Paroxétine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paroxétine
Paroxétine
Paroxétine
Identification
Nom IUPAC (3S,4R)-3-[(1,3-benzodioxol-5-yloxy)méthyl]-4-(4-fluorophényl)pipéridine
Synonymes

(3S-trans)-3-((1,3-benzodioxol-5-yloxy)méthyl)-4-(4-fluorophényl)-pipéridine

No CAS 61869-08-7
Code ATC N06AB05
PubChem 43815
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C19H20FNO3  [Isomères]
Masse molaire[1] 329,3654 ± 0,0177 g/mol
C 69,29 %, H 6,12 %, F 5,77 %, N 4,25 %, O 14,57 %,
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité Complète (orale) mais effet
premier passage hépatique
important
Métabolisme Hépatique (CYP2D6)
Demi-vie d’élim. 24 h (3 - 65 h)
Excrétion

Urinaire (66 %)
Biliaire (34 %)

Considérations thérapeutiques
Classe thérapeutique Antidépresseur ISRS
Voie d’administration Orale
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La paroxétine, commercialisée dans certains pays sous les noms de Paxil, Deroxat ou Seroxat, est un antidépresseur inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine mis sur le marché en 1992 par la compagnie GlaxoSmithKline. Il en existe aujourd'hui plusieurs génériques. Elle est généralement commercialisée sous forme de chlorhydrate hémihydrate de paroxétine (en bref : chlorhydrate de paroxétine), parfois sous forme de chlorhydrate anhydre de paroxétine ou de mésilate de paroxétine. Le 2 juillet 2012, GlaxoSmithKline (GSK) a payé 3 milliards de dollars pour conclure le plus gros accord pour fraude de l'histoire de l'industrie pharmaceutique. Cela concernait le Paxil, le Wellbutrin (bupropione) et l'Avandia (rosiglitazone)[2].

La paroxetine est devenue l'un des antidépresseurs les plus prescrits en raison de son efficacité apparente dans le traitement de la dépression et d'un spectre de troubles de l'anxiété incluant les attaques de panique et les phobies. Même si certains prétendent que « sa prescription est actuellement controversée en raison des procédures en justice à l'encontre du fabricant », en fait sa prescription est très acceptée et consensuelle en France, dans ses indications prévues par son AMM (Autorisation de Mise sur le Marché). Elle est validée, comme d'autres antidépresseurs, par les autorités de santé, la HAS (Haute Autorité de santé)[3], l'Affssaps (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de santé)[4] et la très grande majorité des médecins qui s'occupent des patients dépressifs. Ceci n'exclut pas une sur-prescription et donc un mauvais usage, pas plus que les effets secondaires qui doivent être maîtrisés. Et, en première analyse, tout ceci est exact pour la plupart des antidépresseurs - et donc pas seulement la paroxétine - mis sur le marché en France (fluoxétine, paroxétine, sertraline, escitalopram, fluvoxamine... liste non limitative donnée à titre d'exemple).

Chimie[modifier | modifier le code]

La paroxétine est un dérivé de la phénylpipéridine du groupe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine. Sa formule empirique est C19H20FNO3, avec une masse moléculaire de 374,8 pour son chlorhydrate (329,3703 en tant que base libre).

Elle est identifiée par la base de données PubChem sous le code 9619[5] et par la base de données DrugBank sous le code APRD00364[6].

Interactions[modifier | modifier le code]

Les laboratoires GlaxoSmithKline mentionnent que des interactions médicamenteuses peuvent créer ou augmenter des risques spécifiques, notamment le développement d'un syndrome sérotoninergique potentiellement mortel ou d'un syndrome malin des neuroleptiques. On notera que des réactions semblables ont été rapportées avec d'autres Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine et des Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline. C'est le cas particulièrement avec l'utilisation concomitante de la paroxétine et de médicaments sérotoninergiques (dont les triptans) ou qui affectent le fonctionnement ou le métabolisme de la sérotonine (comme les inhibiteurs de monoamine oxydase ou IMAO), ou encore avec des neuroleptiques ou d'autres antagonistes de la dopamine. La paroxétine ne doit donc pas être utilisée en association avec un médicament comme le linézolide (un antibiotique qui est IMAO non-sélectif réversible d'activité modérée) : un délai de 14 jours sans traitement avec un IMAO doit être respecté avec l'utilisation de pimozide, thioridazine, tryptophane, or warfarin[7]. La paroxetine est un inhibiteur de cytochrome P450 cyp 2D6 il y a donc un risque de surdosage si il est pris en association avec des médicaments dont l’élimination est assurée par le cyp2D6 ou parfois annulation de l'effet si le principe actif est un métabolite (ex: Tramadol)

Pharmacologie[modifier | modifier le code]

C'est un antidépresseur de la sous-classe des Inhibiteurs sélectif de la recapture de la sérotonine.

