Durnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Durnes
Image illustrative de l'article Durnes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Canton Ornans
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Ornans
Maire
Mandat
Christine Guillame
2014-2020
Code postal 25580
Code commune 25208
Démographie
Population
municipale
156 hab. (2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 06′ 32″ N 6° 13′ 56″ E / 47.1089, 6.232247° 06′ 32″ Nord 6° 13′ 56″ Est / 47.1089, 6.2322  
Altitude Min. 388 m – Max. 618 m
Superficie 8,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Durnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Durnes

Durnes est une commune française située dans le département du Doubs en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durna en 1196 ; Durnac en 1207 ; Duranay en 1227 ; Durney en 1313 ; Dulnay en 1348[1].

Rose des vents Saules Guyans-Durnes Rose des vents
N Voires
O    Durnes    E
S
Montgesoye Vuillafans Lavans-Vuillafans

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le châtelain de Durnes, situé dans le bailliage d'Ornans, était assez influent[2]. Le château médiéval était situé sur un promontoire en bout de plateau, au sommet de la vallée de la Loue, de sorte qu'il n'était facilement accessible que d'un seul côté dont les défenses complémentaires assuraient la sécurité du lieu. La seigneurie de Durnes possédait notamment Etalans et de nombreux villages du plateau. Le château fut détruit pendant les guerres de conquête de la Franche-Comté du temps de Louis XIV. A son emplacement, au lieu dit Le château est construite aujourd'hui une maison bourgeoise datant du XVIIIe siècle. Du château médiéval subsistent les soubassements situés du côté de la vallée, ce qui permet de se faire une idée sur l'importance du monument initial. Plus bas, au lieu dit La Poutane, présence d'une mare et du lieu dont la tradition orale dit que c'est l'emplacement des pendus.

Généalogie des seigneurs de Durnes[modifier | modifier le code]

Robert de Durnes, témoin en 1178 d'un diplôme de Frédéric Barberousse en faveur de l'église d'Arles[2].


Renaud de Durnes, fils du précédent, chevalier, il signe en 1196 une charte d'Amédée de Tramelay, archevêque de Besançon, en faveur de l'abbaye Notre-Dame de Billon[2].


Jacques de Durnes, seigneur de Durnes. Il est le fils de Thomas de Chacenay et d'Hue de Salmaise. Après avoir été moine à l'abbaye de Clairvaux il se marie avec Agnès, (? - 1234), fille d'Hugues du Puiset et de Pétronille de Brienne, de qui il a Gérard qui suit.


Gérard de Durnes, (? - Palestine 1248), seigneur de Durnes, chevalier, il est l'un des otages donné à Besançon par Jean Ier de Chalon, comte de Chalon, pour assurer un traité qu'il avait avec cette ville en 1224[2]. Il épouse Marguerite, (? - 1251), dame de Vendeuvre, fille d'André de Vendeuvre et de Clémence, de qui il a Jean qui suit.


Jean Ier de Durnes, (? - 1272), seigneur de Durnes, chevalier, il reçoit en fief en 1253 le château d'Étrabonne de la part de Guillaume II de la Tour, archevêque de Besançon. Il ratifie en 1256 l'échange du four de Durnes contre la prévôté de Mouthier-Haute-Pierre fait par son père Gérard à Renaud de Mouthier, chevalier. Il épouse avant 1249 Guillemette, (? - après 1271), dame de Vandeuvre, fille d'Aymon de Pesmes et de Marguerite Chanlard, de qui il a :

  • Gérard II qui suit,
  • Mile ( ou Miles ou Milon) de Durnes, chevalier, seigneur Vuillafans-le-Neuf. En 1292 il transige avec Humbert de Rougemont au sujet de la succession de son père. Il épouse Philippine, fille d'Étienne de Vaugrenant et d'Agnès de Rans, de qui il a Agnès, (? - 1348/56), dame de Vuillafans-le-Neuf. Celle-ci épouse en premières noces vers 1300 Jean II de Montfaucon puis en secondes noces en 1328 à Guillaume de Vergy. Du premier mariage nait Jeanne de Montfaucon première épouse de Louis Ier de Neuchâtel[3], du second mariage nait Jeanne (épouse de Geoffroy de Charny) et Marguerite (épouse de Jacques de Grandson, sire de Pesmes),
  • Marguerite, (? - avant 1327), dame de Courgis-les-Chablis, elle épouse Jean de Noyers,
  • Jeanne, elle épouse Pierre de Jeaucour,
  • Jean II qui suivra,
  • Poincard, chevalier, nommé dans le traité de 1292.


Gérard II de Durnes, (? - après 1275), seigneur de Durnes, chevalier, il épouse Marguerite, fille d'Amaury IV de Joux et de Luquette de Neublans, de qui il a Agnès, (? - 1306), dame de Durnes. Elle épouse en premières noces Humbert IV de Rougemont, (? - 1331). Elle est inhumée dans l'abbaye Notre-Dame de Bellevaux.


Jean II de Durnes, chevalier, seigneur de Villafans en partie. Il teste en 1318 et choisit sa sépulture dans l'église de Saint-Hippolyte[2]. Son épouse est inconnue, il a :

  • Guillaume, damoiseau, il épouse Jeannette d'Usies de qui il a Guillemette,
  • Jacques, docteur en droit,
  • Guyette, elle épouse Perrin, fils de Pierre Lorier, chevalier,
  • Jeannette, elle épouse Jaquemet,
  • Agnès,
  • Vuillemette,
  • Poncette,
  • Clémence.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Pierre Guillame    
mars 2008 2014 Gilbert Husy[4]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 156 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
209 208 221 237 225 246 234 232 256
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
237 231 248 249 246 243 245 248 224
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
201 203 195 180 168 136 154 138 130
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
123 98 90 104 127 154 154 156 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire généalogique de la maison de Joux, Jean-Louis d'Estavayer, 1843, p.  38 et 39 books.google.fr
  • Histoire généalogique des sires de Salins au comté de Bourgogne, Jean Baptiste Guillaume, Edition Jean-Antoine Vieille, 1757, p. 51 à 53 books.google.fr

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 3, Besançon, Cêtre,‎ 1984
  2. a, b, c, d et e histoire généalogique des sires de Salins
  3. Histoire généalogique de la maison de Joux
  4. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :