Duloxétine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
duloxétine
Duloxétine
Identification
Nom IUPAC (+)-(S)-N-Methyl-3-(naphthalen-1-yloxy)-3-(thiophen-2-yl)propan-1-amine
No CAS 116817-13-1 (racémique)
116539-59-4 S(+)
116539-60-7 R(–)
Code ATC N06AX21
PubChem 60835
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C18H19NOS  [Isomères]
Masse molaire[1] 297,415 ± 0,021 g/mol
C 72,69 %, H 6,44 %, N 4,71 %, O 5,38 %, S 10,78 %,
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité ~ 50 % (32 % à 80 %)
Métabolisme Hépatique (CYP2D6) et (CYP1A2)
Demi-vie d’élim. 12 heures
Excrétion

70 % urines, 20 % selles

Considérations thérapeutiques
Classe thérapeutique Antidépresseur IRSNA
Voie d’administration Orale
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.
Cymbalta 60 mg

La duloxétine, commercialisée dans divers pays sous les noms de Cymbalta®, Yentreve®, Xeristar® ou AriClaim® est un antidépresseur inhibiteur de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline. Il est utilisé pour le traitement de l'épisode dépressif majeur, du trouble de l'anxiété généralisée, de la douleur liée à la neuropathie diabétique.

Dans certains pays, mais pas la France, il est autorisé dans le traitement de la fibromyalgie et de l'incontinence urinaire d'effort.

La duloxétine a été découverte et brevetée par le laboratoire Eli Lilly.

Histoire[modifier | modifier le code]

La duloxétine a été créée par les chercheurs David Robertson, David Wong (également codécouvreur de la fluoxétine et Joseph Krushinski, du laboratoire Eli Lilly. La demande de brevet a été déposée en 1986 et le brevet accordé en 1990[2]. La première publication sur la découverte de l'un des deux énantiomères de la duloxétine connu sous le nom de LY227942, a été faite en 1988[3]., mais c'est le second énantiomère (+) LY248686 qui sera choisi pour la suite des études car il inhibait deux fois plus la recapture de sérotonine que l'énantiomère (–).

Après de nombreux tests, en 2001, Eli Lilly présente la duloxétine à la FDA pour le traitement de la dépression, celle-ci ne l'acceptera qu'en 2004 après qu'Eli Lilly eut résolu des problèmes d'hépatotoxicité et d'augmentation de la pression artérielle.

La FDA approuve donc la duloxétine dans le traitement de l'épisode dépressif majeur et de la neuropathie diabétique (en)[4].

En 2007, c'est au tour de Santé Canada d'approuver la duloxétine dans le traitement de l'épisode dépressif majeur et de la neuropathie diabétique[5].

Dans l'Union européenne, la commission a accordé la mise sur le marché de la duloxétine pour l'incontinence urinaire d'effort et de l'épisode dépressif majeur respectivement en août et décembre 2004 et en février 2005 pour le traitement des douleurs périphériques liées à la neuropathie diabétique[6], ce contrairement aux États-Unis où la FDA refusa cette indication et Lilly abandonna cette demande sur le marché américain un an plus tard[7].

Le 16 juin 2008, la FDA accorde une autorisation à la duloxétine pour le traitement de la fibromyalgie[8]. La commission d'AMM européenne donne en octobre 2008 un avis défavorable à cette indication parce que l'efficacité de ce psychotrope n'était pas solidement démontrée[9]. Quatre essais, indépendants du Laboratoire Lilly, n'auraient pas permis d'améliorer l'état des patients souffrant de fibromyalgie[10].

Pharmacologie[modifier | modifier le code]

La duloxétine inhibe les transporteurs de sérotonine et de noradrénaline augmentant celles-ci dans la fente synaptique.

Indications[modifier | modifier le code]

La duloxétine est homologuée et indiquée dans le traitement :

Depuis le 11 janvier 2007, Eli Lilly est en cours de test pour l'approbation de la duloxétine dans le syndrome de fatigue chronique[11].

Efficacité[modifier | modifier le code]

Les études évaluant l'efficacité de la duloxétine dans l'anxiété généralisée démontrent une amélioration du critère d'analyse (échelle d'anxiété d'Hamilton) mais cette amélioration est d'une pertinence clinique douteuse[12].

La duloxétine est utilisée depuis mai 2012 dans le traitement de la laxophobie[réf. nécessaire]

Lors de la fibromyalgie, la molécule diminue les douleurs et le syndrome dépressif[13].

Dans la neuropathie périphérique diabétique[14] ou post-chimiothérapique[15], elle réduit les douleurs de manière significative. Elle a été également testée dans les douleurs de type arthrosique avec une certain succès[16].

D'après la Commission de la Transparence française, la duloxétine n'apporte pas d'amélioration de service médical rendu (ASMR = 5) dans la dépression et dans le trouble anxieux généralisé par rapport aux autres traitements plus anciens[17]. D'après la revue Prescrire, la balance bénéfice-risque de la duloxétine est défavorable dans ces deux indications[18].

Contre-indications[modifier | modifier le code]

La duloxétine ne doit pas être utilisée en cas :

  • d'allergie à la duloxétine ;
  • glaucome à angle fermé.

Dans le cas ou il existe des dysfonctions sexuelles (désir sexuel hypoactif, anorgasmie, trouble de l'excitation...) antérieures à l'apparition d'un état dépressif, une autre molécule devra être préférée[19].

Interactions[modifier | modifier le code]

La duloxétine est un inhibiteur du cytochrome P4502D6, influençant les concentrations de l'ensemble des médicaments concernés par ce cytochrome[20]. Il augmente également l'efficacité des antivitamines K avec un risque de surdosage[21].

La duloxétine ne doit pas être utilisée avec des substances à actions sérotoninergiques (augmentant la sérotonine dans le cerveau) comme les antidépresseurs (tricycliques, ISRS, IRSNA, IMAO), le millepertuis, les suppléments en 5-HTP, la Rhodiola rosea, la Griffonia (toutes ces associations pouvant conduire à un syndrome sérotoninergique).

Elle ne doit pas non plus être utilisée avec la thioridazine.

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Dans deux études cliniques, où les patients prenaient 60 mg de duloxétine par jour, portant sur le trouble dépressif majeur, les manifestations indésirables les plus souvent observées étaient par rapport au placebo : nausée (20 % contre 7 %), sécheresse de la bouche (15 % contre 6 %), constipation (11 % contre 4 %), diminution de l’appétit (8 % contre 2 %), fatigue (8 % contre 4 %), somnolence (7 % contre 3 %) et augmentation de la sudation (6 % contre 2 %).

Le taux d’abandon global dû aux manifestations indésirables pour la duloxétine comparativement au placebo était de 10 % contre 4 %. La nausée était la seule manifestation indésirable courante mentionnée comme raison d’abandon du traitement et considérée comme étant causée par le médicament (1,4 % contre 0,1 %)[22].

Sevrage[modifier | modifier le code]

L'arrêt d'un IRSNA nécessite une diminution progressive de la dose prescrite pour éviter un syndrome de sevrage qui a lieu lorsque l'arrêt est net, les symptômes de ce sevrage seraient alors de l'irritabilité, des étourdissements ou de la paresthésie.

Marché[modifier | modifier le code]

Il s'agit du troisième médicament le plus vendu aux États-unis, en termes de valeur, en 2013, avec un chiffre d'affaires dépassant les 4 milliards de dollars[24].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Dépôt de brevet
  3. LY227942, un inhibiteur de la sérotonine et de la noradrénaline, potentiel futur antidépresseur
  4. La FDA approuve la duloxétine dans le traitement des douleurs neuropathiques liées au diabète
  5. Santé Canada approuve la duloxétine en tant qu'antidépresseur et analgésique
  6. La commission européenne autorise la mise sur le marché de la duloxétine pour le traitement de la dépression majeure, de l'incontinence urinaire et des douleurs neuropathiques périphériques du diabétique
  7. Lilly abandonne le marché US pour l'indication d'incontinence urinaire d'effort pour sa duloxétine
  8. La FDA approuve l'utilisation de la duloxétine dans le traitement de la fibromyalgie
  9. Rédaction Prescrire « Duloxétine :refus d'AMM dans la fibromyalgie, tant mieux ! » Rev Prescrire 2009;29 (303):15
  10. Rédaction prescrire « Duloxétine : à éviter aussi dans la fibromyalgie » Rev Prescrire 2008;28(300):730
  11. Eli Lilly étudie la duloxétine dans le traitement du syndrome de fatigue chronique
  12. Prescrire rédaction « duloxétine : Dans l'anxiété généralisée non plus » Rev Prescrire 2009;29(303):9
  13. Marangell LB, Clauw DJ, Choy E, et al. Comparative pain and mood effects in patients with comorbid fibromyalgia and major depressive disorder: secondary analyses of four pooled randomized controlled trials of duloxetine, Pain, 2011;152:31-37
  14. Wernicke JF, Pritchett YL, D’Souza DN et al. A randomized controlled trial of duloxetine in diabetic peripheral neuropathic pain, Neurology, 2006;67:1411-1420
  15. Lavoie Smith EM, Pang H, Cirrincione C et al. Effect of duloxetine on pain, function, and quality of life among patients with chemotherapy-induced painful peripheral neuropathy, JAMA, 2013;309:1359-1367
  16. Chappell AS, Desaiah D, Liu-Seifert H et al. A double-blind, randomized, placebo-controlled study of the efficacy and safety of duloxetine for the treatment of chronic pain due to osteoarthritis of the knee, Pain Pract, 2011;11:33-41
  17. Commission de la Transparence, Avis du 14 mars 2007 http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_523247/cymbalta
  18. a, b, c et d Revue Prescrire « Duloxétine : bilan après trois ans » Rev Prescrire 2009;29(303):22
  19. Sutherland JE, Sutherland SJ, Hoehns JD, « Achieving the best outcome in treatment of depression », Journal of Family Practice, vol. 52, no 3,‎ mars 2003, p. 201–09 (lien PubMed?, lire en ligne)
  20. Skinner MH, Kuan HY, Pan A et al. Duloxetine is both an inhibitor and a substrate of cytochrome P4502D6 in healthy volunteers, Clin Pharmacol Ther, 2003;73:170-177
  21. Glueck CJ, Khalil Q, Winiarska M, Wang P, Interaction of duloxetine and warfarin causing severe elevation of international normalized ratio, JAMA, 2006;295:1517-1518
  22. études cliniques et données des effets secondaires de la duloxétine par rapport à un placebo
  23. a, b et c Plans de gestion des risques (Afssaps)
  24. Top 100 Drugs for 2013 by Sales