Longpont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Longpont-sur-Orge.
Longpont
Abbaye de Longpont.
Abbaye de Longpont.
Blason de Longpont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Soissons
Canton Villers-Cotterêts
Intercommunalité Communauté de communes Villers-Cotterêts - Forêt de Retz
Maire
Mandat
Gilles Davalan
2014-2020
Code postal 02600
Code commune 02438
Démographie
Population
municipale
301 hab. (2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 16′ 25″ N 3° 13′ 17″ E / 49.2736111111, 3.2213888888949° 16′ 25″ Nord 3° 13′ 17″ Est / 49.2736111111, 3.22138888889  
Altitude 85 m (min. : 77 m) (max. : 152 m)
Superficie 10,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Longpont

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Longpont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Longpont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Longpont

Longpont est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie. Elle se distingue par son abbaye cistercienne en partie détruite.

Géographie[modifier | modifier le code]

Quartiers, hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • La ferme des Granges, au nord-est du village.
  • Le hameau de la Grille.
  • Le hameau de Chavigny.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'abbaye cistercienne, fondée par les moines de Clairvaux en 1131 par saint Bernard dans une vallée marécageuse en bordure de la forêt de Retz, dans le diocèse de Soissons, pouvait abriter plusieurs centaines de moines. Sa grande église, concurrençant par sa taille la cathédrale de Soissons, fut consacrée en 1227 en présence de Saint Louis, âgé de 12 ans, alors qu'il revenait de son sacre à Reims.

Elle fut attaquée et pillée aux XVe et XVIe siècles par les bandes armées courant la région (Bourguignons, Huguenots…). Sous François Ier les abbés commendataires transforment peu à peu l'abbaye en un palais abbatial.

Puis elle est détruite après sa vente par adjudication suite à la Révolution française en 1793 dans le cadre de la nationalisation des biens de l’Église. Les derniers moines ne la désertent qu'en 1793 avant qu'elle ne soit revendue et utilisée en carrière de pierres déjà taillées, durant plusieurs décennies, avant d'être classée.

La commune située sur l'un des fronts est fortement touchée durant la Première Guerre mondiale. Mi 1918, le village est pour partie en ruine, les talus de la route de Chaudun sont truffés d'abris pour les soldats, même si ce qui reste des murs et contreforts de l'abbaye abrite les troupes (dont de tirailleurs sénégalais), comme en témoigne les photos d'époque prises par l'armée française (ECPAD)

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

D’azur au pont de trois arches d’argent posé sur une rivière du même, surmonté de deux fleurs de lys d’or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Longpont.

|- | colspan="5" align="center" | Les données manquantes sont à compléter.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Christian Moquet    
mars 2008[1] 2014 Guy Necaille    
2014[2] en cours
(au 12 mai 2014)
Gilles Davalan    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 301 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
115 145 176 167 225 231 238 250 229
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
222 222 234 243 296 307 313 308 330
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
343 341 342 250 362 311 290 423 313
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
328 311 272 306 298 294 294 277 292
2011 - - - - - - - -
301 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ruines de l'abbatiale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  2. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne,‎ 12 mai 2014 (consulté le 4 août 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. Relevé des noms des soldats tués sur MemorialGenWeb

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]