]. D'ailleurs le roman se termine un peu abruptement, par une conclusion[4], dans un style beaucoup plus léger que les lettres elles-mêmes.

La première publication date de 1871, dans la foulée de celle de A Memoir of Jane Austen, de son neveu James Edward Austen-Leigh.

L'histoire[modifier | modifier le code]

Le roman est centré sur le personnage de Lady Susan Vernon, veuve de Sir Vernon. Lady Susan est une femme égoïste, qui entretient plusieurs flirts appuyés, une mère tyrannique qui cherche un riche époux pour sa fille de seize ans, Frederica, avec qui elle a de mauvais rapports ; elle envisage également un mari pour elle-même, mais vit très bien en attendant sa vie de séductrice libre de tout engagement.

Le roman est composé de quarante et une lettres, correspondance essentiellement de Lady Susan avec son amie Mrs Alicia Johnson, et de Mrs Vernon (la femme de son beau-frère, née Catherine de Courcy) et sa mère Lady de Courcy qui déteste profondément Lady Susan. Plus quelques lettres d'autres personnages, comme Réginald de Courcy à Lady Susan.

Au début de l'histoire, Lady Susan se trouve à Langford, chez les Manwaring, et elle entretient une liaison avec Mr Manwaring.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Les Vernon[modifier | modifier le code]

Lady Susan 
Veuve de Sir Vernon et mère de Frederica, qu'elle voudrait voir épouser Sir James Martin, un homme riche et stupide. Elle est très intelligente, mais complètement immorale et pervertie. C'est une très jolie femme d'environ trente-cinq ans qui en paraît dix de moins, célèbre pour sa beauté et la séduction qui émane d'elle. Manipulatrice au plus haut point, elle « aime avoir le plaisir de triompher sur un esprit préparé à [la] détester, et prévenu contre toutes [ses]actions passées », comme elle le dit elle-même (« [I] enjoy the pleasure of triumphing over a mind prepared to dislike me, and prejudiced against all my past actions »). Elle préfigure ces autres brillants manipulateurs et trompeurs que sont, par exemple Willougby, George Wickham ou Frank Churchill[5].
Frederica Vernon 
La fille de Lady Susan a seize ans. Très timide, elle est terrorisée par sa mère qui veut lui faire épouser le riche et stupide Sir James Martin.
Mr Charles Vernon 
Il est le beau-frère de Lady Susan, il est marié à Catherine Vernon, et a plusieurs enfants très jeunes. Lady Susan a essayé d'empêcher ce mariage.
Mrs Vernon  
Née Catherine de Courcy (elle est donc appelée Lady Catherine), elle a épousé Charles Vernon six ans auparavant. Elle n'a jamais rencontré Lady Susan.

Les De Courcy[modifier | modifier le code]

Réginald de Courcy 
Le jeune frère de Lady Catherine, il connait l'exécrable réputation de Lady Susan, mais elle va réussir à le séduire.
Sir Réginald de Courcy 
Le père de Réginald et Catherine est un vieil homme malade qui aime passionnément son fils.
Lady de Courcy 
Elle entretient avec sa fille une correspondance très active.

Les Manwaring[modifier | modifier le code]

La famille chez qui Lady Susan réside au début du roman. Elle entretient une liaison avec Mr Manwaring.

Mr Manwaring 
Jeune homme marié, passionnément amoureux de Lady Susan.
Mrs Manwaring  
Elle a fait un mariage d'amour. Elle est jalouse de Lady Susan qui a séduit son mari. Mrs Manwaring était une riche héritière qui a épousé Mr Manwaring alors qu'il était sans un sou. Depuis cette mésalliance son tuteur Mr Johnson a rompu avec elle.
Miss Maria Manwaring,  
Sœur de Mr Manwaring, elle cherche désespérément un mari, et avait jeté son dévolu sur Sir James Martin. Elle est victime des manigances de Lady Susan pour marier Sir James à sa fille, Frederica qui le hait.

Les Johnson[modifier | modifier le code]

Mr Johnson 
Tuteur de Mrs Manwaring, avant son mariage. C'est un homme beaucoup plus âgé que sa femme. Il voit d'un assez mauvais œil les relations de cette dernière avec la sulfureuse Lady Susan.
Mrs Alicia Johnson 
C'est l'amie très intime de Lady Susan.
Sir James Martin 
Ce jeune homme riche et plutôt stupide courtisait Miss Maria Manwaring, mais Lady Susan l'a convaincu de faire la cour à sa fille, qu'elle veut voir mariée rapidement.

Éditions françaises[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. B.C. Southam 2006, p. 45
  2. P. Goubert, Notice, Œuvres romanesques complètes, tome I, p. 1079
  3. Josette Salesse-Lavergne, auteur de la traduction française pour Christian Bourgois 1984
  4. Jane Austen 2008 (première édition 1871), p. 90
  5. B.C. Southam 2006, p. 52

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]