Elle atteint sa concentration maximale en 4,9 heures (si la prise se fait au cours d'un repas), en 6,4 heures (si la prise se fait à jeun).

Surdoses et intoxications[modifier | modifier le code]

Un surdosage aigu se manifeste souvent par des vomissements, une léthargie, une ataxie, de la tachycardie et des convulsions. Une analyse du plasma et/ou du sang permet de mesurer la concentration de paroxétine pour contrôler l'administration thérapeutique, confirmer un diagnostic d'empoisonnement volontaire ou involontaire chez des patients hospitalisés ou aider dans une enquête médico-légale. On retrouve la paroxétine dans le plasma à des concentrations généralement aux alentours de 40400 μg·l-1 chez des personnes recevant des doses thérapeutiques quotidiennes, et des concentrations entre 200 à 2 000 μg·l-1 chez des personnes empoisonnées. Des concentrations aux alentours de 1 à 4 mg·l-1 peuvent être retrouvées dans du sang post-mortem, pour des situations de surdosage mortel aigu[8],[9].

Voies d'administration et formes galéniques[modifier | modifier le code]

L'utilisation de la forme à libération prolongée (nom commercial : Paroxetine CR) est réputée pour être associée à un taux de nausée moins important pendant la première semaine de traitement que la forme libération immédiate. Le taux d'arrêt de traitement en raison de la nausée n'était cependant pas significativement différent[10].

Usage médical[modifier | modifier le code]

Indications[modifier | modifier le code]

Elle est prescrite en cas de dépression caractérisée d'intensité sévère, (au mieux en association avec une prise en charge psychothérapeutique) et dans certains états anxieux.

Paroxétine de marque Paxil, 10 mg

Prescrite dans le trouble obsessionnel compulsif et le trouble de stress post-traumatique, elle est souvent décrite abusivement comme un médicament contre la timidité.

Dans la plupart des pays, elle est prescrite uniquement sur ordonnance. On la trouve sous forme de comprimé ou de soluté buvable. La dose prescrite varie en moyenne de 10 à 40 mg par jour selon les situations et les réactions de chaque personne (réaction idiosyncrasique).

Précautions d'emploi[modifier | modifier le code]

La paroxétine est prescrite avec précautions, après avoir soupesé les avantages et les inconvénients chez les patients de moins de 18 ans et, évidemment, chez les patients prenant des médicaments qui interfèrent avec elle. De même chez les femmes qui sont ou peuvent devenir enceintes. La Paroxetine doit également être utilisée avec prudence chez les hommes en raison des risques supposés sur la fertilité et des troubles de la reproduction. La Paroxetine est un médicament très sûr. Elle pourrait avoir eu, dans un nombre de cas très faible, un effet tératogène : l'utilisation en cours de grossesse doit donc être pesée soigneusement et réservée aux cas où la molécule est strictement indiquée.

Contre-indications[modifier | modifier le code]

  1. Grossesse, mais aucun effet tératogène n'a été signalé.
  2. Allaitement : l'utilisation de la paroxétine est possible en cas d'allaitement[11].
  3. Hypersensibilité à la paroxétine
  4. Traitement par IMAO, c'est-à-dire une classe d'autres médicaments anti-dépresseurs (et un antibiotique), qu'il ne faut pas associer.

Aux États-Unis, la Food and Drug Administration (Autorité de régulation et de réglementation des aliments et des médicaments) exige que ce médicament porte un avertissement spécial de couleur noire (en), ce qui est l'équivalent du pictogramme que portent en France les médicaments qui ont des effets secondaires importants[12]. Comme tous les médicaments de cette classe, il est conseillé de ne pas conduire de véhicules et de ne pas utiliser de machines au cours des deux premières semaines de traitement.

L'alcool a une action potentialisatrice (c'est-à-dire que ses effets sont augmentés), dont il faut se méfier.

