David Horowitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir David Horowitz (homonymie).
David Horowitz

David Horowitz (né le 10 janvier 1939) est un écrivain américain, ancien militant et figure de la nouvelle gauche américaine pendant les années 1960. Il est aujourd'hui partisan des néo-conservateurs, des Républicains, et éditorialiste aux magazines conservateurs NewsMax (en), FrontPage (en) et au magazine progressiste Salon.com.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents étaient des enseignants de New York, communistes américains qui l'ont élevé dans le culte de Staline. David Horowitz est diplômé de l'université Columbia et est titulaire d'une maîtrise de littérature anglaise de l'université de Californie à Berkeley.

Après le rapport de Nikita Khrouchtchev sur les crimes de Joseph Staline, Horowitz participa à la formation du mouvement de la nouvelle gauche en rupture avec le Parti communiste des États-Unis d'Amérique. En Californie, Horowitz devint un supporter marxiste bien connu de toutes les manifestations gauchistes des années 1960 et 70. Il entreprit d'écrire une interprétation marxiste de l'histoire, fut l'éditeur du magazine radical « Ramparts » et un soutien actif des Black Panthers et de leur leader Huey Newton.

Au milieu des années 1970, Horowitz traversa une période de doute profond sur les idées, les motivations et les tactiques employées par la gauche américaine notamment après le meurtre, en 1974, d'une de ses très proches amies, Betty Van Patter, attribué aux Black Panthers.

Au fil des années, Horowitz s'éloigna de la gauche pour rejoindre le centre puis la droite, notamment après avoir fait le bilan des conséquences du retrait américain du Viêt Nam et la crise de la pandémie du SIDA au milieu des années 1980. Il est aujourd'hui considéré comme l'un des avocats de la pensée conservatrice et néo-conservatrice.

Son autobiographie intitulée Radical Son, and Left Illusions revient sur ses années de jeunesse et ses désillusions. Catalogué comme néo-conservateur, Horowitz est le premier à rejeter cette étiquette.

Il est aujourd'hui un farouche opposant de l'affirmative action qu'il considère comme raciste. Il est aussi un des auteurs de la « Academic Bill of Rights », manifeste en huit points dénonçant l'influence biaisée et gauchiste de l'enseignement dans les universités et l'exclusion et l'ostracisme contre les enseignants conservateurs ou républicains.

Néanmoins, partisan des droits des gays sans être favorable au mariage gay, il critique le Parti républicain pour ne pas se préoccuper des droits de la communauté homosexuelle alors qu'il note qu'en 2000, George W. Bush avait reçu plus de votes d'électeurs de cette communauté que de celles de noirs ou de juifs qu'il tente toujours de se concilier.

Il est reconnu comme l'une des figures majeures de l'islamophobie aux États-Unis[1].

Œuvres et articles[modifier | modifier le code]

Coécrits avec Peter Collier[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Front Page Magazine

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Pam Geller est, avec David Horowitz et Robert Spencer, du site Jihad Watch, une des figures de proue aux Etats-Unis de la mouvance anti-musulmans (et/ou anti-arabes, selon les cas). » In Sylvain Cypel, « Comment des pubs racistes ont pu tapisser le métro de New York », Le Monde, 2012-09-25