Louis Pergaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis Pergaud

Louis Pergaud est un instituteur et romancier français né à Belmont près de Besançon en Franche-Comté, le 22 janvier 1882 et mort pour la France le 8 avril 1915, peu après la bataille de la Woëvre, près de Marchéville-en-Woëvre (département de la Meuse). Il est l'auteur de De Goupil à Margot, prix Goncourt 1910, et de La Guerre des boutons, paru en 1912.

Premières années[modifier | modifier le code]

Louis Pergaud est originaire de Belmont, près de Besançon en Franche-Comté. Son père, Élie Pergaud (mort le 20 février 1900), y est instituteur paroissien depuis 1877. Le 29 novembre 1879, il y épouse Noémie Collette (morte le 21 mars 1900), fille de fermiers de la même commune. Il est le cadet de trois fils : Pierre (9 août 1880/5 octobre 1880), Louis (né le 22 janvier 1882) et Lucien (1883-1973). En 1900, il se retrouve orphelin à 18 ans, son père et sa mère étant décédés à Fallerans à un mois d'intervalle.

Il suit les traces de son père au moment de choisir son métier : après une préparation à Besançon, en juillet 1898, Louis Pergaud, âgé de seize ans, dont le travail est excellent, présente le concours d’entrée à l’École normale et il est reçu premier. Après 3 ans d'études acharnées dans cette école, il en sort, le 30 juillet 1901, troisième de sa promotion. Il est nommé enseignant à Durnes (Doubs), son premier poste, pour la rentrée d’octobre 1901.

En 1903, il épouse Marthe Caffot, institutrice à La Barèche, un village voisin. En avril 1904, avec l'aide d'un ami poète, Léon Deubel, il fait paraître son premier recueil de poésies, L’Aube. En 1905, lors de la séparation de l'Église et de l'État, Pergaud est muté à Landresse, toujours dans le Doubs. L'arrivée au village d'un instituteur réputé socialiste et anticlérical suscite des protestations des populations locales ulcérées. Le refus de Pergaud d'assister à la messe et d'enseigner la doctrine catholique ont pour effet d'aggraver les tensions. En 1907, il abandonne sa femme. Il monte à Paris où sa maîtresse Delphine Duboz, le rejoindra peu après. Il travaille comme clerc puis obtient un poste d'instituteur à l'école communale d'Arcueil puis à Maison-Alfort, consacrant tout le temps qu'il peut à sa plus grande passion : l'écriture. Pergaud, l'écrivain, puisera aux souvenirs de sa terre natale, la Franche-Comté, pour composer la quasi-totalité de ses œuvres. La prose de Pergaud est souvent assimilée soit au mouvement réaliste, parfois même naturaliste, soit au mouvement moderniste.

En 1908, Marthe Caffot et lui divorcent après presque trois ans de séparation. Le divorce est prononcé aux torts de l'écrivain. En juillet 1910, il épouse Delphine Duboz. Le grand-père de Delphine est originaire de Domprel, Doubs. Elle est décédée en 1963 et est enterrée à Landresse.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Sa première publication en prose parait dans le Mercure de France en 1910, le recueil de ces nouvelles s'intitule De Goupil à Margot (Prix Goncourt 1910). Avec cette œuvre Pergaud s'établit comme maître littéraire dans le domaine animalier. Certains critiques y voient l'expression des similitudes entre les instincts amoraux des animaux, et les activités immorales des hommes. Ces mêmes critiques proposent que Pergaud adopte une telle position en conséquence de son fervent antimilitarisme, une attitude qu'il aurait développée durant son service national en 1902.

En 1911 sort son deuxième recueil de nouvelles sur le thème des animaux, dont La Revanche du corbeau.

En 1912, il écrit La Guerre des boutons, roman de ma douzième année : rivalités belliqueuses entre garçons de deux villages voisins à chaque rentrée scolaire. Cette guerre prend une forme un peu particulière : en plus des coups et des injures, les « vaincus » se voient confisquer leurs boutons en guise de trophées, avant d'être renvoyés chez eux. Le roman commence avec humour et innocence, mais devient de plus en plus sinistre au fur et à mesure que la frontière entre jeu et réalité est brouillée. Sa Majesté des mouches développera plus tard des aspects assez similaires. On trouvera aussi dans la Guerre des boutons plusieurs thèmes relevant de la vie sociopolitique de la Troisième République française : le conflit entre l'Église et le mouvement anticlérical, l'esprit revanchard, l'instruction civique à la Jules Ferry, etc.