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Les effets secondaires de la paroxétine se manifestent généralement entre la première et la quatrième semaine qui suivent la première prise ; il s'agit de la période pendant laquelle le corps s'adapte au médicament.

La paroxétine peut entraîner quelques-uns, tous ou aucun des effets indésirables décrits ci-après, et la plupart d'entre eux disparaissent ou s'atténuent en continuant le traitement ; cependant certains d'entre-eux peuvent ne pas disparaître pendant la période de traitement[réf. nécessaire].

Par ailleurs, le médicament pourrait engendrer des idées suicidaires chez les adolescents. L'utilisation chez eux doit donc être pesée soigneusement et réservée aux cas où la molécule est strictement indiquée. Un suivi personnalisé doit être mis en place. Aux États-Unis, la Food and Drug Administration a ordonné la saisie de plusieurs millions de comprimés de Paxil en 2005[réf. nécessaire]. Ces effets secondaires sont souvent discutés mais ils inquiètent la communauté scientifique.

Effets secondaires détaillés[13] :

  • Hyponatrémie : rare, préoccupant, particulièrement chez les personnes âgées
  • Insomnies : fréquentes
  • Apathie : rare
  • Mydriase
  • Nausées : fréquentes en début de traitement et ont souvent tendance à rapidement disparaitre (26% pour la paroxétine contre 9% pour le placebo)
  • Tératogénicité : Ce médicament est déconseillé aux femmes enceintes en raison de possibles anomalies cardiaques
  • Somnolence: très fréquent (23% pour la paroxétine contre 9% pour le placebo)
  • Maux de tête : rare
  • Modifications du poids (prise de poids) et de l'appétit : très fréquentes, gênantes
  • Troubles sexuels (anorgasmie, troubles de l'érection, troubles du désir, perte de sensations...)  : très fréquents (quasi systématiques) [14] Ils peuvent persister indéfiniment même après le retrait du médicament[15].
  • Augmentation des sentiments de dépression et d'anxiété (initialement) : à surveiller, mais disparaît en général après quelques semaines
  • Sècheresse de la bouche : fréquente
  • Comportement agressif (surtout chez les enfants) : rare
  • Érythème
  • Instabilité psychomotrice / tremblements de posture / akathisie : très rare, gênante[16],[17]
  • Troubles de la fertilité chez l'homme (fragmentation de l'ADN du sperme)[18]
  • Démangeaisons : rare
  • Sueurs : fréquent
  • Idées suicidaires (syndrome d'activation) : à surveiller en début de traitement[19],[20]
  • Faiblesse musculaire : rare
  • Douleurs musculaires : indéterminé
  • Syndrome sérotoninergique : très rare, grave[21],[22]
  • Apparition d'un virage maniaque (trouble bipolaire) ou hypomaniaque : jusqu'à 8% des patients traités[23],[24],[25] avec un risque plus important chez les patients ayant de antécédents familiaux de ce type
  • Asthénie : très fréquent (15% pour la paroxétine contre 6% pour le placebo)
  • Abus d'alcool[13]
  • akathisie[26],[27],[28],[29]
  • Altération de la mémoire à long terme (pas à court terme) : indéterminé[30]
  • Phénomène de rebond de la dépression lors du sevrage trop rapide: très fréquent [31] avec parfois apparation de trouble panique persistant[32]
  • Dyskinésie tardive : très rare mais plus le traitement se prolonge, plus le risque augmente[33],[34],[35]
  • D'autres effets secondaires tels paresthésie, diminution des capacités cognitives, augmentation de la pression sanguine... peuvent aussi se manifester[36].

Les notices d'information aux patients sur la paroxétine semblent varier d'un pays à l'autre. Il est recommandé de se faire suivre tout au long du traitement et de consulter particulièrement si l'on souffre d'un des symptômes suivant :

  • Spasmes musculaires de la mâchoire, du cou, du dos
  • Fièvre, frissons, maux de gorge, symptômes grippaux
  • Jaunisse : jaunissement de la peau ou des yeux
  • Selles noires, goudronneuses (ce qui peut être signe de saignement digestif haut)[réf. nécessaire]

Il existe chez un nombre de patients important (15 à 20 % selon certaines études, et jusqu'à 85 % dans d'autres) des effets indésirables au niveau sexuel : troubles de l'érection, troubles de la libido, trouble de l'éjaculation (éjaculation rétrograde) anorgasmie, problèmes de lubrification vaginale. Bien qu'habituellement réversibles, ces effets secondaires durent parfois des mois, des années voire définitivement, même après que la molécule a été définitivement éliminée ; ce phénomène est connu en tant que dysfonction sexuelle post-ISRS (Post SSRI Sexual Dysfunction)[37]. Aucun traitement actuel ne parvient à guérir ce trouble survenant à l'arrêt de la paroxétine.

Augmentation des suicides[modifier | modifier le code]

cf. Précautions d'emploi (ci-dessus) et Controverse (ci-dessous).

Syndrome de sevrage[modifier | modifier le code]

Des réactions de sevrage sont également rapportées avec les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), notamment avec la paroxétine. Les symptômes les plus fréquents sont: vertiges, nausées, léthargie et céphalées. Anxiété, paresthésies, lipothymies, troubles de l' équilibre, tremblements, sudation, insomnie, agressivité, courbatures,confusion, cauchemars, troubles de la concentration sont également rapportés. De tous les inhibiteurs sélectifs de recapture de la sérotonine (ISRS), la paroxétine est celui entraînant le plus d'effets de sevrage[38].

Paroxétine et grossesse[modifier | modifier le code]

cf. Précautions d'emploi.

Spécialités[modifier | modifier le code]

  • En Belgique : Aropax, Merck-paroxétine, Paroxétine (Bexal, EG, Ratiopharm, Sandoz, Teva, Topgen), Seroxat ;
  • En France : Deroxat (comprimés et suspension buvable), Divarius, Paroxétine (Arrow, Biogaran, Mylan, CristerS, EG, G GAM, Irex, Ivax, Merck, Qualimed, Ratiopharm, RPG, Sandoz, TEVA Laboratoires) ;
  • En Suisse : Deroxat, Dexantol, Parexat, Paronex, Paroxétine (HelvePharm, Mepha, Sandoz), Paroxetop.

Controverse[modifier | modifier le code]

[traduction partielle depuis la page anglaise, version du 26 novembre 2007]

Le 6 octobre 2006, une cour de justice des États-Unis a approuvé la qualification en class action des poursuites de toute personne des États-Unis ayant acheté du Paxil ou du Paxil CR prescrit pour la consommation d'un mineur. GlaxoSmithKline est poursuivi pour avoir recommandé Paxil ou Paxil CR à la prescription pour les enfants et adolescents tout en occultant des informations liées à la sécurité d'emploi et l'efficacité du médicament sur les mineurs, ce que GSK réfute.

La décision de justice actuelle permet à toute personne des États-Unis, ayant acheté du Paxil ou Paxil CR pour des enfants ou adolescents, d'être remboursé de 100 % de ses dépenses sur justificatif, ou jusqu'à 100 $ si aucun justificatif n'a été conservé[39],[40].

Au Royaume Uni, depuis 2001, des poursuites similaires sont en cours contre Glaxo-Smithkline concernant le Seroxat, sur la base qu'il aurait des effets indésirables graves, ce que Glaxo-Smithkline minore dans l'information faite aux patients[41].

En mars 2004, la FDA a imposé qu'un bandeau d'alerte soit apposé sur tous les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et les autres antidépresseurs, avertissant du risque de pensées suicidaires chez les enfants et adolescents[42],[43]. La prescription de ces médicaments aux enfants a par la suite baissé de 20 %[44].

Depuis que la substance active a été approuvée par la FDA en 1992, environ 5 000 citoyens des États-Unis ont poursuivi GSK. La plupart d'entre eux se sentant insuffisamment prévenus des effets secondaires - entre autres les symptômes d'accoutumance, GSK ayant spécifié que ce médicament « ne rendait pas dépendant »[45].

Le 29 janvier 2007 une émission de la BBC ayant pour sujet le Seroxat exploita les données des essais cliniques de GSK : ces données montrent qu'on ne peut prouver qu'il fonctionne sur les adolescents, mais que cela leur donne 6 fois plus de risques de devenir suicidaires.

Des tests en milieu pédiatrique ont montré que statistiquement, la paroxétine n'était pas plus efficace pour traiter la dépression qu'un placebo[46],[47],[48].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) « GlaxoSmithKline to pay $3bn in US drug fraud scandal », BBC News,‎ 2 juillet 2012
  3. Recommandation de la HAS - 2002 - http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/rpc_depression_2002_-_mel_2006_-_recommandations._2006_12_27__16_20_34_967.pdf
  4. Communiqué Affsaps « « Efficacité des antidépresseurs » » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-07-24
  5. (en) PubChem 9619
  6. (en) DrugBank APRD00364
  7. (en) http://us.gsk.com/products/assets/us_paxil.pdf
  8. (en) Goeringer KE, Raymon L, Christian GD, Logan BK, « Postmortem forensic toxicology of selective serotonin reuptake inhibitors: a review of pharmacology and report of 168 cases », J. For. Sci., vol. 45,‎ 2000, p. 633-648
  9. (en) R. Baselt « Disposition of Toxic Drugs and Chemicals in Man » 8th edition, Biomedical Publications, Foster City, CA, 2008, pp. 1190-1193.
  10. (en) Golden RN, Nemeroff CB, McSorley P, Pitts CD, Dube EM., « Efficacy and tolerability of controlled-release and immediate-release paroxetine in the treatment of depression », Journal of Clinical Psychiatry, vol. 63, no 7,‎ 2002, p. 577–584 (PMID 12143913)
  11. Paroxétine et allaitement, cf. le CRAT http://www.lecrat.org/articleSearch.php3?id_groupe=12
  12. (en) Antidepressant Medications for Children and Adolescents: Information for Parents and Caregivers, National Institute of Mental Health
  13. a et b (en) « Paxil Tablets and Oral suspension: Paxil notice from GSK in the UK » (consulté le 18 avril 2013)
  14. Bolton JM, Sareen J, Reiss JP, « Genital anaesthesia persisting six years after sertraline discontinuation », J Sex Marital Ther, vol. 32, no 4,‎ 2006, p. 327–30 (PMID 16709553, DOI 10.1080/00926230600666410)
  15. Csoka AB, Bahrick AS, Mehtonen O-P, « Persistent Sexual Dysfunction after Discontinuation of Selective Serotonin Reuptake Inhibitors (SSRIs) », J Sex Med., vol. 5, no 1,‎ 2008, p. 227–33 (PMID 18173768, DOI 10.1111/j.1743-6109.2007.00630.x)
  16. Olivera AA, « A case of paroxetine-induced akathisia », Biol. Psychiatry, vol. 39, no 10,‎ 1996, p. 910 (PMID 8860197, DOI 10.1016/0006-3223(96)84504-5)
  17. Baldassano CF, Truman CJ, Nierenberg A, Ghaemi SN, Sachs GS, « Akathisia: a review and case report following paroxetine treatment », Compr Psychiatry, vol. 37, no 2,‎ 1996, p. 122–4 (PMID 8654061, DOI 10.1016/S0010-440X(96)90572-6)
  18. Kerri Wachter, « Paroxetine linked to sperm DNA fragmentation », Internal Medicine News,‎ 2009 (lire en ligne)
  19. (en) Peter R. Breggin, « Recent Regulatory Changes In Antidepressant Labels: Implications of Activation (Stimulation) for Clinical Practice », Primary Psychiatry, vol. 13, no 1,‎ 2006, p. 57-60 (lire en ligne)
  20. (en) A.D. Nelson, Adolescents and Antidepressants: Analyzing a Social Scientific Controversy,‎ 2007 (lire en ligne) — Thèse de sociologie
  21. (ja) Ochiai Y, Katsu H, Okino S, Wakutsu N, Nakayama K, « [Case of prolonged recovery from serotonin syndrome caused by paroxetine] », Seishin Shinkeigaku Zasshi, vol. 105, no 12,‎ 2003, p. 1532–8 (PMID 15027311)
  22. Terao T, Hikichi T, « Serotonin syndrome in a case of depression with various somatic symptoms: the difficulty in differential diagnosis », Prog. Neuropsychopharmacol. Biol. Psychiatry, vol. 31, no 1,‎ 2007, p. 295–6 (PMID 16916568, DOI 10.1016/j.pnpbp.2006.07.007)
  23. Vesely C, Fischer P, Goessler R, Kasper S, « Mania associated with serotonin selective reuptake inhibitors », J Clin Psychiatry, vol. 58, no 2,‎ février 1997, p. 88 (PMID 9062382, DOI 10.4088/JCP.v58n0206e)
  24. Ramasubbu R, « Antidepressant treatment-associated behavioural expression of hypomania: a case series », Prog. Neuropsychopharmacol. Biol. Psychiatry, vol. 28, no 7,‎ 2004, p. 1201–7 (PMID 15610935, DOI 10.1016/j.pnpbp.2004.06.015)
  25. Grubbs JH, « SSRI-induced mania », J Am Acad Child Adolesc Psychiatry, vol. 36, no 4,‎ 1997, p. 445 (PMID 9100415, DOI 10.1097/00004583-199704000-00003)
  26. (en) Stahl SM, Lonnen AJ. « The Mechanism of Drug-induced Akathsia » CNS Spectr. 2011. pii: Stahl. PMID 21406165
  27. (en) Lane RM. « SSRI-induced extrapyramidal side-effects and akathisia: implications for treatment. » J Psychopharmacol. 1998;12(2):192-214 PMID 9694033
  28. (en) Koliscak LP, Makela EH. « Selective serotonin reuptake inhibitor-induced akathisia. » J Am Pharm Assoc. (2003). 2009 Mar-Apr;49(2):e28-36; quiz e37-8 PMID 19289334
  29. (en) Leo RJ. « Movement disorders associated with the serotonin selective reuptake inhibitors. » J Clin Psychiatry. 1996 Oct;57(10):449-54 PMID 8909330
  30. Schmitt JA, Kruizinga MJ, Riedel WJ, « Non-serotonergic pharmacological profiles and associated cognitive effects of serotonin reuptake inhibitors », J. Psychopharmacol. (Oxford), vol. 15, no 3,‎ septembre 2001, p. 173–9 (PMID 11565624, DOI 10.1177/026988110101500304)
  31. « PAXIL (paroxetine hydrochloride) Tablets and Oral Suspension: PRESCRIBING INFORMATION » [PDF], Research Triangle Park, NC, GlaxoSmithKline,‎ août 2007 (consulté le 14 août 2007)
  32. Bhanji NH, Chouinard G, Kolivakis T, Margolese HC, « Persistent tardive rebound panic disorder, rebound anxiety and insomnia following paroxetine withdrawal: a review of rebound-withdrawal phenomena », Can J Clin Pharmacol, vol. 13, no 1,‎ 2006, e69–74 (PMID 16456219, lire en ligne [PDF])
  33. « Clinical manifestations of dystonia and dyskinesia after SSRI administration », Internal Medicine News,‎ 1997 (lire en ligne)
  34. « Selective serotonin-reuptake inhibitor-induced movement disorders », Internal Medicine News,‎ 1998 (lire en ligne)
  35. (en) « Medications that cause Tardive Dyskinesia », sur brainandspinalcord.org
  36. Masand PS, Gupta S, « Selective serotonin-reuptake inhibitors: an update », Harv Rev Psychiatry, vol. 7, no 2,‎ 1999, p. 69–84 (PMID 10471245, DOI 10.1093/hrp/7.2.69)
  37. (en) R. Gregorian, K. Golden, A. Bahce et al., « Antidepressant-induced sexual dysfunction », The Annals of Pharmacotherapy, vol. 36 (2002), p. 1577-1589.
  38. « Bulletin Canadien des Effets Indésirables: Bulletin 13, numéro 2, avril 2003 » (consulté le 9 mars 2012)
  39. (en) « Hoorman, et al. v. SmithKline Beecham Corp.: Paxil Pediatric Settlement » (consulté le 15 août 2007)
  40. (en) « The Litigation Group: Paxil Pediatric Settlement », Public Citizen (consulté le 15 août 2007)
  41. (en) « The Chemistry of Happiness », The Guardian (consulté le 9 septembre 2007)
  42. (en) http://www.webmd.com/depression/news/20041015/fda-orders-strict-antidepressant-warnings
  43. (en) http://www.nimh.nih.gov/healthinformation/antidepressant_child.cfm
  44. (en) http://abclocal.go.com/wpvi/story?section=nation_world&id=5006104
  45. (en) http://www.usatoday.com/news/health/2002-08-20-paxil-ads_x.htm
  46. http://www.fda.gov/ohrms/dockets/ac/04/briefing/2004-4065b1-10-TAB08-Hammads-Review.pdf
  47. http://dx.doi.org/10.1001%2Farchpsyc.63.3.332
  48. http://www.mhra.gov.uk/home/groups/pl-p/documents/drugsafetymessage/con019472.pdf

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]