Du point de vue stylistique, Louis Pergaud se réclame de Rabelais, notamment pour sa science de l'énumération.

En 1913 paraît Le Roman de Miraut, chien de chasse. Il écrit de nombreuses autres histoires à propos de la vie « rustique » et du règne animal, qui seront publiées à titre posthume.

En 2011 est publié en intégralité le Carnet de guerre de Louis Pergaud qui débute le 3 août 1914 et prend fin le 6 avril 1915.

L'œuvre de Pergaud est toujours très populaire en France, avec plus d'une trentaine de rééditions de La Guerre des boutons. En octobre 2010, l'œuvre de Louis Pergaud tombe dans le domaine public[1].

Il existe une association à Paris : Les Amis de Louis Pergaud.

Mort[modifier | modifier le code]

En août 1914, Louis Pergaud est mobilisé dans l'armée française comme sous-lieutenant au 166e régiment d'infanterie cantonné à Verdun. Il sert en Lorraine sur le front Ouest, pendant l'invasion allemande. Le 8 avril 1915, son régiment lance, dans le secteur des Éparges près de Verdun, une attaque contre les lignes allemandes (attaque contre Marchéville-en-Woëvre - Cote 233) il est porté disparu[2].

Louis Pergaud en tenue militaire

On croit maintenant qu'il aurait été piégé dans les barbelés et blessé par balles, plusieurs heures plus tard, les soldats allemands seraient venus à son secours, et l'auraient emmené avec quelques-uns de ses camarades dans un hôpital provisoire. Ce bâtiment, situé à Fresnes-en-Woëvre, serait détruit par un tir de barrage de l'armée française le 8 avril. Louis Pergaud, et de nombreux compatriotes, ont été au nombre des victimes. Son corps n'a jamais été retrouvé.

Le 4 août 1921, Louis Pergaud est déclaré « mort pour la France ». Ce jugement fera l'objet de deux transcriptions, les 3 et 5 septembre 1921, car en tant qu'officier il est établi deux fiches de transcription.

Dans Mots, propos et anecdotes, Paul Léautaud livre cette anecdote à propos de la mort de Louis Pergaud:

« J’ai des lettres de Louis Pergaud qu’il m’écrivait du « front ». Il était aux anges. « Je ne donnerais pas ma place pour je ne sais quoi. On tire du « Boche » comme du lapin. » On n’a pas revu le pauvre Pergaud. Il a reçu la monnaie de sa pièce. Quand on a tant de plaisir à tuer, il faut s’attendre à être tué soi-même. Il y avait sans doute de l’autre côté un Pergaud allemand enchanté de « tirer du "Franzose" comme du lapin ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions originales
Recueils

Il existe plusieurs éditions des Œuvres complètes de Louis Pergaud, parmi lesquelles celle du Livre Club Diderot, préface de Pierre Gamarra, © Mercure de France, 1970. Ce recueil comprend :

  • De Goupil à Margot
  • La Revanche du corbeau
  • Le Miracle de saint Hubert
  • Le Roman de Miraut
  • Dernières Histoires de bêtes
  • La Guerre des boutons
  • Lebrac bûcheron
  • Les Petits Gars des champs
  • Les Rustiques
  • Nouvelles villageoises posthumes
  • La Vie des bêtes
  • Léon Deubel
  • Ébauches et choix de poèmes

Filmographie[modifier | modifier le code]

La Guerre des boutons a donné lieu à plusieurs adaptations cinématographiques :

Hommages[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative au 3 rue Marguerin, à Paris (14e arr.)
  • Prix Louis-Pergaud, un prix littéraire créé en 1953
  • De nombreux établissements scolaires, de nombreuses rues, portent le nom de Louis Pergaud.
  • A Landresse, un restaurant a pour enseigne « Petit Gibus ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mort en 1915, la date de libération des droits commence au 1er janvier 1916 à laquelle s'ajoute les durées de protection. Droit d'auteurs de 50 ans au jour de sa mort. Mort pour la France, les droits sont prorogés de 30 ans. Prorogation de guerre : 14 ans et 272 jours(6 ans et 152 jours pour la 1re, et 8 ans et 120 jours pour la seconde). Soit une durée de protection totale de 94 ans et 272 jours. Ainsi, l'œuvre tombe dans le domaine public le 30 septembre 2010
  2. Journal de Marche et Opération du 166e RI

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :